• Les inégalités femmes-hommes devraient mettre 217 ans à disparaître totalement

    217 ans. C'est le temps qu'il faudra, selon un rapport du World Economic Forum (WEF), pour éradiquer totalement les inégalités économiques entre femmes et hommes dans le monde. 

     

    Chaque année, le WEF analyse les données économiques de 144 pays afin de les classer dans un index intitulé Global Gender Gap Index. Ce dernier mesure les inégalités femmes-hommes à travers le monde, en se basant sur quatre «piliers» principaux: le monde du travail, l'éducation, la politique et la santé. Pour ce faire, le WEF rassemble les chiffres des institutions internationales les plus réputées, telles l'Organisation Internationale du Travail, le Programme des Nations Unies pour le Développement ou encore l'Organisation Mondiale de la Santé.

    2017, une année noire pour les inégalités économiques 

    Après dix ans d'amélioration constante (la première version de l'index du WEF date de 2006), les inégalités entre femmes et hommes au niveau global se sont creusées.

    Le domaine le plus concerné? Le pilier économique, qui comprend les salaires, l'insertion sur le marché du travail et l'accès aux postes à responsabilité. Tous ces champs connaissent un écart grandissant. 

    Et ce mauvais résultat ne semble pas correspondre à un phénomène exceptionnel, d'après Saadia Zahidi, l'un des auteurs du rapport: «En 2017, nous ne devrions pas voir la tendance à l'amélioration de la parité se retourner.»

    134 années perdues par rapport à 2016

    Conséquence? Au rythme actuel, selon le WEF, il faudrait encore attendre 217 ans pour que l'écart entre les femmes et les hommes dans le monde du travail soit comblé à l'échelle globale. Les résultats obtenus lors du rapport 2016 avaient évalué cette durée à 83 ans.

    Dans l'ensemble, les différences observées ne sont pas tant dues aux inégalités de salaires à poste égal —qui seraient relativement faibles dans les pays de l'OCDE— qu'à la moindre présence des femmes sur le marché du travail —notamment à cause de la maternité. Et, par conséquent, à leur accès limité à des postes à hautes responsabilités.

    Le caractère genré de certains corps de métiers (les professions considérées comme davantage féminines étant généralement moins bien rémunérées) est également pointé du doigt. 

    Publicité

    Pourtant, la réduction de ce fossé, en plus d'être synonyme d'un indispensable progrès social, serait également financièrement profitable aux États: selon le WEF, le PIB des États-Unis augmenterait de 1.750 milliards de dollars grâce à la parité, et celui de la France de 320 milliards de dollars.

    Slate


    4 commentaires
  • Un peu long au début, peut-être regarder à partir de 2mn50


    4 commentaires
  • Une pub sur mon blog Center !!!

     

    ça m'a fait peur (rire). Je crois que c'est une pub pour l'Iran. Bizarre qu'ils fassent de la pub en arabe sur des blogs français. C'est vrai qu'il y a beaucoup de gentils arabes en France !


    2 commentaires

  • 2 commentaires
  • Ce que j'ai écrit à Stéphanie :

    Bonjour Stéphanie

    Je recois des mails me disant que quand on clique sur commentaires, il s'ouvre une page blanche !

    Moi, quand je vais chez : trublion, je n'arrive pas depuis deux jours à mettre des commentaires !

    Que se passe t-il chez Eklablog !

    Merci d'y remédier

    Cordialement

    Chantou

    CHANTOUVIVELAVIE : Problèmes sur Eklablog

     

    REPONSE :

    Bonjour,

    Nous subissons des attaques de déni de service depuis quelques jours : http://doc.eklablog.com/le-blog-bug-topic164384/13
    C'est surement à cause de ça. 

    Restant à votre disposition,
    Cordialement,

    --
    Stéphanie Gino
    Community Manager
    www.eklablog.com


    2 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis était présente pour prêter main forte à ce déménagement hors normes. « Le fait de devoir anesthésier les animaux était pour

    Ils venaient de fêter leur 65e anniversaire de mariage. Ferdinando et Mary Acerra, 89 et 86 ans, sont morts, à trois heures d’intervalle aux États-Unis. C'est leur fils qui a tenu à raconter leur histoire à USA Today

    Elle, elle est décédée dans son sommeil dans la maison de leur fils, des suites d’un cancer de l’intestin. Trois heures après, son mari, a succombé à un cancer de la vessie, à l’hôpital où il était soigné.

    Les trois derniers mois de leur vie, le couple était séparé. Car en plus de son cancers, Mary souffrait de la maladie d'Alzheimer.

    Ils se sont rencontrés en 1951, en Italie

    Ils se sont rencontrés en 1951, dans une petite ville italienne à côté de Naples. Lui y travaillait, elle y passait ses vacances. Peu après, ils se marient et déménagent aux Etats-Unis. Ferdinando ne parlait pas un mot d'anglais à ce moment-là. 

    Ce dernier est pourtant devenu contremaître à l’usine de montage North Tarrytown de General Motors, où il a travaillé pendant 35 ans. Mary tenait, elle, une petite boutique de cartes et de cadeaux.

    Ils ont célébré séparément leur 65e anniversaire de mariage

    Elle adorait cuisiner et jouer aux cartes. Lui, il était fan d’opéra et collectionnait les bouteilles de vin. Elle l’appelait Freddy. Il l’appelait Dolly, et chérissaient leur famille par-dessus tout. 

    Mais, il y a une semaine, ils ont célébré séparément leur 65e anniversaire de mariage. Mary, à Stormville dans la maison de leur fils, et Ferdinando dans son lit d’hôpital, dans un centre médical. C'est leur famille qui assurait le lien entre eux deux, donnant des nouvelles des uns et des autres.

    Deux jours après, ils sont décédés.

    BFM.TV


    5 commentaires
  • Pour tous nos chers disparus, humains et animaux


    5 commentaires
  • De plus en plus de machines, de moins en moins d'hommes !


    3 commentaires
  • EMISSION : C'EST PAS SORCIER. TRES INTERESSANT, 25mn


    6 commentaires