•  

    De nombreuses rues ont été inondées après un spectaculaire orage de grêle dans le nord de Paris. Des stations de métro ont été fermées par sécurité et des images impressionnantes se sont multipliées sur les réseaux sociaux.

    Orages de grêle à Paris 22 05 2018 : de nombreuses rues inondées dans le nord


    5 commentaires
  • Quatre départements en vigilance orange pour «neige et verglas»

    Météo France a placé ce samedi quatre départements en alerte orange pour  «neige et verglas»​. Les départements concernés sont : l’Ardèche, le Cantal, la Haute-Loire et la Lozère. L’épisode neigeux devrait commencer « dans la nuit de samedi à dimanche sur le sud du Massif central » pour se poursuivre dimanche, indique Météo France dans son bulletin publié à 16 heures sur son site internet.

    « Les cumuls de neige attendus sont notables pour la saison », explique encore Météo France qui indique qu’il y aura 5 à 10 centimètres de neige dès 900 mètres d’altitute, et jusqu’à 30 ou 50 cm sur les plateaux au-dessus de 1 000 mètres. « Cette neige est lourde et collante, impactant la circulation, les infrastructures sensibles et la végétation du fait de son apparition tardive dans la saison », ajoute l’institut météorologique.

    Prudence sur les routes

    Dans le même temps, Météo France a mis l’Aveyron en alerte orange pour « fortes pluies ». On range donc les lunettes de soleil et on sort les imper, car comme l’indiquait l'institut ce vendredi le mauvais temps commence doucement à revenir sur la France. De l’ouest des Pyrénées jusqu’à la Normandie, les pluies deviendront parfois orageuses ce samedi soir et s’intensifieront. Retour de nuages et d’averses éparses toucheront toute la façade atlantique en fin d’après-midi, précisait la chaîne météo.

    Cette importante dégradation pluvio-orageuse touchera le sud du pays jusqu’à lundi matin avec un risque de prolongation de ces intempéries jusqu’à lundi soir. Des intempéries qui nous viendront des Pyrénées, de l’Occitanie et du Massif central ce samedi avant de s’étendre demain, dimanche, vers les Alpes et la Provence côte d’Azur.

    Dans son bulletin, Météo France invite à la prudence sur les routes.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Martinique : de fortes pluies et orages provoquent inondations et glissements de terrain

     

    La Martinique est frappée par de fortes pluies et orages depuis lundi, qui ont provoqué des inondations, des glissements de terrain, des routes coupées et des coupures d'électricité, sans faire de victime, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture. Météo France a placé le département en niveau d'alerte vigilance orange pour fortes pluies et orage.

    1.700 foyers étaient privés d'électricité dans la nuit de lundi à mardi, en raison des fortes intempéries. 

    Les communes les plus touchées sont Le François et Le Robert à l'est, Rivière-Pilote, au sud, et Le Lamentin à l'ouest. 

    Plusieurs axes routiers impraticables.

    Dans la commune du François, 1.200 élèves et enseignants ont dû être confinés au lycée et à la mairie, et un repas leur a été servi. Ils ont finalement pu évacuer, mais certains établissements resteront fermés mardi, a précisé la préfecture. D'autres établissements ont été évacués plus tôt dans la journée ou la soirée de lundi.

    Selon la préfecture, 1.700 foyers étaient privés d'électricité dans la nuit de lundi à mardi, et plusieurs axes du réseau routier étaient impraticables. Dans un communiqué diffusé à 05h30, la préfecture a précisé que l'événement était "encore en cours. La décrue est amorcée mais le niveau d'alerte vigilance orange est maintenu".

    Europe 1

    Et bien, là, on est mieux en France !

    Grand soleil aujourd'hui !


    5 commentaires
  • RIDAN : ELLE PLEURE MA PLANETE

    Chanson encore plus d'actualité, bien écouter les paroles, même deux fois !!! Très bien illustrée !

    Nadir Kouidri, est un chanteur français (d'origine algérienne) né à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne), près de Chelles, le 23 juin 1975..

    Il choisit comme nom d'artiste « Ridan », c'est-à-dire « Nadir » à l'envers.

    En juillet 2011, une malformation artério-veineuse cérébrale lui est diagnostiquée, ce qui l'amène à annuler quelques dates, puis à ne plus du tout se produire sur scène. Il l'annonce le 20 septembre 2012 sur sa page Facebook


    8 commentaires
  • Bientôt des robots abeilles pour polliniser les cultures ? Une société américaine dépose un brevet

     

    Une célèbre enseigne de grande distribution américaine vient de déposer le brevet d'une invention étonnante : celle d'abeilles robotiques autonomes. Imaginés par Walmart, ces drones miniatures seraient destinés à reproduire le comportement naturel des véritables insectes.

    L'invention promet de faire le "buzz", au sens propre, comme au figuré. Une multinationale américaine vient en effet de déposer le brevet d'un concept très particulier : celui d'abeilles robotiques autonomes. À l'origine de cette innovation, la firme Walmart, spécialiste américaine de la grande distribution.

    Si Walmart n'a pas communiqué publiquement sur son projet, les documents publiés le 8 mars dernier par le United States Patent and Trademark Office (USPTO), le Bureau américain des brevets et des marques de commerce, permettent de découvrir en détail ces hyménoptères robotisés.

    Des robots plus vrais que nature

    Miniatures et autonomes, ces drones aux allures d'abeilles sont destinés à reproduire les actions de ces dernières dans la nature. Grâce à plusieurs capteurs et à des caméras, ces "drones de pollinisation" seraient capables de localiser les cultures végétales. Ils se chargeraient alors de butiner de fleur en fleur afin de transporter le précieux pollen d'une plante à l'autre, de la même façon que leurs homologues naturelles.

    Les objectifs de la société américaine avec ces abeilles robotiques restent mystérieux. Mais ils pourraient répondre au déclin inexorable et inquiétant que connaissent les abeilles dans la nature. Depuis les années 1960, près d'un tiers de ces insectes hyménoptères a disparu, impactés par l'utilisation grandissante des insecticides, tels que les néonicotinoïdes, mais aussi par certains nuisibles, comme le frelon asiatique, capable d'éradiquer des ruches entières.

    Un véritable fléau, alors que les abeilles assurent la pollinisation de près d'un tiers de notre nourriture. C'est ce constat d'ailleurs qui avait poussé Greenpeace il y a quelques années à diffuser une vidéo choc imaginant un monde où les abeilles et autres pollinisateurs seraient remplacés par des robots. Un futur qui ne semble malheureusement pas si irréel au vu des projets récemment dévoilés.  

    Un brevet à la suite d'autres projets

    Outre ce brevet déposé par Walmart, d'autres projets tentent eux aussi de réagir à l'effondrement de la population d'abeilles. En 2013, par exemple, des chercheurs de l'Université de Harvard, aux États-Unis, ont présenté les "RoboBees", de minuscules robots de la taille de véritables abeilles, capables de voler et de planer en plein ciel.

    Un projet innovant qui se heurte néanmoins à quelques limitations : pour fonctionner les RoboBees doivent être reliées à une source d'alimentation, et ne peuvent être contrôlées à distance, contrairement à celles de Walmart. Mais de récentes améliorations confèrent désormais à ces mini robots de nouvelles performances. Elles sont capables de s'agripper à des surfaces, de nager sous l'eau, d'y plonger et même d'en ressortir sans aucun problème.

    Plus récemment, des chercheurs japonais se sont également attelés à concevoir des robots pollinisateurs capables de remplacer les abeilles. Mais leur projet là encore présente de nombreuses limitations notamment en terme d'autonomie et de contrôle à distance. Outre leur capacité à être télécommandées, les abeille robotiques conçues par Walmart présentent également l'avantage de pouvoir détecter automatiquement le pollen.

    Une capacité qui devrait permettre de les rendre complètement autonomes et qui promet surtout de les voir un jour bel et bien voler en plein champ, alors qu'elles ne sont à l'heure actuelle qu'un concept sur le papier.

    D'autres brevets déposés par Walmart dans le domaine agricole

    Si le projet se concrétise, il pourrait côtoyer dans le ciel d'autres engins volants destinés à l'agriculture. Walmart a en effet également déposé cinq autres brevets de drones agricoles, et notamment celui d'un appareil capable d'identifier les insectes nuisibles, ou encore d'un autre qui pourrait surveiller la bonne santé des plantes.

    Si la firme est connu pour son dévouement en faveur de la protection de l'environnement, les projets de Walmart seraient plutôt un moyen pour l'enseigne de grande distribution de pénétrer le monde de l'agriculture, et de prendre ainsi le contrôle de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

    Avec ses drones agricoles, Walmart serait en effet capable d'améliorer la qualité de ses produits tout en réduisant le coût de production. Une innovation prometteuse en matière de technologie mais qui n'augure malheureusement rien de bon quant à l'avenir des abeilles sur notre planète. 

    Gentside

    Les agriculteurs feraient mieux d'arrêter les pesticides !

    Remplacer les abeilles par des robots n'empêchera pas les pesticides de provoquer les maladies comme le cancer sur les humains !


    6 commentaires
  • La neige est arrivée en Ile-de-France, le pic de froid attendu lundi

    Des chutes de neige sont prévues, dimanche, sur un large quart Nord-Est.

    Comme prévu, le froid fait son retour dans l'Hexagone.

    De la neige a commencé à tomber par endroits dans le nord de la France, samedi 17 mars, atteignant notamment les Hauts-de-France, la Normandie, puis l'Ile-de-France en fin de matinée. Météo France prévoyait, en milieu d'après-midi, une "poursuite des chutes de neige pour quelques heures" en région parisienne, sans toutefois annoncer de passage en vigilance orange.

    Franceinfo


    4 commentaires
  • Pas facile de comprendre toutes les explications à la fin !

    Ce qui fait peur, c'est qu'il y en a de plus en plus ! J'ai coupé le son !

    J'espère que cela ne va pas arriver à ma petite fermette !


    5 commentaires
  • Une mer de déchets à 30 kilomètres de Paris

    Aux portes de la capitale, des tonnes de déchets s'accumulent sur une plaine de plusieurs hectares dans les Yvelines. Les riverains n'en peuvent plus et en appellent à l'Etat pour nettoyer et dépolluer le site.

    Filmées depuis un drone, les images sont impressionnantes. A perte de vue des déchets s'entassent formant une véritable mer de gravats et d'objets abandonnés.

     

    "Sur la plus grosse des décharges à ciel ouvert de la plaine, on trouve absolument de tout, il y a du verre, des pots de peinture, des baignoires...", énumère Alban Bernard, un riverain de cette décharge en plein air.

     

    Sur cette plaine de 300 hectares située à sur trois communes des Yvelines, Carrières-sous-Poissy, Triel-sur-Seine et Chanteloup-les-Vignes 25 hectares seraient envahis par ces montagnes de déchets qui s'accumulent depuis plusieurs années. Lassé, Alban Bernard a décidé de lancer un site internet baptisé "Déchargons la plaine" et unepage Facebook sur lesquels il poste régulièrement des vidéos ou des photos de la décharge pour alerter sur la situation.

     

    "On a des problèmes de risques sanitaires, on a des habitations qui sont à 300 mètres d'ici. C'est inadmissible d'en arriver là aujourd'hui et il faut absolument qu'on prenne tout ça et qu'on aille le mettre dans des endroits spécifiques pour les retraiter et qu'on dépollue cette plaine", s'agace ce riverain. 

     

    Comment en est-on arrivé là? 

    Selon les autorités, la majorité des déchets de la plaine proviennent de camps de Roms installés là pendant plusieurs années, avant d'être démantelés l'année dernière. Par moments, jusqu'à 20 camions par jour déchargeaient du matériel ou des déchets sur ces terrains. Bruno, riverain de la plaine a observé et filmé ce va-et-vient.

     

    "J'avais caché une caméra qui a tourné pendant 24 heures et il y a eu 20 camionnettes en 24 heures qui viennent décharger jusqu'à 10h30 du soir, c'était cet été", explique-t-il.

     

    "Moi je venais ici le dimanche quand j'étais tout petit avec mes parents, ma famille, on se promenant et maintenant on ne peut plus", poursuit, dépité, ce riverain. 

    Une pétition, signée par un peu plus de 1.000 personnes a été mise en ligne pour demander à l'Etat de sauver cette plaine. Les pétitionnaires demandent une remise en état du site.

     

    Un nettoyage estimé à 1 million d'euros

    Pour la mairie de Carrières-sous-Poissy, la situation est en train d'évoluer depuis le démantèlement du camps de Roms et la fin du dépôt sauvage de déchets. Mais la municipalité ne veut pas assumer seule le coût du déblaiement de la zone, estimé à 1 million d'euros.

     

    "Il faut un tour de table parce que les déchets ne sont pas des déchets uniquement de Carrières-sous-Poissy, ils viennent de petite couronne ou de grande couronne, donc il faut élargir l'assiette de financement pour résoudre ce problème-là. L'échelle régionale suggérée par Valérie Pécresse est une bonne échelle", estime Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy. 

     

    Les riverains de la plaine de Carrières-sous-Poiussy ont prévu de se mobiliser le 31 mars sur les lieux de la décharge. 

    BFM.TV


    6 commentaires
  • Chanel abat des dizaines d'arbres pour faire défiler ses mannequins, elle reçoit une volée de bois verts

    Un décor sylvestre a été reconstitué au Grand Palais, où avait lieu le défilé le 6 mars. France nature environnement dénonce une "hérésie". La marque, elle, assure qu'elle va replanter 100 nouveaux chênes.

    Une forêt automnale, avec des arbres, des bûches, des feuilles mortes et l'odeur du sous-bois : les mannequins de Chanel ont défilé dans un décor spectaculaire et dépaysant, mardi 6 mars, sous la verrière du Grand Palais, à Paris. Mais à quel prix ? La fédération d'associations écologistes France nature environnement (FNE) a dénoncé l'"hérésie" de couper des dizaines d'arbres pour décorer un défilé qui n'a duré que quelques minutes.

    Promotion de la diversité des forêts françaises, invitation au retour à la nature, volonté de se donner une image de marque éco-responsable... Quelles que soient les motivations de Chanel, c'est raté", estime FNE dans un communiqué.

    Des arbres acquis "dans le cadre d'un plan de coupe autorisé"

    "La nature, ce ne sont pas des arbres coupés en forêt, transportés en camion pour être mis en scène, puis envoyés à la benne à ordures", s'est indigné FNE, dénonçant "des arbres, parfois centenaires, abattus pour quelques heures de show".

    Des critiques auxquelles Chanel a répondu. "Il ne s'agit en aucun cas de chênes centenaires, mais de chênes et de peupliers en provenance d'une forêt française du Perche, acquis dans le cadre d'un plan de coupe autorisé", explique la marque dans un communiqué.

    "Lors de l'acquisition des arbres, Chanel s'est engagée à replanter une parcelle de 100 nouveaux chênes au sein de la forêt", a-t-elle ajouté.

    Franceinfos

    D'ici que les arbres replantés comme promis atteignent la taille de ceux qui ont été coupés, ça va prendre du "temps" !

    Honte à Chanel !

     


    4 commentaires
  • Mer de Chine : le naufrage d'un pétrolier iranien provoque une marée noire... grande comme Paris

    La quantité de polluants encore éventuellement présents dans le bateau n'est pas connue, le bâtiment ayant brûlé pendant une semaine avant de couler.

     

    C'est la pire marée noire de l'histoire. Le naufrage d'un pétrolier iranien en mer de Chine orientale a généré en surface quatre nappes d'hydrocarbures de la même superficie globale que la ville de Paris, a annoncé Pékin, qui se prépare à envoyer des robots sur l'épave.

    Le Sanchi, qui transportait 136.000 tonnes de condensats, des hydrocarbures légers, a sombré dimanche 14 janvier après avoir brûlé pendant une semaine à la suite d'une collision avec un cargo à environ 300 kilomètres à l'est de Shanghai.

     

    Aucun espoir de retrouver des survivants

     

    L'Administration nationale des océans a annoncé mercredi soir qu'elle surveillait quatre nappes mesurant au total près de 101 km2, soit une surface équivalente à celle de la capitale française.

    L'organisme gouvernemental s'efforce de "maîtriser l'avancée de la marée noire et d'évaluer son impact écologique sur l'environnement marin", a-t-il ajouté dans un communiqué.

    Mardi, l'Administration des océans avait fait état d'une marée noire vaste de 69 km2, à laquelle s'ajoutait une pollution "sporadique" répartie sur 40 km2.

    Le Sanchi gît à présent par 115 mètres de profondeur, a annoncé mercredi le ministère des Transports, ajoutant que des "robots sous-marins seront déployés pour explorer les eaux de l'épave".

    La quantité de polluants encore éventuellement présents dans le bateau n'est pas connue, le bâtiment ayant brûlé pendant une semaine avant de couler.

    Seuls trois corps ont été récupérés sur les 32 membres d'équipage, 30 Iraniens et deux Bangladais, qui se trouvaient à bord. Il n'y a aucun espoir de retrouver des survivants.

    Des bateaux chinois, dont certains équipés de lances à incendie, tentent de nettoyer les fuites d'hydrocarbures en pulvérisant des produits détergents. Mardi, 13 bâtiments ont été dépêchés pour poursuivre ces opérations.

     

    "Difficile d'évaluer l'impact environnemental"

     

    En plus de sa cargaison, le Sanchi, qui battait pavillon panaméen, pouvait transporter environ 1.000 tonnes de diesel lourd pour faire tourner ses machines.

    À la différence du brut, les condensats, une fois rejetés en mer, ne s'agglomèrent pas en surface mais forment plutôt un nuage toxique qui flotte entre deux eaux. À ce titre, Pékin se veut rassurant sur les conséquences écologiques du naufrage, faisant valoir également que la marée noire est relativement éloignée des côtes.

    La marée noire devrait se déplacer vers le nord en raison des vents et des courants marins, avait annoncé mardi l'administration océanique, menaçant potentiellement les côtes sud-coréennes et japonaises.

    Un porte-parole des garde-côtes japonais, Takuya Matsumoto, a jugé "difficile d'évaluer l'impact environnemental" de ce naufrage car "tout dépend de la quantité de carburant que le navire avait encore" en cale avant de disparaître.

    Toutefois, "nous estimons que la situation est raisonnablement sous contrôle pour le moment", a-t-il assuré à l'AFP.

    Les condensats sont des hydrocarbures qui existent à l'état gazeux quand ils se trouvent au fond d'un gisement mais se condensent lorsqu'ils sont refroidis. Le naufrage du Sanchi est de très loin la pire marée noire impliquant ce type d'hydrocarbures, selon le spécialiste Richard Steiner, basé en Alaska.

    Même si seul un cinquième de la cargaison s'était retrouvé dans la mer, cela représenterait l'équivalent de la marée noire de l'Exxon Valdez, le pétrolier dont l'échouage avait dévasté les côtes de l'Alaska en 1989, ajoute l'expert.

    L'OBS


    4 commentaires
  • Etats-Unis : de nouvelles évacuations à cause des incendies monstres en Californie

    Le foyer le plus important d'incendie progresse en direction de la grande ville de Santa Barbara, à une centaine de kilomètres de Los Angeles.

     

     

    Toujours pas d'accalmie sur le front des incendies en Californie. Les autorités ont ordonné, dimanche 10 décembre, de nouvelles évacuations. Le foyer le plus important, le "Thomas Fire", progresse non loin de la côte Pacifique en direction de la grande ville de Santa Barbara, à une centaine de kilomètres de Los Angeles.

    En une semaine, le "Thomas Fire" a parcouru 570 000 hectares, soit plus que la superficie de la ville de New York, et détruit près de 800 bâtiments. Dans l'histoire des sinistres ayant frappé la Californie, il est le cinquième incendie le plus important depuis 1932.

    Des incendies liés au réchauffement climatique ?

    Au total, 8 500 pompiers luttent depuis le début de la semaine contre une demi-douzaine d'incendies dans le sud de l'État. Après une légère amélioration, les conditions météorologiques se sont aggravées dimanche, avec un retour du vent à des vitesses proches de 90 km/h.

    Les différents foyers qui font rage, de Santa Barbara à San Diego, à l'extrême sud de l'Etat, ont fait au moins un mort, détruit un millier de maisons, bâtiments et autres structures. Au plus fort des évacuations, quelque 212 000 Californiens ont dû quitter leur maison.

    Publicité

    Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, a décrété l'état d'urgence dans les comtés de Santa Barbara, San Diego, Los Angeles et Ventura. Il a souligné que l'ampleur de ces incendies était liée au réchauffement climatique et a prévenu que ces sinistres devenaient une "nouvelle norme". A Washington, Donald Trump a proclamé vendredi l'état d'urgence fédérale.

    Franceinfo

    Je suis triste pour tous les animaux qui meurent dans ces incendies


    4 commentaires
  • Nos civilisations se dirigent vers un effondrement irréversible des écosystèmes terrestres

    En se basant sur des théories scientifiques, des modélisations d'écosystèmes et des preuves paléontologiques, une équipe de 18 chercheurs, incluant un professeur de la Simon Fraser University (SFU, Vancouver), prédit que les écosystèmes de la Terre vont faire face à un effondrement imminent et irréversible.

    Dans un article récemment publié dans Nature intitulé "Approaching a state-shift in Earth's biosphere", les auteurs examinent l'accélération de la perte de biodiversité, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes, l'interconnexion grandissante des écosystèmes et le changement radical du bilan énergétique global. Ils suggèrent que tous ces éléments constituent des précurseurs à l'apparition d'un état planétaire de seuil ou encore d'un point de basculement[1]. Si cela s'avérait exact, ce que les auteurs prédisent pour le siècle en cours, les écosystèmes de la planète, tels que nous les connaissons, pourraient rapidement et irréversiblement s'effondrer.

    "Le dernier point de basculement dans l'histoire de la Terre est apparu il y a 12 000 ans, lorsque notre planète est passée de l'âge de glace, qui a duré 100 000 ans, à un état interglaciaire", a déclaré Arne Mooers, un des auteurs de l'article et professeur de biodiversité à SFU. "A ce moment, des changements biologiques les plus extrêmes menant à notre état actuel sont apparus en seulement 1000 ans. C'est comme passer de l'état de bébé à l'âge adulte en moins d'une année. Mais la planète est en train de changer encore plus rapidement aujourd'hui".

    "Il y a une probabilité très élevée que le prochain changement d'état global sera extrêmement perturbateur pour nos civilisations. Souvenez-vous, nous sommes passés de l'état de chasseurs-cueilleurs à celui capable de marcher sur la Lune dans une des périodes les plus stables et anodines de toute l'histoire de la Terre", a souligné Arne Moeers. "Lorsque le seuil sera atteint, ce sera un point de non-retour. Ainsi, si un système bascule vers un nouvel état parce que vous y ajoutez beaucoup d'énergie, même si vous retirez ensuite cette nouvelle énergie, il ne repassera pas dans son état précédent. La planète ne possède pas la mémoire de son état précédent". Autrement dit, lorsque les activités humaines modifient le bilan radiatif de la Terre en émettant massivement des gaz à effet de serre, nous prenons un risque très élevé : celui de faire basculer brutalement tout le système climatique vers un nouvel état d'équilibre, sans que nos sociétés soient capables de s'adapter, tout comme les écosystèmes actuels.

    Ces projections contredisent une croyance populaire répandue selon laquelle la pression de l'Homme sur le changement climatique qui détruit notre planète est encore contestable, et qu'un effondrement serait alors graduel et étalé sur plusieurs siècles. L'étude conclut que nous serions avisés de ne pas transformer la surface de la Terre de plus de 50%, ou nous ne serions plus capables d'inverser ce processus.

    Or, nous avons aujourd'hui atteint 43% de ces changements, en convertissant les paysages en zones agricoles et urbaines. "En un mot, les hommes n'ont rien fait réellement de significatif pour éviter le pire car les structures sociales existantes ne sont juste pas les bonnes", dit Mooers. "Mes collègues qui étudient les changements climatiques induits à travers l'histoire de la Terre sont plus qu'inquiets. En fait, ils sont terrifiés"...

    Point de basculement et fonte totale de la calotte polaire du Groenland

    Ce point de basculement irréversible peut être illustré par une récente simulation effectuée par Andrey Ganopolski et ses collègues du Postdam Institute for Climate Impact Research. Ceux-ci montrent qu'il suffirait d'une augmentation de seulement 1,6 °C au-dessus du niveau préindustriel pour entamer la disparition complète et irréversible de la calotte glaciaire polaire. 1,6 °C c'est beaucoup moins que les 3 °C alors admis et inférieur aux 2 °C à ne pas dépasser ! La fonte totale serait relativement rapide : 50 000 ans pour 2 °C d'augmentation (scénario devenu improbable), 8000 ans pour 4 °C (scénario vers lequel nous nous dirigeons), 4000 ans pour 6°C et 2000 ans pour un réchauffement de 8 °C.
    Rappelons qu'une fonte totale de la calotte glaciaire du Groenland entraînerait une hausse du niveau des mers de 7 m alors que les températures moyennes estivales au Groenland connaissent déjà des anomalies positives de 2,4 °C !

    Notes

    1. Ce point de basculement pourrait être comparé à une personne, présente dans une embarcation sur l'eau et qui la fait tanguer dangereusement. En poussant le jeu trop loin, la barque va atteindre un point de basculement et chavirer brutalement.

    notre-planète.info


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique