• CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - LUNDI 12 04 2021

     

    Je vous souhaite de passer un bon lundi et une excellente semaine


    3 commentaires
  • The Unexplained Underground Seashell Temple of Margate


    5 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR -- 11 04 2021


    8 commentaires
  • Plusieurs prénoms masculins ont été mis à l'honneur dans de célèbres refrains. Certains d'entre eux ont connu la gloire simplement grâce au succès d'une chanson. Il n'y a qu'à citer Gigi pour savoir qu'on parle de Dalida et de son «amoroso». Plusieurs artistes se sont aussi servi d'un prénom comme d'un paravent pour eux-mêmes. C'est un peu le cas du Manu de Renaud. D'autres, comme Carla Bruni, ont tenu à chanter haut et fort le prénom de l'être aimé : un certain Raphaël. Zazie, avec son titre «Adam et Yves», a tenté de faire passer un message. Il arrive aussi que le prénom aide un artiste à panser ses plaies, comme le petit Simon chanté par Hugues Aufray.

    LIEN de l'article pour voir la video :

    https://www.france.tv/france-3/la-vie-secrete-des-chansons/893963-un-prenom-masculin-une-chanson.html

     

    Il y a même l'aventure de Piaf et Moustaki à 43mn !

    J'ai regardé cette émission hier soir à minuit 20 jusqu'à 2h10 du matin !


    3 commentaires

  • 3 commentaires
  • Quai du Point du jour    92100 Boulogne Billancourt.

    > >    A l'attention du Responsable du Journal télévisé

    > > >  Monsieur,

    > >  Aux actualités du 20 heures, vous nous avez, à nouveau, sensibilisé au problème des sans-papiers: c'est un leitmotiv récurant chez les journalistes.

    > >     Si je comprends bien l'angoisse de ces gens de vivre dans l'insécurité du lendemain, (car moi je les fréquente 2 jours par semaine) je peux vous dire que votre reportage m'a fait bondir car vous occultez systématiquement une bonne partie du problème :

    > >    - 1.Ils sont venus ici en connaissance de cause et en sachant qu'ils violaient les lois françaises sur l'immigration et savaient très bien qu'ils devaient préalablement demander un visa

    > >    - 2. Ils travaillent illégalement « au noir » (car il faut bien qu'ils se nourrissent), en toute connaissance de cause, mais se servent ensuite de cet alibi pour réclamer, devant vos caméras compatissantes, la régularisation de leur situation.

    > >     Ils étalent ainsi leurs violations des lois françaises pour revendiquer leur régularisation : c'est un comble .....

    > >     Faisant ainsi l'apologie de la violation de nos lois !!!

    > >   - 3. Pourquoi n'avoir pas dit aux téléspectateurs  que ces gens n'étaient pas aussi malheureux que vous voulez bien le faire croire : 

    > >     *Ils ont accès aux soins gratuits par l’AME (Aide Médicalisée d'Etat),

    > >     Ils ont droit à la CMU dans l'attente de leur régularisation et à la carte vitale que certains considèrent comme une véritable reconnaissance de leurs droits.

    > >     *Leurs enfants sont accueillis immédiatement et gratuitement dans nos écoles.

    > >     Ils obtiennent des logements par des contacts déjà en place.

    > >     *Certains d'entre eux, régularisés, m'ont même dit que, maintenant qu'ils étaient en règle ils avaient beaucoup plus de mal à trouver un emploi qu'avant !!!                 

    > >     *Je me permets de vous informer aussi que, pour beaucoup d'entre eux, la régularisation est un moyen d'avoir accès à beaucoup d'autres avantages sociaux et qu'une fois régularisés, ils me font faire, par exemple, des dossiers MDPH pour faire reconnaître une invalidité (pour eux ou leur femme) afin de toucher l'AAH Allocation adulte handicapé.

     Sans avoir à travailler!

     4. Quant aux demandes de nationalité française que je fais, elles concernent surtout des 50 ans et plus qui veulent pouvoir faire librement la navette entre leur pays d'origine comme la Roumanie et les pays de l'Est, le Maghreb etc etc.... et la France pour pouvoir se faire soigner chez nous : quelle motivation et quel amour de la France !!!

     A titre d'exemple, je vous citerai l'histoire d'une jeune femme qui a fait venir sa mère de 80 ans, en France pour 3 mois en vacances touristiques : la mère n'est jamais repartie, est devenue « sans papier » et s'est faite opérer au titre de L' AME gratuitement d'une prothèse de la hanche ; puis elle s'est maintenue sous prétexte de soins consécutifs et a obtenu la régularisation de ses papiers.

    > >   Elle sera ainsi soignée gratuitement jusqu'à la fin de ses jours alors qu'elle n'a jamais séjourné en France et n'a jamais cotisé !!!!

    > >   Personnellement, je vois ces cas à longueur d'année ;

    > >    je ne suis pas assise derrière un beau bureau, grassement payée, pour diffuser des messages humanitaires !

    Mais je peux vous dire qu'au rythme des entrées illégales actuelles, notre système social ne survivra pas longtemps.

    > >    Vous feriez bien d'y réfléchir et d'en informer les Français : ça, ce serait de l'Information !!!

    > >    Continuez également, pendant que vous y êtes, à jouer les outragés quand on renvoie 3 Afghans en situation irrégulière chez eux pendant que nos soldats combattent en Afghanistan pour leur liberté, croyez-moi vous allez encore faire bouillir beaucoup de téléspectateurs !!!

    > >   Sincères salutations.

    > >   PS : il faut savoir qu'un sans papier touche de l'état plusieurs centaines d'euros mensuels.

    > >   Certains retraités qui ont travaillé toute leur vie n'en touchent pas autant...

    > >
    > >  A diffuser le plus possible à tous vos contacts.


    6 commentaires
  • Cinq jeunes individus ont été interpellés la semaine dernière à Saint-Cyr-l’École (Yvelines) par les policiers municipaux d’Élancourt. Ces derniers se trouvaient à bord d’un véhicule volé conduit par un adolescent de 14 ans.

    L’intervention a commencé par un refus d’obtempérer à Trappes. Une patrouille de la police municipale d’Élancourt, commune voisine, a aperçu un conducteur circulant à pleine vitesse à bord d’une Renault Twingo et lui a ordonné de s’arrêter relate Le Parisien. Le chauffard a pris de nombreux risques pour échapper aux policiers. Ce même véhicule – signalé volé – avait déjà commis un refus d’obtempérer dans le VIIIe arrondissement de Paris ainsi qu’à Fontenay-le-Fleury, les jours derniers.

    Une dizaine de kilomètres plus loin, le fuyard a perdu le contrôle de son véhicule, sur la commune de Saint-Cyr-l’École. Le conducteur et les quatre passagers ont alors été interpellés. Ils n’ont pas été blessés dans l’accident.

    Les fonctionnaires se sont rendu compte que le chauffard n’était âgé que de 14 ans. En outre, il avait consommé du cannabis (en plus de conduire sans permis). Cette Twingo avait été signalée volée le 23 mars dernier à Maurepas. Lors de leur garde à vue, aucun des cinq suspects n’a donné de précision sur ce vol.

    Quatre des cinq interpellés, âgés de 15 et 16 ans, ont été présentés à un juge des enfants pour être mis en examen, avant d’être laissés libres sous contrôle judiciaire. Le chauffard a quant à lui été placé dans un centre éducatif fermé.

    Un autre chauffard quelques jours plus tôt

    Deux motards de cette même police municipale avaient essuyé un autre refus d’obtempérer quelques jours auparavant, à Guyancourt, racontent nos confrères. L’automobiliste de 21 ans avait accéléré avant de perdre le contrôle de son véhicule et de percuter un poteau. Il avait finalement pris la fuite à pied après s’être débarrassé d’un sachet de cannabis.

    L’homme s’est finalement présenté au commissariat le 30 mars. Jugé dans le cadre d’une comparution immédiate, il a écopé d’une peine de 16 mois de prison ferme et a été écroué à l’issue de l’audience.

    ACTU 17


    1 commentaire
  • Une adolescente de 13 ans et son père ont été violemment agressés par deux mineurs en situation irrégulière sur le territoire français ce jeudi après-midi à Mions, dans la métropole de Lyon (Rhône). La jeune fille a reçu des coups, elle est blessée.

    L’agression a eu lieu route de Corbas à Mions. Deux mineurs s’en sont violemment pris à une adolescente de 13 ans pour lui voler son téléphone rapporte Le Progrès. La victime a résisté et a alors été frappée à coups de poing puis avec un scalpel a précisé son père, à nos confrères.

    L’adolescente a alerté ses parents, puis son père a été agressé à son tour. Il affirme avoir reçu des coups de poing et des coups de pied au visage et aux jambes. L’homme explique au Progrès qu’il a aussi reçu un coup de scalpel au niveau du ventre et qu’il a « une entaille de 10 cm ».

    Interpellés par les policiers municipaux

    La mère de famille a dans le même temps prévenu la police et les secours. Les policiers municipaux se sont rapidement déplacés. Les deux agresseurs ont tenté de s’enfuir mais ont été rattrapés et interpellés. Les deux victimes ont été amenées à l’hôpital. La jeune fille s’est vu attribuer 5 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).

    Les deux mineurs en situation irrégulière ont été placés en garde à vue dans les locaux de la brigade territoriale de Mions. Le scalpel qu’ils ont utilisé a été retrouvé sur le lieu de l’agression.

    Sur Facebook, le maire de Mions Mickael Paccaud a félicité les policiers municipaux pour leur intervention qui a conduit à cette double interpellation en flagrant délit. « Je souhaite un prompt rétablissement aux deux victimes prises en charge rapidement par les sapeurs-pompiers », écrit l’édile. « Je salue le grand professionnalisme, la qualité et la rapidité d’intervention de nos forces de sécurité ».

     

    ACTU 17

    Hélas, ces deux jeunes seront vite remis en liberté et pourront continuer leurs "conneries" 


    1 commentaire
  • Philippe de Villiers était l'invité d'Apolline de Malherbe

    À quelques mois de l'élection présidentielle de 2022, les pronostics vont bon train. Pour Philippe de Villiers, le fondateur du Puy-du-Fou, le nom d'Emmanuel Macron est associé à celui du "malheur".

    Alors que le chef de l'État est critiqué de toute part, Emmanuel Macron, l'homme de toutes les audaces, semble prêt à se positionner pour un second mandat. Durant son quinquennat, le président de la République a dû faire face à différentes crises. Celle des gilets jaunes, dont les images d'un Paris à feu durant les émeutes de 2018, ont fait le tour du monde. Puis, une crise sanitaire, avec la Covid-19, qu'Emmanuel Macron doit gérer depuis plus d'un an. Pour beaucoup, dont Philippe de Villiers, le chef de l'Élysée n'a pas convaincu. En entrevue ce samedi 10 avril dans l'émission de BFMTVApolline de Malherbe, le rendez-vous, le fondateur du Puy-du-Fou a confirmé qu'Emmanuel Macron "ne pourra pas" se présenter à la prochaine élection présidentielle, car son "nom est associé au malheur".

    À presque un an de l'élection présidentielle, Philippe de Villiers, explique à Apolline de Malherbe que les Français "en ont ras le bol" des décisions politiques du gouvernement formé par Emmanuel Macron. "On est dans une période de congélation. Les gens sont enfermés, confinés, ils ne sont pas dans le match. Le jour où la glaciation sera finie, peut-être cet été ou cet automne, le jour où les Français vont retrouver leur liberté, leur sourire et leur parole, je peux vous dire que la décongélation va produire des avalanches", a-t-il déclaré.

    Un duel Macron - Le Pen ?

    Pour Philippe de Villiers, l'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron aux prochaines élections est inimaginable"J'ai du mal à penser qu'Emmanuel Macron puisse se représenter. Il ne pourra pas. Quand vous avez enfermé un peuple pendant un an, le peuple s’en souvient et ce n‘est pas un bon souvenir. C’est humain", raconte l'ancien secrétaire d'État à la Culture. L'écrivain, qui a publié cette semaine un nouvel essai, Le jour d'après, a également estimé qu'un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, en 2022, n'était pas envisageable.

    GALA


    2 commentaires
  • Un peu de gaieté pour oublier le Covid !


    1 commentaire
  • La gendarmerie nationale a saisi onze armes à feu et 214 000 euros. Au total, huit personnes ont été mises en examen.

    La gendarmerie nationale annonce ce samedi avoir démantelé "une équipe spécialisée dans le trafic d'armes et de matériels balistiques". A l'issue de trois ans d'enquête dans le Rhône, les enquêteurs ont notamment saisi 214 000 euros, onze armes à feu, des milliers de munitions et des gilets pare-balle, dont certains étaient siglés "Police".

    Huit personnes mises en examen

    L'enquête, menée par la Section de recherches de Lyon, a débuté fin 2018, précise la gendarmerie. Au total, huit personnes ont été mises en examen, dont cinq ont été incarcérées.

    A la suite de l'ouverture d'une information judiciaire en mai 2019, cinq personnes ont d'abord été interpellées le 25 janvier 2020. Trois ont été mises en examen et deux incarcérées. Puis, le 30 juin 2020, six individus assurant des fonctions de "logisticiens" au sein de ce réseau ont été interpellés. Trois ont été mis en examen et deux écroués. Enfin, le 30 mars dernier, trois personnes ont été interpellées, précise la gendarmerie.

    franceinfo


    1 commentaire
  • George Karaivaz, bien connu des Grecs, a été assassiné par balles vendredi 9 avril, alors qu’il rentrait à son domicile dans la banlieue de la capitale. L’attaque, dont la préméditation fait peu de doutes, a été perpétrée par deux hommes à moto qui ont tiré à une quinzaine de reprises dans sa direction.

    « Un choc pour nous tous. » C’est ainsi que la porte-parole du gouvernement grec a qualifié l’assassinat du journaliste Giorgos Karaïvaz. « Une attaque de la démocratie », a renchéri le parti d’opposition Kinal. Ce type d’assassinat est « un acte odieux et lâche », a réagi pour sa part Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne sur Twitter (en anglais et en grec). 

    Giorgos Karaïvaz, abattu par deux individus à moto vendredi, était marié et père d'un enfant.  Il a été tué sur le coup, au moment où il sortait de son véhicule, au retour d'une émission de télévision.

    Le journaliste était notamment connu des Grecs pour sa participation à « Des vérités avec Zina », une émission quotidienne de la chaîne de télévision privée Star TV. Le quinquagénaire était également le fondateur et dirigeant de Bloko, un site internet où les questions de corruption tenaient une place centrale.

    Deux collègues de Giorgos Karaïvaz ont commenté sur ce même site l'assassinat survenu vendredi : « Certains ont choisi de le faire taire et de le forcer, avec des balles, à ne plus écrire ses articles. Ils l’ont exécuté devant chez lui. »

    En 2010, Socratis Giolias, un journaliste d’investigation, avait lui aussi était abattu par balles devant son domicile de la banlieue d’Athènes. Et lui aussi travaillait sur des affaires de corruption. À l’époque, l’attaque avait été officiellement revendiquée par un groupe d’extrême-gauche, mais l’enquête n’avait pas abouti.

    RFI Avec notre correspondant à Athènes, Joël Bronner


    3 commentaires
  • À Albertville, commune de 20 000 habitants en Savoie, le maire a été contraint vendredi 9 avril par le tribunal administratif de Grenoble d'autoriser la construction d'une école privée musulmane, prévue pour 400 élèves.

    Au lendemain de cette décision judiciaire, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, s'est adressé au président de la République à travers une lettre, relayée par Le Dauphiné, afin de lui demander d'intervenir en faveur de l'élu et d'« empêcher l'installation de cette école ».

     

    « Frédéric Burnier-Framboret [le maire d'Albertville, NDLR] fait aujourd'hui l'objet de fortes pressions de la part de l'organisation islamiste Millî Görüs », plaide Laurent Wauquiez, rappelant les liens de l'association avec la Turquie. Selon le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce projet d'école organiserait « la coupure entre la communauté turque et le reste de la commune, avec un projet démesuré qui comprend 16 classes, un gymnase, et qui est destiné à accueillir 400 élèves, soit l'équivalent d'un quart des élèves d'Albertville ».

    Wauquiez dénonce les « hypocrisies » politiques

    Évoquant le projet de loi sur le séparatisme, Laurent Wauquiez rappelle à Emmanuel Macron que le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, « a lui-même désigné Millî Görüs comme étant des ?ennemis de la République? ». Cette même organisation est à l'origine d'un projet de mosquée à Strasbourg. Le 22 mars dernier, la municipalité écologiste a voté le « principe » d'une subvention de plus de 2,5 millions d'euros, s'attirant de très vives critiques du gouvernement.

     

    À travers sa demande de soutien, Laurent Wauquiez souhaite « que nous sortions des hypocrisies où, d'un côté, il y a de grands textes de loi et, de l'autre côté, une réalité qui s'impose aux élus locaux et qui les prive de toute possibilité d'action de lutte contre le communautarisme ».

    Le Point


    2 commentaires
  • ean-Luc Reichmann atteint de la Covid-19 : il donne un conseil à ses fans après 15 jours très difficiles

    Après 15 jours passés en isolement en raison de la Covid-19, Jean-Luc Reichmann a donné de ses nouvelles sur ses réseaux sociaux. Lui, qui commence tout juste à se rétablir, à encouragé ses abonnés à se faire vacciner au plus vite.

    La Covid-19 n'a pas le même effet sur tout le monde. Alors que certains se contentent de passer quelques jours dans leur lit, d'autres, à l'instar de Moundir, sont contraints d'être hospitalisés. Mais ce n'est heureusement pas le cas de Jean-Luc Reichmann, qui a annoncé le 4 avril dernier avoir été testé positif. "Alors en fait grosse catastrophe mais il faut prendre un maximum de précautions et de sécurité et c'est vrai que c'est venu des enfants certainement mais voilà. C'est vrai que ça ratatine complètement !", a-t-il déclaré sur les ondes de RFM. Si son cas ne nécessite pas d'attention particulière, il a toutefois dû être placé à l'isolement. Une mise au vert qui passera inaperçue auprès des téléspectateurs des 12 Coups de midi puisque les épisodes sont enregistrés à l'avance. Mais pour le compagnon de Nathalie Lecoultre ces derniers jours ont été un calvaire. "Vous n’avez plus le goût à manger. Vous n’avez plus aucune motivation dans la tête. Effectivement quand je dis que ça ratatine, c’est qu’à un moment quand vous confondez les goûts et que vous n’avez plus l’odeur", a-t-il témoigné sur Europe 1.

    Jean-Luc Reichmann encourage à se faire vacciner

    Que les fans de Jean-Luc Reichmann se rassurent : l'animateur a repris du poil de la bête ! C'est ce qu'il a fait savoir ce samedi 10 avril en apparaissant tout sourire sur sa page Twitter. Heureux de pouvoir enfin se tenir sur ses deux jambes l'animateur des 12 Coups de midi a profité de sa propre expérience pour encourager ses abonnés à se faire vacciner au plus vite. "Après plus de 15 jours totalement confiné pour cause de Covid, on respire. Un grand Merci pour vos gentils messages de soutien", a-t-il écrit en légende de son cliché avant d'ajouter : "N’hésitez pas à vous faire vacciner si vous le pouvez car quand la maladie vous tombe dessus, ça peut devenir très compliqué." Plus de peur que de mal pour le père de famille qui n'a qu'une seule hâte : retrouver l'antenne au plus vite !

    VOICI


    1 commentaire

  • 3 commentaires

  • 1 commentaire
  •  

    Bonne soirée


    4 commentaires
  • Le tribunal administratif de Grenoble a obligé le maire d’Albertville (Savoie) à autoriser la construction d’une école primaire privée à l’initiative de la Confédération islamique Millî Görüs (CIMG), proche de la Turquie.

    La décision rendue mardi annule le refus du permis de construire, qui avait été déposé en 2019 par l’association pour implanter une école de 400 élèves dans cette ville au passé olympique d’environ 20 000 habitants. Le tribunal a estimé que les motifs avancés par la mairie, portant notamment sur les places de stationnement, n’étaient pas recevables. Il donne deux mois à cette dernière pour délivrer le permis de construire.

    Le maire se dit «démuni»

    Dans une tribune publiée vendredi par Le Figaro, le maire (sans étiquette) Frédéric Burnier-Framboret, a vivement regretté cette décision, dont il pense faire appel. Il se dit « démuni » pour « contrer l’installation d’associations ou d’entreprises pilotées par des puissances étrangères, qui favorisent une cristallisation identitaire au cœur de nos territoires ». Le recours au Code de l’urbanisme était « le seul moyen législatif » à sa disposition pour s’opposer à la construction de cette école, a-t-il fait valoir auprès de l’AFP.

    Avec le projet d’accueillir 400 élèves, l’établissement serait « de nature à mettre en péril les classes, voire les écoles » d’Albertville, qui en accueillent aujourd’hui environ 1 200. Un projet de moindre envergure « aurait pu être discuté » mais l’édile dit avoir reçu « une fin de non-recevoir » de la CIMG.

    Cette association est aussi à l’origine d’un projet de mosquée à Strasbourg, pour laquelle la municipalité écologiste a voté le 22 mars le « principe » d’une subvention de plus de 2,5 millions d’euros, s’attirant de très vives critiques du gouvernement. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait dénoncé « une fédération qui a refusé de signer la charte des principes de l’islam de France et qui défend un islam politique ».

     

    Jeudi, lors de l’examen du projet de loi sur le séparatisme, le Sénat a voté un amendement du gouvernement qui prévoit d’obliger les collectivités à informer le préfet, trois mois au préalable, avant toute subvention pour la construction d’un lieu de culte.

    L’école en projet à Albertville « ne peut qu’inciter au communautarisme », estime le maire. Il précise qu’elle s’installerait à côté d’une mosquée gérée par l’antenne locale de CIMG, avec laquelle il assure avoir « de bonnes relations ». Les propos du maire sont « aussi tendancieux qu’inexacts », a rétorqué Fatih Sarikir, président de CIMG France, dans un communiqué transmis vendredi soir.

    Une simple «école confessionnelle»

    L’école qu’il souhaite construire « ne sera ni islamiste ni turque» mais « une école confessionnelle hors contrat comme il y en a déjà tant en France, la plupart catholiques ou juives », ajoute-t-il en espérant que son établissement pourra passer sous contrat après le délai légal de cinq ans.

    Le responsable balaie l’argument de la concurrence scolaire, sauf à vouloir « fermer toutes les écoles privées », et dénonce, derrière le « prétexte » du stationnement pour bloquer son projet, « l’hypocrisie » de Frédéric Burnier-Framboret et « son obsession avec nos origines ». « Je ne suis pas le représentant d’un pays étranger. Je suis autant Français que vous, ne vous en déplaise », conclut M. Sarikir.

    Le Parisien

     Sarikir, cela ne fait pas très français !

    Donc les juges français sont pour des écoles musulmanes, donc pour les musulmans !

    Pauvre France


    2 commentaires