• Je connais bien cette grande place. J'ai travaillé comme secrétaire au Département des travaux publics au-dessus du Mövenpick au fond de la place.


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Les filles de mon pays - Enrico MACIAS, Dany BRILLANT et les Choeurs de France le mardi 25/12/2012 à 20h45 sur France 3.

    Je vous mets une jolie chanson pour partir et je ne vous oublierai pas. Merci pour vos commentaires. Je mettrai tout de même quelques articles de temps en temps.

    Suite à des problèmes de santé, j'arrête ce blog ...


    9 commentaires
  • Voici des aliments qu'il ne faut surtout pas mettre dans des boîtes en plastique !

    Vous avez tendance à mettre tous les aliments dans des boîtes en plastique lorsque vous avez des restes ? Grave erreur ! Il y a des produits qu’il ne faut surtout pas conserver dans ces contenants plastifiés. Version Femina vous explique tout dans cet article !

    Difficiles à nettoyer parce qu’elles gardent des résidus de gras et de sauces, les boîtes en plastique ne sont pas recommandées pour tous les aliments. Et ce n’est pas tout ! Les contenants en plastique engendrent, très souvent, la prolifération de bactéries et la moisissure de nombreux produits que vous consommez. Voici une liste des aliments qu’il ne faut surtout pas mettre dans une boîte en plastique :

    • Les fruits : ce type d’aliment déteste être enfermé. Le plus judicieux est de les mettre soit dans le dernier compartiment du réfrigérateur, soit dans une corbeille de fruits. Si vous les mettez dans une boîte en plastique, ils vont perdre leur goût et se ramollir. Favorisez les contenants en verre si vous devez ranger une salade de fruits au frais !
    • Les crudités : À ne jamais mettre dans une boîte en plastique au risque qu’elle se flétrisse plus rapidement que prévu. Optez, comme pour la salade de fruits, pour un contant en verre. Elle se portera bien mieux et gardera toutes ses saveurs (surtout si elle est assaisonnée).
    • Les soupes : Il y a des risques de prolifération de bactéries et que son goût change radicalement. Même si la boîte en plastique n’est pas vraiment un problème, choisissez plutôt un contenant en verre (et surtout bien laisser refroidir la soupe avant de la mettre au réfrigérateur).
    • Les fromages : Le fromage, c’est vraiment très bon, mais c’est surtout très fragile. Au contact du plastique, ce délicieux aliment risque de moisir plus vite que si vous le mettez dans une boîte en verre bien hermétique. Il y aura aussi énormément de bactéries. Il est donc impératif de proscrire l’utilisation de contenant en plastique.
    • Le saumon fumé : Pour qu’il garde sa couleur bien rosée, optez pour du papier aluminium. Le plastique va faire tourner les tranches de poisson en couleur marron. Cela serait dommage de le gâcher au vu du prix que ça coûte.
    • Les œufs frais ou cuits : Les œufs, peu importe leur état, n’ont pas du tout leur place dans une boîte en plastique. Ils peuvent provoquer une infection à la salmonelle. Les bactéries vont se multiplier et peuvent vous contaminer. Il y a d’autres façons de stocker ces œufs au réfrigérateur ou sur la table de votre cuisine. 
    • Fémina

    1 commentaire
  • Le suspect avait déjà purgé une peine de 16 ans de prison pour viol et tentative de meurtre. Âgé de 57 ans, il a cette fois été mis en examen à Nantes (Loire-Atlantique) pour tentative de viol et agression sexuelle sur mineur.

    Interpellé ce lundi à son domicile situé à Vertou, dans un foyer d’hébergement, un homme de 57 ans qui est employé de restauration, a été mis en examen pour tentative de viol et agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans en récidive a annoncé le procureur de la République de Nantes, cité par France 3, ce mercredi.

    Le magistrat a précisé que le mis en cause était sorti du centre de détention de Nantes en 2019, après avoir purgé une peine de 16 ans de prison pour viol et tentative de meurtre.

    Il suit et agresse deux jeunes filles de 12 et 10 ans

    L’homme est accusé d’avoir touché la cuisse d’une jeune fille de 12 ans à l’arrêt d’une station de tramway de Nantes alors qu’elle sortait du collège, le 13 septembre dernier. Il a ensuite suivi la victime jusqu’à son domicile avant de renoncer à y entrer.

    Le quinquagénaire est aussi accusé d’avoir suivi une fillette de 10 ans à Saint-Sébastien-sur-Loire, alors qu’elle prenait le bus pour rentrer de l’école. Cette fois, il a réussi à s’engouffrer à l’intérieur de son domicile, au moment où elle est rentrée. « La fillette, qui s’est précipitée au deuxième étage de la maison, a fait preuve de courage en se mettant à crier, taper et pousser l’homme pour qu’il prenne la fuite », a souligné le procureur de la République, Renaud Gaudeul.

    Les policiers en charge de l’enquête sont parvenus à identifier le suspect grâce à de l’ADN qui a été isolé. Ce dernier a été interpellé le jour où les résultats permettant son identification, ont été révélés.

    Condamné à 16 ans de réclusion criminelle en 2010

    Habitant par le passé dans le Maine-et-Loire, le mis en cause avait été condamné à trois reprises pour attentat à la pudeur à la fin des années 1980, puis pour des faits d’agression sexuelle, notamment sur des mineurs de moins de 15 ans, en 1998 ainsi qu’en 2000. Il avait ensuite écopé de 16 ans de réclusion criminelle en 2010 par la cour d’assises de Maine-et-Loire pour viol et tentative de meurtre.

    A sa sortie de prison, il avait été placé sous bracelet électronique et faisait l’objet d’un suivi socio-judiciaire de dix ans. « Il avait également une obligation de traitement médicamenteux inhibiteur », a stipulé le procureur.

    ACTU 17

    Il faudrait rétablir la peine de mort !


    3 commentaires
  • Un enfant âgé de 2 ans est décédé après avoir été écrasé par un camion-poubelle dans le centre de Paris ce jeudi matin. Le conducteur a été interpellé, il n’aurait pas vu le petit garçon qui se trouvait dans un angle mort avec son père et son frère.

    C’est un dramatique accident qui s’est produit ce jeudi matin dans le Ier arrondissement de la capitale, à l’angle des rues Saint-Honoré et de Castiglione vers 08h30. Le conducteur d’un camion-poubelle a tourné et n’aurait pas vu un homme à vélo, qui transportait ses deux enfants à l’arrière. L’un, âgé de 2 ans et demi, a été écrasé par le camion.

    Les sapeurs-pompiers sont rapidement arrivés sur place pour prendre en charge la petite victime, très grièvement blessée, qui était en arrêt cardio-respiratoire. Les médecins du SMUR Necker sont également arrivés pour tenter de sauver l’enfant, en vain. Il est malheureusement décédé peu après son arrivée à l’hôpital, où il avait été amené sous escorte.

    Le père de famille légèrement blessé et son deuxième enfant indemne, sont sous le choc. Ils ont été conduits à l’hôpital pour être pris en charge.

    Il n’avait pas consommé d’alcool ni de drogue

    Le chauffeur du camion-poubelle de la société SEMAER a quant à lui été interpellé et placé en garde à vue pour être auditionné par les policiers. Les premiers tests de dépistage ont montré qu’il n’avait pas consommé d’alcool ni de produit stupéfiant. Des vérifications supplémentaires vont être effectuées. L’homme de 43 ans a expliqué qu’il n’a pas vu le père et ses enfants à vélo, car ils se trouvaient dans un angle mort.

    L’enquête a été confiée aux policiers du service du traitement judiciaire des accidents (STJA).

    ACTU 17


    2 commentaires
  • Le réseau exploitait au total une trentaine de femmes. Les policiers de l’office central de répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) et de la PJ de Nice (Alpes-Maritimes) ont entendu dix victimes. L’argent des proxénètes était ensuite envoyé vers le Nigeria. Six hommes et femmes ont été mis en examen dans ce dossier, cinq d’entre eux sont derrière les barreaux.

    Les groupes nigérians montent en puissance. Ils sont aujourd’hui présents dans tous les champs de la criminalité et se sont hissés au rang d’associés ou de concurrents des plus puissantes organisations mafieuses du monde. Un réseau de proxénètes, originaires de ce géant d’Afrique, a été démantelé la semaine dernière sur la Côte-d’Azur. Six hommes et femmes, âgés de 30 à 40 ans ont été mis en examen, vendredi 17 septembre à Nice (Alpes-Maritimes). Cinq d’entre eux ont été écroués.

    Cette histoire commence en janvier 2020 par la plainte d’une jeune femme qui s’est échappée de l’emprise des proxénètes. Elle est placée sous protection judiciaire et raconte qu’elle est tombée entre les mains de cette organisation en 2017. « Elle était couturière dans son pays et elle a été approchée par un recruteur qui lui a proposé d’intégrer une école de mode en Italie. Mais une fois arrivée dans le pays de ses rêves, elle a vite déchanté », précise une source proche du dossier.

    Forcer de rembourser 40 000 euros pour son passage en Europe

    La jeune femme est contrainte de se prostituer, en étant encadré par des « mamas ». Ce sont des femmes plus âgées qui la surveillent et récupèrent l’argent des passes. La victime est alors forcée de rembourser le prix de son passage en Europe, estimé à 40 000 euros. Elle participe à des cérémonies « juju » qui sont à la fois magiques et spirituelles, qui servent en fait à la maintenir sous emprise psychologique.

    Deux ans plus tard, elle parvient à s’échapper et rejoint la France. Mais elle est rattrapée par des membres de la diaspora qui la remette sur les trottoirs de Nice et de Cannes. « Les jeunes femmes étaient logées dans des taudis et pendant la période du confinement, elles devaient y accueillir leurs clients pour que l’argent continue de rentrer dans les caisses du réseau », explique notre source.

    9000 euros en liquide

    Les enquêteurs de l’OCRTEH et leurs collègues du service de police judiciaire de Nice ont découvert que ce réseau exploitait une trentaine de femmes. Dix victimes ont été entendues par les policiers. L’argent était rapatrié au Nigeria par mandat cash et par un système de compensation financière. Certains complices rapatriaient aussi l’argent physiquement en prenant l’avion. Le 14 septembre, les forces de l’ordre ont interpellé à Nice, à Cannes et en Espagne, cinq hommes et cinq femmes soupçonnés de faire partie du réseau.

    Lors des perquisitions, les fonctionnaires ont mis la main sur 9000 euros en liquide. Les suspects ont nié ou minimisé leur implication dans cette affaire au cours de leurs auditions.

    ACTU 17


    2 commentaires
  • Un homme a été victime d’une fausse route alimentaire dans un snack-bar de la commune de Terrasson-Lavilledieu (Dordogne), mercredi 22 septembre. La victime, âgée de 68 ans, s’est étouffée avec un wrap. Malgré l’intervention rapide des secours, l’homme est décédé.

    Un homme de 68 ans est décédé, mercredi 22 septembre, à Terrasson-Lavilledieu (Dordogne). En début de soirée, le sexagénaire était attablé dans un snack-bar quand il s’est soudainement étouffé avec son repas, rapporte Sud Ouest.

    Les secours sont rapidement intervenus. Les pompiers ainsi qu’un médecin du Smur ont été dépêchés sur la place. Ces derniers n’ont rien pu faire pour sauver l’homme, victime d’une fausse route. Il est mort dans le véhicule des pompiers, moins d’une heure après son accident.

    Pas d’autopsie

    Selon France Bleu Périgord, le sexagénaire s’est étouffé en mangeant un wrap. La victime, d’origine allemande, habitait la commune. Son corps va être remis à sa famille. Le parquet n’a en effet pas ordonné d’autopsie.

    Dans le Tarn-et-Garonne, il y a quelques jours, un homme avait lui aussi été victime d’une fausse route alimentaire. Il était mort seul chez lui et avait été découvert devant sa table de cuisine par un collègue, inquiet de ne plus avoir de nouvelles.

    Ouest-France


    1 commentaire
  • Son époux affirme que leur bateau a chaviré au large de Biscarrosse

    Les circonstances du drame restent à confirmer mais le corps d’une femme a été retrouvé dans la nuit de mardi à mercredi sur la plage Maguide à Biscarrosse dans les Landes. Son mari affirme que leur bateau a chaviré au large quelques heures plus tôt. C’est lui qui a prévenu les secours après avoir été découvert en hypothermie et en état de choc sur la voie publique vers 1h30 du matin, rapporte  France 3 Aquitaine.

    La septuagénaire en arrêt cardiorespiratoire n’a pas pu être réanimée par les secours. Selon le témoignage de son époux, le bateau serait renversé en fin d’après-midi. Le couple se serait alors accroché au voilier jusqu’à ce qu’il coule, précise Sud Ouest. Le mari a réussi à rejoindre le rivage mais pas sa femme qui ne savait pas nager. Le parquet de Mont-de-Marsan affirme qu’un examen du corps de la victime va rapidement avoir lieu pour vérifier les dires de l’époux. Lui aussi va être examiné. Le bateau devrait être repêché ce mercredi.

    20 Minutes


    1 commentaire

  • 1 commentaire
  •  

    Bonne journée


    2 commentaires

  • 3 commentaires
  • À Madagascar, un affrontement sanglant entre de présumés dahalo, des voleurs de bétails et des villageois a fait au moins 46 morts dans la région de Befotaka Atsimo, dans le Sud-Est de Madagascar. L'affrontement qui a eu lieu vendredi 17 septembre dans la matinée. Un bilan provisoire de la gendarmerie fait état de 42 présumés dahalo tués. Quatre villageois dont un enfant de 10 ans ont aussi trouvé la mort, indique le député de Befotaka Atsimo.

    Il est cinq heures du matin quand environ 120 présumés voleurs de bétails assaillent les hameaux reculés d'Ambohitsohy et Vohitsimbe, dans la commune rurale de Marovitsika.

    « Avertie de cette attaque, l'auto-défense villageoise s'est mise en embuscade », indique le Général Tsiketa, commandant de la circonscription interrégionale de la Gendarmerie Nationale de Fianarantsoa. Il précise que l'auto-défense villageoise était armée de fusils de chasse et d'armes blanches. « Elle a réagi dans le cadre de la légitime défense », poursuit-il. Elle a été rejointe un peu plus tard par quatre gendarmes. L'affrontement a duré plus de six heures.

    Une nouvelle hécatombe

    Les enquêtes de la gendarmerie sont en cours, notamment, pour déterminer les causes d'un si grand nombre de morts. 22 membres des forces de l'ordre ont été envoyés dans la commune. La Commission Nationale Indépendante des Droits de l'Homme (CNIDH) va, elle aussi, dépêcher une enquête sur place. « Ce n'est pas la première fois qu'une attaque dans cette zone tourne à l'hécatombe. Que ce soit des vies perdues de villageois ou de dahalo, il ne s'agit pas de prendre position »,  fait savoir son président Seth Andriamarohasina. Ces derniers mois cette zone du pays a été le théâtre de plusieurs attaques de dahalo et d'affrontements entre communautés villageoises.

    « Le plus important pour la CNIDH, c'est qu'une telle situation n'ait plus à se reproduire et pour cela il faut trouver les moyens de mettre en place un dispositif de sécurité vraiment efficace. Il faut étudier la possibilité de mise en place de base opérationnelle de sécurité avancée pour qu'il y ait des interventions en temps réel en cas d'attaques. Dans ce cas-là, le poste de gendarmerie le plus près se trouve à 16 kilomètres. Donc entre temps, il y a eu des dégâts », signale-t-il. Une délégation du Ministère de la Défense s'est rendue dans le chef-lieu du district, à Farafangana.

    RFI  Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain


    1 commentaire
  • "Elle ne fait pas son travail, la ville est dégueulasse": la visite d'Anne Hidalgo à "Stalincrack" ne passe pas

    La visite en grande pompe d'Anne Hidalgo dans un quartier de Paris miné par le crack ne passe pas vraiment auprès des habitants qui y voient un coup de communication de la candidate à la présidentielle.

    Maintenant officiellement en campagne pour la présidentielle, il s'agit de faire bonne figure. La toujours maire de Paris Anne Hidalgo, qui vise maintenant l'Elysée, est désormais bien décidée à régler le problème du crack qui ravage certains quartiers du nord de la capitale. Mercredi, elle s'est rendue dans le 19e arrondissement de Paris, aux jardins d'Eole où la situation face au crack exacerbe les tensions. Et avant l'arrivée d'Anne Hidalgo en voiture, les habitants ont eu la surprise de voir arriver des agents des services de propreté de la ville pour nettoyer le quartier. 

     

    Sur place, la maire de Paris, une fois n'est pas coutume, s'en est pris au gouvernement et a assuré que le 30 juin, date de sa dernière visite sur place, "c'était hier". Anne Hidalgo qui avait annoncé sa visite dans la matinée sur le plateau de RMC et BFMTV, en a appelé "sans polémique", à Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, accusant au passage le préfet Didier Lallement de ne rien faire.

    Une visite express devant un parterre de médias qui a laissé les habitants quelque peu désabusés: "J’ai eu surtout l’impression qu’elle venait occuper le terrain", s'étonnait un riverain au micro de BFMTV. "Il n’y a pas eu de réponse concrète. En fait je me demande pourquoi elle est venue", s'interrogeait une autre.

    "Une ville du tiers monde"

    Une énième opération de communication qui n'a pas manqué de faire réagir sur le plateau des "Grandes Gueules". Et les GG n'étaient pas tendres avec la maire de Paris: "Ce que fait Anne Hidalgo des quartiers du nord, c'est un scandale", s'est énervée Joëlle Dago-Serry qui connaît bien l'endroit. "Ce n'est pas la maire de Paris, c'est la maire du centre de Paris! Entre les travaux qui ne sont jamais terminés, la colline du crack, les ronds-points congestionnés, mais il faut voir dans quoi les gens vivent dans certains quartiers!".

    "Elle ferait mieux de s'occuper de ce qui est son périmètre, les travaux, la propreté et si derrière il y a encore du deal, c'est effectivement la responsabilité de l'Etat. Mais en attendant, elle ne fait pas son travail, la ville est dégueulasse. Il faut qu'elle se réveille et qu'elle arrête de nous faire croire que c'est la maire de Paris", a-t-elle lancé très remontée.

    Car la maire de Paris est pointée du doigt par les Parisiens pour sa gestion de la ville. Sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à dénoncer la saleté ambiante et les nombreux travaux ainsi que la dégradation du mobilier urbain.

    Pour Stella Kamanga, la capitale est carrément devenue "une ville du tiers monde": "Entre l'insalubrité, l'insécurité, tout ce qui était censé faire de Paris une ville où l'on pouvait respirer, est devenu autre chose. C'est limite si l'on étouffe pas!".

    RMC

    "Elle ne fait pas son travail, la ville est dégueulasse": la visite d'Anne Hidalgo à "Stalincrack" ne passe pas


    2 commentaires
  • Gabby Petito : qu'est-il arrivé à l'instagrammeuse, retrouvée morte après un roadtrip ?

    Gabby Petito est partie faire un roadtrip en van avec son amoureux Brian Laundrie, sourire aux lèvres, en juillet dernier : elle n'est jamais revenue de ce voyage en apparence idyllique.

    Depuis plusieurs semaines, les Etats-Unis se passionnent pour ce fait divers. Car la jeune instagrammeuse aux 600 000 abonnés (son compte en compte aujourd'hui un million), originaire de New York, avait pris soin de documenter son voyage. Entre son compte Instagram et Youtube, la jeune femme de 22 ans partageait les étapes de son périple, des photos et des vidéos sur lesquelles elle pose au milieu des paysages spectaculaires du grand Ouest américain.

    Mais à partir du 26 août , Gabby Petito n'a plus rien posté. Plus de photos, plus de nouvelles partagées à sa communauté. Pire : son boyfriend Brian Laundrie, 23 ans, est revenu seul au domicile de ses parents en Floride, le 1er septembre dernier. Un mois avant le retour prévu du couple. C'est à partir du 11 septembre que les parents de la jeune femme vont donner l'alerte : leur fille a cessé de leur téléphoner. La dernière fois que Gabby avait donné signe de vie, fin août, elle se trouvait avec Brian dans la zone du parc national de Grand Teton. Gabby est officiellement portée disparue, mais son compagnon, lui, refuse de parler aux enquêteurs.

    Considéré comme personne "digne d'intérêt pour l'enquête" par les autorités, Brian Laundrie va soudainement s'évaporer dans la nature alors que le corps sans vie de Gabby a finalement été retrouvé ce 19 septembre dans l'État du Wyoming, dans le parc de Grand Teton. Et le verdict du FBI est tombé : la jeune femme a été victime d'un homicide.

    Une vidéo troublante

    Tous les regards se tournent donc vers le principal suspect : Brian Laundrie, devenu l'un des hommes les plus recherchés du pays. D'autant que l'enquête a révélé une vidéo pour le moins troublante : l'intervention filmée par la caméra piéton d'un policier de l'Utah le 12 août dernier alors que le couple venait de se disputer. On y découvre une Gabby Petito en pleurs, visiblement bouleversée. Brian Laundrie, lui, a le bras égratigné et laisse entendre que sa compagne l'a frappé avec son téléphone. Mais aucune plainte ne sera déposée, le couple affirmant être "amoureux".

    Brian Laundrie, introuvable, aurait quitté le domicile de ses parents pour la réserve de Carlton, dans l'ouest de la Floride. La chasse à l'homme lancée par la police de North Port et le FBI est rendue particulièrement ardue en raison de la présence de serpents et d'alligators dans cette zone marécageuse.

    Brian Laundrie sera-t-il bientôt retrouvé ? Quelle version livrera-t-il aux autorités sur la mort de Gabby ? Avouera-t-il son meurtre ? Le pays retient son souffle et les comptes de soutien pour faire toute la lumière sur cette tragique histoire se multiplient sur Instagram.

    Terrafémina


    votre commentaire
  • Une femme de 87 ans, dont la famille n’avait plus de nouvelles depuis plusieurs mois, a été retrouvée morte dans le congélateur de sa maison de Riverside, en Californie.

    «USA Today» rapporte que la police a été appelée dimanche par ses proches, afin d’aller vérifier si la retraitée allait bien. Lorsqu’ils sont arrivés sur place, les agents sont tombés sur sa fille de 64 ans, qui vivait sur place. «Nos enquêteurs ont remarqué beaucoup d’incohérences dans ce qu’elle disait. Quelque chose n’allait pas», a déclaré l’agent Javier Cabrera, du bureau du shérif.

     

    En fouillant la maison, la police a découvert le corps de la vieille dame  dans un congélateur installé dans le garage. La police n’a pas précisé depuis combien de temps le cadavre se trouvait là. Une autopsie doit confirmer les causes de sa mort. «On entend parler de ce genre de choses, mais depuis mes 19 années de service, je n’ai personnellement jamais vu une telle chose. Peu importe les circonstances, c’est tragique», a déclaré l’agent Cabrera.

    Le «Press-Entreprise» indique que Miriam Travis est une ancienne membre du bureau du shérif de Los Angeles, pour qui elle a travaillé durant 27 ans, avait perdu son mari en 1992. Depuis la mort de son époux, elle restait éloignée d’une partie de sa famille et avait même changé les serrures de chez elle. «Un jour, elle était ma grand-mère, et le lendemain, nous n’avons plus entendu parler d’elle», a commenté une proche. Elle a décrit la retraitée et sa fille comme des «ermites». «C'est une tragédie comme vous pouvez l'imaginer. Je ne pense pas qu'aucun d'entre nous puisse imaginer garder sa mère dans un congélateur, n'est-ce pas ?», a commenté Randy Hayes, un voisin, auprès de NBC. Il a décrit Miriam Travis – à côté de qui il vivait depuis près de 30 ans – de «très gentille dame». «Je n’ai jamais entendu de problèmes venant de cette maison, jamais de dispute rien de ce genre», a-t-il ajouté.

    Paris Match


    2 commentaires
  • Saïd Bogota (Taxi 5) condamné à 16 ans de prison pour tentative de meurtre

    Saïd Bogota a été condamné à 16 ans de prison, ce mercredi 22 septembre. Jugé par la cour d'assises des mineurs de l'Essone, l'acteur de Taxi 5 et Pattaya a séquestré, molesté et tenté de tuer un adolescent de 17 ans.

    La lourde sentence est tombée pour l'acteur Saïd Bogota. Jugé par la cour d'assises des mineurs de l'Essonne, le comédien de Taxi 5 est condamné à 16 ans de prison pour "avoir enlevé, séquestré et tenté de tuer un adolescent de 17 ans", rapportent nos confrères de BFMTV, ce mercredi 22 septembre. Jugés pour participation active aux faits, deux de ses complices ont écopé de 10 et 13 ans de prison, seul "un mineur accusé de complicité d'enlèvement", a été acquitté par la cour.

    Basée sur "fond de jalousie amoureuse", l'affaire remonte au mois de décembre 2018. La victime "apprenti mécanicien de 17 ans, nouveau copain de l'ex-petite amie de Saïd Bogota", est enlevée puis retenue dans la cave d'un immeuble par les agresseurs : "Saïd Bogota et ses deux complices lui font subir de nombreux sévices, dont des jets d'acide et de gaz lacrymogène en plein visage", confie la chaîne d'information.

    La victime incendiée par l'acteur

    L'acteur Saïd Bogota, du film Kaïra qualifié "d'instigateur" du crime aurait activement participé à la tentative de meurtre du mineur : "L'adolescent reçoit deux tirs de flashball à courte distance à la tête avant que Saïd Bogota, de son propre aveu, ne lui inflige une vingtaine de coups de crochet de remorquage au crâne", ajoutent nos confrères de BFMTV. Molesté, le jeune mineur est alors, aspergé d'essence puis incendié par l'acteur et ses complices. Mais la victime fait d'autres révélations accablantes sur Saïd Bogota : "la victime a maintenu avoir entendu Saïd Bogota paniquer :"Maintenant qu'il a vu ma tête, il faut le terminer", rapporte la chaîne d'information. L'avocat de la victime Francis Szpiner, se "réjouit que la cour ait reconnu" et retenu "la préméditation et l’intention d'homicide".

    GALA


    2 commentaires
  • Un séisme de magnitude 5,9 a frappé mercredi le sud-est de l'Australie, faisant trembler les immeubles de Melbourne et sortir en courant des habitants paniqués, dans une région peu habituée aux tremblements de terre.

    Le tremblement de terre, qui s'est produit à une dizaine de kilomètres de profondeur seulement, a surpris les habitants de la deuxième ville d'Australie à 09:00 du matin (23:00 GMT) et a été ressenti à des centaines de kilomètres à la ronde. Les services de secours ont reçu des appels à l'aide jusqu'à Dubbo, à environ 700 kilomètres de l'épicentre.

    L'Institut d'études géologiques des Etats-Unis (USGS) a évalué la magnitude à 5,8, avant de la réviser à 5,9. La plupart des habitants de Melbourne, confinés depuis huit semaines, étaient chez eux au moment où la terre a tremblé. Les scènes d'habitants paniqués sortant des maisons ont envahi les réseaux sociaux. Parmi eux, Zume Phim, 33 ans, propriétaire du café Oppen de Melbourne, s'est précipité dans la rue lorsque la secousse a frappé. "Tout le bâtiment tremblait. Toutes les fenêtres, le verre tremblaient, comme une vague de tremblements", a-t-il déclaré à l'AFP. "Je n'avais jamais vécu ça. C'était un peu effrayant", confie-t-il.

    Le Premier ministre Scott Morrison, réagissant depuis New York, a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas de victimes ou de dégâts importants. Il a néanmoins concédé le côté "très perturbant" du séisme pour la population, dans une zone peu habituée aux secousses comme l'Australie. "Tout a commencé à trembler... Tout le monde était un peu sous le choc", témoigne auprès de l'AFP Parker Mayo, un employé de café de 30 ans, tandis que des images de la zone commerçante de Chapel Street montrent des briques tombées au sol. Une réplique de magnitude 4 s'est produite peu après la première secousse.

    Phénomène inhabituel

    Les tremblements de terre importants sont inhabituels dans le sud-est de l'Australie, une région assez densément peuplée. "J'étais assis au travail à mon bureau... Il m'a fallu un certain temps pour comprendre ce que c'était", a déclaré le maire de Mansfield, près de l'épicentre du séisme, Mark Holcombe, sur la chaîne ABC. Il s'agit du plus gros séisme dans le sud-est de l'Australie depuis des années, a déclaré à l'AFP Mike Sandiford, géologue à l'Université de Melbourne. Un séisme de cette ampleur se produit tous les "10 à 20 ans dans le sud-est de l'Australie, le dernier était Thorpdale en 2012", a-t-il déclaré. "Nous en avons eu de très gros de magnitude six à la fin des années 1800, bien que les magnitudes précises ne soient pas bien connues", a-t-il souligné.

    Geoscience Australia a indiqué que le séisme a été suivi d'une série de quatre répliques d'une magnitude de 2,5 à 4,1. Les Australiens doivent s'attendre à "plusieurs centaines de répliques, la plupart non perceptibles par l'homme, mais probablement une dizaine seront ressenties", a mis en garde le scientifique, spéculant sur les "milliards de dollars de dégâts" qu'aurait causé le séisme "s'il s'était produit sous Melbourne". Les travaux pour réparer les dégâts pourraient être compliqués par le confinement et les manifestations en cours. Des centaines de personnes portant des bottes de travail et des vestes de chantier ont afflué mercredi dans le centre de Melbourne pour protester contre l'obligation de la vaccination pour les ouvriers du bâtiment alors que la plupart des chantiers ont été abruptement fermés dans la ville. Mardi, la police anti-émeute de Melbourne a fait usage de gaz poivre et de balles en caoutchouc pour disperser une violente manifestation et indiqué que de nouveaux rassemblements ne "seraient pas tolérés".

    Paris Match


    1 commentaire
  • Suite à la une sur Eric Zemmour, Eric Naulleau s'en prend à un paparazzi : "Vous remuez la m*rde"

    Eric Naulleau est sorti de ses gonds dans "Touche pas à mon poste" où il a réagi à la une de Paris Match sur Eric Zemmour.

    Une couverture qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Ce 22 septembre dans "Touche pas à mon poste", Cyril Hanouna et ses chroniqueurs n'ont pas éludé l'un des sujets médiatiques de ces dernières heures. L’hebdomadaire Paris Match va publier en une jeudi 23 septembre un cliché d’Eric Zemmour se baignant avec sa jeune conseillère de campagne politique, Sarah Knafo. Une paparazzade qui fait beaucoup jaser. Sur Twitter, Eric Zemmour n'a pas tardé à réagir : "Il faut croire que je commence à inquiéter suffisamment pour que Paris-Match, le caniche du pouvoir, essaye de me nuire. Je ne me laisserai pas intimider", a-t-il commenté.

    Sur le plateau de TPMP, le paparazzi Sebastien Valiela a expliqué que Eric Zemmour ne se cache absolument pas de cette relation et que d'autres journaux people vont bientôt s'engouffrer dans la brèche. Des propos qui ont fortement agacé Eric Naulleau, ami d'Eric Zemmour. "Je vous écoute avec beaucoup de patience avec votre petit air goguenard et souriant de remuer la merde puisque c'est votre métier. Je vous dis, c'est un sale métier. Vous pouvez dire 'la vie est faites comme ça', on aimerait que la vie soit faite autrement, on aimerait que vous n'existiez pas", s'est fermement énervé l'animateur de "Balance ton poste". "Vivez en dictature, alors", lui a rétorqué le paparazzi. "Cette une provoque chez moi un dégoût chimiquement pur. Tous les moyens sont bons pour abattre un homme et jeter en pâture une femme à l'opinion publique. Zemmour a des proches, Zemmour a une famille, vous vous en foutez. J'espère que ça va coûter très cher à ce torchon de Paris Match", a surenchéri Eric Naulleau, ivre de colère.

    télé 7 jours


    2 commentaires

  • 2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires