• Aucune image insupportable, merci de regarder cette video en entier (si vous aimez vraiment les animaux) et dîtes moi ce qui vous a le plus marqué ?

    On y parle des animaux tués pour la viande, pour la fourrure, pour les expérimentations animales, des animaux pour le cirque, pour le foie gras, ce que l'on fait aux taureaux avant les corridas, etc.

    Il y a aussi des citations d'hommes célèbres.

    Ce type n'a rien oublié, à vous de juger !


    10 commentaires
  • Le bashing était trop important. Luc Alphand quitte la France à cause du scandale de ses photos. Le vainqueur de la Coupe du monde de ski 1997 ne supporte plus les insultes. Dans une interview accordée au magazine VSD, il confie: «Vu la violence et la haine des messages que j'ai reçus, il était impossible de le faire (avant).»

    Le vainqueur du «Dakar» 2006 se fait insulter depuis la publication de photos sur les réseaux sociaux où il apparaît à côté d'animaux morts. L'association «30 millions d'amis» s'était même indignée. «J'ai reçu des milliers de messages d'un niveau de haine incroyable. Des menaces de mort, ‘je vais te crever', ma femme qui se fait traiter de ‘pute', des insultes écrites sur les notes de l'hôtel où elle travaille, mes enfants qui subissent ça à l'école», ajoute t-il.

    Même dans son village natal de Serre-chevalier (Alpes), il n'a pas retrouvé la tranquillité et la notoriété dont il a toujours bénéficié. À tel point qu'il affirme «raser les murs et ne plus se sentir chez lui». Alphand précise qu'il ne quitte pas la France pour «s'exiler» mais «pour y travailler sur le circuit de la Coupe du monde de ski à la demande de la fédération andorrane».

    Une photo publiée à son insu

    Le pire étant que cette polémique lui est tombée dessus du jour au lendemain à son insu. «Cette photo, ce n'est pas moi qui l'ai postée. Je n'ai même pas Facebook, et, sur mon Instagram, je ne poste jamais de photos de chasse. Celle-ci a été prise avec l'iPhone d'un guide de chasse qui se trouvait sur la même zone que moi avec son client. Moi je chassais le mouflon et eux, l'ours. En rentrant, ils l'ont dépecé, sont allés jeter la carcasse et, comme il commençait à faire froid, je me suis mis sur la peau de l'ours. Quand ils sont revenus, ils ont voulu faire une photo. J'ai accepté...», explique t-il à VSD.

    Une image écornée et des sponsors qui le lâchent

    Le sportif est passionné par la chasse (partagée avec son père, guide de haute-montagne, et son frère), il ne s'en cache pas, mais il précise tout de même qu'il a uniquement dépecé des animaux «qui n'impactent pas la reproduction». «Je les tire une fois, ils ne sentent rien», détaille t-il. Toute cette polémique n'a pas été sans conséquences sur son image et son porte-monnaie: «Un tiers de mes sponsors est parti. Des conventions annulées. La piste de ski à mon nom n'a pas été débaptisée, ils ont juste enlevé le panneau, mais la course de vélo, si», conclut Luc Alphand, valises en mains.

    Le Figaro

    Et bien, qu'il se tire, saloperie de chasseur !


    4 commentaires
  • À son tour, la ville de Strasbourg refuse les cirques avec animaux sauvages

    Le phénomène semble prendre de l'ampleur un peu partout en France. La ville de Strasbourg, via une décision prise par son Conseil Municipal, a décidé d'interdir sur son sol la présence de cirques proposant des numéros avec des animaux sauvages. Une façon pour la ville de l'est de la France de promouvoir un spectacle respectueux de la condition animale.

    On ne verra bientôt plus de lion ou d'éléphants d'Asie sous les chapiteaux s'installant provisoirement dans la ville de Strasbourg, ainsi en a décidé le Conseil Municipal de cette grande ville d'Alsace.

    Donner l'exemple 

    Strasbourg emboîte donc le pas à d'autres grandes villes de France à l'instar d'Ajaccio, Bastia, Montpellier, Paris ou encore Rennes.

    Une belle victoire pour les défenseurs de la cause animale, puisque le Conseil de la commune a adopté à l'unanimité lundi 16 avril au soir un voeu « Relatif à l'interdiction de l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques et à l'accueil à Strasbourg d'arts circassiens respectueux de la condition animale. »

    Le texte d'origine avait été déposé par Eric Schultz, l'adjoint au maire de la ville et le 16 avril au soir, le maire Roland Ries s'est félicité sur Twitter de cette décision qui a fait consensus.

    Les mentalités évoluent 

    Pour Strasbourg, c'est une façon de montrer que la commun se soucie de la condition animale mais aussi qu'elle n'est pas foncièrement opposée au monde du cirque, puisque la municipalité accueillera toujours des spectacles. Simplement, ceux-ci ne devront plus mettre en scène d'animaux sauvages dressés pour exécuter ces tours.

    Mais quid des cirques qui ont déjà prévu de venir s'installer sur le territoire de la commune avant que la décision du Conseil Municipal ne soit prise ? Ces derniers pourront venir se produire, la loi n'étant pas rétroactive et la commune n'étant pas désireuse de créer des polémiques inutiles. Cette interdiction sera donc progressive à partir de l'été 2018.

    Cadre juridique 

    Cette déclaration d'intention de la part de la ville doit cependant se conformer à un certain cadre juridique. Ainsi, le respect des besoins physiologiques des animaux présents dans les cirques sera systématiquement inspecté par un vétérinaire et en cas d'absence de conformité, la ville refusera l'installation du chapiteau.

    Les associations de défense animale attendant maintenant que l'exemple de Strasbourg incite de nouvelles communes alsaciennes à faire de même. C'est déjà le cas de 5 villes de la région, et un courrier sera adressé par Strasbourg aux 31 autres villes de l'Eurométropole. Mais Strasbourg espère bien inspirer de nouvelles vocations, grâce à sa position centrale dans la région et son rayonnement aussi politique que symbolique.

    Lire aussi : Cette déclaration de la Ministre de la Culture sur les cirques scandalise !

     Lire aussi : http://www.ohmymag.com/best-friends/quand-nicolas-hulot-defend-la-captivite-des-animaux-sauvages-dans-les-cirques_art116663.html

    Oh My Mag


    4 commentaires
  •  

     MAROC - STOP AU MASSACRE DES CHIENS ERRANTS

    Nous demandons à Mohammed VI, Roi du Maroc, de donner l'ordre immédiat de cesser les massacres systématiques des chiens errants au Maroc. Une telle violence n'est pas digne d'un pays civilisé.

    Des campagnes de stérilisation sont possibles et en cours avec entre autre la Fondation Brigitte Bardot:


    Merci de permettre aux associations de défense des animaux de continuer à s'occuper d'eux, et de les soutenir dans leurs actions.

    STOPPEZ CES ATROCITÉS SVP ! SIGNEZ LA PETITION :


     

    10 commentaires
  • Albertville: Dix-huit mois de prison requis contre un père de famille ayant tué son chiot à coups de hache

    Ses explications livrées à la barre ce lundi n’ont pas semblé convaincre le procureur de la République. Une peine de 18 mois de prison ferme a été requise à l’encontre d’un père de famille de 37 ans, jugé devant le tribunal d’Albertville (Savoie) pour avoir massacré son chiot à coups de hache cinq jours plus tôt.

    L’homme, arrêté vendredi et incarcéré dans la foulée, était jugé en comparution immédiate. Il s’est justifié en précisant que l’animal avait une patte cassée et qu’il ne voulait pas d’un chien handicapé.

     

    Un homme qui terrorise sa famille

    Mercredi après-midi, il a exécuté une petite femelle, âgée de 3 mois, sous les yeux de sa femme et de son fils après être allé la récupérer chez le vétérinaire. L’un des enfants, horrifié, avait ensuite prévenu les gendarmes.

    L’audience de lundi a permis de révéler que l’homme imposait un climat de terreur à ses proches depuis des années, selon France 3. Sa femme et les 5 enfants étaient régulièrement frappés ou humiliés, certains étant même enfermés dans des placards en guise de punition.

    Le procureur de la République a demandé une expertise psychiatrique. Par ailleurs, une pétition a été lancée sur les réseaux sociaux en fin de semaine dernière pour exiger de la justice une peine exemplaire. Elle a recueilli plus de 7.000 signatures.

    20 Minutes

    Les fera t-il ce salaud. Moins de 2 ans, je crois qu'il n'y a plus de prison ?

    Et maintenant une expertise psychiatrique !


    5 commentaires
  • Ces élus ont signé la "Charte pour les libertés et la diversité des cultures" qui vise à défendre la corrida, le gavage, les chasses dites "traditionnelles"...

    À l’image des différentes formes de chasse, de pêche, des arts et pratiques de l’agriculture, qui, tous, participent de cet Esprit du Sud qui repose sur un patrimoine ancestral largement partagé dans nos régions et bien au-delà, tel est le cas de la Tauromachie [qui] constitue une exception culturelle parfaitement légitime dans ses régions de tradition. Au nom de toutes les villes taurines françaises, et des millions de citoyens français qui se reconnaissent dans les valeurs de la culture taurine, nous demandons à l’État français de prendre en considération ce patrimoine
    (extrait de la charte)
    Ma présence a du sens, en tant qu'ami de votre culture, en tant que Président de Région. Je ne peux pas venir à la corrida sans avoir ce message. On ne touchera pas à nos traditions, a martelé Renaud Muselier
    (extrait de l'article de Christophe Vial, La Provence)

    https://www.politique-animaux.fr/corrida/ces-elus-ont-signe-charte-pour-les-libertes-et-diversite-des-cultures-qui-vise-defendre-corr

     

    Vous pouvez aller voir le site POLITIQUE et ANIMAUX dans mon menu à gauche, n'hésitez pas !


    5 commentaires
  • 500 000 € d'aides du Ministère de la culture aux cirques dits "traditionnels", qui détiennent des animaux

    Mais l’itinérance, c’est plus encore qu’une tournée. (...) Ils manquent parfois de financeurs. Ils pourront compter sur nous. Nous allons redoubler d’efforts, pour les soutenir. Nous allons aussi lancer un plan de soutien de 500 000 euros aux cirques traditionnels, trop souvent déconsidérés, longtemps laissés de côté par le ministère.
    (extrait du discours) 

    https://www.politique-animaux.fr/zoo-cirque/500-000-%E2%82%AC-d-aides-du-ministere-de-culture-aux-cirques-dits-traditionnels-qui-detiennent-d

     

    ********************************************************************

    Un autre sujet aussi grave : le commerce de l'ivoire !

    La Ministre de la Culture entend préserver et soutenir la profession d'ivoirier, bénéficiaire de la dérogation à l'interdiction du commerce de l'ivoire

    https://www.politique-animaux.fr/chasse/ministre-de-culture-entend-preserver-et-soutenir-profession-d-ivoirier-beneficiaire-de-deroga

     


    5 commentaires
  • Kenya: décès de Daphne Sheldrick, la célèbre "mère" des éléphants orphelins

    Daphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya, est décédée jeudi à l'âge de 83 ans, a annoncé vendredi sa famille.

    "Daphne est décédée dans la soirée du 12 avril au terme d'une longue bataille avec le cancer du sein, une bataille qu'elle a finalement perdu", a indiqué sa fille Angela Sheldrick dans un communiqué publié sur le site du Fond David Sheldrick pour la faune sauvage (DSWT).

    "Son héritage est incommensurable et son décès aura un large retentissement en raison de son succès sans égal dans la conservation de la nature au Kenya", a ajouté sa fille.

    Née au Kenya en 1934, Daphne Sheldrick a travaillé pendant près de 30 ans à la protection de la nature avec son mari David Sheldrick, fondateur du célèbre parc national de Tsavo.

    Après la mort de son époux, elle a fondé le DSWT, connu à la fois pour sa contribution à la protection de la nature, ainsi que pour son orphelinat d'éléphants, où des milliers de touristes viennent chaque année voir des éléphanteaux nourris au biberon et jouer dans la boue.

    "Daphne a été la première personne qui a élevé avec succès des nouveaux-nés éléphants et rhinocéros qui étaient encore dépendants du lait maternel", a rappelé Angela Sheldrick, selon laquelle la méthode ainsi développée a permis de sauver 230 éléphanteaux orphelins au Kenya, et de nombreux autres à travers l'Afrique et en Inde.

    Il a fallu 28 ans de recherche à Daphne Sheldrick, décorée en 2001 par le gouvernement kényan et en 2006 par la reine Elizabeth II, pour recréer le lait maternel sans lequel les éléphanteaux de moins de deux ans ne peuvent survivre.

    Mais le lait n'était qu'une partie de la solution destinée à sauver des éléphants souvent traumatisés par la mort de leurs parents, tués pour leur défense en ivoire, ou décédés lors de sécheresses: par exemple, les gardiens dorment parfois aux côtés des éléphanteaux, pour les rassurer.

    "L'enfant est fragile, il faut réfléchir comme un humain pour les éléphants", avait déclaré Mme Sheldrick dans un entretien à l'AFP en 2004.

    Lorsque les éléphanteaux atteignent l'âge de deux ans, ils quittent l'orphelinat de Nairobi pour être réintroduits dans le parc de Tsavo, où ils tentent de s'intégrer à un groupe d'éléphants, un processus qui peut être long.

    Le travail de Mme Sheldrick, qui a écrit plusieurs livres, a été immortalisé dans de nombreux documentaires.

    "Daphne vivait aux côtés des éléphants, et a appris à lire dans leurs coeurs, de la même manière qu'ils lisent dans les nôtres", a rendu hommage le DSWT. "Elle comprenait leur fragilité, leur intelligence, leur capacité à aimer, à pleurer, à guérir, à se soutenir les uns les autres, et elle a partagé ces leçons avec le monde".

    Le continent africain ne compte plus que 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Et chaque année, 30.000 éléphants sont tués.

    AFP

    Une grande dame nous a quitté.

     


    7 commentaires
  • Tarbes: L'agresseur cruel qui aspergeait les chiens d'acide a été interpellé

    Les gendarmes ont interpellé celui qui aspergeait les chiens d’acide à Tarbes et dans ses environs…

    Il va devoir répondre de ses actes de cruauté. L’enquête n’a pas traîné dans les Hautes-Pyrénées depuis qu’en début de semaine plusieurs habitants de Tarbes et de Horgues, un village voisin, ont signalé que leurs chiens avaient été blessés par aspersion d’acide ou d’un produit corrosif du même tonneau. L’agresseur de chiens visait les yeux et plusieurs bêtes ont été gravement blessées.

    L’auteur a reconnu les faits

    Mais, les maîtres du coin peuvent se tranquilliser. Les gendarmes des Hautes-Pyrénées viennent d’annoncer sur leur page Facebook que la brigade de Tarbes a identifié et interpellé l’auteur de ces tortures incompréhensibles « après avoir mené une enquête d’environnement approfondie »

    « Placé en garde à vue, l’intéressé a reconnu les faits », précisent les militaires, sans en dire plus sur le profil, l’âge et les motivations de l’homme à l’acide.

     « C’est scandaleux, mon chien a un œil bien esquinté, il subit des soins tous les deux jours chez le vétérinaire, et il y a peu de chances pour qu’il récupère son œil, témoigne le maire Jean-Michel Ségneré

    L’homme, âgé de 46 ans, exerce le métier de distributeur de prospectus publicitaires dans les boîtes aux lettres.  

    Ce dernier est convoqué devant le tribunal correctionnel de Tarbes pour y répondre « d’actes de cruauté envers des animaux domestiques ».

    Il encourt jusqu’à deux ans de prison

    Après une plainte déposée par le maire, l’enquête des gendarmes a progressé grâce au témoignage d’une personne ayant aperçu le suspect en train de maltraiter un chien. L’enquête se poursuit pour déterminer la nature exacte du produit utilisé par l’agresseur. L’homme interpellé risque jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros s’il est établi que les sévices infligés aux bêtes étaient volontaires.

     

    20 Minutes et Le Parisien

    Pourquoi ne pas avoir donné le nom de ce salaud !

    Espérons qu'il aura de la prison ferme, vu que les juges, en général,  se moquent bien de la maltraitance animale


    5 commentaires
  • L214 publie une nouvelle vidéo d'un élevage porcin et porte plainte pour "mauvais traitements"

    L'association L 214  qui défend le droit des animaux publie jeudi matin les images accablantes d'un élevage porcin du Tarn

    Des images choc, une fois de plus. Une nouvelle vidéo de l'association L214 dévoile jeudi matin des images tournées en février 2018 dans un élevage de porc dans le Tarn.

    Sur ces images, les 1.000 cochons de l'exploitation apparaissent dans une situation d'hygiène déplorable, ce qui a poussé L214 à déposer plainte. "C'est un élevage dans lequel il y a une saleté en couches épaisses, du sol au plafond, et des murs délabrés. On a trouvé des rats morts et des mouches. Ce sont des cochons qui vivent au milieu de leurs extrêmement", rapporte auprès d'Europe 1 le porte-parole de L214 Sébastien Arsac.

    Une vie entre quatre murs.

    "Il y a une telle promiscuité que les cochons s'agressent les uns les autres. On voit énormément de cochons avec des blessures sur les oreilles, des morsures sur les queues. Ce sont des plaies qui s'infectent. Ces cochons vivent déjà toute leur vie sur un sol bétonné et, circonstance aggravante, vivent dans cette situation là jusqu'à leur départ pour l'abattoir", souligne le militant.

    "Mauvais traitements et sévices". 

    "C'est une situation que l'on retrouve fréquemment en France. Après, il y a des élevages plus ou moins bien tenu au niveau sanitaire", pointe encore Sébastien Arsac. "Mais aujourd'hui, on porte plainte auprès du tribunal d'Albi pour mauvais traitements et sévices envers les animaux".

    Europe 1

    Signez la pétition : https://www.l214.com/enquetes/2018/elevage-made-in-france/tarn/

    Vous aimez les animaux ???

    Oui, alors arrêtez de manger de la viande !


    6 commentaires
  • Pensez-y quand vous mangez du porc !!!


    7 commentaires
  • Ce pauvre husky n’aura connu que la souffrance jusqu’à son dernier souffle. C’est au cours d’une intervention chez un particulier habitant dans le Var que la police et les pompiers ont découvert l’animal.

    Squelettique, sale, incapable de se lever, le pauvre chien semble terriblement souffrir. Il est tout de suite pris en charge par la Fondation Assistance aux Animaux et emmené en urgence chez un vétérinaire.

    Son constat sera malheureusement sans appel. Au delà de son aspect sale et de sa maigreur alarmante (il ne pèse plus que 12kg de peau et d’os), il souffre de multiples fractures compatibles avec de violents coups reçus. Il faudra difficilement se rendre à l’évidence. Nous suivrons l’avis du vétérinaire qui mettra un terme à ses souffrances.

    Victime quotidienne de son bourreau, c’est finalement dans la mort qu’il aura trouvé la liberté. La Fondation Assistance Aux Animaux a déposé plainte contre son propriétaire, bien connu des services de police pour son comportement violent, pour sévices graves envers un animal domestique, délit passible de 30 000€ d’amende et de 2 ans de prison ferme. Une peine hypothétique qui ne le ramènera pas à la vie… Notre mission est de les sauver.

    Aujourd’hui, nous sommes arrivés trop tard car personne n’a trouvé le courage de dénoncer le calvaire qu’il subissait chaque jour. Combien sont -ils dans son cas ? Battus, affamés, abandonnés, subissant jours après jours les pires atrocités avec la complicité des témoins silencieux de leur souffrance? Il est du devoir de tous d’aider le plus faible et de ne pas fermer les yeux face à la souffrance, peut importe la forme qu’elle prend ou qui en est la victime. Ensemble, nous sommes plus fort.

    Soyez du coté des victimes, pas de celui des bourreaux...

    Fondation Assistance Aux animaux

    Mais pourquoi personne n'a dénoncé le propriétaire ?


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique