• Gironde: Un tremblement de terre de magnitude 4,9 ressenti à la frontière avec la Charente-Maritime

    Il n’a pas fait de dégâts importants selon les premiers témoignages

    Il était 10h56 quand la terre s’est mise à trembler dans le sud-ouest de la France ce mercredi matin. Le séisme de magnitude 4,9 s’est produit à la frontière entre la Gironde et la Charente-Maritime.

    Un analyste du Réseau National de surveillance sismique (RéNass) a localisé l’épicentre à 34 km de Pauillac et 32 km de Blaye en Gironde, 24 km de Barbezieux en Charente, 18 km de Jonzac et 5 km de Montendre en Charente-Maritime, ainsi que 33 km de La Roche-Chalais en Dordogne.

    « Je me suis demandé ce qu’il se passait ! »

    L’épicentre serait par ailleurs à 6 km de profondeur. « Les murs ont un peu tremblé. J’ai vraiment ressenti la secousse. C’est la première fois de ma vie. Je me suis demandé ce qu’il se passait ! », témoigne Hugues depuis le bureau de 20 Minutes à Bordeaux. La secousse a été ressentie en Gironde, en Charente-Maritime, en Charente et en Dordogne, en Corrèze.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone tropical Idai a continué samedi son passage dévastateur sur l’Afrique australe en frappant samedi l’est du Zimbabwe, où il a fait au moins 31 morts, après avoir causé victimes et dégâts dans la ville mozambicaine de Beira. Considéré comme l’un des plus puissants nés dans l’océan Indien depuis dix ans, le cyclone a balayé dans la nuit de vendredi à samedi la région de Chimanimani, tout près de la frontière avec le Mozambique.

    Selon des chiffres compilés par la Protection civile locale, 71 personnes étaient encore portées disparues et près de 200 maisons ont été détruites par les vents violents ou les pluies diluviennes qui ont touché la province du Manicaland.

    Une opération de l’armée était en cours pour évacuer près de 200 élèves de Chimanimani menacés par un glissement de terrain qui a endommagé leur dortoir.

    "Coup terrible"

    Le cyclone Idai a fait une entrée fracassante sur le continent dans la nuit de mercredi à jeudi en noyant la ville de Beira, au Mozambique, sous des vents de 190 km/h et des trombes d’eau. Rues et routes inondées, toits envolés, poteaux arrachés, la quatrième ville du Mozambique et ses quelque 500 000 habitants étaient toujours samedi virtuellement coupés du monde, sans électricité, sans téléphone et sans aéroport.

    Au moins 21 personnes ont trouvé la mort, dont 13 dans la seule ville de Beira, selon le bilan encore très provisoire livré samedi par les autorités locales.

    Les rares secouristes qui ont réussi à rallier la région ont rapporté des destructions de grande ampleur. Bâtiments détruits, vitres brisées, magasins fermés... Des quartiers pauvres ont été «totalement écrasés», selon des bénévoles de la Croix-Rouge locale cités par leur Fédération internationale. Beira a pris «un coup terrible», ont-ils décrit.

    Le président du pays Filipe Nyusi a exhorté la communauté internationale à lui venir en aide.

    Les autorités de Maputo avaient placé en début de semaine la région en alerte rouge en prévision de l’arrivée d’Idai et ordonné l’évacuation des populations les plus menacées.

    Des dizaines de morts dans cette région très pauvre de la planète

    Depuis le début du mois, le système dépressionnaire qui est associé au cyclone Idai a noyé le centre et le nord du Mozambique sous des pluies diluviennes. Avant l’arrivée d’Idai, leur bilan s’élevait à 66 morts, quelque 17 000 déplacés et plus de 140 000 sinistrés.

    Les récentes précipitations ont également frappé le sud du Malawi voisin, où elles ont fait 56 morts, près d’un million de sinistrés et plus de 80 000 déplacés, selon le dernier bilan publié par le Département de gestion des risques.

    Le Mozambique et le Malawi, deux des pays les plus pauvres du monde, sont soumis depuis des années à des périodes de sécheresse alternant avec des épisodes de pluies dévastateurs.

    Le Bien Public


    3 commentaires
  • Pourquoi ils ne versent pas de l'eau ?


    5 commentaires
  • Tempête Freya: 44 départements placés en vigilance orange pour "vents violents"

    Météo France a étendu son alerte au département de l'Allier, qui s'ajoute donc aux 43 placés en vigilance orange dimanche soir.

    Ce lundi, à l'approche de la dépression nommée Freya sur la côte ouest de France, 44 départements ont été placés par Météo France en vigilance orange pour cause de "vents violents". C'est le département de l'Allier (Auvergne-Rhône-Alpes) qui a été ajouté, à 6 heures du matin, aux 43 concernés le dimanche soir. La fin du phénomène est prévue pour 18 heures.

     

    Durant la nuit, des vents allant jusqu'à 151 km/h dans le Morbihan (à Belle-Île-en-Mer et sur l'île de Groix) et à 128 km/h en Loire-Atlantique (pointe de Chemoulin). Sur les côtes allant du Morbihan à la Vendée, plus globalement, les rafales sont comprises entre 110 km/h et 130 km/h. Dans l'intérieur des terres, les vents les plus forts seront observés dans l'après-midi, avec des rafales avoisinant les 100 km/h, atteignant ponctuellement les 110 km/h. 

    En fin de nuit, le vent de secteur Sud-Ouest s'est renforcé, explique Météo France. Il a été accompagné de rafales entre 80 et 100 km/h dans l'intérieur, davantage encore localement. 

    Les vents forts faibliront en première partie d'après-midi dans les départements les plus à l'ouest, en toute fin d'après-midi pour les autres. De fortes vagues sont attendues sur la façade atlantique dans la nuit et dans la journée de mardi. 

     

    Tempête Freya: 44 départements placés en vigilance orange pour "vents violents"

    BFM.TV


    6 commentaires
  • Vents violents : 35 départements du quart nord-est de la France placés en vigilance orange

    La vigilance entrera en vigueur dans la nuit de dimanche à lundi, à 3 heures, et devrait durer jusqu'à 18 heures.

    Attention, tempête en approche. Météo France a placé 35 départements du nord-est de la France en vigilance orange "vent violent", dimanche 3 mars. La vigilance entrera en vigueur dans la nuit de dimanche à lundi, à 3 heures, et devrait durer jusqu'à 18 heures.

    Voici la liste des départements concernés : Aisne, Ardennes, Aube, Côte-d'Or, Doubs, Eure, Eure-et-Loir, Jura, Loiret, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Paris, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Vosges, Yonne, Territoire de Belfort, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise.

     

    Météo France prévoit une "tempête commune se produisant 3 à 4 fois par an", nécessitant une "vigilance particulière" pendant "une dizaine d'heures". Les rafales avoisineront les 100 km/h dans les terres, "localement plus sur les côtes". Le vent commencera à faiblir dans l'après-midi, lundi.

    franceinfo

    C'est 1h du matin, je ne suis pas dans les déprtements signalés et pourtant il y a beaucoup de vent !


    5 commentaires
  • Sicile : pourquoi l'éruption de l'Etna intrigue les scientifiques ?

    Le volcan le plus actif d'Europe est entré en éruption il ya quelques jours, comme chaque deux ans en moyenne. Cette éruption particulière regroupe des caractères inédits qui inquiètent notamment les spécialistes et les locaux.

     

    Situé à proximité de la ville de Catane et de Taormina,l'Etna,vieux de 300 000 ans s'est réveillée fin 2018. Culminant à plus de 3 300 mètres d'altitude, ses caractéristiques géologiques en font une montagne unique, de par sa taille comme de par la récurrence de ses éruptions, soit tous les deux ans. Le plus haut volcan d'Europe est entré en éruption le 24 décembre 2018.

     

     

    Crachant de la lave et du cendre depuis son sommet comme depuis son flan, le volcan a eu un séisme de magnitude 4,8, ce qui a engendré 30 blessés légers et provocant l'évacuation de 600 habitants.
    « Des gens offrent l'hospitalité à ceux qui dorment dans leur voiture », confie Giusi, du restaurant Le 5 Botti, à Santa Venerina. Dans son établissement, les dégâts du tremblement de terre se sont limités à des verres et des bouteilles de vin cassés. « On a peur, mais on est habitués. »

    Plus fort que d'habitude

    Selon les scientifiques et experts sur place, il faut se méfier des prochains tremblements de terre car il est impossible de les prévoir. Cependant le séisme de 4,8 sur l'échelle de Richter, d'une intensité modeste mais supérieure aux autres, a intrigué les scientifiques. Comment l'expliquer ? L'Etna se situe sur un réseau de failles terrestres. En entrant en éruption, il aurait fait bouger l'une d'elles. Au niveau historique, les derniers tremblements qui ont fait des dégâts remontent à 1979 lorsque le volcan avait surpris quelques touristes au sommet. Au XVIIe siècle, ses coulées de lave avaient atteint la ville de Catane.
    Peut-on prévoir son prochain grand réveil ? « Non, on peut annoncer une éruption, explique Jacques-Marie Bardintzeff. Mais jamais son intensité. » En attendant, les passionnés de volcan et les randonneurs aguerris devront renoncer, pendant au moins quelques semaines, à atteindre son sommet.

    Easy Voyage


    4 commentaires
  • Le nord-est de l'Australie est actuellement touché par des inondations exceptionnelles qui n'arrivent, d'après les experts, que tous les cent ans.

    Des gens perchés sur les toits de leurs habitations, des crocodiles et des serpents qui se baladent dans la rue, l’armée nationale mobilisée : ce n’est pas une scène inédite d'"Apocalypse Now", mais bien ce qui se passe actuellement au Queensland, dans le nord-est de l’Australie.

    Le pays a été touché en fin de semaine dernière par une série d’inondations inédites (d’après les experts, elles n’arrivent que tous les cent ans).

    "N'approchez pas"

    Townsville a été particulièrement touchée : ici, des voitures ont été presque entièrement submergées par l’eau, alors que des crocodiles et des serpents ont été repérés en train de déambuler dans les rues principales, probablement à la recherche d’un repaire. L'avertissement des forces de l’ordre a alors été catégorique : "N’approchez pas."

    La police du Queensland a voulu être encore plus claire avec un communiqué posté sur Twitter :

    "Si l'idée de vous retrouver face à face avec un crocodile ne suffit pas à vous en dissuader, avant d'aller jouer dans l'eau, vous devez toujours avoir à l'esprit que vous pourriez être en train de patauger au milieu des excréments de votre voisin."

    Face à la crise, les militaires ont distribué 70.000 sacs de sable et utilisé ce lundi des véhicules amphibies pour aller récupérer les habitants perchés sur les toits de leurs habitations.

    Les autorités ont également été contraintes d'ouvrir les vannes contre les inondations, libérant des torrents d'eau. Plusieurs écoles et tribunaux ont été fermés dans le pays et le demeurent aujourd’hui.

    Un événement qui survient tous les 100 ans 

    Le climat tropical n'est pas inédit en Australie, surtout dans l’Etat du Queensland, où les moussons sont récurrentes. En revanche, toutes les autorités admettent que les inondations qui ont eu lieu ces derniers jours sont exceptionnels.

    "Ce n'est pas un événement qui survient tous les 20 ans, c'est un événement qui survient tous les 100 ans", a déclaré samedi la Première ministre du Queensland, Annastacia Palaszczuk.

    "Nous n'avons jamais vu autant d'eau de toute notre vie", a déclaré Gabi Elgood, journaliste d'une radio locale, rapporte l'AFP. "On croirait qu'il ne peut pas y en avoir plus mais la pluie ne s'arrête pas."

    Et si la pluie n'arrête pas, près de 20.000 habitations pourraient être inondées dans les prochains jours, selon le bureau australien de la météorologie.

    De plus, d'après la porte-parole du groupe de distribution électrique Ergon Energy, Emma Oliveri, plus de 16.000 personnes se trouvent à présent sans courant.

    Ces inondations interviennent alors que l’Australie vient de connaître son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, ce qui a aggravé la sécheresse dans l'Est et le Sud du pays, et alimenté les feux de forêt.

    L'OBS


    3 commentaires
  • La tornade est survenue durant une tempête qui a affecté la partie occidentale de Cuba...

    A Cuba, les habitants de la Havane ont été surpris ce lundi par des vents d’une rare puissance. Trois personnes au moins ont été tuées et 172 blessées par une tornade qui a frappé la capitale cubaine dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le président cubain Miguel Diaz-Canel.

    Des morceaux de balcons se sont détachés de certains bâtiments. Certaines rues étaient coupées par des arbres et des poteaux abattus. « Nous sommes en train de visiter les lieux touchés par ce phénomène météorologique de grande intensité à Regla », un quartier du sud-est de La Havane, a indiqué le président cubain sur Twitter. « Il y a de graves dégâts, et pour le moment nous déplorons la perte de trois vies humaines et dénombrons 172 blessés », a poursuivi le président cubain, en ajoutant que des secours étaient à l’œuvre sur les sites sinistrés.

    Chute d’arbres, inondations et vents violents

    Le site internet officiel Cubadebate a indiqué que « La Havane a été frappé par une puissante tornade qui peut être comparée à un ouragan de catégorie 4 ou 5, même si son impact est plus localisé ». Des journalistes de l’AFP ont constaté de leur côté que des rues du quartier de Luyano, dans la municipalité du 10-Octobre, étaient remplies de débris. Les autres secteurs de la capitale cubaine affectés sont ceux de Santos Suarez, Via Blanca et Chibas.

    « Forte tornade sur La Havane. Cela m’est tombé dessus dans la rue, en voiture, avec mon épouse et mes enfants. J’ai dû éviter des branches tombées, des inondations et des vents violents. C’était effrayant », a raconté l’acteur Luis Silva, surnommé « Panfilo ». La tornade est survenue durant une tempête qui a affecté la partie occidentale de Cuba, avec des rafales atteignant jusqu’à 100 km/h, et qui se prolongeait lundi matin.

    20 Minutes


    3 commentaires
  • Tempête Gabriel : 43 départements placés en vigilance orange pour vents violents ou neige et verglas

     

    Le début de phénomène est prévu à 16 heures, mardi. Météo France conseille de rester "très prudents et vigilants" en cas de déplacement.

    La tempête Gabriel arrive sur le pays. Mardi 29 janvier au matin, Météo France a placé 43 départements en vigilance orange pour vents violents ou neige et verglas à partir de 16 heures. Il s'agit de l'Aisne, des Ardennes, de l'Aube, de l'Aveyron, du Cantal, de la Charente, de la Charente-Maritime, du Cher, de la Corrèze, de la Côte-d'Or, de l'Eure, de l'Eure-et-Loir, de la Gironde, de la Haute-Marne, des Landes, du Loir-et-Cher, de la Loire-Atlantique, du Loiret, de la Marne, de la Mayenne, de la Meuse, de la Nièvre, du Nord, de l'Oise, de l'Orne, du Pas-de-Calais, des Pyrénées-Atlantiques, de la Sarthe, de Paris et sa petite couronne, de la Saône-et-Loire, de la Seine-Maritime, de la Seine-et-Marne, des Yvelines, des Deux-Sèvres, de la Somme, de la Vendée, de la Vienne, de l'Yonne, de l'Essonne et du Val-d'Oise. Ils sont placés en alerte jusqu'à mercredi matin.

    franceinfo

    Chez moi, étoile rouge sur la carte, le ciel est tout blanc. pas encore de vent !


    5 commentaires
  • Au moins 68 personnes sont mortes en raison d'inondations et de glissements de terrain qui ont frappé l'île indonésienne de Sulawesi ces derniers jours.

    Au moins 68 personnes ont été tuées et des milliers d'autres obligées de quitter leur domicile en raison d'inondations et de glissements de terrain qui ont frappé l'île indonésienne de Sulawesi ces derniers jours, selon un nouveau bilan donné par un responsable officiel samedi. Un précédent bilan vendredi faisait état de 59 morts.

    Environ 6.700 personnes ont été évacuées vers des abris, des écoles, des tentes ou des mosquées, a précisé le responsable. Le nombre d'évacués a doublé par rapport à la veille, les secours étant parvenus dans des zones isolées.

    Un archipel régulièrement touché par une météo violente

    Six personnes étaient encore portées disparues samedi, mais la pluie devenait moins intense que les jours précédents, a indiqué à l'AFP un responsable local des services d'aide aux sinistrés. Le district de Gowa, au sud de l'île de Sulawesi, a été particulièrement touché par ces intempéries, qui y ont fait au moins 45 morts.

    Les glissements de terrain et inondations sont fréquents en Indonésie, un vaste archipel souvent touché par des phénomènes météorologiques violents, notamment au moment de la saison des pluies. Des inondations et des glissements de terrain ont fait plus de 20 morts en octobre sur l'île de Sumatra, dans l'ouest de l'archipel>.

    Paris Match


    4 commentaires
  • Gaspillage, consommation de viande, agriculture : ce qu'il faudra changer pour nourrir la terre en 2050

    Pour relever le défi de nourrir 10 milliards de personnes en 2050, il faudra lutter contre le gaspillage alimentaire, réduire la consommation de viande, gagner en productivité agricole tout en produisant moins de gaz à effet de serre, assure une étude parue ce mercredi.

    Comment nourrir le monde sans le détruire ? C'est une des questions qui sous tendent les négociations de la COP 24, ouverte depuis lundi en Pologne. Il n’y aura pas de remède miracle, souligne une étude du think tank américain WRI (World Resources Institute), menée en partenariat avec la Banque mondiale, l’ONU, et deux instituts de recherche français, le Cirad et l’Inra. Le rapport qui en découle préconise d’amorcer dès maintenant des changements majeurs de notre système alimentaire.

    Selon WRI, la demande alimentaire devrait augmenter de plus de 50% en 2050 tandis que la demande d’aliments d’origine animale (viande, produits laitiers et oeufs) devrait augmenter de près de 70%. Or aujourd’hui des centaines de millions de personnes souffrent déjà de la faim, l’agriculture exploite environ la moitié des terres végétalisées du monde et génère un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).

    Changer notre manière de consommer et de produire

    Les auteurs proposent un catalogue d’actions, qui, menées simultanément permettraient de nourrir tout le monde de manière durable. Ils proposent d’abord de réduire la demande en limitant les pertes et les déchets alimentaires, mais aussi en consommant moins de viande de ruminants, et en utilisant les cultures pour l’alimentation humaine et animale et non pour les biocarburants.

    Parallèlement, la productivité des cultures et du bétail devra atteindre des niveaux supérieurs aux niveaux historiques, mais en utilisant la même superficie, car il faut aussi stopper la déforestation, et restaurer les tourbières et les terres dégradées. WRI préconise également d’augmenter la production de poisson en améliorant l’aquaculture et en gérant mieux la pêche sauvage. Enfin, il sera nécessaire d’utiliser au mieux les nouvelles technologies et des méthodes agricoles innovantes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant de l’agriculture.

    En 2010, l’agriculture et le changement d’affectation des terres ont représenté environ 25% des émissions mondiales (12 gigatonnes de CO2 par an), rappelle WRI, qui estime que le monde peut réduire les émissions de l’agriculture de deux tiers soit à 4 Gt de CO2 d’ici 2050 en suivant ses recommandations.

    Libération


    5 commentaires
  • Italie : l’Etna entre en éruption, séismes et colonnes de cendres

    Plus de 130 secousses sismiques ont été enregistrées près de Catane, en Sicile.

     

    L’Etna est entré en éruption lundi. Le célèbre volcan sicilien a craché une importante colonne de cendres, obligeant à fermer l’espace aérien aux alentours. A l’aéroport de Catane, dans l’est de l’île italienne, seules quatre arrivées par heure étaient ainsi autorisées lundi dans l’après-midi. Toute la zone a par ailleurs été secouée d’une multitude de petits séismes.

    « L’éruption s’est produite sur le flanc de l’Etna, c’est la première éruption latérale depuis plus de 10 ans, mais elle n’a pas l’air dangereuse », explique le vulcanologue Boris Behncke, de l’Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV).

    Secousses sismiques

    Selon l’INGV, plus de 130 secousses sismiques ont été enregistrées dans la zone lundi matin, dont la plus forte a atteint une magnitude de 4,0 peu après 13 heures. Ces secousses se sont accompagnées d’une augmentation de l’activité du volcan, qui a culminé avec la projection d’une énorme volute de cendres vers midi.

    Dans l’après-midi, les secousses sismiques et la projection de cendres, probablement accompagnée de lave même si le manque de visibilité empêchait de le confirmer dans l’immédiat, ont cependant diminué.

    Éruptions fréquentes

    L’Etna, qui culmine à 3300 m, est le plus important volcan en activité en Europe, avec des éruptions fréquentes, connues depuis au moins 2700 ans. Sa dernière phase éruptive remonte au printemps 2017 et la dernière grosse éruption à l’hiver 2008/2009.

    Le Parisien


    4 commentaires
  • Indonésie: 168 morts et dizaines de disparus après un tsunami

    Le tsunami a surgi après une éruption volcanique et a déferlé sur les côtes méridionales de Sumatra, à l'ouest de l'île de Java.

    Plus de 168 personnes ont été tuées et des centaines blessées lorsqu'un tsunami a soudainement déferlé samedi soir sur les rives du détroit indonésien de la Sonde à la suite d'une éruption volcanique, semant la panique parmi les touristes et les habitants.

    Des centaines de bâtiments ont été emportés par la vague, qui a déferlé sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java aux alentours de 21h30 (14h30 GMT). La vague a surgi après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa, selon Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes.

    Des images vidéo dramatiques publiées sur les réseaux sociaux montrent un mur d'eau qui s'abat sur un concert en plein air donné par le groupe pop "Seventeen". Ses membres sont projetés hors de la scène par la vague qui se propage parmi les spectateurs. Dans un post sur Instragram, le chanteur du groupe Riefian Fajarsyah peine à contenir son émotion en annonçant la mort du bassiste et de l'organisateur des tournées des musiciens.

     Sur des images de la télévision, on voit que la vague a traîné sur la plage de Carita, site touristique populaire de la côte ouest de Java, un amoncellement de détritus divers, plaques de toitures en ferraille ou morceaux de bois. Des arbres ont également été déracinés tandis que le sol est jonché de débris

    Erreur des autorités

    Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle Lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra. "La combinaison (des deux facteurs) a causé un tsunami soudain qui a frappé les côtes", a expliqué M. Nugroho, ajoutant que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement.

        

    Des vidéos postées sur les réseaux sociaux par le porte-parole montrent des habitants paniqués armés de lampes de poche en train de prendre la fuite pour se réfugier sur les hauteurs.

        

    Les autorités indonésiennes avaient dans un premier temps déclaré que la vague n'était pas un tsunami mais une marée montante, et avait appelé la population à ne pas paniquer. "C'était une erreur, nous sommes désolés", a écrit par la suite M. Nugroho sur Twitter. Bien que relativement rares, les éruptions volcaniques sous-marines peuvent causer des tsunamis, selon le centre d'information international des Tsunamis.    

    Panache de cendres

    Selon le Centre indonésien de la volcanologie et de la gestion des risques géologiques, l'Anak Krakatoa montrait des signes d'activité renforcée depuis une semaine. Une éruption survenue peu avant 16h00 a duré environ 13 minutes, envoyant à des centaines de mètres dans le ciel un épais panache de cendres.

    L'Anak ("enfant" en indonésien) est une petite île volcanique qui a émergé des eaux un demi-siècle après l'éruption meurtrière du Krakatoa de 1883. C'est l'un des 127 volcans actifs d'Indonésie. Lorsque le Krakatoa était entré en éruption au 19e siècle, une immense colonne de fumée, de pierres et cendres s'était dressée dans le ciel à 20 km de hauteur, plongeant la région dans l'obscurité et déclenchant un puissant tsunami. Environ 36.000 personnes avaient trouvé la mort.

        

    L'Indonésie, archipel de 17.000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique. Le 28 septembre, un tremblement de terre de magnitude 7,5 et le raz-de-marée qui a suivi avait dévasté la ville de Palu, située sur la côte ouest des Célèbes, et ses environs, faisant au moins 2.073 morts. Mais 5.000 autres personnes sont toujours disparues, la plupart enterrées sous les décombres de bâtiments détruits.    

    BFM.TV


    6 commentaires
  • Le Brésil refuse à Total un permis d'exploration dans l'embouchure de l'Amazone

    Le groupe pétrolier attendait d'obtenir le feu vert des autorités brésiliennes pour lancer les travaux d'exploration. L'agence de régulation environnementale brésilienne a détecté d'"importantes incertitudes" dans le plan présenté par Total pour d'éventuelles situations d'urgence.

    Le Brésil a refusé vendredi au groupe pétrolier français Total l'autorisation d'effectuer des forages dans cinq secteurs de l'embouchure de l'Amazone. "La licence environnementale pour l'Activité de forage maritime dans les blocs FZA-M-57, 86, 88, 125 et 127 de Foz de Amazonas a été refusée ce vendredi en raison d'un ensemble de problèmes techniques identifiés au cours du processus visant à l'obtention de la licence", a annoncé dans un communiqué l'agence de régulation environnementale brésilienne Ibama.

        

    Le refus de ce permis avait été demandé en avril dernier par le parquet du Brésil et par des organisations de défense de l'environnement.

    Des incertitudes en cas de situations d'urgence

    Total s'était associé en 2013 avec le britannique BP et le brésilien Petrobras pour acquérir des blocs d'exploration dans l'embouchure de l'Amazone et attendait d'obtenir le feu vert des autorités brésiliennes pour lancer les travaux d'exploration.

        

    Ibama déclare dans son communiqué avoir détecté d'"importantes incertitudes" dans le plan présenté par Total pour d'éventuelles situations d'urgence. L'agence brésilienne évoque "la possibilité d'une fuite de pétrole qui pourrait affecter les récifs coraliens présents dans la région et par extension la biodiversité marine".

        

    L'agence ajoute qu'elle a donné à Total E&P do Brasil, la branche brésilienne du groupe, toutes les "opportunités possibles" pour "qu'elle complète et éclaircisse les problèmes techniques" qui ont été relevés. Elle indique avoir informé vendredi Total de sa décision. 

    Greenpeace salue "l'excellente nouvelle"

    Sollicité par l'AFP, le groupe français s'est contenté d'indiquer qu'il allait "analyser les documents remis par Ibama et décider des prochaines étapes".

        

    De son côté, l'association environnementale Greenpeace a salué cette "excellente nouvelle pour les 2 millions de personnes qui se sont mobilisées à nos côtés pour la protection du récif de l'Amazone", estimant que le groupe s'était "entêté, coûte que coûte, à vouloir ouvrir une nouvelle frontière pétrolière dans une zone qui abrite des espèces menacées".

        

    "Dans un contexte politique incertain au Brésil et face aux menaces qui pèsent sur l'environnement en Guyane, Greenpeace appelle à protéger durablement le récif et les régions alentours", a ajouté l'ONG.

    BFM.TV


    4 commentaires
  • Les émissions de CO2 ont augmenté de plus de 2% en 2018

    Si l'on en croit le bilan annuel du programme scientifique international Global Carbon Project, que s'est procuré franceinfo, les émissions de CO2 continuent d'augmenter dans le monde malgré les promesses faites lors de la signature de l'Accord de Paris.

    Les émissions de CO2 à la hausse de plus de 2% cette année encore : c'est ce que confirme une étude internationale du Global Carbon project, rendue publique aujourd'hui par un consorsium de chercheurs à la COP 24 à Katowice en Pologne. Pour les scientifiques la croissance économique n’est pas encore assez décarbonée.

    Chine, Inde et Etats-Unis principaux responsables

    C'est encore pire que l'an dernier, où les scientifiques avaient annoncé une hausse des émissions de CO2 de 1,6%. Cette fois c'est autour de 2,7%. Les principaux pays responsables de cette hausse sont la Chine et l'Inde qui consomment de plus en plus de charbon, de pétrole et de gaz, comme aux Etats-Unis. De là à y voir un effet de la politique de Donald Trump, Philippe Ciais, directeur de recherche au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement de Paris reste prudent. "Il faut attendre un peu avant de voir si c’est un effet d’une politique économique", explique-t-il.

    "L’hiver 2017 a été très froid et l’été 2018 très chaud aux Etats-Unis ce qui a tiré la consommation d’énergie vers le haut", Philippe Ciais à franceinfo.

    Si les émissions européennes baissent très légèrement de 0,02% en 2018, des incertitudes subsistent sur le niveau des émissions françaises. En effet, la consommation française de carburants aurait légèrement baissé fin 2018, et donc avec elle le niveau de CO2, toutefois sans rivaliser avec l'effort britannique. "La diminution la plus remarquable est celle du Royaume-Uni, souligne Philippe Ciais, qui a réduit l’utilisation du charbon de près de 30% par an ces cinq dernières années."

    Après avoir stagné pendant trois ans, les émissions de CO2 augmentent donc pour la deuxième année consécutive alors que les climatologues estiment qu'il nous reste deux ans à peine pour les stopper et les diviser par deux d'ici 2030. "La croissance économique n’est pas assez décarbonée. On continue à avoir besoin des énergies fossiles pour notre croissance économique notamment en Chine et en Inde", conclut le chercheur.

    À l'occasion de la COP 24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? À retrouver sur iTunes, sur Deezer et sur le fil RSS.

    franceinfo


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique