• Cancers multiples, maladies rares, diabète chez les enfants... : que se passe-t-il dans le Golfe de Fos ?

    Dans le Golfe de Fos, près de Marseille, le taux de cancer est deux fois plus élevé qu'ailleurs en France. "Samedi investigation" a mené l'enquête dans cette zone extrêmement industrialisée pour tenter de comprendre.

     

    "Samedi investigation" s'intéresse le 18 novembre à la santé des habitants de Fos-sur-Mer, de Port-Saint-Louis-du-Rhône ou encore de Port-de-Bouc dans le Golfe de Fos. Ce secteur extrêmement industrialisé fait partie du grand port maritime de Marseille. Le taux de cancer y est deux fois plus élevé qu'ailleurs en France et les cas de diabète et d'asthme se multiplient. Pourquoi les habitants de cette zone en particulier déclarent-ils autant de maladies ? franceinfo a enquêté.

     

    Cancers multiples et maladies auto-immunes

    Comment ne pas être frappé par cette famille où la mère a eu deux cancers et le père est mort d'une maladie cardiaque ? Comment ne pas écarquiller les yeux dans cette rue de Fos où l'on a dénombré jusqu'à neuf personnes souffrant de sclérose en plaques ? Comment ne pas être étonné quand Sylvie se définit elle-même comme "un nid à cancer". Cette femme de 54 ans a commencé à être malade dès l’âge de 38 ans, et ça ne s’est jamais arrêté depuis. "J’ai commencé par avoir une maladie cardio-vasculaires. J’ai enchaîné sur un cancer de l’ovaire. Ensuite, j’ai développé un diabète. S’en est suivi un cancer de la thyroïde et là j’ai un cancer du sein", énumère-t-elle.

     

    J’ai commencé à être malade à 38 ans, aujourd’hui j’en ai 54

    Sylvie, habitante de Fos-sur-Mer, atteinte de trois cancers

    à franceinfo

     

    Et cette femme est loin d’être un cas isolé, dans les communes du Golfe de Fos-sur-Mer. Les médecins généralistes constatent en effet que leurs patients développent de multiples pathologies. Depuis que Vincent Besin est installé à Port-Saint-Louis avec son épouse, médecin elle-aussi, toutes les maladies rares se sont données rendez-vous dans leur salle d’attente, explique-t-il. "On s’est d’abord demandé pourquoi les gens étaient dans cet état-là. On a d’abord incriminé des postes de travail difficiles. Mais quand on s’adresse à la population d’enfants ou à la population des femmes qui ne travaillent pas, ça ne fonctionne pas du tout", confie le médecin.

    On a été bouleversé par la situation sanitaire des enfants en matière de diabète de type 1, d’asthme et de maladies auto-immunes, et on s’est dit qu’il y avait quelque chose dans le milieu ambiant qui était responsable de ça.

    Vincent Besin, médecin à Port-Saint-Louis

    à franceinfo

     

    Forte présomption de lien avec la pollution de l'air

    Dans l'air que ces gens respirent, on trouvebeaucoup de fumées, parce qu’il y a beaucoup d'usines. L'ouest de l'étang de Berre est l'une des plus grandes zones industrielles d'Europe. Près de 200 entreprises, représentant 40 000 emplois, y sont installées. Et on parle là d'industrie lourde : raffineries, dépôts pétroliers, métallurgie, sidérurgie. Donc forcément il y a les rejets qui vont avec : métaux lourds, dioxyde d'azote, particules ferreuses, etc.

    Le lien entre ces substances et les maladies des habitants, a fait l’objet denombreuses études dans le passé. En 2010, l'Institut de veille sanitaire relevait un excès d'hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires et pour des leucémies aiguës. Mais l'étude qui a mis le feu aux poudres a été publiée début 2017. Elle s'appelle Fos Epseal. Financée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, elle révèle qu’à Fos et Port-Saint-Louis, les habitants ont deux fois plus de cancers, de diabète ou d'asthme qu'ailleurs en France. La chercheuse Yolaine Ferrier a co-réalisé cette vaste enquête. Elle explique que la pollution industrielle est probablement l'un des facteurs déclenchant de ces maladies : "L’étude ne fait pas un lien direct entre les maladies et la pollution industrielle. Par contre, elle établit une forte présomption de ce lien."

     

    Ce qui différencie le mode de vie et la vie quotidienne de ces habitants par rapport à la moyenne des habitants en France, c’est justement leur proximité, depuis plusieurs décennies, avec la zone industrielle

    Yolaine Ferrier, chercheuse et co-auteur de l’étude Fos Epseal

    à franceinfo

     

    Des particules hors des radars de contrôle

    Des mesures et des analyses de l'air sont pourtant réalisées dans la régiondu Golfe de Fos par Air Paca, organisme financé par l'Etat, les collectivités locales et les industriels. Mais le problème c'est que ces relevés ne détectent rien d’anormal la majeure partie du temps. Du coup, des scientifiques du coin et certains habitants aussi ont créé un institut éco citoyen en 2010. Parce qu'ils n'avaient pas confiance dans les données officielles, ils ont lancé leurs propres campagnes de mesures de la qualité de l'air. Et les résultats ont été stupéfiants, explique le chimiste Philippe Chamaret, qui dirige cet institut. "La première campagne de mesure de la composition de l’air a montré que l’air était composé à 80 % de particules ultrafines, et d’autre part que la composition chimique des polluants de l’air à Fos-Sur-Mer était extrêmement complexe", révèle le chimiste.

    Ces particules ultra-fines dans l’air se révèlent particulièrement dangereuses pour la santé des habitants, carplus une particule est fine, plus elle pénètre à l'intérieur de notre organisme. Une particule de gros diamètre s'arrête au niveau du nez ou de la bouche. Une particule fine va jusqu’aux bronches. Une particule ultrafine descend, quant à elle, jusqu’aux poumons.Si Air Paca ne les mesurait pas, c’est parce que la réglementation européenne, qui fait foi en matière d'environnement, n'impose pas aux Etats de mesurer les particules ultrafines. Nous sommes donc allé voir le directeur d'Air Paca, Dominique Robin, pour lui demander s'il fallait changer la législation. Et il a fini par reconnaître qu'il fallait la faire évoluer.

     

    On sait que le standard de 10 ou 2,5 microns, qui correspond à la taille des particules qui vont plus ou moins pénétrer dans le poumon, est un standard qui est un peu grossier encore.

    Dominique Robin, directeur d'Air Paca

    à franceinfo

     "Vraiment, pour répondre à l’impact des plans d’action mais aussi mieux protéger la population, il faudrait passer à moins de un micron. Et donc ces particules fines ou très fines sont un enjeu", reconnaît-il.

     

    Une industrie qui nourrit aussi la population locale

    Voilà pourquoi, officiellement, tout va bien dans l'air du Golfe de Fos. Mais les habitants ont-ils conscience que la pollution de l'air est sous-estimée ? Difficile de le savoir. Ce qui est palpable en revanche, c’est la mansuétudede nombreux habitants du Golfe de Fos envers les industriels. Dans toutes les familles, il y a un parent plus ou moins proche qui travaille à l'usine, entraînant comme une forme de déni, selon Gérard Casanova, qui préside l'association de défense de l’environnement Au fil du Rhône. "Très clairement, il y a beaucoup d’emplois et d’emplois induits. Il y a tout un développement des cités qui s’est organisé autour de cet aménageur principal et on a du mal à imaginer un développement qui soit différent. Et donc, forcément on est un peu coincé", admet-il.

    Publicité

     

    On a beaucoup de mal à imaginer qu’on puisse recevoir du mal de ceux qui nous ont donné à manger.

    Gérard Casanova, président l'association Au fil du Rhône

    à franceinfo

     

    Le résultat c'est qu'aucun malade n'envisage de lancer une action en justice contre les industriels, contrairement à ce qu'on a vu avec le glyphosate ou l'amiante. Dans le Golfe de Fos, il y a une forme de résignation et de fatalisme, pour l'instant du moins.

    Franceinfo

    Bien triste comme situation !


    3 commentaires
  • Chuck Norris arrête sa carrière pour prendre soin de sa femme, qui a été empoisonnée

    L'acteur poursuit en justice un laboratoire pharmaceutique

    Après 49 ans de bons et loyaux services sur grand et petit écran, Chuck Norris a officiellement annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière. Une décision prise pour lui permettre de consacrer davantage de temps à sa femme Gena O'Kelley, gravement malade. Lors d'une récente interview accordée au magazine Good Health, le célèbre interprète de Walker Texas Ranger,  a affirmé que son épouse a été "empoisonnée" par du gadolinium, un produit de contraste qui lui a été injecté avant de passer plusieurs IRM, durant son hospitalisation en 2013. Depuis, Gena O'Kelley se plaint régulièrement de brûlures, de problèmes rénaux et a perdu énormément de poids.

    "C'était comme si tout mon corps était en feu, comme s'il était traversé par de l'acide. La brûlure était d'abord isolée, puis elle s'est diffusée, a-t-elle raconté. Je suis restée au lit avec une intraveineuse pendant cinq mois, avec une assistance médicale 24h/24. Chuck dormait à côté de moi sur le canapé, il n'est jamais parti. J'ai prié pour survivre et pouvoir élever mes enfants. J'ai eu d'horribles dégâts au cerveau : je ne pouvais plus penser, je n'arrivais plus à articuler, ma mémoire défaillait, j'avais des faiblesses musculaires."

    En 4 ans, Chuck Norris a déboursé près de 2 millions de dollars pour soigner sa femme, qui suit un traitement en Chine. Si Gena O'Kelley se porte aujourd'hui mieux, le couple réclame 10 millions de dollars de dommages et intérêts au laboratoire pharmaceutique qui commercialise le galodinium. "Je me sens extrêmement mal par rapport aux gens qui traversent ces épreuves et qui n’ont pas, contrairement à nous, l’argent nécessaire pour un traitement", a déploré l'expert en arts martiaux. Un moyen de couvrir leurs dépenses mais aussi et surtout d'avertir le grand public des possibles effets secondaires de ce produit. 

    Publicité

    Crédits photo : ALAIN ROLLAND / MAXIMA PROD / BESTIMAGE

    GALA

    J'ai fait cet article juste pour le médicament, un de plus qui peut avoir des conséquences graves pour la santé.


    3 commentaires
  • L'italien Ferrero a changé la recette de son Nutella

    Ancienne photo

    En Allemagne, une association de consommateurs vient de découvrir que la composition de la célèbre pâte à tartiner a été modifiée par son fabricant, l'italien Ferrero. 

    Certains vont crier au scandale. Le géant italien du chocolat, Ferrero, aurait modifié la recette du Nutella. Un changement de composition qui ne porte pas sur l'usage -controversé- de l'huile de palme, mais sur la quantité de lait écrémé en poudre désormais employée.

    Dans un post publié sur Facebook, l'organisme allemand de défense des consommateurs, Verbraucherzentrale Hamburg, indique avoir constaté que la teinte de la célèbre pâte à tartiner a été modifiée. Celle-ci apparaît désormais plus claire qu'auparavant. Pour comprendre d'où provient ce changement d'aspect, l'association s'est attardée sur l'étiquette collée au dos du pot de Nutella examiné.

    Soupçonnant une baisse de la teneur en cacao du produit, l'organisme a alors découvert que cette donnée n'est pas précisée dans la liste des ingrédients employés.

    Il apparaît, en revanche, que la quantité de lait utilisée dans la recette a augmenté. L'étiquette du pot contrôlé indique qu'il y a désormais 8,7% de lait écrémé en poudre dans la composition du produit contre 7,5% auparavant. Une augmentation suffisamment importante pour modifier la couleur de la pâte à tartiner. 

    Les valeurs nutritives du produit ont également évolué. Selon l'étiquette examinée, la teneur en sucre a augmenté pour atteindre 56,3%, contre 55,9% précédemment tandis que la teneur en graisse a légèrement chuté pour s'établir à 30,9% contre 31,8% avant le changement de recette.

    L'association de consommateurs précise avoir contacté Ferrero pour comprendre ce changement de recette, mais n'a pas obtenu de réponse de la part de l'industriel italien. 

    BFM Business

    *******************

    Le site Reddit a publié une image peu ragoûtante de la composition d'un pot de Nutella, la célèbre pâte à tartiner. De là à dégoûter les fans ?  

    En mai dernier, l'Agence européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) a inscrit le Nutella dans sa liste de produits alimentaires potentiellement cancérigènes. La raison principale ? La présence d'huile de palme qui contient 45 % d'acides gras saturés et provoque des problèmes vasculaires. Ferrero a rapidement botté en touche : "La santé et la sécurité de nos clients est une priorité absolue pour Ferrero". Mais la célèbre pâte à tartiner, composée de chocolat et de noisettes, comprend également de nombreux produits qui ne sont pas forcément bons pour la santé.

     

    249 grammes de sucre dans un pot de Nutella

    La semaine dernière, le site Reddit a publié une photo qui montre précisément la composition de ce produit phare de la consommation mondiale. Il y a approximativement 50 % de sucre, un peu de chocolat et de noisettes et un cinquième d'huile de palme dans un pot de Nutella, peut-on analyser de cette image. En résumé, un pot de Nutella de 440 grammes contiendrait 249 grammes de sucre. Pour rappel, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas consommer plus de 25 grammes de sucre par jour.

    Midi Libre

    L'italien Ferrero a changé la recette de son Nutella

    Le Nutella, c'est vraiment de la M. pour la santé  et en plus les grands singes voient leurs forêts disparaître à cause de cette saloperie de palme !


    4 commentaires
  • Des légumes surprenanants

    Pas trop envie d'en manger !


    3 commentaires
  • Mort de la femme la plus grosse du monde, qui a pesé jusqu'à 500 kg

    Une Egyptienne considérée comme la femme «la plus grosse du monde», ayant pesé jusqu'à 500 kilos, est décédée ce lundi matin, annonce l'hôpital d'Abou Dhabi où elle était soignée. Malgré tous les efforts des médecins, la malheureuse est morte des suites d'une faiblesse cardiaque combinée à une insuffisance rénale.

    La patiente était soignée par une équipe de plus de 20 médecins depuis son arrivée en mai aux Emirats arabes unis en provenance d'Inde, a indiqué le Burjeel Hospital dans un communiqué. Eman Ahmed Abd El Aty pesait près d'une demi-tonne lors de son arrivée à Bombay en février en raison de son éléphantiasis, une pathologie qui provoque un gonflement des membres et d'autres parties du corps. Grâce à un régime alimentaire liquide et une chirurgie bariatrique, elle avait perdu 323 kilos en trois mois.

    Son histoire a fait le tour du monde

    L'histoire de cette femme d'Alexandrie qui n'avait pas pu sortir de chez elle depuis 25 ans avait fait le tour du monde et ému un chirurgien indien qui avait proposé à l'automne de l'opérer. En raison de son poids, Mme Abd El Aty avait eu une attaque et souffrait de diabète, d'hypertension et d'insomnie.

    La détentrice officielle du titre de plus grosse femme du monde est l'Américaine Pauline Potter, pesée en juillet dernier à 293 kilos par le livre Guinness des records.

    Le Parisien


    5 commentaires
  • Contraception, asthme, obésité: ces consultations dont le tarif va bondir

    À partir du 1er novembre, les tarifs des consultations chez les médecins généralistes et spécialistes vont augmenter. Seule la consultation de base reste à 25 euros.

    Ces nouveaux tarifs, dont les décrets ont été publiés au Journal officiel de la République française mardi résultent d'âpres négociations entre les syndicats de médecins et l'assurance maladie dans le cadre d'une nouvelle convention quinquennale signée fin 2016. Plusieurs types de consultations sont désormais différenciés.

     

    Quelles consultations augmentent?

    D'abord les consultations "complexes". Elles seront au tarif de 46 euros. Quels patients sont concernés?

    - Les enfants de 3 à 12 ans en risque avéré d'obésité

    - Les nourrissons nécessitant un suivi spécifique par le pédiatre entre la sortie de maternité et le 28e jour suivant la naissance

    - Les jeunes filles de 15 à 18 ans souhaitant obtenir une contraception ou une consultation de prévention contre les maladies sexuellement transmissibles

    Une majoration de 16 euros pourra par ailleurs être appliquée pour plusieurs pathologies.

    - Prise en charge d'un couple stérile

    - L'asthme

    - Une pathologie oculaire grave

    - Lors d'une première consultation de prise en charge d'un trouble du comportement alimentaire

     

    Les consultations dites "très complexes" seront à 60 euros. 

    - Les malades rénaux chroniques en vue d'une greffe rénale

    - Les malformations congénitales graves

    - Les consultations d'annonce de cancer

    - Les maladies graves du fœtus

     

    Les consultations "longues" passent, elles, de 56 euros à 70 euros. Limitées à trois par an et par patient, elles concernent essentiellement les personnes atteintes de maladie neurodégénérative, comme les maladies d'Alzheimer ou de Parkinson. À noter qu'elles seront désormais "possibles" trois fois par an.

     

    Pourquoi ces tarifs sont-ils en hausse?

    Ces augmentations sont un coup de pouce du gouvernement précédent pour les médecins. En 2016, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, annonçait souhaiter une "remise à plat" des rémunérations forfaitaires des médecins généralistes, jugeant le système actuel illisible. Car aujourd'hui, leur rémunération par l'Assurance maladie ne se limite pas au prix conventionné de la consultation. Des majorations en fonction du profil des patients peuvent s'ajouter ainsi qu'une "prime" s'il répond aux objectifs de santé publique. Ces nouvelles hausses ont donc pour objectif de limiter ce mille-feuille.

    Autre argument: revaloriser les salaires des médecins, pour notamment enrayer la crise des vocations. "On ne fait que proportionner la rémunération au temps de travail et au service rendu au patient, ce qui paraît relativement logique dans une rémunération à l'acte, explique ce jeudi le docteur Claude Leicher, président du syndicat MG France, au micro de RTL. Ce n'est que justice rendue au médecin, mais aussi au patient qui n'aura pas de difficultés à prendre du temps avec le médecin pour qu'il soit bien au courant de sa pathologie et des possibilités thérapeutiques."

    "Ce sont des consultations longues et pénibles à annoncer. Donc, c'est une liste de consultations qui sont très complexes, très longues. La Sécurité sociale a reconnu cette spécificité", abonde le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France.

     

    Qu'est-ce que cela change pour les patients?

    Avec l'arrivée de ces nouveaux tarifs, les remboursements ne changent pas. Ils sont toujours pris en charge à hauteur de 70% par l'Assurance maladie et à 100% pour les personnes atteintes d'affections de longue durée. Claude Leicher souligne donc que cette hausse de prix n'aura pas de conséquence sur le portefeuille des Français: "C'est l'assurance maladie qui remboursera toutes ces consultations avec les régimes complémentaires."

    En juin, l'assurance maladie avait estimé que ces mesures, ajoutées à celle de l'augmentation de la consultation chez un généraliste, coûteraient près de 870 millions d'euros à la sécurité sociale. L'investissement grimpait à plus d'un milliard d'euros, avec la participation des mutuelles.

    L'Express


    3 commentaires
  • Plus de 1000 cosmétiques «indésirables» listés par l'UFC-Que Choisir

    L'association de consommateurs UFC-Que Choisir publie ce mercredi une liste de plus 1000 cosmétiques contenant des substances indésirables.

    Des déodorants, des gels douche, des produits pour bébé, du maquillage, des dentifrices ou encore des crèmes solaires. L'UFC-Que Choisir pointe du doigt au total pas moins de 1017 références de cosmétiques contenant un ou plusieurs des 12 composés jugés «préoccupants». Elle met ainsi à jour sa base de données engagée en 2016. En février dernier, près de 400 produits avaient déjà été épinglés par l'association. Parmi la liste des composés à risque, on retrouve du BHA, un antioxydant jugé «potentiellement perturbateur endocrinien», du methylisothiazolinone (MIT) et du methylchloroisothiazolinone (MCIT), deux ingrédients à pouvoir conservateurs soupçonnés d'être allergisants, ou encore le sodium lauryl sulfate, un agent lavant pouvant provoquer des irritations.

     

    23 références ne respectent pas la réglementation

    Et l'association prévient notamment du risque des effets cocktail provoqués par l'utilisation de certains produits. Le déodorant Natur Protect de la marque Sanex, le rouge à lèvre Deborah Milano, ou encore l'huile sèche sublimante du Petit Marseillais ne contiennent pas moins de 4 perturbateurs endocriniens chacun. L'UFC-Que Choisir a même constaté que 23 produits sont carrément «hors la loi», y compris dans des cosmétiques destinés aux enfants. Ils comportent des substances interdites. C'est le cas notamment du spray solaire pour enfant Lovea, du soin pour les yeux L'Oréal Men, ou encore du gel coiffant fixation béton de Vivelle Dop. Ils contiennent du MIT, un composant interdit depuis février 2017 par un règlement européen dans les produits dits «non rincés». L'association interpelle donc la Répression des fraudes (DGCCRF) pour que soit effectué dans les rayons un «retrait immédiat» de ces 23 produits.

    Publicité

    L'UFC-Que Choisir exige également que la Commission Européenne dresse «une définition ambitieuse» des perturbateurs endocriniens, y compris ceux suspectés de l'être, dans le but d'interdire les fabricants d'utiliser ces derniers dans leurs cosmétiques.

    Le Figaro


    3 commentaires
  • Indonésie : un homme retrouvé mort dans le ventre d'un python de 7 mètres de long

    Un Indonésien porté disparu a été retrouvé mort dans le ventre d'un python de 7 mètres de long qui l'a avalé, a indiqué un responsable local de ce pays d'Asie du Sud-Est, mercredi 29 mars.

     

    Akbar, 25 ans, avait quitté sa maison dimanche à Mamuju, sur l'île de Célèbes (ou Sulawesi, au centre de l'Indonésie), et n'était pas rentré chez lui. Inquiète, sa famille avait alerté la police. Lundi, un imposant python, dont le gros ventre indiquait qu'il avait avalé une proie de taille importante, a été signalé aux alentours. Les proches ont immédiatement pensé que ce serpent des forêts tropicales avait attaqué Akbar, a raconté un responsable de Salubiro, un village situé à proximité.

    Le reptile était immobile

    Le python se trouvait près d'une plantation de palmiers à huile de la famille et avait des difficultés à se déplacer à cause de son poids, a ajouté le responsable, Junaidi, qui n'a qu'un patronyme, comme de nombreux Indonésiens.

    "Nous avons immédiatement pensé que le serpent avait avalé Akbar car autour du site, nous avons retrouvé des fruits de palmier, l'outil qu'il utilisait pour la récolte et une botte", a ajouté le responsable.

    Des villageois ont ensuite essayé de tuer le reptile immobile. Au bout d'une heure, ils ont découpé la peau du serpent et retrouvé, à l'intérieur, le jeune homme entier, mais mort. "La victime a probablement été avalée dimanche car son corps était déjà enflé quand nous l'avons retrouvée", a-t-il ajouté.

    Franceinfo

    Pauvre python, il avait juste voulu tuer un homme qui avait participé à la destruction de la forêt indonésienne pour y planter des saloperies de palmiers pour faire cette "merde" d'huile de palme !


    4 commentaires
  • Les repas vegans vont devenir obligatoires dans les cantines portugaises

    Le Portugal a voté une loi contraignant les cantines notamment scolaires à proposer systématiquement un menu végétalien. Cette avancée avait été réclamée par plus de 15 000 signataires d'une pétition.

    Au Portugal, la loi accompagne les évolutions des mentalités. Un texte voté le 3 mars prévoit l'obligation pour les cantines des écoles, des universités, des hôpitaux, des prisons, de préparer et proposer des repas végétaliens, à savoir sans produits d'origine animale. Les structures concernées ont environ 3 mois pour s'adapter à cette nouvelle législation, raconte le site britannique Metro.

    Cette petite révolution est partie de la mobilisation des militants. Une pétition lancée par l'Association végétarienne portugaise a récolté plus de 15 000 signatures, et poussé le parlement à se saisir du sujet début 2016. Metro rappelle qu'une pétition similaire circule actuellement au Royaume-Uni, et pourrait être débattue au parlement si elle rassemble 100 000 signatures d'ici le 3 avril. Le texte en a recueilli pour l'instant environ 16 000.

    Un progrès majeur pour les associations

    L'Association végétarienne portugaise a salué le progrès instauré par la loi. "Nous voyons cela comme un progrès majeur au Portugal car c'est la première fois qu'une loi mentionne spécifiquement le végétarisme", se réjouit dans Metro Nuno Alvim, porte-parole du collectif.

    "Cela va promouvoir la diversité des habitudes alimentaires et encourager plus de gens à choisir l'option végane, comme elle devient de plus en plus disponible", prévoit-il avant de vanter "l'impact signifiant sur la santé de la population mais également sur celle des animaux et de l'environnement à long terme".

    L'EXPRESS

    En voilà une idée qu'elle est bonne !!!  

    Les repas vegans vont devenir obligatoires dans les cantines portugaises


    4 commentaires
  •  

    Les yaourts aux fruits Danonino de Danone ne contiendraient... aucun fruit

    L'ONG Foodwatch demande au géant de l'agroalimentaire de modifier l'étiquetage de ces petits-suisses, qui comportent des illustrations de fruits, alors que le produit n'en contiendrait «pas la moindre trace».

    Arnaque au rayon frais. L'ONG Foodwatch qui a déjà épinglé à plusieurs reprises les abus des fabricants agroalimentaires a lancé mercredi une pétition pour demander au géant Danone un étiquetage plus honnête. Au centre de la colère de l'association de défense des consommateurs, l'étiquetage concernant le yaourt phare de Danone: les petits-suisses Danonino qui comportent des illustrations de fruits entiers: pêche, abricot, framboise, fraise et banane. Ses pots colorés laissent croire à leur présence mais il s'agit pour l'ONG d'une nouvelle arnaque sur l'étiquette: «ce produit ne contient pas la moindre trace de fruits, pas même sous forme d'arômes», explique l'ONG dans un communiqué.

    Arnaque au rayon frais. L'ONG Foodwatch qui a déjà épinglé à plusieurs reprises les abus des fabricants agroalimentaires a lancé mercredi une pétition pour demander au géant Danone un étiquetage plus honnête. Au centre de la colère de l'association de défense des consommateurs, l'étiquetage concernant le yaourt phare de Danone: les petits-suisses Danonino qui comportent des illustrations de fruits entiers: pêche, abricot, framboise, fraise et banane. Ses pots colorés laissent croire à leur présence mais il s'agit pour l'ONG d'une nouvelle arnaque sur l'étiquette: «ce produit ne contient pas la moindre trace de fruits, pas même sous forme d'arômes», explique l'ONG dans un communiqué.

    Le Figaro


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique