• Aurore Bergé milite pour la présence de chats à l’Elysée et à l’Assemblée nationale

    La députée et porte-parole du groupe LREM souligne que de nombreuses souris rôdent dans l’Assemblée…

    « Il faut un chat au Palais [de l’Elysée] », explique Aurore Bergé, députée LREM dans un entretien à Paris Match. La porte-parole du parti présidentiel possède deux chats, Pistache et Baloo, adoptés en 2010 à la SPA. Son fer de lance ? Faciliter la zoothérapie ou la méditation animale dans les hôpitaux.

    Pour l’instant, la députée dresse un constat en faveur des chats dans l’hémicycle : « On est quelques-uns à militer pour en avoir car il y a beaucoup trop de souris à l’Assemblée. » Son vœu ? « Que le chat qui a détrôné le chien dans le cœur des Français fasse son entrée à l’Elysée. »

    20 Minutes

     

    Article complet : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/aurore-berg%c3%a9-milite-pour-la-pr%c3%a9sence-de-chats-%c3%a0-l%e2%80%99elys%c3%a9e-et-%c3%a0-l%e2%80%99assembl%c3%a9e-nationale/ar-BBM2Q56?li=BBoJIji&ocid=PerDHP


    4 commentaires
  • Accident de chasse mortel en Gironde

    Un chasseur de 67 ans a été placé en garde à vue jeudi soir, selon les informations recueillies par Europe 1. Il est soupçonné d'avoir accidentellement tué un autre chasseur d'une cinquantaine d'années depuis un mirador, à Blanquefort en Gironde.

    Il croit voir un sanglier ! 

    Les faits se sont produits à la tombée de la nuit, vers 22 heures, au lieu-dit Fleurimont, précise France Bleu. Les chasseurs devaient redescendre de leur mirador en raison de l'obscurité. Mais l'un d'entre eux n'est pas descendu, estimant qu'il ne faisait pas encore assez sombre. Voyant la végétation bouger, il a ouvert le feu, croyant tirer sur un sanglier, selon son récit aux gendarmes. Mais son tir a mortellement blessé un autre chasseur.

    Europe 1

    Un chasseur en moins, des animaux de sauvés !


    6 commentaires
  • Nantes: des poules, un lapin et une tortue massacrés dans un jardin pédagogique à Rezé

    Un véritable carnage. Ce jeudi matin, les employés du jardin pédagogique municipal de Rezé, au sud de Nantes, ont découvert un triste spectacle en arrivant au travail. Une dizaine de poules ainsi qu’un lapin ont été retrouvés morts. A côté des cadavres, une tortue de terre était toujours vivante mais dans un triste état, sa carapace ayant été brisée.

    La police, qui a ouvert une enquête, indique que les animaux ont été tués « suite à des coups ». Selon les premiers éléments, les faits se sont produits entre mardi soir et ce jeudi matin. Le ou les tortionnaires, toujours en fuite, ont réussi à découper le grillage qui se trouve au-dessus de l’enclos, et qui sécurise le site des éventuels oiseaux.

    Une plainte déposée

    La mairie de Rezé a déposé plainte, d’autant que ce n’est pas la première fois que des animaux du site sont massacrés de la sorte. Plusieurs poules avaient déjà été retrouvées mortes dans ce jardin pédagogique, appelé Jardiversité, qui accueille gratuitement, depuis 2016, les habitants de l’agglomération.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Juments avortées : des éleveurs et des laboratoires impliqués dans les « fermes à sang »

    On peut voir en haut de sa patte avant l'endroit où on prend le sang

     

    Des images terrifiantes de milliers de juments saignées et avortées en Argentine et en Uruguay font scandale. Ces maltraitances ont pour but d’extraire une hormone de leur sang afin de les vendre aux laboratoires, y compris en France. Elle permettrait en effet aux élevages français et européens de mieux programmer les naissances et d’améliorer la rentabilité.

    Parquées dans des box, frappées à coups de bâtons, saignées… Des milliers de juments vivent un impitoyable calvaire dans des fermes disséminées en Argentine et en Uruguay. Ce sont des images prises entre janvier et avril 2018 par les associations Tierschutzbund-Zürich (TSB) et Animal Welfare Foundation (AWF) ainsi qu’un rapport de Welfarm, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, qui révèlent le scandale. Les équidés y font l’objet d’un odieux commerce : leur sang. Pour cela, les juments gestantes subissent un cycle infernal de prélèvements sanguins occasionnant des plaies profondes pendant deux mois de demi, deux fois par an ; elles sont ensuite avortées, à  nouveau remises à la saillie et saignées. Ce processus morbide se termine dans la totalité des cas à l’abattoir, une fois les juments totalement épuisées.

     

    Une hormone prisée par les laboratoires

    Si les fermes de Las Marquesas, Syntex ou Biomega extraient le sang des juments, c’est pour ce qu’il contient en son sein : une hormone du nom de gonadotrophine chorionique équine, plus communément appelée eCG. Cette hormone est extrêmement prisée par les laboratoires pharmaceutiques. Parmi eux le Français CEVA, l’Américain MSD et l’Espagnol HIPRA. « L’eCG permet aux éleveurs de moutons, de chèvres ou de porcs de faire ovuler les femelles sur commande, révèle Adeline Colonat, porte-parole de Welfarm. Ils vont ainsi pouvoir garantir une production laitière toute l’année et synchroniser les chaleurs des femelles. » Autrement dit, les juments sont saignées… pour favoriser la rentabilité des élevages ! D’après les informations de Welfarm, au moins 10 000 juments sont concernées par ces prélèvements sanguins en masse.

    Une alternative crédible à l’eCG

    L’ONG demande expressément l’arrêt des importations de l’eCG ; d’autant plus que l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) travaille sur une alternative crédible et synthétique permettant d’épargner les juments. « La molécule de synthèse aurait des effets proches de l’eCG, informe Adeline Colonat. Les premiers résultats sont positifs. Mais cela ne pourra continuer à exister sans un financement des laboratoires… » Face à l’ampleur de la polémique, le laboratoire CEVA – premier laboratoire vétérinaire français – vient d’annoncer mi-juillet 2018 la création d’une enquête pour vérifier les conditions dans lesquelles évoluent ces pauvres juments. Pour rappel, les médias avaient révélé cette affaire... dès l'automne 2017 !

    Pour contribuer à l’arrêt de ce calvaire cruel, une pétition de Welfarm est en ligne. 

    Reçu de 30 Millions d'amis


    4 commentaires
  • Somme: il tue un chiot de deux mois en le jetant du quatrième étage I

    llustration d'un pinscher

    Un homme originaire d’Abbeville (Somme) a été déféré ce mardi devant le parquet d’Amiens et doit être jugé vendredi en comparution immédiate. Selon Le Courrier Picard, il est accusé d’avoir tué un chiot de deux mois en le jetant du quatrième étage. Les faits remontent à la semaine dernière.

    Le 7 août, les policiers municipaux d’Abbeville ont découvert avec stupeur le cadavre d’un chiot de race pinscher dans une poubelle de la ville. Après l’examen du corps par un vétérinaire, il s’est avéré que l’animal était mort d’une chute.

    Il voulait faire du chantage auprès de sa compagne

    Une plainte a alors été déposée par la Société protectrice des animaux et une enquête a été ouverte. L’auteur présumé des faits est finalement été interpellé peu de temps après. Il s’agit d’un homme de 34 ans, porteur d’un bracelet électronique et déjà bien connu de la police.

    Selon le quotidien, l’individu a expliqué en garde à vue qu’il avait voulu utiliser le chien pour faire du chantage auprès de sa compagne qui venait de le quitter. Après avoir jeté le chien par la fenêtre, il aurait demandé à un proche de déposer le cadavre dans une poubelle.

    20 Minutes

    Saloperie d'humain !

    Mais il ne risque pas grand chose avec notre justice pourrie !


    5 commentaires
  • Dommage que la vache ne l'ait pas blessé !


    4 commentaires
  • Quelle bande de tarés que ces chinois, les éléphnats, les rhinos, les ours et maintenant les ânes ! Sale race !


    5 commentaires
  • Mon nom etait Mayrone , j'avais un an et demi , j'ai été un chiot choyé , dorloté... puis j'ai grandi , ma maîtresse a eu un bébé... elle n'avait plus le temps .. elle ne voulait plus de Moi ... elle m'a laissé devant le portail d'une maison , dans un village du centre var 83 , à 11 h du matin le 25 juillet , enfermé dans une cage d'expo ... elle a envoyé un SMS à une personne qui n'a jamais répondu ... et elle est partie ... j'ai tout fait pour sortir de cet enfer quand le soleil brûlant a tourné et chassé le peu d'ombre que faisait le muret de clôture ... j'ai maché les barreaux de cette maudite prison brûlante ... Moi le chiot choyé devenu indésirable , une charge insurmontable ... et puis mon organisme peu à peu n'a plus réussi à réguler cette température infernale , mon corps a explosé en de multiples hémorragies ... peu à peu dans une souffrance incommensurable , j'ai perdu cette bataille pour sauver mon existence ... qu'ai je ressenti durant ce long combat ? J'ai été un vaillant petit bonhomme ... j'ai essayé de sortir de toutes mes forces ... je suis décédé dans de terribles souffrances ... mon nom etait Mayrone , j'aimais ma maîtresse et je voulais vivre ....

     
    L'association " SOS épagneuls du Tibet " sollicitée sur cette affaire par une clinique Veterinaire à porté plainte pour abandon et acte de cruauté , notre présidente a sollicité l'aide de grandes fondations, la seule ayant répondu et nous ayant donné tout pouvoir est l'association " Stéphane Lamart" pour La Défense des animaux . 
    Les gendarmes se sont montrés extrêmement sensibles au calvaire de Mayrone .
    Nous attendons donc une condamnation exemplaire !
    Il suffit !!! Il suffit de ces actes barbares , il suffit de cette irresponsabilité !!! Trop de souffrance , nous,  associations devont systématiquement porter ces affaires devant la justice ! Il en est de notre devoir pour faire changer les choses ! Oui certes il est décourageant de voir la justice prononcer des peines légères mais soyons tenaces ... peu à peu , goutte après goutte ... participons tous à faire changer les choses sans nous décourager devant ces verdicts complaisants !
    Mayrone est une victime de cette société de consommation qui permet que l'on achète un chiot par caprice pour le balancer comme un objet inutile au moindre premier incident de vie ! Il y a des dizaines de Mayrone en France victimes chaque année !
    Il est de notre devoir, nous, associations de dénoncer et de nous battre pour leur rendre justice !!!
    Je me battrais pour Mayrone... parce qu'il y a trop de souffrance ... trop de drames et c'est intolérable !
    Catherine Diservi , presidente "sos épagneuls du Tibet" déléguée " el rancho les canailles "

    SOS épagneuls du Tibet - 11 08 2018


    4 commentaires
  • Arrêtons de faire souffrir les animaux !

    La justice devrait mettre des peines plus sévères à tous ceux qui maltraitent les animaux !


    4 commentaires
  • Une femme de 24 ans a sciemment laissé ses chiens mourir de faim.

    Illustration

    Lorsque cette jeune femme de 24 ans déménage pour changer de région et quitte Sarlat,  en Dordogne pour aller s'installer en Gironde, elle décide tout simplement d'abandonner ses 3 chiens.

    Plutôt que de les confier à un nouveau foyer ou de les déposer dans une association, elle enferme les animaux dans la cave du domicile avant d'en jeter les clefs, les vouant à une mort certaine.

    Quelques semaines plus tard, la police décide de suivre un chien errant, un shar-Peï très affaibli qui se dirige tant bien que mal vers une maison abandonnée.

    Une odeur nauséabonde se dégage de la maison.
    Lorsque les policiers enfoncent la porte de la cave, ils découvrent les cadavres de deux chiensdeux Staffordshire Bull Terrier, vraisemblablement morts de faim et de soif.

    Le troisième chien avait probablement réussi à s'échapper de la cave avant de subir le même sort.

    Les policiers n'ont eu aucun mal à retrouver la propriétaire de la maison après son déménagement.

    La jeune femme a reconnu les faits, elle ne risque qu'une amende de 750 euros au maximum, les faits ayant été qualifiés de "mauvais traitements" et non de "cruauté sur les animaux" auquel cas la sentence aurait pu être beaucoup plus sérieuse

    buzger

    Seulement une amende de 750 euros, une honte, justice de merde !


    4 commentaires
  • Bordeaux : ils trouvent des boulettes de viande piégées avec des clous

    Les propriétaires de Marvel, un chien de race beagle, ont trouvé des boulettes de viande piégées dans leur quartier, entre barrière Saint-Genès et barrière de Pessac.

    Ces pièges s’avèrent très dangereux pour toutes les bêtes à poil. Mardi soir à Bordeaux, entre la barrière Saint-Genès et la barrière de Pessac, un couple propriétaire de Marvel, un chien de race beagle, est tombé sur des boulettes de jambon remplies de clous, dispersées dans leur quartier.

    Ils ont directement alerté les internautes sur les réseaux sociaux afin de "mettre les propriétaires d’animaux en garde". "Il faut faire attention à nos compagnons à poils, alerte Henri, propriétaire de Marvel. Et ne pas oublier qu’il y a toujours des personnes mal intentionnées".

     

    Marvel, âgé de 2 ans, est suivi sur Facebook par plus de 1700 internautes.

    La vidéo montrant les boulettes piégées a provoqué un vif émoi sur les réseaux sociaux, et a été visionnée 120 000 fois en l’espace de quelques heures.

    "La meilleure solution c’est d’apprendre à son chien comment refuser un appât, conseille Henri. Même si cela demande du temps."

    Le couple a déposé une main courante au commissariat de Talence.

    Sud-Ouest


    4 commentaires
  •   La famille Bingham, aux États-Unis, a réalisé un petit miracle...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique