• Gaza : le Hamas fait un pas en direction de Mahmoud Abbas

    © YURI KOCHETKOV/AFP Mahmoud Abbas

    Sous forte pression, le mouvement islamiste a accepté de dissoudre le « comité administratif » créé en mars dernier pour gérer l'enclave côtière.

    À Jérusalem.

    Le Mouvement de résistance islamique (Hamas) palestinien a annoncé tôt dimanche matin la dissolution du «comité administratif» qu'il avait créé en mars dernier pour gérer les affaires dans la bande de Gaza. Cette instance avait d'emblée été fortement critiquée par le président de l'Autorité palestinienne au pouvoir à Ramallah, Mahmoud Abbas, qui y avait vu un outil destiné à saper l'autorité de son gouvernement de «consensus» constitué au printemps 2014. Le Hamas a dans la foulée appelé le Premier ministre Rami Hamdallah et l'ensemble de ses ministres à reprendre sans délai leurs activités dans l'enclave côtière. Il a également «donné son accord pour entamer des discussions sur la réconciliation ainsi que pour organiser des élections générales».

    Cette concession, dont les conséquences pratiques sont à ce stade difficile à prédire, intervient alors que le Hamas subit depuis quelques mois des pressions inédites. Coupée du monde extérieur par le blocus israélien ainsi que par la destruction des tunnels de contrebande vers le Sinaï égyptien à l'été 2013, la bande de Gaza est de surcroît confrontée à diverses mesures de rétorsion ordonnées par Mahmoud Abbas dans le but de faire plier le mouvement islamiste. À la veille de l'été, l'Autorité palestinienne a tour à tour supprimé les primes versées à plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires placés sous son autorité, cessé de payer l'approvisionnement en électricité fourni par Israël, suspendu les livraisons de médicaments et bloqué le transfert vers l'extérieur de patients nécessitant des soins qui ne peuvent être prodigués dans la bande de Gaza.

    Publicité

    C'est dans ce contexte extrêmement délicat que le bureau politique du Hamas, renouvelé au début de l'année, s'est réuni pour la première fois la semaine dernière au Caire. Les services de renseignement égyptien, qui en ont profité pour tenir plusieurs réunions avec les chefs du mouvement islamiste, les ont visiblement encouragés à faire un pas en direction de Ramallah. L'issue favorable de ces discussions semble confirmer que Yiahya Sinwar, le nouveau chef du mouvement dans la bande de Gaza, est prêt à certaines concessions pour renouer avec les généraux égyptiens. Et ce, même si le démantèlement d'un «comité administratif» ne signifie nullement que le Hamas est disposé à céder dans les faits le contrôle du territoire dont il a pris possession par les armes il y a dix ans tout juste.

    Le Figaro

    Une preuve de plus que les musulmans ne s'entendent pas entre eux !


    2 commentaires
  • Polyculture , une chance pour la France... Ils commencent à s'intégrer!!!..

    Dans le méreo parisien

    Dans le méreo parisien

    Dans le méreo parisien


    4 commentaires
  • L’ « Etat islamique » appelle au meurtre de nos enfants

    Avec l’Etat Islamique, il n’y a aucune limite: La guerre qu’ils nous ont déclaré est totale, et les flots de réfugiés qui abreuvent nos pays d’Europe convoient leurs assassins. Dans leur numéro 11 de « Rumyia », leur magazine de propagande, une nouvelle catégorie de victimes est très clairement désignée: Nos enfants.

     

    Les actions  physiques ne sont que le moyen d’atteindre l’objectif spirituel et l’enlèvement d’enfants d’infidèles en est un.

    L’objectif de l’enlèvement n’est pas de demander une rançon, mais de perpétrer un massacre et répandre ainsi la terreur dans le cœur des incroyants. Séquestrez-les, non pour négocier une rançon, mais pour les tuer. Poursuivez votre mission, jusqu’à ce qu’Allah vous rappelle à lui. Les enfants devront être tués avant l’arrivée de la police.

    Les conseils pratiques suivent:

    Ne compromettez pas une opération, si vous ne disposez pas d’une arme à feu, car immense est la récompense pour ceux qui massacrent les croisés avec un couteau. Il suffit d’un peu d’

    imagination et d’une planification de base.

    Les otages serviront de boucliers humains et leur massacre distillera la peur dans le cœur des incroyants. L’objectif d’un enlèvement est la publicité, qui en découle. Dans certains cas, il est opportun de maintenir momentanément les otages en vie, d’informer les autorités et leur expliquer l’enjeu de la mission, que le soldat de l’EI s’apprête à accomplir, car le but est de créer la terreur.

    A titre personnel ceci pose un problème: Alors que je me fiche totalement – et c’est le moins que je puisse dire… – qu’un collabo (80% de la populace européenne) soit assassiné par l’Etat islamique car ils sont directement responsables de la situation, j’avoue que l’assassinat de leurs enfants ne me laissera pas indifférent, car ces derniers ne sont pas responsables de la lâcheté et de l’ignominie de leurs parents! Par contre il semble évident que les parents se fichent bien que leurs enfants soient assassinés, vu l’absence totale de réaction de la population devant les exactions des vermines importées: A part allumer des bougies et jeter des fleurs, rien. Et je suis quasiment certain qu’ils auront la même réaction quand on verra leurs gamins se faire égorger: Pas d’amalgame!

    EuroCalifat


    4 commentaires
  • Le suspect n° 1 de financement du terrorisme offre Neymar aux Parisiens

    L’islamisation de nos pays par le football…

    Le championnat de France de « League 1 » de football va reprendre. Avant, on appelait cela « Première division », mais cela faisait trop français. Avant, le nombre de joueurs étrangers était limité à deux par équipe chez les amateurs, et à trois chez les professionnels. Mais c’était avant l’arrêt Bosman, soutenu par l’Union européenne, qui a jugé discriminatoires ces limites à la libre circulation des footballeurs. D’où des équipes de club qui ne comprennent plus aucun Anglais en Grande-Bretagne, ou le PSG qui ne compte qu’un ou deux joueurs français, au milieu d’une majorité de Brésiliens, d’Italiens, d’Allemands, d’Argentins, d’Uruguayens ou autres.

    La reprise de ce championnat est marquée par le transfert record de toute l’histoire du football du Brésilien Neymar, qui passe de Barcelone, sponsorisé par le Qatar, au Paris Saint-Germain, propriété du Qatar, pour la modique somme de 220 millions d’euros. On évoque un salaire de 30 millions d’euros par an. Des petits malins ont calculé que cela représente 1 euro par seconde, 60 euros par minute, 3.600 euros par heure, 86.400 euros par jour et 2,7 millions par mois. Nets d’impôts, parait-il…

    Macron a félicité, pour ce transfert, celui qu’il appelle chaleureusement Nasser, le président du PSG Al-Khelaïfi. Quant à Anne Hidalgo, sur son nuage depuis qu’elle a obtenu l’organisation des Jeux olympiques de 2024 (dont personne ne voulait, vu l’ardoise annoncée), elle fantasme à la perspective d’une victoire en Coupe d’Europe du Paris Qatar (PQ), en 2018. Elle se rêve, remontant les Champs-Élysées, main dans la main avec Macron et « Nasser », avec derrière eux tout le « peuple » des bobos parisiens en rollers, unis avec « les migrants qui fuient la guerre », communiant, sous la musique de Black M, à la victoire du multiculturalisme et du mondialisme, grâce à l’argent du Qatar, aux footballeurs mercenaires étrangers et à un entraîneur espagnol. Dans le meilleur des cas, il y aura peut-être dans l’équipe un Français, le brave Blaise Matuidi, par ailleurs seul Africain d’origine, qui a donné des gages en appelant à voter contre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

     

    La situation est donc la suivante :
    1) Le Qatar est accusé, y compris par l’Arabie saoudite, de financer le terrorisme islamique mondial.
    2) Paris a été lourdement touché, à deux reprises (Charlie Hebdo et Bataclan), par des attentats commis par des musulmans agissant au nom d’Allah.
    3) Les Parisiens ont plébiscité à 90 % le candidat Macron qui, pour les remercier, en accord avec Anne Hidalgo, se félicite que cent nouveaux clandestins par jour – majoritairement hommes jeunes, seuls et de confession musulmane – débarquent dans la capitale.
    4) Les supporters parisiens exultent à l’idée que, grâce à cet argent qatari qui n’a pas d’odeur – c’est bien connu -, le PSG puisse devenir champion d’Europe de football…

     

    Mais il n’y a pas que le foot dans la vie, en dépit de ce que les unes de ce week-end d’août pourraient nous faire croire ! En ces temps de vacances, d’insouciance et de vivre ensemble, ayons une pensée. Et tant pis si l’on nous taxe de grincheux !
    – Une pensée pour le sang des chrétiens d’Orient massacrés par l’État islamique d’Iraq et du Levant (alias DAECH)…
    – Une pensée pour le sang des yézidis, des Kurdes, des chiites, détruits ou mis en esclavage par les terroristes de DAECH…
    – Une pensée pour le sang des Syriens écrasés par les pseudo-rebelles au régime qui ne sont, en fait, que des variantes terroristes des différentes sectes islamiques barbares que les États du Golfe (Qatar en tête) ont promues en Syrie pour y porter la guerre civile…
    – Une pensée pour le sang des victimes françaises et européennes des attentats terroristes où nos compatriotes ont été écrasés par les actions criminelles des envoyés directs ou indirects de l’État islamique qui s’était imposé en Syrie et en Iraq…

    Une pensée, et un regret aussi. Le regret de voir l’islamisation de nos pays par le football…

    Boulevard Voltaire

     


    3 commentaires
  • Valable pour tous les pays européens. 

    Dans les mosquées, il y a le chauffage central, des toilettes, des tapis de luxe, des poubelles et surtout des musulmans pour recevoir leurs frères de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan etc. 

     Tous ces hommes qui ont "oublié" de prendre les armes pour défendre leurs biens, leurs familles leur pays ! 

    Combien de pays musulmans ont déjà recueilli dans le passé des mécréants ou des occidentaux ou des non-musulmans ??? Aucun 

     Mesdames et messieurs les politiciens, j’aimerais savoir ? 


    Sachant qu'il y a environ 2400 mosquées en France, et que si chacune prenait en charge une vingtaine de migrants ,on arrive à un total de 48000 personnes,  

    alors où  est le problème ?. 

    Comme cela chacun retrouve ses frères musulmans , ils prient ensemble, ils mangent Halal et n'emmerdent pas les autres
    > > > >
      

    Elémentaire  mon cher WATSON!! 

     Reçu par mail                                                      


    3 commentaires
  • Une Française partie en Irak pour rejoindre le groupe Etat islamique et retenue par l'armée demande l'aide de la France

    Une Française originaire de Seine-et-Marne, partie en Irak en 2015 avec son compagnon pour rejoindre l'État islamique, a été arrêtée samedi. Elle est retenue avec ses quatre enfants et demande l'intervention de l'État français.

     

    Une ressortissante française de 27 ans et ses quatre enfants, âgés de cinq mois à six ans, ont été arrêtés samedi 8 juillet à Mossoul. Ils sont depuis retenus par l'armée irakienne, selon maître William Bourdon, l'avocat de la Française. Cette mère de famille vivait depuis trois semaines dans un immeuble de Mossoul et ne pouvait pas fuir en raison de la bataille pour la libération de la ville entre l'armée et le groupe État islamique. "Elle a été interceptée par l'armée irakienne alors qu'elle avait trouvé un abri avec ses quatre enfants mineurs dans la vieille ville de Mossoul. Elle était vraiment au cœur de l'enfer le plus absolu", précise son avocat. Le père de famille serait décédé, même si cette information reste "à confirmer", d'après Me Bourdon.

    "Cette famille a vécu un enfer", selon son avocat

    Le couple, originaire de Seine-et-Marne, était parti rejoindre les rangs du groupe État islamique en 2015 mais la jeune femme a affirmé, il y a un an, ne plus vouloir soutenir les terroristes et vouloir rentrer en France. "Elle aurait été menacée par Daesh, elle aurait fait l'objet d'un ou deux mariages forcés, voilà ce que l'on sait", affirme William Bourdon. L'avocat de la ressortissante française estime qu'il y a une double exigence, morale et juridique : "Que ce dossier ne soit pas traité uniquement avec un regard judiciaire, ou en gestion de crise, mais avec le très haut niveau d'humanité qu'exigent à la fois la présence de quatre enfants mineurs et le fait que cette jeune famille a vécu un enfer lors du siège de Mossoul."

     

    Lorsque des enfants mineurs, surtout en bas âge, sont en danger, il y a une obligation morale et juridique de tout faire pour s'assurer de leur sécurité et pour que leur retour intervienne, de façon apaisée, vers la France

    Maître William Bourdon, avocat de la ressortissante française à franceinfo

     

    Interrogée sur la situation des Français arrêtés en Irak, jeudi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères affirme que les autorités françaises ne contestent pas aux autorités irakiennes "la possibilité de poursuivre en justice les ressortissants français impliqués dans des organisations terroristes présentes en Irak". D'après Me Bourdon, cette déclarationest une affirmation d'usage qui marque la volonté de la France de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Irak. "On peut le comprendre, ça n'est pas forcément un signe du fait qu'elle [la ressortissante française] risque elle-même de faire l'objet d'une procédure en Irak. On en saura plus sans doute dans les prochaines heures et les prochains jours", a réagi Me Bourdon. En Irak, les complices du groupe État islamique risquent la peine de mort.

    Franceinfo

    Personne ne l'a obligé à partir en Irak !


    3 commentaires
  • Offensive de la coalition contre Daesh : des pertes civiles de plus en plus lourdes

    Jusqu'à 744 civils ont été tués au mois de juin en Syrie et en Irak, au cours de l'offensive de la coalition internationale menée par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique (EI), selon un bilan de l'organisation non-gouvernementale Airwars.

    Airwars, un collectif de journalistes basé à Londres qui compile les données publiques – réseaux sociaux, témoins directs et d'autres sources – affirme que les opérations militaires contre la ville de Raqqa, en Syrie, et Mossoul, en Irak, ont été «dévastatrices». 

    Le chiffre donné par Airwars est bien plus élevé que celui avancé par la coalition, qui reconnaissait au début du mois de juillet la mort de 603 civils «tués de manière involontaire par des frappes de la coalition» depuis le début de ses opérations militaires fin 2014.

    Le directeur d'Airwars, Chris Woods, assure que l'intensification des frappes à Mossoul et Raqqa est responsable pour partie de cette augmentation, mais affirme également que l'objectif affiché du Pentagone «d'anéantir» les djihadistes fait courir un risque plus élevé aux habitants civils. 

    «Même s'il était prévisible que des pertes civiles importantes se produiraient lors des assauts contre Raqqa et Mossoul, cela ne peut pas être la seule explication pour le très grand nombre de victimes dont nous, ainsi que d'autres observateurs, ONG et agences internationales avons connaissance», explique Chris Woods. Selon les estimations d'Airwars, entre 529 à 744 non-combattants ont été tués au moins de juin, soit moitié plus que le mois précédent. 

    Amnesty International a demandé le 11 juillet l'établissement d'une commission d'enquête sur les crimes commis par toutes les parties au conflit contre les civils dans la bataille de Mossoul.

    L'organisation de défense des droits de l'homme affirme que les forces irakiennes et de la coalition internationale ont échoué à prendre les mesures nécessaires pour protéger les civils. 

    Des allégations rejetées par le général américain Stephen Townsend, qui dirige la coalition militaire anti-djihadiste. «C'est, je crois, la campagne la plus précise dans l'histoire de la guerre. Je mets au défi les gens d'Amnesty International, ou qui que ce soit lançant ces accusations, de vérifier les faits et de s'assurer qu'ils savent de quoi ils parlent», a-t-il déclaré.

    Le commandement central de l'armée américaine passe actuellement en revue une série de données fournies par Airwars sur les pertes civiles provoquées par la coalition et a jusqu'à présent jugé que la plupart n'étaient «pas crédibles».

    RT International

    Cela n'empêche pas les USA et la France d'accuser sans arrêt Bachar d'être responsable des morts civils ! Une bande de faux culs !


    2 commentaires
  • Algérie : contre les pressions en ligne, des militantes féministes appellent à se baigner en maillot

    Dénonçant une atteinte à leur liberté, près de 3 000 femmes de la ville algérienne d'Annaba ont décidé de répliquer à des campagnes anti-maillot de bain sur les réseaux sociaux. Elles se baigneront en bikini malgré la pression.

    Un groupe de jeunes féministes, dont le nombre dépasserait 2 800 sur les réseaux sociaux, selon le journal local algérien Le Provincial, a décidé de réunir le plus de femmes possible pour se baigner en maillot de bain sur les plages de la ville d'Annaba (anciennement Bône à l'époque de la colonisation française), et notamment en bikini.

    Le but de cette opération : répondre à la croisade anti-bikini qu'avait menée durant le mois du ramadan, sur les réseaux sociaux, des jeunes soucieux de dissuader les femmes algériennes de porter des tenues de plage jugées contraires aux normes islamiques, ou trop proches de l'Occident (en clair, tous les vêtements de plage hormis le burkini, qui couvre les bras et les jambes). Des pages, sur les réseaux sociaux, appelaient ainsi à prendre en photo « les femmes qui auraient le malheur de se baigner en maillot de bain», rapporte Le Provincial.

    Les jeunes Bônoises ont désormais une nouvelle occupation», rapporte le journal : tenir tête à «des jeunes qui s'improvisent policiers des mœurs».

     

    De l'autre côté de la Méditerranée, en France, la polémique sur le port du maillot de bain islamique, le burkini, a occupé les médias pendant une bonne partie de l'été 2016, obligeant le Conseil d'Etat à se prononcer sur des interdictions municipales. La controverse a même été sur le point de reprendre cet été 2017, lorsqu'une mairie a décidé d'interdire le port de cette tenue de bain islamique dans un bassin communal, avant de se rétracter.

    RT  International


    2 commentaires
  • Arabie Saoudite : la police déjoue "une action terroriste" à La Mecque

    La Grande Mosquée de La Mecque, premier lieu saint de l'islam, a été la cible d'une action "terroriste" que les forces de sécurité saoudiennes disent avoir déjouée, vendredi 23 juin. Un kamikaze, qui s'était retranché dans un bâtiment de trois étages, s'est fait exploser. Onze personnes, dont cinq policiers, ont été blessées dans l'effondrement de l'édifice, a annoncé un porte-parole du ministère de l’Intérieur. Cinq autres personnes, dont une femme, ont été interpellées.

    Toujours selon le porte-parole, l'attentat était "imminent", et il visait "la sécurité de la Grande mosquée et celle des fidèles" qui s'étaient massivement rassemblées pour le dernier vendredi du ramadan, le mois de jeûne musulman.

    Cet attentat est la deuxième du genre à viser un lieu sacré des musulmans en Arabie saoudite. En juillet 2016, une attaque perpétrée à Médine, le deuxième lieu saint de l'islam, avait fait quatre morts parmi les gardiens de sécurité, près de la Mosquée du prophète Mahomet.

    Franceinfo

    Mais qui est ce kamikaze ?


    3 commentaires
  • Mossoul : pourquoi Daech a détruit la très symbolique mosquée al-Nouri

    La mosquée al-Nouri, où Abou Bakr al-Baghdadi s’était présenté comme calife en juillet 2014, a été dynamitée mercredi par les djihadistes. Sa physionomie fascinante autant que son histoire en faisait le symbole de Mossoul et le point de mire de la reconquête entamée en octobre par l’armée irakienne et la coalition internationale.

     

    LIEN article :

    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/mossoul-pourquoi-daech-a-d%c3%a9truit-la-tr%c3%a8s-symbolique-mosqu%c3%a9e-al-nouri/ar-BBD1BEh


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique