• En Chine, un pont de verre donne l'illusion de se fissurer sous les pieds des touristes  


    5 commentaires
  • Qui n'a pas mangé récemment dans un restaurant chinois ? En France, ils sont de plus en plus nombreux. Rapides et pas chers, ils attirent chaque jour des milliers de clients. Mais sait-on vraiment ce qu'on y mange ? Connaît-on la provenance des produits et les conditions d'hygiène dans lesquelles ils sont préparés ? Une équipe d'Envoyé Spécial à Paris, pour connaître la vérité sur les arrières cuisines des restaurants

     

    Aux idiots de français qui aiment manger chinois, bon appétit !!!


    7 commentaires
  • Il avait congelé sa femme: un Chinois condamné à mort

    Un Chinois a été condamné à mort jeudi par un tribunal de Shanghai (est) pour avoir tué sa femme et avoir conservé le cadavre dans un congélateur pendant trois mois. Zhu Xiaodong, 31 ans, a été reconnu coupable d'avoir étranglé son épouse en 2016 après une dispute, a indiqué le tribunal.

    L'homme avait enveloppé le corps de la victime dans une couverture et l'avait placé dans un congélateur sur le balcon de leur domicile, ont indiqué des médias chinois. Durant les trois mois suivants, M. Zhu avait utilisé l'argent de sa défunte épouse pour se payer des voyages et des chambres d'hôtels avec une autre femme. "Il a dépensé sans retenue et n'a montré aucun signe de remords", a souligné le tribunal pour appuyer sa décision.

    Afin de dissimuler la mort de son épouse, l'homme se faisait passer pour elle sur les réseaux sociaux. Mais il s'est finalement rendu aux autorités, juste avant la fête d'anniversaire de son beau-père, où sa femme était attendue.

    L'affaire avait sidéré le grand public à Shanghai. Et les parents de la victime avaient publiquement appelé à condamner le mari à la peine de mort.

    Paris Match


    4 commentaires
  • Les erreurs d'un labo chinois pourraient provoquer des cas de cancer en Europe

    Le problème vient d'une molécule, le valsartan, principe actif de médicaments pour patients en cardiologie.

    Les impuretés contenues dans une molécule fabriquée en Chine pour l'industrie pharmaceutique, le valsartan, vont provoquer des cas de cancer en Europe, a prévenu ce jeudi 2 août l'Agence européenne des médicaments (EMA).

    Le problème vient du valsartan, principe actif de médicaments pour patients en cardiologie (insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, infarctus cardiaque récent).

    Le 18 juillet, le laboratoire chinois Huahai avait rappelé dans le monde entier cette molécule, en raison de la présence de N-nitrosodiméthylamine (NDMA), une substance classée comme probablement cancérogène pour l'homme en cas d'utilisation prolongée.

    "À l'issue d'une évaluation préliminaire, l'EMA estime qu'il pourrait y avoir un cas supplémentaire de cancer sur 5.000 patients prenant les médicaments touchés à la plus haute dose de valsartan (320 mg) chaque jour pendant sept ans", a écrit l'agence européenne dans un communiqué.

    "Pas de risque immédiat pour les patients" !

    L'EMA a indiqué ne pas savoir combien de patients cela concernerait, car elle attend des analyses qui permettront de déterminer la concentration de NDMA dans les médicaments en question.

    Pour le moment, elle a dit se fonder "sur les niveaux moyens de cette impureté détectés dans la substance active par Zhejiang Huahai Pharmaceuticals (60 parties par million)" et sur "des études sur des animaux".

    Par ailleurs, la molécule ayant été retirée du marché, l'EMA a insisté pour que les patients continuent leur traitement.

    "Il est important de noter qu'il n'y a pas de risque immédiat pour les patients. Ceux qui prennent les médicaments touchés et ne sont pas encore passés à un autre ne doivent pas cesser de prendre leur traitement sans consulter leur médecin ou pharmacien", a-t-elle souligné.

    Les autorités européennes pensent que l'impureté "s'est introduite comme produit secondaire après des changements effectués par Zhejiang Huahai dans son processus industriel en 2012", a expliqué l'EMA.

    L'OBS

    Pas de risque immédiat, ben alors, si le cancer arrive plus tard, ce n'est pas grave, sales chinois !


    4 commentaires
  • Chine: Pékin va fermer un millier d'usines d'ici à 2020

    Dans le cadre d'un plan de restructuration économique et environnemental, la capitale chinoise prévoit de délocaliser toute son industrie lourde vers une nouvelle zone de développement économique, a annoncé mardi dernier l'organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste.

    La ville de Pékin entend fermer environ un millier d'usines d'ici à 2020 pour lutter contre la pollution et favoriser le développement économique d'autres régions, rapportait mardi Le Quotidien du peuple. La capitale va privilégier les industries high-tech et fermer les usines «ordinaires», précise l'organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois, en citant un document d'orientation des autorités municipales.

    Pékin a déjà rejeté les dossiers de 19.500 entreprises qui voulaient ouvrir une usine et en a fermé ou déplacé 2465 autres, ajoute-t-il. Le gouvernement chinois a adopté en 2014 un plan visant à améliorer la coordination entre les différentes autorités locales des régions de Pékin, Tianjin et Hebei. Il veut délocaliser toute l'industrie lourde de la capitale vers la nouvelle zone de développement économique de Xiongan dans la province de Hebei. La volonté du président Xi Jinping est de faire de la capitale une ville de «classe mondiale, harmonieuse et où il fait bon vivre». Même si pour cela il faut raser des quartiers entiers et pousser des dizaines de milliers de travailleurs à trouver un nouveau toit, rapportait en février Le Figaro dans un reportage.

     

    La pollution, enjeu fondamental

    Pékin, qui compte 22 millions d'habitants, s'efforce depuis plusieurs années de juguler sa croissance démographique et de réduire son très fort niveau de pollution. Cette dernière avait constitué un véritable enjeu lors de l'organisation des Jeux olympiques en 2008.

     

    Cette année, 500 entreprises manufacturières seront fermées dans la capitale, ainsi que 176 marchés et centres logistiques, avait annoncé en janvier Liu Bozheng, le directeur adjoint du bureau de Pékin chargé de superviser l'intégration de la région Pékin-Tianjin-Hebei. Plusieurs universités et hôpitaux seront aussi transférés dans des zones périurbaines, avait-il alors précisé, selon des propos rapportés par l'agence de presse Chine nouvelle.

    Le Figaro

    Et en plus de bouffer du chien, d'enfermer les ours pour prendre leur bile, de faire tuer les éléphants et les rhinocéros, ils sont communistes !

    Qu'attendent les océans pour envahir ce continent !!!


    5 commentaires
  • Chine: un géant pharmaceutique accusé d'avoir mis en vente de faux vaccins

    Un nouveau scandale sanitaire effraie des millions de parents en Chine : des faux vaccins ont été administrés à des bébés de moins de trois mois. En 2016 déjà, des vaccins périmés ou stockés dans de mauvaises conditions avaient fait grand bruit dans le pays.

     

    Le Premier ministre Li Keqiang exige des punitions sévères. Mais le mal est fait, les parents inquiets sont vent debout contre des autorités sanitaires jugées trop laxistes. « Je ne vais plus choisir des vaccins chinois pour mon bébé », s’insurge une maman sur les réseaux sociaux.

    Au cœur de la tempête : l’entreprise « Changsheng ». Dans un premier temps, une inspection a révélé que le géant pharmaceutique avait falsifié des données pour son vaccin contre la rage. La production a depuis été stoppée, les vaccins ont été retirés du marché, assurent les autorités.

    250 000 vaccins de mauvaise qualité

    Mais ce week-end, un deuxième scandale éclate et force la compagnie de suspendre son action en Bourse, après avoir perdu 40 % de sa valeur. « Changsheng Biotechnologie » aurait vendu plus de 250 000 vaccins de mauvaise qualité contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

    Publicité

    L’entreprise « Changsheng », ce qui veut dire « longue vie » en chinois, s’est confondue en excuses et dit avoir appris sa leçon. La censure se charge du reste et tente actuellement tant bien que mal d’étouffer le débat sur la toile : la plupart des commentaires ont déjà été effacés.

    RFI - Avec notre correspondante à PékinHeike Schmidt

    Cela ne me surprend pas de la part de chinois !


    5 commentaires
  • Une Chinoise de 21 ans décède mordue par un serpent acheté en ligne

    Une Chinoise est décédée après avoir été mordue par un serpent qu'elle avait commandé sur un site de vente en ligne pour produire de l'alcool de serpent, une liqueur traditionnelle en Chine aux prétendues vertus curatives, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

    Cette femme de 21 ans de la province du Shaanxi(centre) est décédée le 17 juillet, huit jours après avoir été mordue par un bongare rayé, une espèce très venimeuse, a précisé l'agence officielle.

    Elle avait acheté le serpent sur la plateforme en ligne Zhuanzhuan à un vendeur localisé dans la province méridionale du Guangdong, où le reptile est très répandu.

    Le serpent avait été pris en charge par une société de livraison, qui a déclaré à Chine nouvelle ignorer ce que contenait le colis. La femme, non identifiée par l'agence de presse, avait prévu de produire du vin médicinal traditionnel, selon sa mère.

     

    Le reptile retrouvé près de la maison de sa victime

    Le vin de serpent est généralement produit en laissant macérer des serpents entiers, de préférence venimeux, dans des bonbonnes d'alcool, la liqueur ainsi produite étant réputée avoir un effet revitalisant. Selon la presse, le reptile serait parvenu à s'échapper après avoir mordu, mais des gardes forestiers ont rapporté par la suite qu'il a été retrouvé près de la maison de sa victime.

    Publicité

    Le commerce d'animaux sauvages est en principe prohibé sur les plateformes de vente en ligne. Le commerce électronique a explosé en Chine, mené par des acteurs incontournables comme la plateforme Taobao d'Alibaba qui gère des centaines de milliards de dollars de commandes pour tous types de ventes, des produits du quotidien aux articles les plus insolites.

    Paris Match

    Ce qu'ils sont stupides ces chinois ! et bien, elle en aura eu du vin de serpent !!!


    4 commentaires
  •  

    Un milliardaire chinois meurt d'une chute accidentelle dans le Luberon

    Wang Jian, milliardaire chinois à la tête d'un important conglomérat présent dans le tourisme, la logistique et le transport aérien, est mort d'une chute accidentelle dans le Lubéron.

    Grand patron chinois milliardaire, Wang Jian est mort à 57 ans mardi après une chute accidentelle dans le Luberon, où il faisait du tourisme, laissant derrière lui un important conglomérat présent dans le tourisme, la logistique et le transport aérien.

    Le fondateur de HNA a perdu la vie dans le village de Bonnieux (Vaucluse), dans le Luberon, ont précisé les gendarmes français: "Il avait grimpé sur un parapet en hauteur pour se faire prendre en photo, et il est tombé", ont-ils expliqué, ajoutant que les pompiers n'ont pas pu le ranimer.

    D'après une source proche du dossier, ce grand patron chinois avait voulu voir le panorama en montant sur un muret. Pour y parvenir, il a pris de l'élan et a été emporté dans sa course, faisant une chute de 10 mètres !!!

    La brigade locale de gendarmerie a été chargée de l'enquête, qui s'oriente vers un accident.

    "Nous pleurons la perte d'un dirigeant exceptionnellement doué et d'un modèle, dont la vision et les valeurs continueront à servir de guide pour tous ceux qui ont eu la chance de le connaître", a indiqué HNA dans un communiqué, ajoutant que M. Wang était en voyage d'affaires en France.

    Une fortune estimée à 1,7 milliard de dollars

    La fortune de ce grand patron très discret est estimée à 1,7 milliard de dollars par le magazine américain Forbes.

    M. Wang s'était spécialisé dès ses études dans l'aviation civile, à l'Université de Chine. Dans le début des années 90, il a participé à la fondation de la compagnie aérienne Hainan Airlines.

    D'après le New York Times, c'est grâce à une collaboration longtemps tenue secrète avec son jeune frère, Wang Wei, qui vendait des services et du matériel à la Hainan Airlines, que Wang Jian a transformé la petite compagnie régionale en un gros conglomérat. 

    Aujourd'hui, HNA, qui s'est développée dans la logistique et le tourisme notamment, est perçu comme un "rhinocéros gris", selon les termes de la presse chinoise, c'est-à-dire une de ces entreprises dans le collimateur du régime pour leur endettement inquiétant. De fait, HNA a multiplié les investissements à l'étranger, en devenant notamment en mai 2017 le premier actionnaire de la banque allemande Deutsche Bank, avec 9,9%, devant la famille de l'Émirat du Qatar. 

    De même, en octobre 2016, le conglomérat avait annoncé l'acquisition d'un quart du capital des hôtels Hilton, pour 6,25 milliards de dollars.

    Entré au capital de plusieurs compagnies aériennes étrangères

    HNA a dépensé au moins 50 milliards de dollars ces deux dernières années dans des investissements et prises de participations, non sans de vives controverses sur l'opacité de ses complexes structures d'actionnariat.

    HNA est ainsi entré au capital de plusieurs compagnies aériennes étrangères: Aigle Azur (France), Virgin Australia (Australie), TAP (Portugal) ou encore Azul (Brésil). 

    Dans la logistique, il a mis la main sur le Suisse Gategroup, prestataire de services à bord pour le transport aérien. Il avait également dévoilé en 2016 le rachat de la branche de location d'avions du groupe américain CIT pour 10 milliards de dollars.

    Fin 2017, HNA a annoncé que son endettement total s'élevait à environ 638 milliards de yuans (81,5 milliards d'euros), en hausse de 36% par rapport à la fin 2016. En prenant en compte l'ensemble des entités qu'il contrôle, on pourrait arriver à une dette d'environ 1000 milliards de yuans, selon l'agence financière Bloomberg.

    À la demande du gouvernement chinois, HNA s'efforce de réaliser des cessions et de se désengager de coûteux actifs immobiliers pour renflouer sa trésorerie.

    Paris Match

    En résumé, un magouilleur !

    Et bien, il l'a vu le panorama !!!


    4 commentaires
  • Les asiatiques polluent avec leurs plastiques et bouffent les chiens. Je ne les aime pas du tout !


    3 commentaires
  • Yulin 2018 : l’horreur continue pour les chiens sacrifiés pour leur viande

    Yulin 2018 : l’horreur continue pour les chiens sacrifiés pour leur viande

    Yulin 2018 : l’horreur continue pour les chiens sacrifiés pour leur viande

    Yulin 2018 : l’horreur continue pour les chiens sacrifiés pour leur viande

    Ils seront encore des milliers de chiens et chats à être abattus le 21 juin 2018 pour servir de repas dans les restaurants de Yulin en Chine.

    Tous les ans, c’est la même terreur : durant le Festival de Yulin, au sud de la Chine, des milliers d’animaux de compagnie sont tués pour leur viande. Les habitants y ont pour habitude de manger du chien et du chat accompagnés de litchis pour célébrer le solstice du 21 juin.

    Pour servir les étals de la ville, ces animaux sont volés à leurs maîtres ou dans les rues, puis acheminés dans des conditions indignes avant d’être dépecés vivants, brûlés ou bouillis vifs.

    Le nombre d’animaux tués divisé par 10

    Grâce au travail des associations de protection animale et à l’image néfaste véhiculée par ce festival, le nombre d’animaux utilisés pour Yulin est en baisse. Au lieu des 10 000 chiens et chats tués habituellement, ils n’auraient été « que » 1000 l’année dernière, selon des informations de Animals Asia, association partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis.

    2 phénomènes expliquent cette diminution : les associations sont de plus en plus nombreuses à arrêter les camions pour obliger les autorités à vérifier les papiers des animaux car l’identification est obligatoire en Chine ; les associations peuvent ainsi recueillir ces pauvres rescapés. De plus, en 2017, des rumeurs assurant que la fin du festival était proche avaient circulé. Le gouvernement aurait donné des consignes aux restaurateurs pour leur demander d’être plus discrets…

    La viande de chien, toujours prisée

    Si cette diminution représente une première bataille gagnée, le chemin est encore long vers une interdiction totale de la consommation de viande de chien en Chine. Dans ce pays, ce festival ne représente que 0,01% de la consommation de chien, selon Animals Asia. En effet, « ce sont près de 10 millions de chiens qui sont tués en Chine pour être consommés à l’année », indique-t-elle dans un communiqué.

    Des actions sont donc menées au quotidien par les ONG pour tenter de réduire à néant cette industrie. Par exemple, elles ont lancé une plateforme internet pour inviter les citoyens à dénoncer les restaurants servant de la viande de chien sans autorisation : 204 restaurants ont ainsi été fermés.

    La mobilisation doit encore s’accroître pour sensibiliser le gouvernement et le pousser à promulguer des lois plus sévères pour enrayer ce commerce.

    De nombreuses associations se chargent aussi de faire adopter ces milliers de rescapés aux Etats-Unis et au Canada. C'est le cas par exemple de l'ONG Humane Society International qui a reçu le soutien de plusieurs célébrités qui incitent à l'adoption de chiens et chats échappés du marché de la viande asiatique.

    30 Millions d'amis

    Et avant de les tuer ils les frappent pour les faire souffrir, il paraît que la viande est meilleure ! Bande de sauvages, d'arriérés !


    4 commentaires
  • Chine : au moins sept morts dans une attaque au couteau contre des collégiens

    Un homme s’en est pris à des élèves, vendredi, dans la province de Shaanxi.

    Les adolescents rentraient chez eux lorsque l'attaque a eu lieu, vendredi 27 avril. Un homme armé d'un couteau a tué au moins sept collégiens et en a blessé douze autres dans le nord de la Chine, rapportent les autorités locales.

    L'âge des enfants n'a pas été précisé, mais les collégiens sont généralement âgés de 12 à 15 ans dans le pays. L'homme a été arrêté et les enfants blessés ont reçu des soins, écrit sur son site officiel le département de la propagande du comté de Mizhi, dans la province de Shaanxi.

    Les attaques au couteau ne sont pas rares dans le pays. En février, l'une d'elles a fait un mort et 123 blessés dans un centre commercial de Pékin. En janvier 2017, c'est également avec un couteau de cuisine qu'un homme a blessé onze enfants dans une école maternelle de la région autonome de Guangxi Zhuang, dans le sud du pays.

    Franceinfo

    Mais pourquoi, le monde devient fou !

     


    5 commentaires
  • China Mobile, le plus gros opérateur du monde, débarque en France

    China Mobile c’est 880 millions d’abonnés, 89 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et 460 000 employés (fin 2016). Soit le plus grand opérateur télécom au monde. Vendredi, ce mastodonte a inauguré son premier bureau dans l’Hexagone, rapporte Les Échos, signe de sa volonté de poursuivre toujours plus agressivement son internationalisation. Le Chinois a élu domicile à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, et emploie une dizaine de personnes.

    China Mobile aura mis du temps à traverser l’Asie, puis l’Europe de l’est. Ses concurrents, China Unicom et China Telecom étant déjà présents sur le sol français. Mais China Mobile s’est mise en ordre de bataille. « Nous avons des objectifs très ambitieux pour cette année, peut-être même trop ambitieux », explique aux Échos Benoît Cholvy, un Français recruté par l’opérateur pour rejoindre ses rangs franciliens. 

    Pour China Mobile, déjà présent à Londres, une implantation en France est un nouveau pas vers la conquête de tout le territoire européen. Et pourquoi pas, sur le long terme, vers l'exploration du Moyen-Orient et de l'Afrique. Pour l’instant toutefois, le géant chinois doit gagner le cœur du marché français. « En 2017, parmi nos abonnés, 11 millions sont allés en France, c’est 20 % de plus qu’en 2016 », souligne le vice-président exécutif de China Mobile International, Shen Weizhong. « Et le marché français des télécoms doit atteindre 81 milliards de dollars cette année ».

    Objectif final : jouer des coudes avec les grands opérateurs européens

    Le Chinois n’a toutefois pas attendu de planter son drapeau à Boulogne-Billancourt pour chercher des partenaires français. Il a déjà noué des accords de roaming international avec plusieurs opérateurs nationaux. Le groupe a même signé un nouvel accord avec Orange vendredi qui lui permettra d’aller plus loin. Selon un communiqué, relayé par les Échos, l’objectif de ce nouveau partenariat, est de pouvoir engager des synergies en matière de recherche et de développement notamment dans le secteur de la 5G et de l’internet des objets. « Le but n’est pas de négocier des accords commerciaux », tempère toutefois l’opérateur français.

    À l’heure actuelle, China Mobile souhaite s’adresser aux entreprises chinoises déjà installées dans l’Hexagone, mais qui restent peu familières du paysage des télécoms français. « Ce qui nous intéresse, ce n’est pas tant ce qu’elles font que le fait qu’elles soient chinoises », confirme Benoît Cholvy. La stratégie est donc assumée. Et pour se développer, le groupe peut compter sur les « nouvelles routes de la soie », le fameux projet lancé par Xi Jinping en 2013, qui doit permettre le développement massif des entreprises chinoises à l’étranger. Un soutien qui aidera le géant à atteindre son objectif final : concurrencer d’autres grands opérateurs européens, comme Deutshe Telekom, Vodafone ou Orange, connus pour leurs infrastructures mondiales.

    Capital


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique