• Un prêtre âgé de 53 ans a été mis en examen pour viols sur mineurs. Pas moins de dix-neuf victimes ont été recensées.

    Une information judiciaire a été ouverte pour « viols par personne ayant autorité, viols sur mineurs de moins de quinze ans et agressions sexuelles sur mineurs de moins de quinze ans et de plus de quinze ans par personne ayant autorité et corruption de mineurs », à l’encontre d’un homme âgé de 53 ans a annoncé le parquet de La Roche-sur-Yon (Vendée) cité par France 3.

    Le mis en cause est prêtre au sein de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Les faits ont été commis « entre le 1er janvier 2006 et le 31 mai 2020 en Vendée et en Charente-Maritime » a indiqué le parquet, ajoutant avoir identifié dix-neuf victimes à ce stade. Le prêtre qui a été mis en examen pour viols et agressions sexuelles, était affecté d’août 2010 à juillet 2020 au prieuré Notre-Dame-du-Rosaire à Saint-Germain-de-Prinçay, près de la commune de près de Chantonnay.

     

    Le suspect a été placé en détention provisoire ce mercredi. Les enquêteurs recherchent encore d’autres victimes selon nos confrères, alors que le mis en cause a officié dans plusieurs prieurés en France.

    « Cela ne suffit pas de regretter, il faut qu’il paie et qu’il répare. Et nous aussi. (…) Il faut que les victimes sachent qu’elles ont été entendues et comprises », a réagi l’abbé Laurent Ramé, l’un des prêtres de cette communauté. De son côté, l’évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes a fait part de sa « grande tristesse pour les jeunes victimes et leurs familles ».

     ACTU 17

     


    2 commentaires
  • Des milliers de pèlerins se sont rassemblés mardi, masqués et clairsemés, sur la vaste esplanade du sanctuaire catholique de Fatima, dans le centre du Portugal, dont l'accès était limité pour éviter la foule qui avait afflué le mois dernier.

    Pour garantir le respect des gestes barrière et éviter la propagation du nouveau coronavirus, les organisateurs avaient fixé l'affluence maximale à 6.000 fidèles, mais ils n'étaient finalement que 4.000 à prendre place dans des cercles peints sur le sol à intervalles réguliers, a indiqué à l'AFP une porte-parole du sanctuaire.

    Debout, à genoux ou assis sur des tabourets pliants, ils ont tout de même occupé seuls, en couple ou par petits groupes de trois, la quasi totalité de l'enceinte à ciel ouvert qui, en temps normal, peut accueillir jusqu'à 300.000 personnes.

    Selon la tradition catholique, la Vierge Marie serait apparue près du village de Fatima à trois jeunes bergers à six reprises au cours de l'année 1917, la première fois le 13 mai et la dernière le 13 octobre.

    En mai, pour le premier pèlerinage de l'année, le sanctuaire avait dû rester fermé aux pèlerins, et seule une trentaine de ses employés avait pu assister à une cérémonie religieuse réduite au strict minimum.

    Puis, suite à la levée des restrictions sanitaires imposées au printemps, les fidèles avaient afflué en masse pour le pèlerinage du 13 septembre, rendant impossible le respect de la distanciation sociale et obligeant le sanctuaire à fermer ses portes.

    Les restrictions mises en place mardi sont le résultat d'"une attitude nécessaire et responsable face aux limitations de la pandémie venue changer radicalement la vie de toute l'humanité", a souligné dans son homélie l'évêque de Setubal (sud), Mgr José Ornelas, qui présidait aux célébrations depuis l'autel monté sur le parvis de la basilique de Notre-Dame du Rosaire de Fatima.

    "C'est rassurant car les distances sont bien délimitées. (...) Il y a assez de monde, vu les circonstances", a commenté Delphine Ligan, une Ivoirienne de 60 ans qui se rend touts les ans à Fatima depuis une dizaine d'années.

    Ricardo Cunha, un Portugais de 27 ans, a fait son pèlerinage à pied et en solitaire, alors que d'habitude il fait le déplacement en mai avec un groupe d'amis. "Cette année c'est un pèlerinage plus troublant, mais au moins les conditions de sécurité sont garanties", a-t-il témoigné.

    L'an dernier, quelque 6,3 millions de pèlerins et touristes avaient visité le sanctuaire situé à 130 kilomètres au nord de Lisbonne, qui figure parmi les sites mariaux les plus fréquentés au monde à l'instar de Lourdes en France.

    Le Point


    2 commentaires
  • C'est un curé ou un comique  ?  happyhappyhappy


    6 commentaires
  • Alors que le pape François consacre sa troisième encyclique à “la fraternité et l’amitié sociale”, l’éditorialiste de CNews a regretté que le pontife argentin tienne un discours “d’extrême gauche”.

    Dimanche, le pape François a dévoilé sa troisième encyclique, « Tous frères » dans laquelle il dresse un constat sombre du monde contemporain. Le souverain pontife évoque notamment l’immigration, le populisme et le libéralisme en proposant des solutions pour un monde meilleur. « Quand j’ai lu ça, j’étais sidéré. Sidéré devant la naïveté d’adolescent boutonneux qui se répandait à chaque page. Rendre le monde meilleur, c’est bon quand on a 14 ans. Quand on a 15 ans, on y croit plus. (…) Il nous fait une encyclique qui ressemble à une chanson de Grand corps malade », a souligné l’éditorialiste Eric Zemmour sur le plateau de CNews.

    Et le journaliste d’ajouter : « C’est un idéalisme mondialiste, universaliste, naïf. Derrière ça, il y a de la politique. Le pape fait de la politique. On a un pape post-catholique. Il n’est plus catholique. Il tient un discours d’extrême gauche. Ce n’est plus l’universel. Il y a un détournement du dogme catholique pour faire profondément de la politique. » Concernant l’identité des peuples européens, Eric Zemmour s’est également montré très critique à l’encontre du pape François. « C’est un ennemi de l’Europe, il méprise l’Europe. De ce que j’en sais, il déteste la France. Il ne défend pas l’héritage catholique, il le brade. Il a transformé le Vatican en ONG », a lancé l’éditorialiste. Dans son texte, le chef de l’Eglise catholique passe en revue ce qui pourrait « faire renaître un désir universel d’humanité » alors que l’époque lui semble au contraire être à la fragmentation, aux crispations nationalistes et à l’isolement des individus.

    Valeurs Actuelles

    Je me souviens que le pape, il y a peu, défendait les musulmans !


    4 commentaires
  • Vaucresson : Des croix gammées et des inscriptions antisémites découvertes dans une école élémentaire

    Les inscriptions ont été découvertes dans la bibliothèque de l’école élémentaire.

    Le personnel de l’école élémentaire « Les Peupliers », située au 1 rue de l’Église à Vaucresson (Hauts-de-Seine) a découvert des inscriptions antisémites ce jeudi dans la bibliothèque. Des croix gammées ont notamment été dessinées sur les murs et sur un tableau, avec les termes « sale juif »« juifs coupables » ou encore « free Palestine ».

    Selon les premiers éléments, le ou les auteurs se seraient introduits dans l’établissement en passant par une fenêtre qui était restée ouverte.

     

    La mairie a déposé plainte et une enquête a été ouverte. Les investigations ont été confiées au commissariat de Saint-Cloud.

    Un acte « qui ne peut rester impuni »

    « Des inscriptions à caractère antisémite au feutre rouge ont été faites sur un tableau et un pan de mur. Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte qui ne peut rester impuni », a réagi la maire de Vaucresson, Véronique Jacqueline, dans un communiqué ce vendredi matin. « La police nationale a été immédiatement saisie et une enquête est en cours », ajoute-t-elle.

     

    La semaine dernière à Paris, un restaurant kasher du XIXe arrondissement de Paris a été entièrement vandalisé et de nombreuses inscriptions antisémites ont été découvertes à l’intérieur.

    ACTU 17


    2 commentaires
  • La répression se poursuit. Un militant du mouvement de protestation contre le pouvoir en Algérie, Yacine Mebarki, a été condamné jeudi à dix ans de prison pour « incitation à l'athéisme » et « offense à l'islam ».

    Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH), a déclaré à l'AFP que M. Mebarki avait été condamné « à dix de prison ferme et à dix millions de dinars d'amende (66000 euros) » par le tribunal de Khenchela (est).

     

    Cette nouvelle condamnation s'inscrit dans une vague de répression ciblant quotidiennement des militants de la contestation ou « Hirak », des opposants politiques, des journalistes et des blogueurs. M. Salhi s'est dit « choqué par la lourdeur du verdict contre un citoyen qui n'a fait qu'exprimer son opinion sur les réseaux sociaux ».

    Une peine supérieure aux réquisitions

    Il s'agit de la plus lourde peine prononcée contre un militant du « Hirak » depuis le début en février 2019 du soulèvement populaire pacifique pour réclamer un « changement du système » en Algérie. Ce mouvement est né d'un immense ras-le-bol des Algériens qui réclament un profond changement du « système » en place depuis 1962. En vain jusqu'à présent, même s'il a poussé en avril 2019 au départ du président Abdelaziz Bouteflika après 20 ans au pouvoir.

     

    Le parquet avait requis mardi huit ans de prison. Il est rare qu'un juge prononce une peine supérieure à celle réclamée par le parquet. Le prévenu, qui clame son innocence, a décidé de faire appel, a indiqué M. Salhi, en réclamant sa libération, l'annulation du procès et l'abandon des poursuites.

    Yacine Mebarki était poursuivi notamment pour « incitation à l'athéisme » et « offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l'islam », a-t-il ajouté sans préciser qu'est ce qui était exactement reproché au militant. L'athéisme est sévèrement condamné dans le monde musulman.

    70 personnes emprisonnées pour des faits liés à la contestation

    Très impliqué localement dans le « Hirak » et militant berbère, M. Mebarki, 52 ans, a été arrêté le 30 septembre après une perquisition à son domicile. Selon un ami du condamné, joint au téléphone par l'AFP et qui était présent au tribunal, les policiers auraient trouvé chez lui un exemplaire jauni du Coran appartenant à son grand-père, « dont une des feuilles était déchirée » du fait de l'ancienneté de l'ouvrage. Déchirer une page du livre saint est considéré comme une atteinte à l'islam.

    Dans un communiqué, la LADDH « rappelle les garanties contenues dans le droit national notamment la Constitution et les conventions internationales ratifiées par l'Algérie, en matière du respect des libertés de conscience et d'opinion ».

    Quelque 70 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie pour des faits liés à la contestation, la plupart pour des publications sur Facebook, d'après le CNLD.

    Le Parisien


    2 commentaires
  • Nagorny Karabakh : désolation dans la cathédrale de Choucha, frappée par une roquette

    Livre de l'Exode 29-30. Jetée à terre par la violence du choc, la Bible en alphabet arménien, couverte de poussière, gît ouverte sur le sol, aux côtés de candélabres renversés.

    Un trou béant dans la voûte de pierres laisse passer un rayon de soleil qui vient illuminer le désastre dans la nef.

    La cathédrale de Choucha (Chouchi pour les Arméniens), une ville historique symbole, souvent appelée la "Jérusalem du Nagorny Karabakh", a été atteinte jeudi de plein fouet par une frappe au douzième jour de la guerre entre séparatistes arméniens et forces azerbaïdjanaises.

    L'Azerbaïdjan, dont les forces bombardent depuis des jours cette cité, a démenti avoir touché le lieu de culte.

    Vers 15H30 heure locale (11H30 GMT), trois roquettes ont visé cette ville, située sur une crête montagneuse dominant la capitale indépendantiste Stepanakert, à 14 km environ, a constaté un journaliste de l'AFP.

    L'une d'elle a atterri sur le toit de la cathédrale, l'une des plus célèbres églises du monde arménien, datant du XIXe siècle, sur son transept sud, endommageant gravement l'édifice.

    "J'arrivais à l'église quand j'ai vu trois roquettes dans le ciel. Deux sont passées à côté, mais la troisième a touché le toit", raconte Zanyac Tigran, le jardinier des lieux, blouson de cuir et pantalon de treillis.

    "J'ai les genoux qui en tremblent encore, c'est un miracle que je sois indemne", lâche l'homme, visiblement secoué, en se passant la main sur sa barbe de trois jours.

    Dans le jardin plat servant de parvis au monument, des morceaux déchiquetés de la charpente en bois et du toit de plomb sont parsemés un peu partout.

    A l'intérieur, c'est la désolation. Les pierres tombées de la voûte gisent en tas sur le sol couvert de poussière. A une quinzaine de mètres au-dessus des têtes, un large trou -de deux à trois mètres de diamètre- a déchiré le plafond entre les ogives.

    "Rien de stratégique"

    Les bancs dans cette partie de la nef ont été écrasés ou repoussés sous le choc vers le centre de l'édifice. Le sol est jonché de bris de verre, éclats de bois et tapis souillés par les décombres.

    Dans le choeur en estrade, tous les objets liturgiques ont été renversés sur l'autel. Une épaisse couche de cendre recouvre tout, qui prend au nez et se mêle à une caractéristique odeur d'explosif.

    Un homme vient rallumer un cierge avant de se signer, un autre ramasse la bible au sol pour l'épousseter et la replacer avec dévotion sur son reposoir.

    "Il n'y a pas de militaires ici, rien de stratégique, comment peut-on viser une église ?", s'indigne, outré, Siméon, un autre visiteur. "C'est une cathédrale très importante pour nous les Arméniens", rappelle-t-il.

    Une poignée de fidèles étaient présents au moment de l'attaque, par miracle aucun d'entre eux n'a été grièvement blessé. Choqués, un prêtre les a emmenés dans la cave d'un immeuble voisin servant d'abri antiaérien.

    Comme Stepanakert, Choucha est depuis une dizaine de jours la cible régulière des bombardements des forces azerbaïdjanaises.

    Pour l'archevêque de la région, Parguev Martirossian, cette nouvelle attaque relève des méthodes de "l'Etat islamique, ils (les Azerbaïdjanais) attaquent nos valeurs spirituelles", a-t-il dit à l'AFP.

    Plus tard dans l'après-midi, une deuxième frappe a touché l'édifice religieux, faisant des blessés parmi des journalistes russes et arméniens présents sur place.

    Longtemps partagée entre deux cultures, chrétienne pour l'Arménie et musulmane pour l'Azerbaïdjan, Choucha fut le théâtre d'une bataille décisive pendant la guerre du Karabakh (1988-92), qui vit les Arméniens en reprendre le contrôle.

    Ceux-ci firent alors de la cathédrale un symbole : désaffectée sous l'ère soviétique, elle servit ensuite de garage puis de dépôt d'armes pour les Azerbaïdjanais, avant d'être reconstruite et remise à neuf.

    "Nous reconstruirons notre cathédrale, comme nous l'avons toujours fait au cours de notre histoire", promet Siméon. Quant aux responsables de ce bombardement, "Dieu jugera !".

    Le Point


    1 commentaire
  • La victime âgée de 26 ans a été frappée à coups de pelle par un homme de 29 ans, dimanche après-midi, alors qu'elle s'apprêtait à assister à une fête religieuse. L'assaillant présumé a été interpellé, a indiqué la police qui précise qu'il portait une tenue ressemblant à un uniforme de l'armée allemande. Le dirigeant du Congrès juif mondial dénonce « un acte de terreur violent, antisémite ».

    Un étudiant juif a été « grièvement blessé » dimanche par un homme de 29 ans devant une synagogue de Hambourg, dans le nord de l'Allemagne, a annoncé la police, une agression que le chef de la diplomatie a qualifiée d'acte d'« antisémitisme répugnant ».

    La victime âgée de 26 ans a été attaquée à coups de pelle portés à la tête au moment où elle s'apprêtait à entrer dans l'enceinte de la synagogue à l'intérieur de laquelle se déroulait dimanche après-midi une fête religieuse, selon un communiqué de la police de Hambourg.

    Un morceau de papier avec une croix gammée

    Son assaillant a été interpellé, a précisé la police qui a souligné qu'il portait une tenue ressemblant à un uniforme de l'armée allemande. Selon l'agence de presse allemande dpa, un morceau de papier avec une croix gammée a été retrouvé dans la poche de son pantalon.

    La victime, qui est parvenue à se mettre à l'abri et a été prise en charge pour de premiers soins par des passants, a ensuite été admise à l'hôpital, a poursuivi la même source.

    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a immédiatement dénoncé sur Twitter de « l'antisémitisme répugnant » auquel « nous devons tous nous opposer ».

    « Antisémite »

    De New York, le dirigeant du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, a de son côté déploré « un acte de terreur violent, antisémite ».

    Le président de la conférence allemande des rabbins orthodoxes (ORD), Avichai Apel, a quant à lui qualifié l'agression de « nouveau choc pour la communauté juive en Allemagne ».

    « Il est insupportable de constater que la haine et la violence contre les Juifs ne cessent d'éclater dans les rues allemandes », a-t-il dénoncé dans un communiqué.

    « Extrêmement embrouillé »

    L'assaillant présumé a été interpellé par des policiers chargés de surveiller l'édifice religieux mais a donné l'impression d'être « extrêmement embrouillé », rendant très difficile un interrogatoire, a raconté une porte-parole de la police citée par dpa. Il s'agit d'un Allemand originaire du Kazakhstan, a ajouté cette source.

    La communauté juive de Hambourg célébrait ce dimanche la fête de Succot, également connue sous le nom de « fête des cabanes ». Selon des médias allemands, la synagogue était remplie de fidèles.

    Cette attaque intervient près d'un an après un attentat avorté contre une synagogue de Halle le jour de Yom Kippour, la plus grande fête juive, le 9 octobre 2019. Faute d'avoir pu pénétrer dans l'édifice, l'assaillant, jugé depuis l'été, avait tué une passante puis un jeune homme dans un snack de cette ville de l'ex-RDA.

    Dans un pays hanté par son passé, les autorités s'inquiètent d'une résurgence de l'antisémitisme ces derniers temps, alimentée notamment par l'extrême droite.

    Ouest-France


    1 commentaire
  • Pourra-t-on un jour être femme et devenir évêque, curé, nonce ou diacre ? C'est en tout cas la volonté d'un collectif créé cet été, "Toutes Apôtres!". Des femmes qui veulent faire bouger les lignes de l'Église catholique en postulant symboliquement à des fonctions qui leur sont aujourd'hui interdites, des postes réservés aux hommes. Pour la première fois en France, elles ont été reçues samedi par un représentant du Vatican à Paris, le nonce apostolique.

    "J'ai été reçue et entendue"

    Parmi ces militantes, Christina Moreira, la dernière à être reçue sort satisfaite et confiante de cette entrevue inédite. "C'est un symbole, on me répète sans cesse que la porte est fermée : Jean-Paul II l'a fermée, Benoist XVI a confirmé cette décision et le pape François ne compte pas faire changer les choses... Mais cette porte je l'ai poussée, j'ai été reçue et entendue." En plus d'un entretien, les membres du collectif "Toutes Apôtres!" ont également obtenu l'engagement que leur message sera porté au Vatican. 

    "Je veux qu'on entende ma parole de femme dans l'Église"

    Un soulagement pour la docteure en théologie Sylvaine Landrivon, 64 ans, qui espère devenir évêque depuis de nombreuses années. "Je suis catholique, je veux le rester et je veux qu'on entende ma parole de femme dans l'Église. Le président Emmanuel Macron a récemment parlé des 'séparatismes', mais on peut se dire aussi que dans l'Église catholique l'égalité hommes-femmes n'est pas respectée, or c'est une loi de la République."

    Prochaine étape pour ces militantes, inscrire la réforme de l'Eglise et la place des femmes à l'agenda de la prochaine conférence des évêques de France, le mois prochain.

    Europe 1


    2 commentaires
  • "Le Jésus sibérien" : le gourou d'une secte arrêté en Russie

    Sergei Torop, plus connu sous le nom de Vissarion a été arrêté en Sibérie lors d’une opération des forces spéciales. L’homme, gourou d’une secte, dit être la réincarnation de Jésus.

    Fin de partie pour le «Jésus sibérien». Les autorités russes ont annoncé avoir arrêté le gourou d’une secte cette semaine. Sergei Torop, appelé Vissarion par ses fidèles, est accusé d’être à la tête d’une organisation illégale, d’extorsion de fonds et d’abus émotionnels sur les membres du groupe, rapporte le «Guardian». Deux de ses proches, dont l’ancien batteur d’un boysband de l'ère soviétique, ont également été interpellés.

    Sergei Torop, reconnaissable par sa longue barbe et ses cheveux gris, a lancé sa secte en 1991, deux ans après avoir perdu son emploi en tant qu’agent de la circulation. Avec «L’Eglise du Dernier Testament», l’homme d’aujourd’hui 59 ans dit avoir eu une prise de conscience coïncidant avec la fin du régime soviétique. Rapidement, il a attiré auprès de lui des milliers de fidèles venant de Russie mais aussi du reste de l'Europe, réunis dans la région sibérienne de Krasnoïarsk, où sont installés leurs hameaux. En 2002, interrogé par le «Guardian», il avait expliqué «ne pas être un Dieu» parce que c’est «une erreur de voir Jésus comme un Dieu». «Mais je suis la parole vivante de Dieu le père. Tout ce que Dieu veux dire, il le dit à travers moi», avait-il confié.

    La Vierge Marie "dirige la Russie"

    Au total, Vissarion était entouré d’environ 4000 disciples regroupés dans la Cité du Soleil. Mais la secte compterait des dizaines de milliers d’autres adhérents. Leur religion reprend des préceptes de l’Eglise orthodoxe russe, du bouddhisme, elle prépare également la fin du monde et accorde une large place à l’égologie et au végétarisme. Par ailleurs, les membres n’ont pas le droit de consommer du tabac ou de l’alcool et l’argent y est interdit. «Nous n’avons le droit de rien faire ici. A part tomber amoureux», avait commenté auprès du «Guardian» en 2002 une jeune fidèle de 28 ans, arrivée là avec sa mère lorsqu’elle en avait 18. Parmi les dévots de la secte, des musiciens, des actrices, des enseignants, des médecins, d’anciens colonels de l’Armée rouge et même un ancien vice-ministre des chemins de fer de Biélorussie. «Bien sûr, c'est dur, surtout pour les intellectuels et ceux qui ont l'habitude de travailler dans les villes. Mais il est important que les gens se voient eux-mêmes et les autres. Et c’est plus facile quand le travail est dur. Il y a un salut dans les épreuves», avait expliqué Sergei Torop, toujours dans le «Guardian».

    D’après les médias russes dans l'idéologie première du culte, Vissarion affirmait que Jésus veillait sur les gens depuis une orbite proche de la Terre, et que la Vierge Marie «dirigeait la Russie». Ce n’est que plus tard qu’il a dit être la réincarnation de Jésus. Naturellement, c’est donc le 14 janvier, jour de l’anniversaire de celui qui est également surnommé «Le Professeur» qu’une grande fête se tient, et non le jour de Noël. Mais le jour le plus important de l’année pour les fidèles est le 18 août, date d’anniversaire du tout premier sermon du gourou, en 1991, lorsque qu’il serait descendu de la montagne à cheval pour rejoindre des milliers de fêtards qui s'amusaient dans la rivière près du hameau de Petropavlovka. Les autorités n’ont pas expliqué pour quelles raisons elles avaient décidé d’arrêter Sergei Torop maintenant, alors qu’il agit depuis trois décennies.

    Paris Match


    3 commentaires
  • Paris : Encerclés et pris à partie lors d’une interpellation, des policiers saisissent leur arme de service

    L’intervention des policiers a été filmée. Ces derniers étaient en train d’interpeller un homme qui refusait de se laisser faire, lorsqu’ils ont été encerclés par une soixantaine de personnes.

    Les interpellations en pleine rue sont parfois difficiles et les policiers doivent tenir compte de ce qu’il se passe autour d’eux. Des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) se sont retrouvés dans l’une de ces situations ce mercredi vers 17h30, sur le boulevard de Strasbourg, à l’angle avec la rue de Jarry à Paris (Xe) précise actuParis.

    C’est en passant à cet endroit qu’ils ont repéré un homme qui ne portait pas de masque, pourtant obligatoire dans les rues de la capitale depuis le 28 août. La situation s’est rapidement envenimée puisque l’homme a repoussé violemment les policiers, avant de s’opposer à son interpellation. Il a alors mordu l’un des fonctionnaires indiquent nos confrères.

     

    L’interpellé a été amené au sol pour être maîtrisé et les policiers ont rapidement été encerclés par une soixantaine de personnes, comme le montre la vidéo d’un journaliste de Radio-Canada, qu’il a diffusée sur les réseaux sociaux.

    Un téléphone volé

    La situation est alors tendue, les insultes et les hurlements se multiplient. Les policiers commencent à recevoir des projectiles. L’interpellé lui, refuse de se laisser menotter. Face à cette situation et craignant d’être agressés dans leur dos, deux des policiers exhibent leur arme de service, ce qui a pour effet de faire reculer rapidement la foule.

    Des renforts de police à VTT arrivent ensuite et un périmètre de sécurité est alors établi. L’interpellé est ensuite ramené jusqu’au véhicule de police pour être conduit au commissariat. Le mis en cause avait par ailleurs un téléphone volé sur lui. Il a été placé en garde à vue.

    ACTU 17


    6 commentaires
  • Armées : éviction de l’abbé Christian Vénard

     

    L’aumônier militaire, qui eut plusieurs fois le courage de prendre la parole sur les dangers de l’islamisation et l’incohérence de certaines décisions de l’exécutif français dans ce domaine, a été évincé par l’évêque aux armées, Mgr de Romanet.

     

    "Qu’en est-il d’un pays qui envoie ses plus courageux combattre les racines d’un mal qu’il semble laisser prendre racine, sans beaucoup de résistance, sur son propre sol ? "

    ABBÉ CHRISTIAN VÉNARD+

    Voici un extrait de son communiqué, dans lequel il annonce aussi la nouvelle mission qui l’attend :

    Après avoir été séminariste du diocèse aux armées et ordonné prêtre pour ce diocèse (à une époque où l’incardination formelle n’existait pas encore) ; après 22 ans de carrière militaire, essentiellement au sein des unités parachutistes et, ces dernières années, au sein de la Gendarmerie Nationale, je quitte, bien malgré moi, mes frères d’armes français, étant exclu de mon diocèse et séparé de ceux auprès de qui j’ai eu l’honneur et le bonheur de servir la France, en particulier sur tant de théâtres d’opérations extérieures.

    Invité, depuis, par S.A.S. le Prince Albert II, souverain de Monaco, à me mettre à son service, au sein de la Force Publique monégasque, auprès du Palais et du diocèse de Monaco, je suis heureux et honoré de pouvoir assurer ce nouvel apostolat, auprès de la famille princière de Monaco, de la Principauté et de son diocèse. Je remercie S.A.S. le Prince Albert II pour la confiance qu’il me témoigne, et S.E.R. Mgr Dominique-Marie David, archevêque de Monaco, de m’accueillir au sein du clergé monégasque.

    Abbé Christian Vénard+
    La Lettre Patriote

    4 commentaires
  • Nigeria: Amnesty demande la libération d'un musicien condamné à mort pour blasphème

     

    Au Nigeria, Amnesty International demande la remise en liberté du musicien condamné à mort par pendaison en début de semaine par un tribunal islamique de Kano, dans le nord du pays.

     

    Lundi 10 août, Aminu Sharif, musicien de 22 ans, a été reconnu coupable de blasphème, après une audience tenue à huis clos. L’Etat de Kano fait partie des 12 Etats du nord où la loi islamique est en vigueur. L’organisation Amnesty international se dit choquée et doute que le jeune Sharif ait eu un procès équitable.

    « Nous avons été choqués d’apprendre cette condamnation à mort pour blasphème, explique Osai Ojigho, directrice d’Amnesty au Nigeria. Ce qui est révoltant, c’est le fait que la justice se base sur des messages écrits et audio échangés sur « Whatsapp ». Ce procès est entaché de zones d’ombres : on a dû mal à voir sur quels autres indices l’accusation repose ; on ignore si le prévenu était pleinement informé de ses droits et on émet des doutes, sur la durée du procès… L’artiste était au tribunal, mais il est encore très difficile de savoir s’il a eu accès à un avocat. »

    Au-delà de l’équité discutable du procès, Amnesty s’inquiète plus largement d’une éventuelle montée de l’extrémisme dans le nord du pays. « La loi islamique existe depuis longtemps à Kano mais elle s’est jusque-là concentrée sur des problématiques sociales et non sur des affaires criminelles. Ce retour montre sans doute une montée de l’extrémisme dans le pays ».

    Le musicien a encore la possibilité de faire appel de cette décision auprès de juridictions classiques.

    RFI

    Dans un pays musulman, il ne fait pas bon de critiquer Allah, on risque la mort !


    3 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 15 08 2020

    L'Assomption de Marie est la croyance religieuse orthodoxe et catholique selon laquelle la Vierge Marie, mère de Jésus, n'est pas morte comme tout un chacun mais est entrée directement dans la gloire de Dieu (ce qu'on traduirait communément par « montée au ciel ») ...

    Passez une bonne soirée


    7 commentaires
  • «La morale et le mode de pensée de l'Eglise ne font plus référence pour la population»

    © Lucille BOIRON Manifestation contre la PMA pour toutes, le 6 octobre à Paris.

    A l'occasion du 15 août, fête religieuse d'importance pour les catholiques, Séverine Mathieu, sociologue des religions, fait le point sur la place qu'occupe encore l'Eglise catholique dans les débats politiques et de société en France.

    LIEN de l'article :

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/la-morale-et-le-mode-de-pens%C3%A9e-de-l-eglise-ne-font-plus-r%C3%A9f%C3%A9rence-pour-la-population/ar-BB17ZlaC?ocid=msedgntp


    4 commentaires
  • Les célébrations de l'Assomption marquées par le coronavirus à Lourdes

    Célébrée le 15 août, l'Assomption est une date très importante pour les catholiques. Les croyants commémorent l'élévation de la Vierge Marie.

    Traditionnellement, 20.000 à 30.000 pèlerins, venus du monde entier, convergent vers Lourdes pour l'occasion. Mais avec le coronavirus et la limitation des rassemblements à 5.000 personnes, la Cité mariale s'apprête à vivre une journée de célébrations inédites. Sanctuaire, accès à la basilique : tout a été repensé pour accueillir au mieux les fidèles dans le respect des règles sanitaires. 

    Les lieux réadaptés 

    "Ce sont des capteurs, et toute masse qui passe est comptabilisée en entrée ou en sortie", explique Sébastien Maysounave, responsable de la sécurité du Sanctuaire. Le nombre de personnes présentes sur le site s'affiche en temps réel sur son téléphone afin de ne jamais dépasser le seuil des 5.000 fidèles.

    Le calendrier des célébrations a été adapté. Et dans la basilique qui peut accueillir jusqu'à 25.000 personnes, de nouveaux ornements ont fait leur apparition. "Ce sont 5.000 marquages qui ont été réalisés, 1.600 points matérialisés sur les bancs", explique-t-il. "Ce sont des schémas de placement avec des bénévoles qui vont orienter les personnes et ensuite rappeler durant les célébrations avec des pictogrammes simples le port du masque obligatoire et la distanciation d'un mètre." 

    "Une perte de 8 millions d'euros" !

    À Lourdes, si quelques touristes et fidèles ont fait le déplacement, ceux qui vont se faire rares cette année, ce sont les pèlerins. Ils ne sont que 450 inscrits au pèlerinage national, contre près de 10.000 habituellement. "Nous escomptons qu'à la fin de la saison, nous aurons une perte de 8 millions d'euros", confie le recteur, Mgr Olivier Ribadeau Dumas. "Nous reposons sur les offrandes des fidèles et des pèlerins, donc nos finances sont dans une situation difficile". 

    Plus largement, c'est toute l'économie de la ville qui est atteinte avec des pertes de plus de 80% pour les commerces et les hôtels. En visite en début de semaine, Bruno Le Maire, a déjà promis un premier volet d'aides spécifiques aux commerçants. 

    Europe 1

    Croire qu'une fille a vu Marie s'élevait dans le ciel c'est aussi stupide que de croire que Marie est tombée enceinte toute seule et qu'elle est est restée vierge après avoir accouché!

    Lourdes, juste un truc pour faire du pognon !


    6 commentaires
  • Les discriminations religieuses touchent davantage les catholiques

    Les discriminations religieuses touchent davantage les catholiques

     


    2 commentaires
  • Etats-Unis : 13 sœurs d’un même couvent meurent du Covid-19

    Le coronavirus a fait des ravages au couvent « the Presentation of the Blessed Virgin Mary », dans le Michigan. Entre le 10 avril et le 27 juin, treize religieuses sont mortes de la maladie, dont douze en un mois, rapporte le New York Times.

    « Nous sommes attristées pour chacune de nos sœurs décédées au cours de la pandémie dans toute la province et nous apprécions tous ceux qui nous soutiennent dans la prière et de diverses façons », s'est exprimée dans le quotidien américain sœur Mary Christopher Moore présidente de la communauté « Our Lady of Hope Province », qui rassemble quelque 400 religieuses d'Amérique du Nord.

    Dangereux pour les nonnes

    Ces femmes étaient membres de la congrégation de Saint-Félix de Cantalice, plus communément appelées Féliciennes.

    Avec la diffusion du virus, le couvent dont elles faisaient partie avait mis en place plusieurs mesures de sécurité. Il n'accueillait plus de visiteurs, les sœurs appliquaient la distanciation sociale et les travaux de groupe se faisaient avec un nombre de personnes limité, raconte le New York Times. De plus, la messe se faisait par vidéo.

    Le Parisien

    Comment Dieu a pu laisser faire ça ???


    3 commentaires
  • Hérault : une statue de la Vierge Marie décapitée

     Nouvel acte anti-chrétien, dans l’indifférence générale.

    Sur son compte Twitter, Joël Raymond, maire du village de Montaud, à 20 kilomètres au nord de Montpellier, a indiqué qu’une statue de la Vierge Marie, située sur une parcelle communale, avait été décapitée. L’édile a annoncé avoir porté plainte, et la gendarmerie a ouvert une enquête, rapporte notamment le quotidien régional Midi Libre. Quelques semaines auparavant, une autre statue de la Vierge avait subi un acte de dégradation similaire, à la lisière du Gard et de l’Hérault. 

    « Symbole de l’amour et de la tendresse d’une mère »

    « Est-ce l’imbécilité humaine ? Est-ce un acte contre la communauté chrétienne ? », s’est ému Joël Raymond auprès de Midi Libre« Je ne connais pas l’explication de cet acte malveillant mais… reconnaissons qu’il est affligeant et irrespectueux de notre patrimoine culturel et cultuel », a aussi déploré l’édile, avant d’ajouter : « A ceux qui ont commis cette dégradation volontaire, je tiens seulement à leur rappeler que cette statue était le symbole de l’amour et de la tendresse d’une mère ». Le maire a également assuré que le conseil municipal décidera très prochainement d’une réparation ou d’une reprise intégrale de la statue. 

    Le 23 juin dernier, une autre statue de la Vierge Marie avait été retrouvée brisée au bord de la route, à la lisière du Gard et de l’Hérault. Quelques semaines auparavant, la croix du pic Saint-Loup, juchée à 658 mètres d’altitude, avait été mise à bas. Des inscriptions évoquant la laïcité et la sorcellerie avaient été peintes en rouge. Cet immense crucifix a ensuite été remis en état. 

    Valeurs Actuelles

    Les actes anti chrétiens, on en parle pas, mais si il y a une tête de porc devant une mosquée, on en parle, c'est un scandale, pourtant juste à la jeter, pas de dégâts ! !


    3 commentaires
  • Allemagne: l'auteur de la pire attaque antisémite d'après-guerre devant la justice

    Le procès de l'auteur de la pire tentative d'attentat antisémite d'après-guerre qu'ait connu l'Allemagne s'est ouvert mardi, dans un contexte d'un regain de la menace d'extrême droite.

    LIEN de l'article :

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/allemagne-l-auteur-de-la-pire-attaque-antis%C3%A9mite-d-apr%C3%A8s-guerre-devant-la-justice/ar-BB16ZbVP?ocid=msedgntp


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique