• Disparition du blog de mon ami STA>N sur Centerblog !!!

    Nos échanges de mails :

     

    Bonjour Stan

    Ton blog a disparu

    J'ai cliqué et j'ai eu ça :

    Ce CenterBlog n'existe pas ou a été désactivé.
     

    Que se passe t-il ?

    Réponds moi vite

    Bisous

    Chantou

     

    Je n'en sais pas plus que toi. Depuis environ midi, il a disparu sans tambour ni trompette. Mon dernier post n'a pas dû plaire à la secte...C'est le nouveau monde de macron. Tant pis cela n'empêchera pas la terre de tourner comme une patate.Encore merci pour toutes tes visites et continue à défendre les animaux, les seuls êtres encore sensés dans ce monde déshumanisé. 

    Bisous

    Stan 

     

    J'ai envoyé ce message à Center :

    Bonjour
    Auriez-vous la gentillesse de me dire pourquoi vous avez supprimé ce blog ?
    Est-ce sur ordre de Macron ?
    Merci d'avance
    Cordialement
    Chantouvivelavie


    25 commentaires

  • 4 commentaires
  • Le couple séjournait dans une chambre sous-marine d'un hôtel, où les fenêtres donnaient sur l'eau. L'homme s'est noyé en plongeant jusqu'à l'une des fenêtres.

    Alors qu'il se trouvait dans une île paradisiaque de Tanzanie, un Américain s'est noyé en demandant son amie en mariage sous l'eau, a annoncé dimanche l'hôtel de luxe où séjournait le couple. 

    La femme, Kenesha Antoine, a publié sur sa page Facebook des images de son compagnon, Steven Weber, lui demandant sa main à travers la fenêtre de leur chambre sous-marine du complexe hôtelier de luxe Manta, à Zanzibar.

    La vidéo montre Steven Weber, équipé d'un simple masque et de palmes, nager jusqu'à la fenêtre de la chambre, contre laquelle il plaque une lettre manuscrite déclarant:

    "Je ne peux pas retenir mon souffle suffisamment longtemps pour te dire tout ce que j'aime en toi, mais tout ce que j'aime en toi je l'aime davantage chaque jour. Veux-tu être ma femme, épouse-moi."

    Le jeune homme a ensuite sorti une petite boîte contenant une bague alors que Kenesha Antoine criait de joie, tout en filmant.

    Des circonstances à établir

    Les circonstances de la mort du jeune homme, sur l'île de Pemba, une destination prisée pour les lunes de miel, n'ont pas été établies précisément.

    "Tu n'es jamais remonté de ces profondeurs, tu n'as jamais pu entendre ma réponse 'oui! oui! Un million de fois, oui, je veux me marier avec toi!!'," a écrit vendredi Kenesha Antoine dans un message confirmant la mort de son ami.

    "Nous n'aurons pas pu entamer et célébrer le début de notre vie commune car le plus beau jour de nos vies est devenu le pire, dans le coup du sort le plus cruel qu'on puisse imaginer", a écrit Kenesha Antoine. 

    "Le connaissant, toujours prêt à faire des blagues de mauvais goût, il est probablement en train de faire rire quelqu'un avec une histoire sur la manière dont il a royalement bousillé cette demande et est mort en étant extra."

    Une enquête a été ouverte

    Le président de Manta, Matthew Saus, a confirmé dimanche dans un mail à l'AFP qu'un "client s'est noyé tragiquement en faisant de la plongée tout seul en dehors de la chambre sous-marine" jeudi.

    "La police locale de Zanzibar enquête actuellement sur cet accident", a-t-il précisé.

    Le couple séjournait dans la "chambre sous-marine" de l'hôtel, une structure flottante à 1.700 dollars la nuit (1.500 euros), dans des eaux transparentes où le lit est entouré de fenêtres donnant sur l'océan.

    BFM.TV


    4 commentaires
  • Une panthère noire se promène sur les toits d’Armentières, provoquant l'émoi des habitants du quartier

    Une panthère noire se promène sur les toits d’Armentières, provoquant l'émoi des habitants du quartier

    Les habitants d'Armentières ont eu du mal à en croire leurs yeux. Vers 18h30 mercredi 18 septembre, une panthère noire a été aperçue par les riverains alors qu'elle se baladait tranquillement sur les toits du quartier Saint-Roch à Armentières. Pendant près d'une heure, rapporte La Voix du Nord, l'animal a déambulé sur les toitures d'un pâté de maisons, entrant dans l'un des appartements dont la fenêtre était restée ouverte.

    Rapidement alertés, les services de police et les pompiers sont intervenus pour appréhender l'animal. Un périmètre de sécurité a été établi, indique le SDIS 59, et des renforts appelés. Lorsque la panthère s'est engouffrée dans l'appartement dont la fenêtre était restée ouverte, le vétérinaire sapeur-pompier a pu tirer une fléchette hypodermique contenant un produit anesthésiant. L'animal a alors pu être pris en charge et transporté dans une cage.

    D'où venait la panthère ? Selon La Voix du Nord, qui a interrogé les riverains, elle pourrait appartenir à un voisin parti en vacances. Ce gros félin d'une trentaine de kilos a été confié à un agent de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Il a ensuite été pris en charge par la Ligue protectrice des animaux et devrait prochainement rejoindre un zoo.

    franceinfo

    Vous pouvez cliquer sur La Voix du Nord !


    2 commentaires
  • Le corps d’un homme disparu depuis 22 ans retrouvé grâce à Google Maps

    Un internaute cherchant une propriété en Floride utilise Google Maps en mode satellite. Il aperçoit alors une tache blanche dans un étang. C’est une voiture immergée. À l’intérieur, le squelette d’un homme disparu depuis 1997. Cold-case résolu.

     

    Quand la résolution d’une affaire vieille de 22 ans ne tient qu’à une recherche immobilière sur Internet… En août dernier, un homme cherche une propriété à acheter dans la ville de Lantana, comté de Palm Beach, Floride, États-Unis.

    Utilisant Google Maps en mode satellite, il survole les maisons disponibles sur le marché. Soudain, son œil est attiré par une curieuse tache blanche en bordure d’un étang. Il zoome… on dirait bien une voiture immergée.

    Il appelle alors au téléphone le propriétaire de la maison qui surplombe les lieux. Celui-ci envoie son drone survoler l’étang : plus aucun doute, cette fois.

    Prévenue, la police sort le véhicule de l’eau. À l’intérieur, à la place du conducteur, un squelette.

    Après vérifications et analyses, il s’agit de celui d’un homme disparu 22 ans plus tôt. William Earl Moldt, 40 ans à l’époque, avait disparu alors qu’il rentrait de boîte de nuit. En 1997, cette zone aujourd’hui résidentielle était en travaux.

    « Le véhicule était complètement visible sur un cliché de la zone pris par Google Earth en 2007, mais personne ne s’en était rendu compte jusqu’ici », précise un rapport du Charley Project, une base de données sur les « cold cases » aux États-Unis.

     

     

    Les proches de la victime ont été prévenus de cette découverte.

    Ouest-France


    5 commentaires
  • La poste de Guînes fermée à cause d’une invasion de puces

    La poste de Guînes fermée à cause d’une invasion de puces

    Des puces de parquet. C’est, d’après le directeur général des services (DGS) de la ville de Guînes (*), Benjamin Malfigan, la « cause sanitaire » affichée à l’entrée de la poste de Guînes depuis jeudi dernier. « Nous avons été informés jeudi, en début d’après-midi, par la directrice du secteur de Marquise, poursuit le DGS. Il y a eu une réunion en interne du CHSTC (comité d’hygiène). Ils ont pris la décision de fermer. » Des informations confirmées par la direction régionale de La Poste : « La poste est fermée depuis mercredi pour préserver les clients. Une intervention avec une société est prévue cette semaine. On avisera si on estime qu’il y a nécessité d’une autre intervention. »

    Derrière l’appellation « puces de parquet » se cachent en fait des puces banales, colportées principalement par les chiens et les chats. La direction de La Poste ne s’explique pas la provenance de ces puces mais elles étaient suffisamment nombreuses pour être « visibles » et pour obliger le bureau à fermer. « Les puces se reproduisent très vite », commente le service presse de La Poste.

    Renvoi vers Marquise

    Aucune date de réouverture n’est communiquée. Elle sera décidée en fonction des résultats de la désinsectisation de cette semaine. Pour les usagers, le mot placardé à l’entrée du bureau de Guînes renvoie les clients vers l’agence de Marquise (16 km). Même si elle n’est pas la plus proche, « en termes d’organisation, on pourra y assurer l’ensemble des services », ce qui ne serait pas le cas à Calais (12 km) ou à Ardres (9 km), plus près. « Pour les clients professionnels qui ont une boîte postale, le facteur va leur distribuer directement le courrier. » L’unique agent de la poste de Guînes est, lui, transféré vers des bureaux de proximité.

    La Voix du Nord


    4 commentaires
  • Accro à la chirurgie esthétique, elle frôle la mort à cause d’une étonnante opération

    Accro à la chirurgie esthétique, elle frôle la mort à cause d’une étonnante opération

    Accro à la chirurgie esthétique, Mary Magdalene est passée à deux doigts de la mort. Sa dernière opération afin d’avoir le plus gros vagin au monde a failli virer au drame.
     

    Originaire de Toronto, au Canada, Mary Magdalene est âgée de 25 ans. La jeune femme qui gagne sa vie en tant que danseuse affirme avoir dépensé plus de 150.000 dollars en chirurgies esthétiques.

    Elle aurait ainsi réalisé trois opérations afin de se faire grossir les seins, trois chirurgies au nez, en plus de diverses injections ou interventions au visage. Alors que sa poitrine faisait un 85B, elle a maintenant une taille de 100J !

    La chirurgie de trop

    Cette Canadienne a subi sa première opération à l’âge de 21 ans. Depuis, la chirurgie esthétique est devenue une obsession et une addiction pour elle. Cependant, sa dernière fantaisie a failli virer au drame.

    En effet, Mary Magdalene a affirmé avoir frôlé la mort alors qu’elle se faisait opérer du vagin afin qu’il soit le plus gros au monde. Lors de l’opération la jeune femme a même dû recevoir deux transfusions sanguines.

    Mais plus de peur que de mal ! En effet, selon le site Metro, la jeune Canadienne est très fière de sa transformation physique. Elle a d’ailleurs déclaré au tabloïd britannique The Sun :

    "J’ai peur mais cela ne va pas m’arrêter. C’est très addictif. Je me sens excitée quand je me regarde dans un miroir."

    Potins.net

    Une grande malade !

    Comment des chirurgiens ont pu accepter de faire une telle opération ?

    Pour le pognon, sans doute !


    3 commentaires
  •  Accouchement : Une femme de 74 ans donne naissance à des jumelles

      Accouchement : Une femme de 74 ans donne naissance à des jumelles

    Une Indienne âgée de 74 ans a donné naissance à des jumelles, en Inde. Il s'agirait de la plus vieille mère du monde.
     

    Mariée avec Raja Rao en 1962, Erramatti Mangayamma, 74 ans, a donné naissance à des jumelles, jeudi 5 septembre 2019. Si son âge se confirme, elle deviendrait la plus vieille mère du monde. L’Indienne battrait ainsi le record de Maria del Carmen Bousada de Lara, une Espagnole de 66 ans qui a donné naissance à des jumeaux en 2006.

    La plus vieille maman au monde

    Originaire de Nelaparthipadu, un petit village en Inde, la septuagénaire a tenté de nombreuses années de tomber enceinte. Mais en vain ! Ainsi, même après être entrée dans la ménopause, elle s’est renseignée sur la fécondation in vitro. Les médecins ont alors obtenu les ovules d’une donneuse et les ont fécondés avec le sperme de son mari.

    Pendant sa grossesse, Erramatti Mangayamma a été hospitalisée et placée sous haute surveillance. Elle n’a souffert d’aucun problème de santé et la grossesse s’est déroulée normalement. L’accouchement a eu lieu par césarienne.

    Selon le site Magic Maman, l’hôpital a pris en charge la totalité des frais accompagnants la procédure de FIV, la grossesse et l’accouchement. Interviewée par les médias locaux, la « jeune » maman a déclaré :

    "Je ne trouve pas les mots pour exprimer ce que je ressens. Ces bébés me comblent. Mes six décennies d’attente sont enfin terminées et maintenant plus personne ne pourra dire que je suis infertile."

    Potins.net 


    4 commentaires
  • Alors qu’elle est état de mort cérébrale depuis 117 jours, une Tchèque de 27 ans a donné naissance à une petite-fille. Le bébé est en bonne santé a annoncé l’équipe médicale en charge de l’accouchement. La patiente souffre d’une malformation artério-veineuse dans le cerveau, et a été retrouvée inconsciente le 21 avril dernier.

     

    Elle s’appelle Eva Votavova, et est âgée de 27 ans. La jeune femme a donné naissance le mois dernier à une petite-fille. Fait rare : la mère est en état de mort cérébrale depuis 117 jours. La petite fille, Eliska de son prénom, est en bonne santé a annoncé lundi l’équipe médicale à Brno, ville située dans l’est de la République Tchèque.

    « Eliska est née par césarienne durant la 34e semaine de grossesse », a expliqué lors d’une conférence de presse Roman Gal, anesthésiste en chef à l’Hôpital universitaire de Bro, deuxième ville du pays.

    Eliska mesurait 42 centimètres et pesait 2,13 kilogrammes. « Il s’agit du poids et de la maturité du fœtus parmi les plus élevés obtenus pour un bébé né d’une mère en état de mort cérébrale selon les données mondiales », a ajouté Roman Gal.

    Dans le coma depuis le mois d’avril

    La maman d’Eliska, avait été diagnostiquée en 2016 comme souffrant d’une malformation artério-veineuse dans le cerveau. Le 21 avril, elle avait été retrouvée inconsciente chez elle, alors enceinte de 16 semaines.

    Après une importante hémorragie dans le cerveau, « elle a cessé de respirer dans la soirée puis […] a été déclarée en état de mort cérébrale », selon Roman Gal.

    Les médecins ont maintenu ses organes en fonction, en particulier son cœur, ses poumons et ses reins, tout en surveillant la croissance du fœtus.

    Durant toute la grossesse, les infirmières ont parlé au fœtus, sa grand-mère lui a lu des histoires et un thérapeute bougeait les jambes de la maman pour simuler la marche, a expliqué Roman Gal.

     

    Le système de maintien artificiel des fonctions vitales a été débranché après la naissance. Eliska est restée deux semaines supplémentaires à l’hôpital puis son père l’a ramenée à la maison où l’attendait son grand frère. Elle est actuellement nourrie au sein par sa tante paternelle qui a également eu un bébé.

    Ouest-France

     


    5 commentaires
  • Soupçonné de pédophilie, un Américain est resté terré trois ans dans un bunker

    Une forêt, une décharge à ordures et un bunker. Afin d’échapper à la police, Jeremiah Button a vécu pendant trois ans et demi en pleine autarcie, au cœur d’un parc de l’Etat du Wisconsin.

    Soupçonné d’agression sexuelle sur mineur, d’inceste et de détention de documents pédopornographiques, cet Américain de 44 ans a pris la fuite en 2016, deux semaines avant la tenue son procès. Une cavale souterraine qui a pris fin le 9 août dernier, comme l’a révélé le média local WSAW News Channel.

    C’est d’un chasseur, habitué ce domaine du comté de Ringle, qu’est venu le dénouement de cette histoire. Intrigué il y a quelques mois par une porte en bois, dissimulée contre un rocher parmi les massifs végétaux que le fugitif a lui-même plantés, il s’est résolu cet été à retourner sur place.

    « Des conserves et des boîtes de rangement »

    « Je l’ai poussée, j’ai regardé à l’intérieur, il y avait des conserves, des petites boîtes de rangement, […] alors je suis entré, a raconté Thomas Nelson à la chaîne WSAW-TV. « Je suis arrivé dans un coin, et il était là, étendu dans son lit ». Le temps de rebrousser chemin, il a appelé les policiers. « Je tremblais quand je suis entré, je tremblais quand je suis sorti », ajoute-t-il.

    Interpellé par les adjoints du shérif, après avoir opposé une faible résistance, Jeremiah Button va rapidement s’épancher sur ses trente mois sous terre, entre étés humides et hivers glaciaux. Un récit aussi glaçant que précis qui démarre en 2014.

    Remis en liberté contre une somme de 25 000 dollars, en attente de son procès, le prévenu va s’atteler durant des mois à construire son refuge. Avant de disparaître en février 2016.

    Des panneaux solaires et un vélo générateur

    Quand ils explorent le bunker, les policiers tombent sur un ordinateur, une télévision et un poste radio, alimentés en électricité par des panneaux solaires placés sur le toit et un vélo générateur. Pour avoir de l’eau, le fugitif a construit un engin pour la filtrer, la pomper à travers le charbon de bois. Il avait même de quoi la faire bouillir. Plusieurs équipes de télévision ont pu filmer cet abri étonnant.

    « Non seulement il a survécu, mais il a prospéré dans cette structure grâce à toutes les différentes fournitures qu’il a pu trouver », résume le lieutenant détective Jeff Stefonek. « Il n’y a pas beaucoup d’air de l’extérieur, et c’était un espace assez petit pour qu’il puisse survivre aux hivers, évidemment, et se garder au chaud, et il fait frais là-bas à cette époque de l’année, et il y a plein d’articles qu’il a pu voler à la décharge du comté de Marathon en triant les ordures ».

    L’adjoint Matt Kecker a décrit le comportement de Jeremiah Button comme étant presque cordial, comme s’il était attiré, malgré tout, par l’interaction humaine. Sur ce plan-là, il ne s’autorisait pas beaucoup d’écarts. Juste quelques « balades » en forêt aux côtés d’autres marcheurs convaincus de s’adresser à un promeneur lambda. Mais jamais le fugitif ne s’approchait de la lisière du bois.

    Jeremiah Button sera jugé le 16 septembre pour pédophilie. En attendant, il séjourne sous les barreaux, sauf s’il s’acquitte d’une caution de 100 000 dollars.

    Le Parisien

    Je ne cautionne pas sa pédophilie mais il faut reconnaître que ce type avait du génie !


    3 commentaires
  • Etats-Unis: Un individu arrêté pour avoir castré un homme rencontré sur un site fétichiste d'eunuques

    Les policiers ont arrêté Gary Van Ryswyk, un homme de 74 ans, qui venait de pratiquer une castration sur un homme rencontré sur site fétichiste d’eunuques

    Une intervention dont la police se souviendra « longtemps ». Un homme a été arrêté, dans la nuit de dimanche à lundi en Floride, aux Etats-Unis, pour avoir pratiqué une castration sur un volontaire rencontré via un site fétichiste spécialisé dans les eunuques, ont annoncé les autorités du comté de Highlands, au nord-ouest de Miami, dans un communiqué.

    « C’est un peu… sensible. On peut même dire qu’il y a de quoi perdre la boule », a écrit le bureau du shérif sur sa page Facebook.

    Equipement médical et médicaments contre la douleur… La pièce transformée en bloc opératoire

    Lorsque les policiers ont frappé à sa porte, Gary Van Ryswyk, 74 ans, leur a signalé qu’il venait de pratiquer une castration sur un homme, lequel était en train de saigner abondamment sur un lit, une serviette sur son bas-ventre. Un récipient rose contenait non loin de là « deux parties du corps qui avaient été récemment beaucoup plus proches de la victime », raconte la police dans son récit très cru. L’homme émasculé, non identifié, a été transporté à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger.

     

    Toujours selon le communiqué de la police, Gary Van Ryswyk avait aménagé la pièce comme un bloc opératoire, avec équipement médical et médicaments contre la douleur. Il a affirmé avoir rencontré la victime par l’intermédiaire d’un site fétichiste d’eunuques, et que ce n’était pas la première fois qu’il s’adonnait à une telle opération. Il a été inculpé lundi pour exercice illégal de la médecine ayant provoqué des blessures.

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Cela doit être affreux pour les parents à qui cela arrive !


    5 commentaires
  • Pyrénées-Orientales: Son compte est crédité de 177.000 euros par erreur, il prend la fuite

    Auriez-vous fait la même chose que cet habitant de Banyuls-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales ? Cette question va forcément vous venir à l’esprit à la lecture de son histoire pour le moins peu commune ! En effet, celui-ci a complètement disparu après avoir reçu par erreur au début de l’année 2017… 177.000 euros sur son compte en banque !

    La société qui lui a effectué le virement a fait une erreur de chiffre en notant le numéro IBAN du bon bénéficiaire. Très vite, elle s’est se rendue compte de sa bourde, sommant cet habitant de rembourser la somme…

    Il reste totalement introuvable !

    Il s’y engage mais les jours passent et la société ne voit pas un euro arriver sur son compte, relate l’Independant. Une saisie est alors envisagée… Mais il est déjà trop tard ! Au moment d’effectuer celle-ci, il ne reste plus rien sur le compte en banque de l’heureux bénéficiaire. Il a même disparu physiquement sans laisser la moindre adresse !

    Il vient récemment d’être condamné, par défaut bien sûr, à 10 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Perpignan et devra s’acquitter de sa dette. Mais en ce 9 août 2019, il n’a toujours pas été retrouvé…

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Son ticket perdu, le gagnant a dû partager son gain de 163 millions d'euros

    Le deuxième plus gros gagnant français à l’EuroMillions avait perdu son ticket en 2011. Il a dû verser 12 millions d’euros à celui qui l’avait trouvé, selon un arrêt récent de la cour administrative d’appel de Paris. Le fisc qui voulait imposer cette somme rondelette a été débouté.

     

    Cet arrêt de la cour administrative d’appel de Paris du 27 juin 2019 est passé inaperçu. Il aurait pourtant mérité le prix du meilleur scénario de comédie française de l’année.

    On y apprend en effet que le gagnant de la cagnotte de 163 millions d’euros au tirage de l’EuroMillions du 13 septembre 2011 avait égaré son ticket. Il a dû verser 12 millions d’euros à celui qui l’avait trouvé pour récupérer le précieux sésame et pouvoir toucher son gain.

    Dans cette histoire croustillante, tout le monde a été gagnant, sauf le fisc qui réclamait un peu plus de 4,3 millions d’euros à celui qui a raconté à la Française des jeux avoir trouvé le ticket "sur la voie publique". Les gains au loto ne sont pas imposables au titre de l’impôt sur le revenu mais l’administration fiscale estimait que cette faveur ne devait pas s’appliquer à l’heureux bénéficiaire de l’indemnité de 12 millions d’euros.

    La cour administrative d’appel lui a donné tort en considérant que cette rémunération exceptionnelle n’était pas soumise à l’impôt, contrairement à ce que demandait le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

    Un protocole d'accord imposé par la Française des jeux

    La décision de justice n’explique pas comment le reçu gagnant d’une valeur de 163 millions d’euros a été perdu avant de tomber dans d’autres mains. L’arrêt de la cour administrative d’appel relate cependant comment a été tranché le différend entre le détenteur du ticket et le joueur qui avait pu prouver que c’était bien lui qui avait parié sur la combinaison gagnante.

    La Française des jeux a exigé un accord entre les deux parties qui ont signé un protocole transactionnel aux termes duquel le découvreur du ticket renonce à son droit au gain en contrepartie d’une indemnité de 12 millions d’euros, soit environ 7,5% des 163 millions d’euros.

    Seul le joueur avec le ticket peut toucher le gain

    Le reçu a été restitué à son légitime propriétaire qui était de toute façon le seul à pouvoir toucher le gain car le règlement de l’EuroMillions stipule que le paiement ne peut être remis qu’au joueur exclusivement et contre remise du reçu intact. Il fallait donc que le joueur trouve un terrain d’entente avec le détenteur du ticket pour ne pas perdre son gain.

    Même amputés de ces 12 millions d’euros, les 163 millions d’euros remportés par le joueur qui avait validé son bulletin dans le Calvados restent à ce jour le deuxième record absolu de gains à un jeu d’argent en France après les 170 millions d’euros gagnés par un joueur des Alpes-Maritimes le 13 novembre 2012, également à l’Euro Millions.

    Le Dauphiné


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique