• Nouvelle marche mondiale contre Monsanto, pris dans la tourmente

    De Toronto à Porto, en passant par Paris et Santiago du Chili, plusieurs manifestations contre les activités du groupe américain Monsanto ont lieu samedi. Depuis 2013, ils se rassemblent tous les ans pour réclamer une agriculture propre.

    "La révolte des abeilles contre Bayer-Monsanto". Les organisateurs de la Marche mondiale anti-Monsanto (MAM) déclarent pour la septième année consécutive la guerre au puissant industriel allemand et autres géants de l'agrochimie.

    À Hambourg, Bâle, Porto, Toronto, Austin, San Diego, Santiago du Chili, Perth et dans une trentaine de villes françaises, des militants opposés au glyphosate participent samedi 18 mai à cette marche mondiale pour faire fléchir les gouvernements et réclamer un autre modèle agricole.

    Char en abeille et semeuse de coquelicots

    À l'appel d'un collectif d'une centaine d'ONG nationales et locales (Greenpeace, Fondation Good Planet, Réseau action climat, AMAP, Appel des coquelicots, etc.), les manifestants parisiens ont prévu de déambuler dans une ambiance festive aux côtés d’un char géant en forme d'abeille et d’une semeuse de coquelicots, de la place de la République à Stalingrad.

    L’initiative n’est pas nouvelle puisqu’elle existe depuis 2013 mais elle s’inscrit cette année dans un contexte inédit, alors que le géant de l’herbicide enregistre une série de revers devant la justice.

    Le groupe américain Monsanto, absorbé l'année dernière par l'Allemand Bayer, fait l’objet, rien qu’aux États-Unis, de 13 400 plaintes. Lundi 13 mai, il a notamment été condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple d'Américains atteints de cancer.

    En France, Paul François, un agriculteur charentais, a lui aussi obtenu la condamnation de Monsanto par la justice après son intoxication en 2004 par un désherbant de la société.

    Monsanto dans la tourmente

    La semaine dernière, le groupe Bayer s’est en outre retrouvé au cœur d'une nouvelle affaire en France après la révélation du fichage de centaines de personnes, dont des journalistes, concernant notamment leur position sur les OGM. Après avoir présenté dimanche ses excuses, Bayer a indiqué lundi que ce type de fichiers existait "très probablement" dans d'autres pays européens. Les documents en question datent de 2016, avant le rachat de Monsanto par le groupe allemand.

    À moins de deux semaines des élections européennes, les militants écologistes entendent également peser dans la campagne. "On parle beaucoup d'écologie dans la campagne des européennes, mais le temps des promesses est fini, on veut des actes", a assuré Anastasia Magat, du collectif Combat Monsanto qui réclame le recul des pesticides de synthèse, une réglementation des pratiques de lobbying et l'indemnisation des victimes. "Ce que nous dénonçons, c'est la marchandisation du vivant, l'écocide généré par les phytosanitaires, les politiques douteuses de lobbying. Nous exigeons réparation pour les victimes, et réclamons un autre modèle agricole."

    France 24


    4 commentaires
  • Le premier conseil de défense écologique aura lieu le 23 mai à l'Elysée

    Le premier conseil de défense écologique, dont la création a été annoncée par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse du 25 avril, se tiendra le 23 mai à l'Elysée, a déclaré ce mercredi la porte-parole du gouvernement Sideth Ndiaye.

    Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a présenté en conseil des ministres le décret sur la création de cette instance qui "réunira régulièrement les ministres et les opérateurs de l'État mobilisés" sur les dossiers de la lutte contre le réchauffement climatique et de la protection de la biodiversité, a-t-elle précisé.

    Y participeront notamment le président, le Premier ministre, François de Rugy et les ministres de l'Economie, des Affaires étrangères, de la Santé ou du Logement, selon elle. Ils pourront être rejoints, au moins une fois par an, par les membres du Haut conseil pour le climat, une instance indépendante créée en novembre 2018 composée d'experts scientifiques. 

    Ce conseil "fixera les priorités dans ces domaines, s'assurera de leur prise en compte dans l'action de la politique du gouvernement et du suivi de leur mise en oeuvre", selon le communiqué du conseil des ministres. 

    Première convention citoyenne au mois de juin

    Par ailleurs, Sibeth Ndiaye a indiqué que la convention citoyenne, composée de 150 citoyens tirés au sort, devrait tenir sa première réunion "dans le courant du mois de juin".

    "Les services du ministère de la Transition écologique travaillent activement" en ce sens, a-t-elle précisé.

    Emmanuel Macron avait expliqué, lors de sa conférence de presse du 25 avril, que "la première mission" de ce conseil de participation citoyenne serait de "redessiner toutes les mesures concrètes d'aide aux citoyens sur la transition climatique", car certaines apparaissaient "trop complexes".

    BFM.TV


    3 commentaires
  • Produits toxiques déversés dans les égouts: des salariés dénoncent les pratiques de leur entreprise

    Produits toxiques déversés dans les égouts: des salariés dénoncent les pratiques de leur entreprise

    Des salariés d'une entreprise d'assainissement située dans les Yvelines ont décidé de se mettre en grève. Ils assurent avoir été contraints par leur direction de déverser des produits dangereux dans les égouts.

     

    Du cyanure ou des hydrocarbures directement déversés dans les égouts. Les salariés de la société SVR à Limay, dans les Yvelines, disent avoir été contraints par leur employeur d'opérer des nettoyages sauvages des cuves de camions, transportant des matières dangereuses.

    Des photos prises par leurs soins montrent  ces nettoyages des camions et le déversement de matières polluantes près des grilles d'évacuation des égouts. Leur entreprise qui fait partie du groupe SARP, filiale de Veolia, est pourtant spécialisée dans le traitement de ces produits chimiques.

    "On déplore des conditions de travail déplorables et une façon de polluer le site avec des déversements de déchets dans des endroits où il ne faudrait peut-être pas qu'on stocke", explique à BFM Paris Bruno Proust, délégué syndical CGT dans l'entreprise. 

    Outre le problème environnemental, le déversement des cuves de camions aurait aussi un impact nocif pour les salariés. "Deux salariés ont des séquelles physiques, des brûlures suite aux produits chimiques (...). Des accidents du travail qui n'ont pas été déclarés", déplore Michel Forestier de la CGT. 

    Une enquête interne ouverte par la direction

    Selon les salariés, au lieu de traiter les cuves des camions dans un centre de traitement spécialisé, elles auraient été nettoyées directement au sein de l'entreprise, avec des rejets dans les égouts. En évitant cette étape, les dirigeants économiseraient 150 euros par machine. La direction assure pourtant que ce protocole est obligatoire et a décidé de mener une enquête interne. 

    "L'aspect environnemental fait partie du conflit, c'est un aspect qui se doit d'être traité avec le plus grand des sérieux surtout quand on s'appelle SARP et qu'on est au service de l'assainissement et de l'environnement. A l'intérieur de ce sujet, si d'aventure il y avait faute, il y aura sanction et il y aura traitement", promet Fabrice Erval, président de la société SARP-SVR. 

    La Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie a également été alertée. Une enquête pourrait être menée par ses services dans les prochains jours.

    Un "mépris de l'environnement colossal"

    Ce cas de pollution dénoncé à Limay par des salariés intervient après une autre affaire de pollution en Ile-de-France, impliquant le groupe Vinci à Nanterre. Dans ce deuxième cas, du béton était rejeté depuis près d'un an dans la Seine. Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président au Conseil régional en charge de l'environnement a réagi sur BFM Paris.

    "Dans ces deux cas qui viennent d'apparaître, on est sur des filiales ou des grands groupes, on n'est pas sur des PME, TPE (...). On s'aperçoit qu'il y a un mépris de l'environnement absolument colossal avec dans le deuxième cas (Limay, ndlr) visiblement des pressions qui seraient exercées sur les salariés (...). On est sur des comportements en France au 21e siècle qui ne sont plus tolérables. La responsabilité de ces grands groupes auxquels appartiennent ces entreprises, c'est de mettre le holà, de prendre leurs responsabilités financières pour aller nettoyer, dépolluer et pour apporter la garantie à la collectivité pour qu'il n'y ait plus jamais ça".

    BFM.TV


    3 commentaires
  • L'est du Canada en état d'alerte craint des inondations record

    © REUTERS/Christinne Muschi Les inondations dans la région de Rigaud vues du ciel, le 21 avril 2019. 

     

    Trois provinces de l'est du Canada surveillent attentivement la situation car les dernières pluies et la fonte des neiges ont gonflé les eaux de nombreuses rivières en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au Québec, où plusieurs communes ont déclaré l'état d'urgence.

    Avec notre correspondante à Québec, Marie-Laure Josselin

    Plus de 1 500 personnes évacuées, près de 1 300 maisons déjà inondées… Et le Québec reste en état d'alerte car ce n'est pas fini. Si les pluies ont cessé, la hausse des températures favorise la fonte des neiges et donc un niveau des eaux qui pourraient continuer de monter.

    L'armée a été appelée en renfort, 600 militaires sont déployés dans les zones les plus à risques. Leur mission : distribuer et installer des sacs de sable, monter des digues et protéger les bâtiments.

    Tout le monde se souvient de 2017 où le Québec avait connu des inondations exceptionnelles. La prévention avait alors été le mot d'ordre. Ce qui n'a pas empêché des évacuations.

    Devant une situation qui risque de devenir redondante – plusieurs sinistrés en sont au moins à leur deuxième catastrophe en quelques années –, le Premier ministre de la province, François Legault, a prévenu que s’il fallait obliger les gens à déménager, il allait devoir le faire.

    Le gouvernement envisage donc de mettre en place un incitatif à la vente pour les riverains en zone critique.

    Pour aider les sinistrés, la Croix-Rouge canadienne a lancé un fonds d'aide.

    RFI


    4 commentaires
  • Gironde: Un tremblement de terre de magnitude 4,9 ressenti à la frontière avec la Charente-Maritime

    Il n’a pas fait de dégâts importants selon les premiers témoignages

    Il était 10h56 quand la terre s’est mise à trembler dans le sud-ouest de la France ce mercredi matin. Le séisme de magnitude 4,9 s’est produit à la frontière entre la Gironde et la Charente-Maritime.

    Un analyste du Réseau National de surveillance sismique (RéNass) a localisé l’épicentre à 34 km de Pauillac et 32 km de Blaye en Gironde, 24 km de Barbezieux en Charente, 18 km de Jonzac et 5 km de Montendre en Charente-Maritime, ainsi que 33 km de La Roche-Chalais en Dordogne.

    « Je me suis demandé ce qu’il se passait ! »

    L’épicentre serait par ailleurs à 6 km de profondeur. « Les murs ont un peu tremblé. J’ai vraiment ressenti la secousse. C’est la première fois de ma vie. Je me suis demandé ce qu’il se passait ! », témoigne Hugues depuis le bureau de 20 Minutes à Bordeaux. La secousse a été ressentie en Gironde, en Charente-Maritime, en Charente et en Dordogne, en Corrèze.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone Idai fait plus de 30 morts au Zimbabwe

    Le cyclone tropical Idai a continué samedi son passage dévastateur sur l’Afrique australe en frappant samedi l’est du Zimbabwe, où il a fait au moins 31 morts, après avoir causé victimes et dégâts dans la ville mozambicaine de Beira. Considéré comme l’un des plus puissants nés dans l’océan Indien depuis dix ans, le cyclone a balayé dans la nuit de vendredi à samedi la région de Chimanimani, tout près de la frontière avec le Mozambique.

    Selon des chiffres compilés par la Protection civile locale, 71 personnes étaient encore portées disparues et près de 200 maisons ont été détruites par les vents violents ou les pluies diluviennes qui ont touché la province du Manicaland.

    Une opération de l’armée était en cours pour évacuer près de 200 élèves de Chimanimani menacés par un glissement de terrain qui a endommagé leur dortoir.

    "Coup terrible"

    Le cyclone Idai a fait une entrée fracassante sur le continent dans la nuit de mercredi à jeudi en noyant la ville de Beira, au Mozambique, sous des vents de 190 km/h et des trombes d’eau. Rues et routes inondées, toits envolés, poteaux arrachés, la quatrième ville du Mozambique et ses quelque 500 000 habitants étaient toujours samedi virtuellement coupés du monde, sans électricité, sans téléphone et sans aéroport.

    Au moins 21 personnes ont trouvé la mort, dont 13 dans la seule ville de Beira, selon le bilan encore très provisoire livré samedi par les autorités locales.

    Les rares secouristes qui ont réussi à rallier la région ont rapporté des destructions de grande ampleur. Bâtiments détruits, vitres brisées, magasins fermés... Des quartiers pauvres ont été «totalement écrasés», selon des bénévoles de la Croix-Rouge locale cités par leur Fédération internationale. Beira a pris «un coup terrible», ont-ils décrit.

    Le président du pays Filipe Nyusi a exhorté la communauté internationale à lui venir en aide.

    Les autorités de Maputo avaient placé en début de semaine la région en alerte rouge en prévision de l’arrivée d’Idai et ordonné l’évacuation des populations les plus menacées.

    Des dizaines de morts dans cette région très pauvre de la planète

    Depuis le début du mois, le système dépressionnaire qui est associé au cyclone Idai a noyé le centre et le nord du Mozambique sous des pluies diluviennes. Avant l’arrivée d’Idai, leur bilan s’élevait à 66 morts, quelque 17 000 déplacés et plus de 140 000 sinistrés.

    Les récentes précipitations ont également frappé le sud du Malawi voisin, où elles ont fait 56 morts, près d’un million de sinistrés et plus de 80 000 déplacés, selon le dernier bilan publié par le Département de gestion des risques.

    Le Mozambique et le Malawi, deux des pays les plus pauvres du monde, sont soumis depuis des années à des périodes de sécheresse alternant avec des épisodes de pluies dévastateurs.

    Le Bien Public


    3 commentaires
  • Pourquoi ils ne versent pas de l'eau ?


    5 commentaires
  • Tempête Freya: 44 départements placés en vigilance orange pour "vents violents"

    Météo France a étendu son alerte au département de l'Allier, qui s'ajoute donc aux 43 placés en vigilance orange dimanche soir.

    Ce lundi, à l'approche de la dépression nommée Freya sur la côte ouest de France, 44 départements ont été placés par Météo France en vigilance orange pour cause de "vents violents". C'est le département de l'Allier (Auvergne-Rhône-Alpes) qui a été ajouté, à 6 heures du matin, aux 43 concernés le dimanche soir. La fin du phénomène est prévue pour 18 heures.

     

    Durant la nuit, des vents allant jusqu'à 151 km/h dans le Morbihan (à Belle-Île-en-Mer et sur l'île de Groix) et à 128 km/h en Loire-Atlantique (pointe de Chemoulin). Sur les côtes allant du Morbihan à la Vendée, plus globalement, les rafales sont comprises entre 110 km/h et 130 km/h. Dans l'intérieur des terres, les vents les plus forts seront observés dans l'après-midi, avec des rafales avoisinant les 100 km/h, atteignant ponctuellement les 110 km/h. 

    En fin de nuit, le vent de secteur Sud-Ouest s'est renforcé, explique Météo France. Il a été accompagné de rafales entre 80 et 100 km/h dans l'intérieur, davantage encore localement. 

    Les vents forts faibliront en première partie d'après-midi dans les départements les plus à l'ouest, en toute fin d'après-midi pour les autres. De fortes vagues sont attendues sur la façade atlantique dans la nuit et dans la journée de mardi. 

     

    Tempête Freya: 44 départements placés en vigilance orange pour "vents violents"

    BFM.TV


    6 commentaires
  • Vents violents : 35 départements du quart nord-est de la France placés en vigilance orange

    La vigilance entrera en vigueur dans la nuit de dimanche à lundi, à 3 heures, et devrait durer jusqu'à 18 heures.

    Attention, tempête en approche. Météo France a placé 35 départements du nord-est de la France en vigilance orange "vent violent", dimanche 3 mars. La vigilance entrera en vigueur dans la nuit de dimanche à lundi, à 3 heures, et devrait durer jusqu'à 18 heures.

    Voici la liste des départements concernés : Aisne, Ardennes, Aube, Côte-d'Or, Doubs, Eure, Eure-et-Loir, Jura, Loiret, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Paris, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Vosges, Yonne, Territoire de Belfort, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d'Oise.

     

    Météo France prévoit une "tempête commune se produisant 3 à 4 fois par an", nécessitant une "vigilance particulière" pendant "une dizaine d'heures". Les rafales avoisineront les 100 km/h dans les terres, "localement plus sur les côtes". Le vent commencera à faiblir dans l'après-midi, lundi.

    franceinfo

    C'est 1h du matin, je ne suis pas dans les déprtements signalés et pourtant il y a beaucoup de vent !


    5 commentaires
  • Sicile : pourquoi l'éruption de l'Etna intrigue les scientifiques ?

    Le volcan le plus actif d'Europe est entré en éruption il ya quelques jours, comme chaque deux ans en moyenne. Cette éruption particulière regroupe des caractères inédits qui inquiètent notamment les spécialistes et les locaux.

     

    Situé à proximité de la ville de Catane et de Taormina,l'Etna,vieux de 300 000 ans s'est réveillée fin 2018. Culminant à plus de 3 300 mètres d'altitude, ses caractéristiques géologiques en font une montagne unique, de par sa taille comme de par la récurrence de ses éruptions, soit tous les deux ans. Le plus haut volcan d'Europe est entré en éruption le 24 décembre 2018.

     

     

    Crachant de la lave et du cendre depuis son sommet comme depuis son flan, le volcan a eu un séisme de magnitude 4,8, ce qui a engendré 30 blessés légers et provocant l'évacuation de 600 habitants.
    « Des gens offrent l'hospitalité à ceux qui dorment dans leur voiture », confie Giusi, du restaurant Le 5 Botti, à Santa Venerina. Dans son établissement, les dégâts du tremblement de terre se sont limités à des verres et des bouteilles de vin cassés. « On a peur, mais on est habitués. »

    Plus fort que d'habitude

    Selon les scientifiques et experts sur place, il faut se méfier des prochains tremblements de terre car il est impossible de les prévoir. Cependant le séisme de 4,8 sur l'échelle de Richter, d'une intensité modeste mais supérieure aux autres, a intrigué les scientifiques. Comment l'expliquer ? L'Etna se situe sur un réseau de failles terrestres. En entrant en éruption, il aurait fait bouger l'une d'elles. Au niveau historique, les derniers tremblements qui ont fait des dégâts remontent à 1979 lorsque le volcan avait surpris quelques touristes au sommet. Au XVIIe siècle, ses coulées de lave avaient atteint la ville de Catane.
    Peut-on prévoir son prochain grand réveil ? « Non, on peut annoncer une éruption, explique Jacques-Marie Bardintzeff. Mais jamais son intensité. » En attendant, les passionnés de volcan et les randonneurs aguerris devront renoncer, pendant au moins quelques semaines, à atteindre son sommet.

    Easy Voyage


    4 commentaires
  • Le nord-est de l'Australie est actuellement touché par des inondations exceptionnelles qui n'arrivent, d'après les experts, que tous les cent ans.

    Des gens perchés sur les toits de leurs habitations, des crocodiles et des serpents qui se baladent dans la rue, l’armée nationale mobilisée : ce n’est pas une scène inédite d'"Apocalypse Now", mais bien ce qui se passe actuellement au Queensland, dans le nord-est de l’Australie.

    Le pays a été touché en fin de semaine dernière par une série d’inondations inédites (d’après les experts, elles n’arrivent que tous les cent ans).

    "N'approchez pas"

    Townsville a été particulièrement touchée : ici, des voitures ont été presque entièrement submergées par l’eau, alors que des crocodiles et des serpents ont été repérés en train de déambuler dans les rues principales, probablement à la recherche d’un repaire. L'avertissement des forces de l’ordre a alors été catégorique : "N’approchez pas."

    La police du Queensland a voulu être encore plus claire avec un communiqué posté sur Twitter :

    "Si l'idée de vous retrouver face à face avec un crocodile ne suffit pas à vous en dissuader, avant d'aller jouer dans l'eau, vous devez toujours avoir à l'esprit que vous pourriez être en train de patauger au milieu des excréments de votre voisin."

    Face à la crise, les militaires ont distribué 70.000 sacs de sable et utilisé ce lundi des véhicules amphibies pour aller récupérer les habitants perchés sur les toits de leurs habitations.

    Les autorités ont également été contraintes d'ouvrir les vannes contre les inondations, libérant des torrents d'eau. Plusieurs écoles et tribunaux ont été fermés dans le pays et le demeurent aujourd’hui.

    Un événement qui survient tous les 100 ans 

    Le climat tropical n'est pas inédit en Australie, surtout dans l’Etat du Queensland, où les moussons sont récurrentes. En revanche, toutes les autorités admettent que les inondations qui ont eu lieu ces derniers jours sont exceptionnels.

    "Ce n'est pas un événement qui survient tous les 20 ans, c'est un événement qui survient tous les 100 ans", a déclaré samedi la Première ministre du Queensland, Annastacia Palaszczuk.

    "Nous n'avons jamais vu autant d'eau de toute notre vie", a déclaré Gabi Elgood, journaliste d'une radio locale, rapporte l'AFP. "On croirait qu'il ne peut pas y en avoir plus mais la pluie ne s'arrête pas."

    Et si la pluie n'arrête pas, près de 20.000 habitations pourraient être inondées dans les prochains jours, selon le bureau australien de la météorologie.

    De plus, d'après la porte-parole du groupe de distribution électrique Ergon Energy, Emma Oliveri, plus de 16.000 personnes se trouvent à présent sans courant.

    Ces inondations interviennent alors que l’Australie vient de connaître son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, ce qui a aggravé la sécheresse dans l'Est et le Sud du pays, et alimenté les feux de forêt.

    L'OBS


    3 commentaires
  • La tornade est survenue durant une tempête qui a affecté la partie occidentale de Cuba...

    A Cuba, les habitants de la Havane ont été surpris ce lundi par des vents d’une rare puissance. Trois personnes au moins ont été tuées et 172 blessées par une tornade qui a frappé la capitale cubaine dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le président cubain Miguel Diaz-Canel.

    Des morceaux de balcons se sont détachés de certains bâtiments. Certaines rues étaient coupées par des arbres et des poteaux abattus. « Nous sommes en train de visiter les lieux touchés par ce phénomène météorologique de grande intensité à Regla », un quartier du sud-est de La Havane, a indiqué le président cubain sur Twitter. « Il y a de graves dégâts, et pour le moment nous déplorons la perte de trois vies humaines et dénombrons 172 blessés », a poursuivi le président cubain, en ajoutant que des secours étaient à l’œuvre sur les sites sinistrés.

    Chute d’arbres, inondations et vents violents

    Le site internet officiel Cubadebate a indiqué que « La Havane a été frappé par une puissante tornade qui peut être comparée à un ouragan de catégorie 4 ou 5, même si son impact est plus localisé ». Des journalistes de l’AFP ont constaté de leur côté que des rues du quartier de Luyano, dans la municipalité du 10-Octobre, étaient remplies de débris. Les autres secteurs de la capitale cubaine affectés sont ceux de Santos Suarez, Via Blanca et Chibas.

    « Forte tornade sur La Havane. Cela m’est tombé dessus dans la rue, en voiture, avec mon épouse et mes enfants. J’ai dû éviter des branches tombées, des inondations et des vents violents. C’était effrayant », a raconté l’acteur Luis Silva, surnommé « Panfilo ». La tornade est survenue durant une tempête qui a affecté la partie occidentale de Cuba, avec des rafales atteignant jusqu’à 100 km/h, et qui se prolongeait lundi matin.

    20 Minutes


    3 commentaires
  • Tempête Gabriel : 43 départements placés en vigilance orange pour vents violents ou neige et verglas

     

    Le début de phénomène est prévu à 16 heures, mardi. Météo France conseille de rester "très prudents et vigilants" en cas de déplacement.

    La tempête Gabriel arrive sur le pays. Mardi 29 janvier au matin, Météo France a placé 43 départements en vigilance orange pour vents violents ou neige et verglas à partir de 16 heures. Il s'agit de l'Aisne, des Ardennes, de l'Aube, de l'Aveyron, du Cantal, de la Charente, de la Charente-Maritime, du Cher, de la Corrèze, de la Côte-d'Or, de l'Eure, de l'Eure-et-Loir, de la Gironde, de la Haute-Marne, des Landes, du Loir-et-Cher, de la Loire-Atlantique, du Loiret, de la Marne, de la Mayenne, de la Meuse, de la Nièvre, du Nord, de l'Oise, de l'Orne, du Pas-de-Calais, des Pyrénées-Atlantiques, de la Sarthe, de Paris et sa petite couronne, de la Saône-et-Loire, de la Seine-Maritime, de la Seine-et-Marne, des Yvelines, des Deux-Sèvres, de la Somme, de la Vendée, de la Vienne, de l'Yonne, de l'Essonne et du Val-d'Oise. Ils sont placés en alerte jusqu'à mercredi matin.

    franceinfo

    Chez moi, étoile rouge sur la carte, le ciel est tout blanc. pas encore de vent !


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique