• Cela change de la politique pourrie !


    5 commentaires
  • La propriétaire de William Saurin a légué sa fortune ...à son chien Gaétan

    La femme d'affaires Monique Piffaut, décédée à l'âge de 78 ans, a légué l'intégralité de sa fortune (environ 400 millions d'euros) à une fondation pour la protection des animaux, chargée de choyer son caniche nain jusqu'à la fin de ses jours.

    C'est peut-être le caniche nain le plus riche de France. Seule certitude: il sera choyé jusqu'à la fin de ses jours... C'était l'une des dernières volontés de Monique Piffaut, présidente et unique actionnaire de la holding Financière Turenne Lafayette, décédée la semaine dernière à l'âge de 78 ans. Sans descendance, ni héritier, elle avait tranché depuis déjà plusieurs années la délicate question de son testament: léguer la totalité de sa fortune à une fondation de protection des animaux. Monique Piffaut est la 166ème fortune de France avec quelque 400 millions d'euros en 2016, selon le classement des grandes fortunes françaises établit chaque année par Challenges.

    Si c'est cette fondation de protection des animaux qui percevra la fortune de la femme d'affaires - héritière d'une riche famille australienne - ce n'est pas un hasard... Derrière cette volonté un peu particulière, elle voulait s'assurer que son chien Gaétan - qui ne la quittait jamais d'une semelle - ne manquerait de rien après sa mort. Ce caniche nain est donc l'unique héritier de Monique Piffaut et il était aussi son seul compagnon, assistant à la moindre de ses actions. Elle possédait également de nombreux immeubles dans Paris, qui lui rapportaient des revenus supérieurs à ceux de ses usines, précise Challenges.

     

    Une boule de cristal pour choisir ses collaborateurs

    Cette patronne singulière, passionnée de voyance, était donc imprévisible en matière de recrutement: il lui arrivait fréquemment de changer de collaborateurs sur un coup de tête, grâce à une boule de cristal installée dans son bureau. Son groupe, qui emploie 3200 salariés répartis sur 21 sites industriels compte des marques de renom telles que William Saurin, Garbit, PetitJean, Panzani ou encore le charchutier Madrange, qu'elle avait racheté en 2011. En tout, ces activités totalise environ 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel. «Il n'y a pas de risque de démantèlement du groupe car la propriétaire, très attachée aux entreprises, avait exprimé sa volonté en ce sens», a fait savoir un porte-parole de la HoldingTurenne Lafayette. C'est son directeur général Denis Michault qui a hérité des commandes de son empire... à défaut d'avoir hérité de sa fortune.

    Léguer sa fortune à son compagnon animal n'est pas un acte insolite dans le monde des affaires. Gunther IV est la première fortune animale du monde. En 1992, ce berger allemand a hérité de 373 millions de dollars (328 millions d'euros) de la part de sa maîtresse, la comtesse allemande Karlotta Liebenstein. La célèbre présentatrice TV américaine Oprah Winfrey a prévu, à sa mort de léguer 30 millions de dollars (soit l'équivalent de 27 millions d'euros) à ses cinq chiens. Aux États-Unis, où la loi autorise à faire hériter son animal de compagnie, des maisons de retraites spécialisées existent depuis plusieurs années. La Fondation pour chats Blue Bell, en Californie, demande par exemple 6500 dollars (soit 4500 euros) pour s'occuper d'un chat jusqu'à la fin de ses jours.

    Le Figaro


    4 commentaires

  • Elle dormait avec son python jusqu'à ce qu'elle découvre qu'il voulait la manger par Ohmymag

      

    Il y a des habitudes pour le moins étonnantes chez certaines personnes... C'est le cas d'une Indienne passionnée par les animaux étranges qui possède un python depuis plusieurs mois. Prenant soin avec beaucoup d'attention de son animal de compagnie un peu différent des autres, elle dort même avec lui. 

    Alors que son python a bien grandi et fait presque quatre mètres de long, elle le trouve plus agité que d'ordinaire. Elle constate que le serpent ne mange pas depuis plusieurs jours et décide de l'emmener chez le vétérinaire.

    Le médecin lui demande si elle dort avec son python toutes les nuits, si ce dernier s'entoure étroitement autour d'elle et s'étire de toute sa longueur. Elle répond par l'affirmative. Le vétérinaire lui apprend alors que son python n'est pas malade mais qu'il jeûne pour s'apprêter à la dévorer.

    Lorsque le python se blottit contre le corps de sa maîtresse et qu'il s'étire de tout son long cela signifie qu'il vérifie la taille de sa proie et qu'il mesure l'ampleur du repas que le corps représente pour s'avoir comment attaquer. En faisant ces révélations, le vétérinaire a sauvé la vie de cette Indienne qui ne s'attendait probablement pas à cela.

    Télé Loisirs

     


    3 commentaires
  • J'ai eu des frissons en regardant, et vous ?


    3 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 18 11 2016

    Bon appétit

    Passez une bonne soirée


    5 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : Une ado a eu le droit d'être gelée pour l'éternité

    Photo d'illustration. Image: Futura Sciences

    Royaume Uni

    Une jeune fille en phase terminale a obtenu de la justice d'être cryogénisée, dans l'espoir que la médecine puisse la ressusciter.

    Prise en octobre dernier par le juge Peter Jackson, de la Haute Cour de Londres, cette décision n'a été rendue publique que vendredi, conformément aux souhaits de la défunte, qui avait également demandé le respect de son anonymat.

    Dans une lettre adressée au juge, la jeune fille, atteinte d'une forme rare de cancer, l'avait prié de lui donner une chance de «vivre plus longtemps».

    «J'ai seulement 14 ans et je ne veux pas mourir mais je sais que je vais mourir», avait-elle écrit. «Je crois que le fait d'être cryo-conservée me donne une chance d'être soignée et de me réveiller, même si c'est dans plusieurs centaines d'années».

    Le souhait de l'adolescente avait créé un conflit familial, son père, divorcé de sa mère, y étant opposé.

    Au cours des huit dernières années de sa vie, l'adolescente n'avait d'ailleurs eu aucun contact en face-à-face avec ce dernier, qui a exprimé des craintes quant au coût et aux conséquences du projet de sa fille.

    «Même si le traitement réussit et qu'elle est ramenée à la vie dans, disons, 200 ans, elle pourrait n'avoir aucun proche autour d'elle et ne se souvenir de rien», avait-il dit au juge, avant finalement d'évoluer vers une position plus proche des aspirations de sa fille.

    Aux Etats-Unis

    En raison de son état, la jeune fille n'avait pas pu assister à l'audience. Son corps a depuis été transféré aux Etats-Unis dans un établissement spécialisé en cryogénisation.

    Dans sa requête, l'adolescente demandait à la justice de donner à sa mère tous pouvoirs pour prendre les dispositions relatives à sa dépouille.

    Après avoir statué en sa faveur, le juge Jackson a expliqué avoir pris sa décision dans l'intérêt de la jeune fille, et pour trancher un conflit familial, mais pas sur une base scientifique.

    «Ce n'est pas surprenant que cette requête soit la seule dans son genre devant les tribunaux de ce pays, et probablement ailleurs» dans le monde, a-t-il également déclaré, selon l'agence Press Association.

    «C'est un exemple des nouvelles questions que la science pose à la loi», a-t-il souligné, en saluant le «courage» dont la jeune fille avait fait preuve face à l'épreuve qu'elle vivait.

    24 Heures.ch - 18.11.2016


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique