•   https://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/irlande-%c3%a0-85-ans-il-fait-%c3%a9chouer-un-braquage/vi-BBNAkrR?ocid=PerDHP

    Derrière les portes de ce bar de paris sportifs à Cork (Irlande) le 15 septembre, les clients sont attablés tranquillement quand soudain trois braqueurs font irruption dans la pièce. Rapidement, ils mettent en joue un retraité de 85 ans pas vraiment impressionné par ces individus armés.

    Denis O'Connor ridiculise trois braqueurs Pendant que deux d'entre eux foncent vers la caisse et que les autres clients se couchent au sol, l'octogénaire s'attaque à mains nues à l'un des malfrats, parvient à le faire fuir puis poursuit le deuxième braqueur armé d'une simple chaise. Il revient enfin sur ses pas pour crocheter le troisième individu. Le propriétaire du bar ne réalise toujours pas "l'acte de bravoure" du vieil homme salué par les policiers de la ville. Les trois braqueurs sont toujours en fuite.

    franceinfo


    4 commentaires
  • Affaire Benalla : le couple molesté le 1er mai a été entendu par les juges

    Mercredi, Alexandre Benalla était devant la commission d'enquête du Sénat. Le même jour, le couple filmé en train d'être molesté par l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron le 1er mai sur la place de la Contrescarpe à Paris a été entendu pour la première fois par les juges d'instruction en charge de l'enquête, a appris l'AFP de source proche du dossier et auprès de leur avocat. Les deux jeunes s'étaient constitués partie civile au démarrage du scandale qui ébranle l'exécutif depuis fin juillet.

    Les jets de projectiles ? Un "geste bête et irréfléchi"

    Ils ont été entendus par les trois juges d'instruction au tribunal de Paris, pendant 4 heures pour lui et 3 heures environ pour elle, a indiqué leur avocat Me Sahand Saber. "Ils ont apporté des détails précis sur les faits, les raisons de leur présence et la façon dont ils avaient vécu l'interpellation", a-t-il déclaré. "Tout ce qu'ils ont pu dire concorde avec les images de la vidéosurveillance et les investigations en l'état", a ajouté Me Saber.

    Interrogé sur les jets de projectiles - une carafe d'eau et un cendrier - vers les CRS qui avaient été à l'origine de leur interpellation, le couple a "fait part de ses profonds regrets", évoquant un "geste bête et irréfléchi, en réaction aux deux charges de CRS qu'ils avaient essuyées", a également rapporté l'avocat à l'AFP.

    En garde à vue, Alexandre Benalla avait justifié ses agissements par le fait d'aider la police à maîtriser les deux jeunes gens, qu'il a décrits comme "les deux personnes les plus virulentes" du groupe. Mais l'avocat du couple conteste et affirme que ses clients, inconnus de la police et de la justice, n'étaient ni des membres du "black bloc" ni même des manifestants. Selon lui, ce jeune cuisinier grec et cette graphiste française étaient sortis boire un verre avant de se retrouver pris dans les heurts. "Avec le recul, ils expliquent qu'ils auraient dû quitter les lieux quand ils ont vu la manifestation", a-t-il affirmé.

    le JDD.fr

    Ce couple a porté plainte pour profiter de l'emballement médiatique de cette affaire à cause de Benalla ! C'est eux qui ont jeté des projectiles vers les policiers !

    Oui, ils auraient mieux fait de quitter les lieux au lieu de canarder les flics !


    4 commentaires
  • Toulouse: Ce que l'on sait sur le viol filmé samedi sur le parking d'une discothèque à Toulouse

    C’est un véritable calvaire qui a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux. Les gendarmes de Balma, dans la Haute-Garonne, et ceux de la brigade de recherche de la gendarmerie de Toulouse-Saint-Michel, enquêtent sur un viol qui a été commis samedi 15 septembre sur un parking de la discothèque Le Carpe Diem.

     

    Cette sordide affaire a été rendue publique lundi soir. Dans un tweet, la Police nationale demandait aux internautes de ne pas relayer ni de diffuser cette vidéo « montrant des actes sexuels non consentis ». Ce sont des internautes, choqués d’avoir reçu ces images dans leur fil d’actualité, qui ont signalé sur la plateforme Pharos cette vidéo où l’on voit une jeune femme subir des violences sexuelles de la part de plusieurs hommes.

     

    La victime identifiée par les gendarmes

    Mardi, le parquet de Toulouse a confirmé que la victime de ce viol a été identifiée par les gendarmes qui doivent l’entendre prochainement. La jeune fille âgée de 19 ans est originaire d’Albi, dans le Tarn.

    Pour le moment, les auteurs de ce viol collectif n’ont pas été identifiés, ni entendus par les gendarmes. « L’enquête a débuté, beaucoup de témoins restent à auditionner, indique le parquet. Il y a des caméras de vidéosurveillance de l’établissement à exploiter, les vigiles à entendre ».

     

    Le rôle ambigu des réseaux sociaux

    Depuis la publication de la vidéo, qui a d’abord été partagée sur Snapchat puis sur Twitter, les réseaux sociaux s’enflamment. Certains ont même désigné comme auteurs de ce viol quatre personnes, photos à l’appui. Des accusations que les enquêteurs devront vérifier.

    Avant d’avoir été retrouvée par les gendarmes, la victime de ce viol a raconté son calvaire sur les réseaux sociaux. Elle aurait ainsi confié à ses amis avoir été violée samedi soir mais ces derniers ne l’auraient pas cru. C’est finalement la publication de la vidéo du viol sur Snapchat qui a lancé la machine judiciaire.

    Les personnes qui ont filmé la scène de viol et l’ont diffusée sur les réseaux sociaux n’ont pas encore été confondues par les enquêteurs. Elles pourraient elles aussi être poursuivies par la justice.

    20 Minutes


    3 commentaires
  • Val-d'Oise - La mort étrange du dresseur de serpent du Moulin Rouge

    Ses boas faisaient le spectacle avec une danseuse dans l’aquarium géant du Moulin Rouge. Enrico Horn, 46 ans, dresseur de serpent pour le célèbre cabaret parisien, est décédé. Son corps sans vie a été découvert vendredi dernier par sa mère, dans le salon du petit pavillon de la rue de Barentin, à Argenteuil, où elle vivait avec lui.

     

    L’origine du décès n’était pas établie ce lundi après-midi. Parmi les pistes explorées, celle suggérée par les morsures importantes relevées à l’une des mains de la victime. « La morsure d’un serpent comme cause de la mort est sérieusement envisagée », confie le procureur de Pontoise, Éric Corbaux, qui précise attendre les examens médicaux. Une autopsie doit avoir lieu ce mardi. Il apparaît également que la victime disposait d’une santé très fragile.

    « Enrico travaillait depuis six ans environ comme dresseur de serpent », confie ce lundi le Moulin Rouge, sous le choc après avoir appris le décès ce week-end. « Nous présentons dans le spectacle une séquence qui se déroule dans un aquarium géant. Enrico était chargé d’amener les serpents, de les dresser, de les surveiller. » Un travail qu’il partageait avec un autre dresseur.

    Des reptiles, des chats, des lapins…

    Avisés du décès vendredi, les policiers d’Argenteuil ont découvert en passant la porte du pavillon que la victime vivait au milieu de nombreux animaux. Parmi eux, quatre boas, des reptiles non venimeux, vivant dans une série de vivariums. Mais aussi des chats, des lapins…

    Les services vétérinaires de la direction départementale de la protection des populations ont été alertés et ont mobilisé le groupe cynotechniques de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, spécialisée dans ce type d’intervention, afin de récupérer les reptiles. Ceux-ci, longs de plusieurs mètres et pesant une trentaine de kilos chacun, ont été enlevés samedi après-midi. Ils doivent être transférés ensuite à la Ferme tropicale, dans le XIIIe arrondissement de Paris.

    Des chats servant de nourriture aux boas ?

    L’association Stéphane Lamart, basée dans le Val-de-Marne, a été également avisée pour prendre en charge certains des animaux découverts. Une partie des chats a ainsi été récupérée, avec le concours de particuliers ayant répondu à l’appel de l’organisation. Des chats qui, pour Stéphane Lamart, étaient sans doute victimes de mauvais traitements : « Je déplore leurs conditions de détention. Ils vivaient en cage, dans l’obscurité totale, disposant de litières qui n’étaient pas changées, d’eau croupie. Les cages étaient rouillées, ce qui montre la négligence. » Autre interrogation du responsable associatif : « On peut aussi se poser la question de leur utilité, se demander s’ils ne servaient pas de nourriture vivante pour les boas. C’est possible. »

    Le Parisien


    4 commentaires
  • Saint-Pierre-des-Corps : Ali, battu à mort pour une place de stationnement

    Saint-Pierre-des-Corps : Ali, battu à mort pour une place de stationnement

    Un homme a été roué de coups, samedi soir, sur le parking du centre commercial des Atlantes, à Saint-Pierre-des-Corps. Pour une banale histoire de place.

    Sur la photo, le conducteur de tramway à Tours a le sourire. Ses proches, eux, sont en larmes.
    Ali Unlu est décédé lundi 17 septembre, vers 12 h, à l’hôpital Trousseau, des suites d’une hémorragie cérébrale, victime d’une violence aussi extrême que gratuite livrée sur le parking du centre commercial des Atlantes, à Saint-Pierre-des-Corps. Tout ça pour… une simple question de place de stationnement.

    Comment expliquer un tel déchaînement de coups ? Les mots manquent. Le seul tort d’Ali Unlu est d’avoir voulu se garer à un emplacement que sa fille aînée réservait, le temps pour le véhicule familial d'arriver.

    Une scène banale d’un samedi de courses.  Une dispute éclate entre les occupants d’une Mercedes noire et la famille d'Ali Unlu, d’après les faits rapportés par le procureur de la République de Tours, Jean-Luc Beck.
    “ Ils se sont acharnés ” Les premières paroles d’un échange funeste. Il est 18 h 30 : les mots précèdent les insultes, puis les coups de poing et de pied. Ali, 43 ans, père de quatre enfants et chauffeur de bus pour Fil bleu depuis 2011, tente de s’interposer. Puis s’effondre à terre.

    Tout aurait pu, aurait dû s’arrêter là. Mais les agresseurs ne lâchent pas prise. Ali n’est plus une cible mais un défouloir. « Ils se sont acharnés », hurle un proche. « A l’arrivée de la police et des secours, la victime est inconsciente et se retrouve en coma très rapidement », relate le parquet.

    « Personne n’est intervenu, tout le monde est resté spectateur » (*), fustige une cousine du défunt. L’ambulance quitte Saint-Pierre avec le chef de famille et deux de ses enfants à bord. L’aînée, 16 ans, est blessée à la pommette.
    Vingt ans de réclusion Un appel spontané à témoins est lancé le lendemain sur les réseaux sociaux. Le profil d’un des agresseurs présumés diffusé sur la toile est viral. S’agit-il d’un des suspects ?

    « Nous avons identifié toutes les personnes que nous souhaitions, cette diffusion est stérile, pour ne pas dire illégale », tranche le commissaire Gruselle, qui écarte la piste d’un règlement de comptes.
    Les deux auteurs, deux frères tourangeaux âgés de 21 et 24 ans, sont retrouvés samedi dans la nuit et dimanche au matin.

    Connus pour des faits de vol et d’escroquerie, « ils sont conscients d’avoir frappé mais font comme si ce n’était pas aussi grave que ça ne l’est », explique le parquet.

    Déférés et mis en examen pour coups mortels commis en réunion, ils encourent une peine de vingt ans de réclusion criminelle.

    (*) Le gestionnaire du centre commercial, responsable de la sécurité notamment, n’a pu être joint hier.

    La Nouvelle République.fr

    Les gens ne savent plus se controler !


    3 commentaires
  • Lille: Poignardé à cause du bruit, dont il n'est peut-être pas à l'origine

    Poignardé à cause du bruit. Un jeune homme de 19 ans a été frappé mortellement par plusieurs coups de couteau, samedi, en fin d’après-midi, à Lomme, rapporte La Voix du Nord.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, des nuisances sonores sont à l’origine de ce drame qui a eu lieu dans une maison collective qui héberge des personnes en réinsertion.

     

    Des soucis pour dormir

    Cependant, ni la victime, ni le suspect, âgé de 26 ans, arrêté juste après les faits, ne résident officiellement dans cette structure. La personne interpellée résidait chez un ami, absent le jour de l’homicide. La victime était hébergée chez sa petite amie.

    Le suspect a été mis en examen, lundi soir pour homicide volontaire. Il a expliqué son geste car il était exaspéré par le bruit récurrent qui l’empêchait de dormir. D’après le directeur de l’association qui gère les hébergements, la victime n’était pas à l’origine des nuisances sonores.

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Course-poursuite sur l’A15 : un policier grièvement blessé dans le Val-d’Oise

    Les fonctionnaires ont été percutés par un véhicule en fuite, dont les quatre occupants ont été interpellés.

    Deux policiers, un homme et une femme, ont a été grièvement blessés dans la nuit de lundi à mardi lors d’une course-poursuite qui a commencé sur l’A15. Un des deux fonctionnaires a été héliporté en urgence absolue à l’hôpital.

    Le terrible accident est survenu à Osny (Val-d’Oise) aux environs de 0h15. Selon nos informations, des policiers de la brigade anticriminalité (Bac) de Cergy auraient pris en chasse une voiture signalée volée. A son bord : quatre hommes encagoulés.

    Alors qu’un barrage se mettait en place pour les stopper, le conducteur serait parvenu à le contourner et aurait percuté volontairement deux des policiers. Ces derniers souffriraient de plusieurs fractures et de traumatismes. Les quatre individus mis en cause ont été interpellés.

    Le Parisien

    Les policiers n'osent plus tirer de peur de finir en prison !


    4 commentaires
  • Un adolescent de 15 ans tué dans une fusillade à Saint-Denis

    Tué à 15 ans. Un adolescent grièvement blessé dans une fusillade à Saint-Denis est décédé lundi soir, a appris l’AFP de sources proches de l’enquête. Deux autres personnes ont été blessées.

    Selon de premiers éléments, le mineur a été retrouvé vers 20H50 dans la rue, grièvement blessé par balles à la gorge. Il n’a pu être ranimé malgré les soins prodigués par les pompiers. Deux autres personnes ont été blessées lors de la fusillade. L’une d’elles, atteinte d’une balle au genou, a été déposée à l’hôpital Bichat.

    « Probablement un règlement de comptes »

    « Les circonstances sont encore un peu compliquées à établir mais il s’agit probablement d’un règlement de comptes entre cités », a indiqué l’une de ces sources. Des douilles ont été retrouvées sur place, ont ajouté ces sources. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

    20 Minutes

    Un beau département le 93, même style que la belle ville de Marseille !


    4 commentaires
  • Tours: suicide d'un professeur de chant mis en examen pour viols sur mineurs

    Le chef de chœur de la maîtrise du conservatoire de musique de Tours, en détention préventive depuis février pour viols et agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité, s'est suicidé dans la nuit de samedi à dimanche, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Tours.

    Les faits ont été découverts dimanche matin vers 9h et l'homme "s'est pendu avec des draps, comme d'habitude en maison d'arrêt, à la fenêtre de sa cellule", a indiqué le procureur de la République, Jean-Luc Beck, lors d'un point presse. De ce fait, l'action publique est éteinte, a rappelé le magistrat.

    "En l'état de l'enquête, rien ne le laissait prévoir. Il ne semblait pas, d'après l'administration pénitentiaire, particulièrement dépressif (...) Il n'était pas seul dans sa cellule puisqu'il était avec deux codétenus qui, tous les deux, prenaient des médicaments du type somnifères et n'ont rien entendu", a-t-il précisé.

    Au moins deux plaintes déposées 

    "Six à sept jeunes garçons" avaient été entendus l'hiver dernier après avoir fait état d'actes de pénétration sexuelle commis alors qu'ils étaient âgés de 13 à 16 ans, à l'occasion de voyages à Paris pour des concerts organisés depuis 2014 par l'enseignant. Selon Jean-Luc Beck, au moins deux autres jeunes avaient depuis déposé plainte, parce que le chef de choeur aurait tenté de leur faire absorber des médicaments, un des éléments de sa technique opératoire.   

    L'homme avait déjà été poursuivi pour des faits similaires. Il avait été condamné à trois mois de prison avec sursis en 2005 par le tribunal correctionnel de Tours pour agressions sexuelles sur un mineur. Il avait ensuite été relaxé en 2006 par la cour d'appel d'Orléans !

    L'enseignant, qui avait été suspendu, avait alors engagé une procédure contre la ville de Tours, et obtenu sa réintégration au conservatoire.

    BFM.TV


    5 commentaires
  • Morbihan : titulaire du permis depuis cinq jours, un conducteur arrêté après un rodéo

    Un conducteur de 18 ans, titulaire du permis de conduite depuis cinq jours, a été arrêté par les gendarmes dans la nuit de samedi à dimanche, dans le Morbihan, rapportent lundi France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel.

    La voiture roulait vite et en zigzag. Dans la nuit de samedi à dimanche, un automobiliste de 18 ans, titulaire du permis de conduire depuis cinq jours, a été arrêté sur la voie express près de Lorient, rapportent lundi France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel.

    Signalé par des automobilistes.

    Le jeune homme avait été signalé par des automobilistes un peu plus tôt pour sa conduite dangereuse. Il a été arrêté par les gendarmes après une sortie de route. Il avait tenté précédemment de coincer la voiture des gendarmes contre le rail de sécurité de la voie express. Selon les informations de France Bleu Armorique, l'homme était ivre. Il a été conduit à la gendarmerie d'Auray, tout comme son passager.

    Europe 1


    4 commentaires
  • Bouches-du-Rhône : un automobiliste circule à contresens sur l'A7 et tue un motard

    Un automobiliste circulant à contresens sur l'autouroute A7 a percuté dimanche soir, près de Cavaillon, dans les Bouches-du-Rhône, un motard qui est mort, a appris l'AFP auprès de la gendarmerie.

     

    Le conducteur légèrement blessé.

    Légèrement blessé, le conducteur de la voiture, dont l'âge est estimé entre 45 et 65 ans par la gendarmerie, a été transporté à l'hôpital. L'accident s'est produit près de l'aire de Cabannes, a précisé le peloton autoroutier de Salon-de-Provence confirmant une information de La Provence. On ignore pour l'instant la raison pour laquelle l'automobiliste circulait en sens inverse. 

    La circulation momentanément fermée.

    Un autre automobiliste a également été légèrement blessé, a précisé la gendarmerie qui a reçu de nombreux appels pour lui signaler la présence de la voiture circulant anormalement sur la voie. La circulation sur l'A7 en direction de Marseille, entre Avignon sud et Cavaillon, a été momentanément fermée, a indiqué Vinci autoroute.

    Europe 1

    Bien triste pour la famille du motard


    4 commentaires
  • Livrée à son violeur par ses parents, elle attaque l’Etat pour inaction

    Karine Jambu et sa tante estiment que la justice a commis une faute en la laissant dans sa famille défaillante. La décision est attendue ce lundi.

     

    L’histoire de Karine Jambu est celle d’une fillette dont l’enfance a été massacrée, élevée dans une famille où elle a été délaissée, humiliée, maltraitée… avant d’être livrée par ses parents à un pédophile, un « ami » qui vivait sous leur toit et a abusé d’elle quand elle avait entre 5 et 8 ans. En juillet dernier à Rennes (Ille-et-Vilaine), son agresseur Roland Blaudy, 65 ans, a été condamné pour viols à trente ans de réclusion criminelle. Ses parents, poursuivis pour l’avoir menacée et empêchée de parler, à deux ans de prison avec sursis pour Anne-Marie Jambu, trois ans dont six mois ferme pour son époux.

     

    Karine, aujourd’hui âgée de 21 ans, et sa tante Laurence Brunet, qui l’a adoptée, ont encore soif de justice. Elles ont attaqué l’Etat pour faute lourde, estimant qu’elle n’aurait jamais dû être maintenue au domicile de ses parents. La décision est attendue ce lundi.

    Le procès aux assises, éprouvant, avait mis en lumière les cruels manquements dans le suivi de Karine, dont ni les services sociaux, ni les gendarmes, ni la justice, n’ont su voir qu’elle était en danger, en dépit d’une multitude d’alertes et de deux enquêtes judiciaires, vite refermées.

     

    Manque de clairvoyance de la justice

    Le jour même de sa naissance, en juillet 1997, la situation de Karine fait déjà l’objet d’un signalement. La première d’une longue liste. La justice n’ignore pas, en effet, que sa mère a été condamnée à huit ans de prison pour avoir tué un précédent enfant de plus de 130 coups de couteau. Mais le juge des enfants choisit de la maintenir chez ses parents.

    Les rapports, plus alarmants les uns que les autres au fil des ans, n’y changeront rien. Pas plus que lorsque des voisins rapportent que Karine, âgée de 6 ans, a pratiqué une fellation à leur garçonnet et tient des propos explicites… Il faudra attendre 2009, alors qu’elle a 12 ans, pour que la fillette brise le silence et que la machine judiciaire se mette enfin en branle.

    Fait rarissime, aux assises, l’avocat général François Touret de Coucy avait conclu son réquisitoire en reconnaissant un « manque de clairvoyance » de la justice et reconnu, étreint par l’émotion : « Nous avons des questions à nous poser au niveau de notre responsabilité professionnelle. » Une faute que Karine, qui a entamé des études pour devenir à son tour travailleuse sociale, souhaite voir reconnue comme telle. Pour que ce qui lui est arrivé n’arrive plus à d’autres.

    Le Parisien

    Honte aux services sociaux, aux gendarmes et à la justice !


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique