• Un homme s’est présenté aux gendarmes en affirmant avoir « tué sa petite amie », samedi en fin d’après dans les Yvelines. Né en 1991, il a aussitôt été placé en garde à vue pour « homicide par conjoint ».

    Les faits se sont déroulés au domicile de la jeune femme, née en 1988, dont elle était la seule locataire, a précisé une même source de l’enquête. Ni les circonstances, ni le mobile, ni la ville où ont été commis les faits n’ont toutefois été précisés.

    Dépêché au domicile de la victime dans la Vallée de Chevreuse, le médecin légiste a confirmé un décès par strangulation. Mais une autopsie devra confirmer les causes de la mort, selon la même source. La Section de recherches de Versailles a été saisie de l’enquête.

    Un « Grenelle des violences conjugales » lancé en septembre

    Au moins 74 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-conjoint depuis le 1er janvier, selon un décompte communiqué samedi par un collectif de familles et proches de victimes à l’initiative d’une manifestation à Paris pour réclamer des mesures immédiates contre les féminicides.

    La secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa a annoncé, dans un entretien au Journal du dimanche, que le gouvernement lancerait en septembre à Matignon un « Grenelle des violences conjugales » afin d’enrayer le phénomène.

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Le feu de forêt, d’une gravité inédite depuis 20 ans, s’est déclaré mercredi dans une zone rurale du nord-est de l’Espagne, touchée par la vague de chaleur européenne. Il a déjà ravagé plus de 5500 hectares, et pourrait en dévorer plus de 20.000.

    Plus de 500 pompiers s’emploient à maîtriser un incendie hors de contrôle, ce jeudi, dans une zone rurale du nord-est de l’Espagne, touchée par la vague de chaleur européenne, ont indiqué les autorités locales. Le feu s’est déclenché mercredi après-midi près du village de Torre del Espanol, en Catalogne. Les autorités indiquent d’ores et déjà qu’il s’agit de l’incendie le plus important depuis 1998 en Catalogne.

    Ce jeudi après-midi, le feu, qui aurait la forme d’une langue, avait déjà détruit plus de 5500 hectares de végétation, selon le ministre régional de l’Intérieur, Miquel Buch. «Les difficultés sont telles que l’on ne peut pas parler d’un feu en phase de contrôle ou d’extinction. Au contraire, nous sommes dans une phase où le feu progresse», a-t-il expliqué à la radio catalane dans la matinée. L’incendie devrait en effet continuer à se propager en raison de la hausse des températures tout au long de la journée. Plus de 50 personnes ont été évacuées, a indiqué le gouvernement régional  et une centaine de moutons auraient été tués par les flammes.

    À l’heure actuelle, 90 unités terrestres et 15 unités aériennes sont mobilisées contre cet incendie classé à «risque extrême», qui pourrait dévorer 20.000 hectares dans cette région couverte de vergers, d’oliviers et de vignobles, selon un communiqué du gouvernement régional de Catalogne. La propagation du feu est accélérée par de forts vents et des températures en hausse dans la vallée de l’Ebre, une des régions d’Espagne qui enregistre régulièrement les températures les plus élevées.

    L’incendie a peut-être été causé par une «accumulation de fumier dans une ferme, qui a généré suffisamment de chaleur pour exploser et provoquer des étincelles», selon Miquel Buch. L’incendie survient en pleine vague de chaleur dans une grande partie de l’Europe, où plusieurs records de températures pour un mois de juin sont déjà tombés. Le thermomètre devrait dépasser les 40 degrés jeudi et vendredi en Espagne, en France et en Grèce.

    Le Figaro.fr

    Je pense aux pauvres animaux qui vont être brûlés vifs


    6 commentaires
  • Espagne : un jeune de 19 ans tué par un taureau en plein spectacle

    Illustration Pamplune, en juillet 2017

    Un jeune homme de 19 ans, Fran Gonzalez, est décédé mardi 30 avril après avoir été encorné par un taureau, pendant les fêtes traditionnelles de Xilxes, en Espagne. Le coup de corne a été porté au niveau du cou, à l'occasion d'un spectacle de "toro" dans les rues de cette ville de 30.000 habitants, selon le quotidien local Levante.



    Après avoir été transporté à l'hôpital, le jeune homme originaire de la région est décédé d'une grave hémorragie. Il était un habitué des événements tauromachiques auxquels il contribuait régulièrement comme participant. Sa famille faisait elle-même partie des organisateurs de ces fêtes traditionnelles de Xilxes.

     

    Le festival de tauromachie, qui devait se tenir sur plusieurs jours, a été annulé suite au drame. Une autre personne a été blessée au cours du même spectacle, selon le journal Levante. 

    RTL

    Et bien sa famille peut être fière de ses organisations de spectacles stupides !

    Foutez la paix aux taureaux bande d'arriérés !


    4 commentaires
  • Lille: Le bébé d’une SDF qui a accouché dans la rue retrouvé mort

    Un drame de la misère. Fin mars, une femme sans domicile a donné naissance à un enfant dans la rue. Le bébé n’a pas survécu et la mère a été interpellée selon nos confrères de La Voix du Nord.

    Ce sont des passants qui ont alerté après avoir remarqué cette femme et son enfant, un nouveau-né. La sans domicile, âgé d’une quarantaine d’années, a accouché dans la rue, le 23 mars dernier, du côté de la gare Lille-Flandres. Lorsque les secours sont intervenus, ils n’ont rien pu faire pour réanimer l’enfant.

    L’enfant était viable à la naissance

    La mère a été interpellée et placée en garde à vue et une enquête a été ouverte. Une autopsie a été réalisée, laquelle a démontré que le bébé était viable à la naissance selon le parquet de Lille. Pour autant, on ne connaît pas encore les causes précises de la mort.

    A l’issue de sa garde à vue, la mère a été déférée devant le parquet et mise en examen pour « délaissement d’enfant ayant entraîné la mort ». Elle a été placée en détention provisoire.

    20 Minutes

    Bien triste !

    Lille: Le bébé d’une SDF qui a accouché dans la rue retrouvé mort


    4 commentaires
  • Une brigade de 500 moutons veille sur le plus grand parc de Madrid

    C'est une scène champêtre classique: placides, des moutons broutent sous l'oeil d'un berger taciturne. A la différence près que cette scène se passe dans le plus grand parc de la capitale espagnole, avec vue sur le Palais Royal.

    Depuis fin février, la ville de Madrid a de nouveaux employés: 500 moutons occupés à dévorer l'herbe et les broussailles de la Casa de Campo, ancien domaine de chasse royal qui s'étend sur 1.722 hectares, soit environ deux fois la superficie du Bois de Boulogne.

    L'objectif est double: réduire les risques de feux de forêt tout en éduquant 3,2 millions de citadins inaccoutumés à la vie rurale.

    "C'est une méthode très efficace pour prévenir les incendies d'une manière très naturelle", explique Beatriz Garcia San Gabino, en charge de la gestion des espaces verts de Madrid.

    Une brigade de 500 moutons veille sur le plus grand parc de Madrid

    "Au lieu d'utiliser des machines, on utilise des moutons, qui ne consomment pas de carburant, n'érodent pas le sol et ne le polluent pas", se réjouit-elle, ajoutant que le fumier des bêtes aide à fertiliser le sol et à répandre des graines dans le parc.

    La plupart des herbivores appartiennent à une race autochtone en danger d'extinction, la Rubia del Molar.

    "Les gens sont ravis", raconte le berger, Alvaro Martin, 45 ans, vêtu d'une chemise de bucheron et cigarette roulée à la bouche. "Tout le monde s'approche, beaucoup de personnes comprennent le rôle des moutons dans le parc".

    "Les enfants se pressent, demande s'ils peuvent les toucher", ajoute le berger, aidé dans sa tâche par son chien français, qui ne répond aux ordres que s'ils sont donnés dans la langue de Molière.

    Une brigade de 500 moutons veille sur le plus grand parc de Madrid

    Dans le parc, qui s'étire à l'ouest du centre-ville, les moutons côtoient un lac artificiel, un zoo, un parc d'attractions, un téléphérique et une piscine extérieure, très appréciée de la communauté gay de Madrid.

     

    Une fois le soleil couché, les bêtes dorment dans une grande tente dressée au sommet d'une colline à la vue imprenable sur le Palais royal.

    Courant juin, pour fuir les températures élevées, elles retrouveront jusqu'au mois d'octobre le climat plus accueillant de leur village de montagne.

    Pour soutenir le projet, les moutons peuvent être parrainés pour 30 à 90 euros par an, comme l'a déjà fait la maire de gauche de Madrid Manuela Carmena, en campagne pour sa réélection en mai prochain.

    AFP

    Il faudrait peut-être les tondre !


    4 commentaires
  • Moto: un pilote de 14 ans décède en Espagne

    Il espérait faire de sa passion son métier, mais elle lui a malheureusement coûté la vie. Dimanche, le jeune pilote espagnol Marcos Garrido Beltran, tout juste 14 ans, est décédé alors qu'il disputait à Jerez (Andalousie) une épreuve moto de la catégorie Supersport 300, où les espoirs du pays essayent de se faire repérer.

    Selon Marca, l'adolescent a chuté sur le circuit lors des essais, et a été ensuite percuté par un autre concurrent. "Marcos Garrido Beltran a rapidement été secouru par les services médicaux du circuit, qui ont décidé de son transfert en urgence à l'hôpital de Jerez, où il est décédé près d'une heure après son admission", a précisé dans un communiqué la Fédération andalouse de motocyclisme.

    Deuxième drame en quelques mois

    En Espagne, contrée passionnée par les sports mécaniques, la mort du jeune pilote a suscité une vague d'émotion. Même le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a fait part de sa tristesse sur les réseaux sociaux. "Je regrette profondément la mort du jeune Marcos Garrido à Jerez. Quatorze ans n'est pas un âge pour mourir, a-t-il écrit. Toute une vie devant soi brisée. Je me joins à la terrible douleur de ses parents, de sa famille et de ses amis."

    En juin dernier, Andreas Pérez, autre espoir espagnol, était lui aussi décédé à 14 ans après un grave accident lors d'une manche du Championnat du monde junior sur le circuit de Montmelo (Catalogne).

    RMC Sport


    3 commentaires
  • Voici un reportage sur les fraises que nous trouvons à bas prix dans nos supermarchés. Impact sur l'environnement, les travailleurs et la santé des consommateurs causé par cette culture hors-sol intensive en Andalousie.
    Capital une vidéo de M6 Web

     

    A ECOUTER ATTENTIVEMENT !

    Il faut boycotter tous les fruits (fraises) et les légumes (tomates) venant d'ESPAGNE !


    6 commentaires
  • Sur les images, on voit un chasseur acculer un cerf à une falaise. Haranguant ses chiens, plusieurs d'entre eux finissent par tomber dans le précipice, comme leur proie. Attention, certaines images peuvent choquer.

     

    La vidéo d’une partie de chasse en Espagne montrant des chiens attaquer un cerf au bord d’une falaise sous la véhémence d’un chasseur suscite l’indignation des deux côtés des Pyrénées. En France, la Fondation 30 Millions d’Amis s'élève depuis plusieurs années contre tous les excès de la chasse. Elle réclame notamment l'abolition de la chasse à courre et que le dimanche soit un jour non chassé.

     

    La scène est épouvantable. Elle se déroule lors d’une monteria (chasse au gibier) près de Cáceres, à l’Ouest de l’Espagne. Alors que la cabale s’apprête à se conclure avec la mort cruelle d’un cerf, comme il est malheureusement coutume lors de cette pratique hors du temps, l’horreur a été poussée à l’extrême quand le chasseur décide de houspiller sa meute qui encercle la proie au bord d’une falaise. Résultat, douze chiens et un cerf finissent par tomber du ravin. Certains chiens semblent se relever difficilement, probablement grièvement blessés par la chute. Nul ne sait s’il y a eu des animaux morts.

    Un acte « isolé » ? Faux !

    A l’origine du partage de la vidéo, Luis Miguel Domínguez Mencía, président de l’association de protection des loups ibériques Lobo Marley, a confié son mécontentement et sa colère à 30millionsdamis.fr. « J’ai réussi à récupérer la vidéo qui circulait dans un groupe WhatsApp de chasseurs, explique ce documentaliste animalier. Pour eux, il n’y a rien de mal à ce que les chiens tombent comme cela dans le vide. C’est leur travail, le risque du métier ! Les chasseurs se défendent en disant que c’est un acte isolé, mais c’est faux. D’après mes informations, l’unique réaction à cette crise sera de demander à leurs membres de ne plus filmer les chasses. Mais fort heureusement, ces images ont choqué énormément de monde. Et le monde de la chasse doit se confronter à cette véritable colère. »

    Scandale en Espagne

    De nombreuses personnalités politiques d’envergure en Espagne sont montées au créneau pour dénoncer cette horreur, à l’image de Pablo Iglesias, le leader de Podemos qui n’en passe pas par quatre chemins sur son compte Twitter : « Les responsables de cette sauvagerie n’ont qu’un nom : des criminels. Terminons-en une fois pour toutes et punissons les coupables.» Le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez n’a, pour le moment, toujours pas répondu à la polémique. Pour se défendre, la Fédération de chasse espagnole s’est déclarée « consternée » par cette scène alors que d’autres associations pro-chasse préfèrent apporter leur soutien au chasseur.

    « Des pratiques habituelles »

    Contactée par 30millionsdamis.fr, le parti animaliste espagnol PACMA, pointe du doigt une pratique qui n’est malheureusement pas marginale. « Au-delà de l’horreur de ces images, il faut quand même dire que ce sont des actes habituels lors d’une chasse dans notre pays, souligne Laura Duarte, la présidente. Ce qui est positif, c’est que les nombreuses réactions déclenchées par ces images vont nous aider à dénoncer ces pratiques. » Le parti espagnol 

    Pour signer la pétition pour l'abolition de la chasse à courre, cliquez ici. 

    30 Millions d'amis

    Saloperies de chasseurs.

    Que sont devenus ces chiens ? Morts, blessés ? Quelqu'un est-il allé voir ?

    Quand j'ai regardé cette video hier vers 19h, j'ai pleuré pendant une demie heure en donnant les croquettes à mes chiens.


    5 commentaires
  • Espagne : un homme attaqué par son chien alors qu'il maltraitait sa compagne

    La jeune femme dit avoir subi les mauvais traitements de son compagnon depuis un an.

    Le chien en a-t-il eu assez de voir son maître s'en prendre à sa compagne ? A Tarragone, en Catalogne (Espagne), un homme de 25 ans a été mordu au nez et à l'avant-bras par son animal de compagnie, rapporte l'agence de presse espagnole Efe. Sa compagne a expliqué à la police que si le chien avait attaqué son propriétaire, c'était pour empêcher cet homme violent de s'en prendre une nouvelle fois à elle, après une dispute.

    La jeune femme a affirmé être victime depuis un an de maltraitances physiques et psychologiques de la part de son compagnon. Blessée au visage, elle a été prise en charge par une patrouille de la police de Tarragone afin qu'elle puisse porter plainte, et a été transportée à l'hôpital.

    Dans le même temps, d'autres policiers ont interpellé l'homme, qui a également hospitalisé. Il a été placé en garde à vue pour violences conjuguales.

    franceinfo

    Où est ce brave  chien maintenant ?  C'est pourtant important !


    5 commentaires
  • Yonne: un ado de 15 ans affirme avoir été violé par deux migrants afghans

    Le parquet de la commune d’Auxerre, dans l’Yonne, a délivré deux mandats d’arrêts à l’encontre de deux migrants d’origine afghane, soupçonnés d’avoir violé collectivement un adolescent de 15 ans.

    Une enquête pour viol en réunion sur un adolescent de 15 ans a été ouverte par le parquet d'Auxerre, dans l'Yonne.

    Le parquet a délivré deux mandats d'arrêts à l'encontre de deux migrants d'origine afghane, soupçonnés d'avoir agressé sexuellement un adolescent de 15 ans, le 5 août dernier.

     

    La victime a porté plainte et une enquête judiciaire pour viol en réunion a été ouverte.

    Selon France 3 Bourgogne, les agresseurs n'ont pas encore été localisés, ni interpellés, ni entendus pour donner leur version des faits. Le jour des faits, ils auraient donné rendez-vous à la victime à la piscine d'Auxerre avant de l'abuser physiquement à proximité d'un centre de formation et d'apprentissage.

    Les suspects sont actuellement recherchés sur l'ensemble du territoire national.

    SPUTNIK


    6 commentaires
  • Espagne : un conducteur contrôlé positif à toutes les drogues détectables

    Un mélange pour le moins inattendu... Samedi, les policiers espagnols ont eu la surprise de contrôler positif un conducteur à Carcastillo, dans le nord-est de l'Espagne, à toutes les drogues détectables. L'homme, qui était également en état d'ivresse, avait pris du cannabis, des amphétamines, des méthamphétamines, de la cocaïne, et des opiacés, d'après le journal espagnol Diarrio de Navarra.

     

    Conduite sous l'emprise de l'alcool et de la drogue.

    Les policiers ont été alertés par un voisin les prévenant que "plusieurs personnes montaient à bord d’une voiture alors qu’elles étaient en état d’ivresse", indique Euronews. Alors que le taux d’alcoolémie autorisé est fixé çà 0,5 mg par litre de sang en Espagne, le conducteur était effectivement à 0,6 mg. Toutes les personnes à bord étaient âgées de 26 à 29 ans. Après le contrôle, le conducteur s'est vu retirer six points de son permis de conduire et infligé une amende de 1.000 euros pour la conduite en état d'ivresse.

    15 points en moins.

    La conduite sous l'emprise de stupéfiant lui a valu la même sanction : 1.000 euros d'amende supplémentaires et le retrait de 6 points. Enfin, aucun des passagers du véhicule n'ayant de ceintures, tous ont écopé d'une amende de 200 euros. Le conducteur s'est vu retiré trois points supplémentaires. A l'issue du contrôle, la voiture a été immobilisée.

    Europe 1


    4 commentaires
  • Des centaines de migrants sont parvenus à franchir la double clôture séparant le Maroc de l'enclave espagnole, mais aussi l'Afrique de l'Union européenne. Cet assaut est le plus violent et le plus massif depuis février 2017.

    Des centaines de migrants, plus de 700, armés de bâtons et de sprays faisant office de lance-flammes artisanaux, ont pris d'assaut le 26 juillet la barrière à la frontière entre le Maroc et Ceuta, territoire espagnol en Afrique. D'après la Garde civile espagnole, plus d'une centaine de migrants et une quinzaine de garde-frontières ont été blessés durant les affrontements.

    Et la maréchaussée espagnole de préciser : «Afin d'empêcher la Garde civile espagnole d'intervenir dans la zone où les tentatives d'intrusion avaient lieu, les immigrants ont utilisé des équipements défensifs comme des boucliers [...] lançant aux agents des récipients plastiques remplis d'excréments et de chaux vive».

    Au total, d'après les autorités espagnoles, 602 migrants sont parvenus à franchir la double clôture séparant le Maroc de l'enclave espagnole, 16 d'entre eux ont été évacués vers un hôpital. La Croix-Rouge avance de son côté le bilan de 132 migrants blessés.

    Des cocktails molotov ainsi que des sacs de haschich ont également été retrouvés dans le sillage des migrants.

    Ce franchissement de la frontière de Ceuta, hérissée de barbelés, est le plus important depuis février 2017, plus de 850 migrants étaient alors parvenus à pénétrer dans la ville du nord du Maroc placée sous administration espagnole.

    Ceuta est avec Mellila l'un des deux confettis territoriaux administrés par Madrid et situés dans le nord du Maroc. Ils constituent les seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Europe.

    RT France


    4 commentaires
  • Outrée par un viol collectif, l'Espagne va modifier sa législation

    Après la Suède, l'Espagne va modifier sa législation sur le viol. Le principe ? Criminaliser tout acte sexuel qui n'aura pas été explicitement consenti. Cette modification à venir survient après l'indignation publique provoquée par l'agression d'une jeune femme, lors de fêtes taurines, à Pampelune, en 2016.

     

    Le procès de "La Meute"

    Cinq jeunes hommes avaient violé en réunion une jeune femme de 18 ans lors des fêtes annuelles organisées dans cette ville du nord de l'Espagne. La justice avait condamné les accusés pour agression sexuelle et non pour viol car la victime n'aurait pas exprimé son refus lors de l'agression.

    Les cinq hommes, qualifiés de "meute", ont été condamnés à neuf années de prison mais ont été remis en liberté en juin après avoir fait appel de leur condamnation. Cette mesure a été accueillie par des manifestations de mécontentement en Espagne.

    "Si elle dit non, cela veut dire non. Et si elle ne dit pas oui, cela veut dire non", a expliqué le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez devant le parlement lors de prestation de serment lundi 16 juillet, rapporte le site du journal El Pais.

    Un changement accueilli avec prudence

    Cette modification de la loi vise à lever l'ambiguïté qui peut exister dans les affaires de viol. Une loi similaire a été récemment adoptée en Suède.

    L'Espagne rejoint un petit groupe de pays, comme la Grande-Bretagne et le Canada, qui considèrent que l'absence de consentement est considéré comme un crime sans que la victime ait à faire la preuve d'avoir subi des menaces ou des violences physiques.

    Virginia Gil, directrice de la fondation Aspacia, qui lutte contre les violences faites aux femmes, a accueilli cette évolution de la loi avec prudence, affirmant qu'en l'absence de précision il était impossible de dire si elle serait protectrice des victimes. "Ce sera une avancée s'il y a un règlement général de ce type de violences", a-t-elle commenté.

    Le Figaro madame


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique