• Bonjour à tous,
     
    Ce mardi soir, retrouvez Nicolas Dupont-Aignan sur BFMTV à 18:50 au micro d’Olivier Truchot.
    Réagissez avec le hashtag #BFMStory
     
    Ce mercredi 17 octobre à 7h50, NDA sera l’invité de la matinale de RFI animée par Jérôme Rivière.
    Réagissez avec le hashtag #RFIMatin
     
    Merci de votre fidélité.
     
    Amicalement, 
     
    L'équipe digitale de DLF

    3 commentaires
  • Bonjour à tous, 
     
    Ce mercredi soir retrouvez : 
     
    - Nicolas Dupont-Aignan sur France Info TV à 21h 
    - Damien Lempereur sur Cnews à 21h15 
     
     
    Merci de votre fidélité et à bientôt. 
     
    Amicalement, 
     
    L'équipe digitale de DLF

    2 commentaires
  • La nature, plus forte que tout !


    3 commentaires
  • Ce journaleux pose des questions et coupe sans cesse la parole à Dupont-Aignan quand il veut répondre, quel grossier personnage ! 


    3 commentaires
  • Bonjour à tous,
     
    Demain, Nicolas Dupont-Aignan sera l'invité de Christophe Jakubyszyn demain vendredi 14 septembre à 8h30.
     
    Réagissez avec le hashtag #LaMatinaleLCI 
     
    Merci de votre fidélité et à bientôt.
     
    Amicalement, 
     
    L'équipe digitale de DLF


    3 commentaires
  • Benalla: Dupont-Aignan claque la porte de la commission parlementaire

    Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a claqué la porte, mercredi, de la commission d'enquête de l'Assemblée sur l'affaire Benalla, dénonçant une "mascarade", tandis qu'Emmanuel Macron s'exprime devant "ses députés", n'étant ainsi "plus le président de la Nation".

    "Est-ce qu'il y a deux catégories de députés? Les députés En Marche qui ont l'honneur de recevoir le président de la République et l'ensemble des députés qui sont baladés par une commission qui n'auditionne pas tous ceux qu'elle voudrait voir?", a déclaré M. Dupont-Aignan à l'ouverture des travaux de la commission, qui auditionne le général Éric Bio-Farina, commandant militaire de la Présidence de la République.

     

    "Je trouve que la situation est très grave"

    "Je vois que le président de la République n'est plus le président de la Nation mais va voir ses députés, entre guillemets, ce qui est totalement contraire aux institutions", a ajouté M. Dupont-Aignan, en référence aux déclarations d'Emmanuel Macron, mardi soir lors d'un pot de fin de session parlementaire de la majorité LREM-MoDem.

    Publicité

    "Je trouve que la situation est très grave et que le président de la République dans cette affaire n'est pas digne de sa fonction et moi, je ne participerai plus à cette mascarade", a tranché M. Dupont-Aignan, avant de quitter les travaux de la commission. Alors qu'il s'était muré dans le silence depuis l'éclatement de l'affaire Benalla, Emmanuel Macron s'est déclaré comme "seul responsable". "S'ils veulent un responsable, il est devant vous, qu'ils viennent le chercher", a lancé, bravache, le chef de l'Etat mardi soir devant son gouvernement et sa majorité parlementaire quasiment au

    Paris Match


    3 commentaires

  • 4 commentaires
  • s


    3 commentaires
  • J'ai trouvé cette annonce dans mes mails, et oui j'ai ma carte de Debout la France !


    4 commentaires

  • 3 commentaires

  • 7 commentaires
  • Européennes : Dupont-Aignan refuse (pour l’heure) la proposition de liste commune de Marine Le Pen

    C’est non. Pour l’instant. Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a opposé dimanche une fin de non-recevoir à Marine Le Pen, qui lui proposait de faire liste commune aux élections européennes, assurant dire «non à la cuisine politicienne». 

    Une décision que la présidente du Rassemblement national (ex-FN) a déploré, dans la foulée, cette annonce.

    «Je prends mes responsabilités et je ne vais pas me dérober. Je dis à Marine Le Pen très clairement que sa proposition, même si ça part peut-être d’une bonne intention, n’est pas du tout à la hauteur de l’enjeu historique qui est devant nous […] C’est une question de cuisine politicienne qui ne m’intéresse pas», a-t-il déclaré lors de l’émission Dimanche en politique sur France 3. «Je considère que nous ne gagnerons demain que si nous sortons du seul tête-à-tête avec Marine Le Pen. Le tête-à-tête que nous avons eu à la présidentielle n’était pas suffisant […]. Je veux élargir […] Aujourd’hui, c’est non à la cuisine politicienne», a affirmé celui qui avait rejoint Marine Le Pen entre les deux tours de l’élection présidentielle, pour la soutenir face à Emmanuel Macron.

    «Pas très grave»

    Après cette annonce, Marine Le Pen a considéré que ça n’était «pas très grave si Nicolas Dupont-Aignan, malgré les discours sur le rassemblement qu’il fait en toutes circonstances, malgré le fait qu’il exprime toujours que c’est l’intérêt supérieur du pays qui était à la base de son action, souhaite partir seul». «Nous rassemblerons quand même. Nous rassemblons, nous, encore une fois, des gens qui viendront de l’ancienne droite ou de l’ancienne gauche», a ajouté la députée frontiste, dans le Grand jury sur RTL et LCI.

    La présidente du RN a au contraire considéré sur RTL que «les manœuvres politiciennes, ça aurait été si nous étions allés tous les deux dans mon bureau à l’Assemblée, ou dans le sien, pour discuter des places de ceci, de cela». «Quand je rencontre quelqu’un, je sais déjà ce que je veux», a encore taclé le député de l’Essonne. «J’ai entamé une action, il y a un an, les Amoureux de la France. Nous, on veut une démarche sérieuse, on part du projet. Une fois que ce projet sérieux sera élaboré», à la fin de l’été, «je l’enverrai à tous les responsables politiques qui disent combattre Emmanuel Macron et l’abandon de la France : Marine Le Pen, Laurent Wauquiez», le président des Républicains.

    Libération


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique