• Contre une sanction pour le collègue RATP qui a giflé un collégien après un manque de RESPECT

    Par Momo du Rassemblement syndicale RATP (RS-RATP)

    Pétition adressée à Direction de la RATP

    Bonjour à tous les collègues chauffeurs de bus et autocaristes ainsi que tous les autres soutiens.

    Le 13/09/2018 dans la journée, un collégien à traversé la route juste devant son BUS obligeant le collègue à freiner fortement et malmener la clientèle à l’intérieur de son bus. Il a ensuite interpellé le collégien lui faisant une remontrance comme n’importe quels parents l’auraient fait (car lui est papa d’ados aussi), en retour il s’est fait insulter bien plus fort que le stipule le journal "Le parisien", et le collégien à fini par un "FERME TA GUEULE ET CONDUIS TON BUS".
    Nous en tant que collègue nous connaissons bien le chauffeur et il est reconnu par sa gentillesse son calme olympien et sa patience.


    Aujourd’hui il risque la révocation à cause d’un enfant qui a été inconscient et c’est pour cela que nous vous demandons de bien vouloir nous soutenir dans notre démarche afin que le collègue ne perde pas son emploi.

    Les collègues de la RATP vous remercient tous de votre soutien et si aujourd’hui nous sommes obligés d’en arriver là c’est que l’affaire a été médiatisée. 

    Nous ferons en sorte de vous tenir informé de la suite que la RATP apportera.

    Ci-dessous, lien pour pétition :


    5 commentaires
  • Ce soir NDA sur Europe 1 | Damien Lempereur sur CNEWS

    Ce soir NDA sur Europe 1 | Damien Lempereur sur CNEWS


    4 commentaires
  • Les Terriens du dimanche : « affectée » par son clash avec Eric Zemmour, Hapsatou Sy veut porter plainte

    Ce dimanche 16 septembre, Eric Zemmour était l’invité de Thierry Ardisson dans le numéro de rentrée des Terriens du dimanche. Venu assurer la promotion de son nouveau livre, Destin français, le polémiste a rapidement suscité la colère des chroniqueurs présents sur le plateau. Après s’être écharpé avec Natacha Polony au sujet de la théorie du « grand remplacement », l’ancien acolyte d’Eric Naulleau s’est attiré les foudres d’Hapsatou Sy. Et pour cause, cette dernière s’est vue reprocher de porter un prénom à consonance africaine. « Vous voudriez qu’elle m’appelle Marie ou des prénoms qui ne lui inspirent absolument rien ? », a-t-elle demandé en évoquant sa mère. Une question à laquelle Eric Zemmour a répondu par l’affirmative : « Absolument. C'est exactement ce que je veux. Corinne, ça vous irait très bien. »

    Également blessée par les propos qu’Eric Zemmour a tenu au sujet de l’immigration en France, Hapsatou Sy a indiqué qu’il s’agissait « probablement de l’émission la plus douloureuse » qu’elle ait « jamais faite en télévision ». Quelques heures plus tard, la compagne de Vincent Cerutti a même fait savoir qu’elle envisageait de poursuivre l’écrivain en justice. « Je vous informe réfléchir à déposer plainte contre M. Zemmour. Sur le plateau, j’ai subi des insultes graves ainsi que mes parents. Très affectée par la violence de la scène que j’ai eu à vivre et que vous n’avez pas vu ce soir, je réfléchis à quitter l’émission », a-t-elle écrit sur son compte Twitter. Et d’ajouter : « Il ne gagnera pas cette fois. J’ai tous les éléments en ma possession. Il n’en sortira pas indemne. Et pour mes parents et mon identité insultés ce soir, j’irai jusqu’au bout quelques soient les conséquences. À bon entendeur. »

    Voici

    Zemmour a raison. En France, on donne des prénoms français !

    Je ne vois pas en quoi Zemmour l'a insulté !

    Vive Zemmour !


    8 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 05 09 2018


    4 commentaires
  • Elephant Haven : la "maison de retraite" pour éléphants prend peu à peu forme dans le Limousin

    À Bussière-Galant dans le Limousin, Elephant Haven, le premier sanctuaire pour éléphants d'Europe poursuit sa construction. Les 25 et 26 août dernier, des visites guidées étaient exceptionnellement organisées sur le site pour faire découvrir au grand public le projet et l'avancement des travaux. L'occasion de constater que la future maison des éléphants prend peu à peu forme. 

     

    C'était il y a près de deux ans. Nous vous parlions du rêve en apparence fou de deux anciens soigneurs belges, Tony Verhulst et Sofie Goetghebeur : celui de construire une "maison de retraite"pour éléphants. Plus exactement, un sanctuaire, le premier en Europe, visant à accueillir de vieux éléphants issus de cirques ou de zoos afin de leur offrir une retraite paisible loin de toute contrainte. 

    Pour mener à bien leur projet, le couple avait jeté son dévolu sur la France et plus précisément sur Bussière-Galant, une petite commune située dans le Limousin à une quarantaine de kilomètres de Limoges. C'est là qu'ils ont déniché la structure idéale : une ancienne ferme équestre installée sur un terrain de 28 hectares. Entre démarches administratives et travaux, le chemin s'annonçait toutefois long avant de voir naitre la maison de retraite...

    Aujourd'hui, presque deux ans plus tard, le projet semble plus que jamais être en passe de se concrétiser. Après avoir obtenu l'autorisation d'ouverture en août 2017, les travaux avancent à vitesse grand V à Elephant Haven. Les 25 et 26 août dernier, Tony et Sofie ont exceptionnellement ouvert aux visiteurs les portes de leur sanctuaire en construction. L'occasion de constater qu'en quelques mois le site s'est considérablement transformé et que l'arrivée de ses premiers pensionnaires n'est plus si loin. 

    Un premier enclos qui prend forme 

    Là où se tenait il y a quelques mois une simple structure recouverte d'un toit, se dressent aujourd'hui six box encadrés de barreaux en métal. Des box au sol nu ou recouvert de sable qui constitueront le futur abri intérieur des premiers éléphants. C'est ici que les pachydermes pourront à leur guise se réfugier, se reposer ou manger s'ils n'ont pas envie de rester à l'extérieur. C'est également là que les soigneurs prendront soin des éléphants en s'appuyant sur le principe du "contact protégé". 

    Cette structure n'aurait jamais pu voir le jour sans le soutien de plusieurs organisations dont la Fondation Brigitte Bardot et World Animal Protection (WAP) qui ont aidé à financer sa construction. Elle pourra à terme accueillir deux à trois éléphants, uniquement des femelles. De nouvelles "retraitées" dont la "maison" ne se résumera pas à ses six box bien entendu. Au-dehors, c'est un terrain de quatre hectares qui s'offrira aux pachydermes avec arbres, amas de terre et bassin privé.

    Durant la visite, on peut d'ailleurs d'ores et déjà apprécier l'étendue du futur "terrain de jeu" des pensionnaires d'Elephant Haven, cerné par la végétation et baigné par le soleil du Limousin. Mais de nombreux travaux restent à mener avant leur arrivée. L'enclos intérieur doit encore être fermé, isolé et se voir installer un système de chauffage efficace pour offrir les meilleures conditions de vie aux éléphants. Il reste également à installer la clôture d'enceinte bâtie à partir d'immenses poteaux électriques et de câbles de grue de récupération.   

    Heureusement, Sofie et Tony sont loin d'être les seuls impliqués dans la tâche. Depuis le démarrage du projet, ils sont épaulés par de nombreux volontaires qui se succèdent sur le chantier dont ceux de l'association MakiGo qui ont fait de ce projet l'une de leurs missions principales.

    Quand le premier animal arrivera-t-il ?

    Si les quelque 300 visiteurs se sont montrés particulièrement enthousiastes face au projet ce week-end, la question était sans surprise sur toutes les lèvres durant les visites : quand les premiers éléphants arriveront-ils ? On l'ignore encore. "Maintenant on évite de donner une date sur l'arrivée du premier animal", répondent avec prudence, les deux fondateurs au quotidien Populaire du Centre. 

    "Nous espérons avoir bientôt terminé mais sans savoir précisément quand", ajoutent-ils. De même, on ignore également qui seront les futurs pensionnaires et d'où ils proviendront, si ce n'est bien sûr qu'il s'agira d'éléphants actuellement en captivité en Europe et donc déjà habitués à notre climat. Selon les estimations, plus d'une centaine de pachydermes se trouveraient dans des cirques à travers le continent. 

    La première étable pour éléphants ne constitue que la première phase du projet. La deuxième prévoit, une fois l'autorisation nécessaire obtenue, d'aménager le site pour pouvoir accueillir des visiteurs et les sensibiliser, tout en préservant l'intimité des pensionnaires d'Elephant Haven. À terme, deux étables supplémentaires pourraient être rajoutées pour recueillir jusqu'à une dizaine d'éléphants.  

    Pour suivre ou apporter son soutien au projet Elephant Haven, c'est par ici sur le site officiel ou sur les réseaux sociaux

    Pour en savoir plus sur l'association MakiGo, rendez-vous sur le site officiel

    GENTSIDE

    Espérons que cela ouvre bientôt !


    5 commentaires
  • Les Français, des "Gaulois réfractaires" : Macron plaide l'humour

    Emmanuel Macron a réagi jeudi à la propre polémique qu'il avait provoquée, en qualifiant la veille les Français de "Gaulois réfractaires au changement". Comme ses ministres avant lui, le chef de l'Etat a évoqué un "trait d'humour" mais a assumé une part de "vérité" dans sa remarque.

     

    Le "Gaulois" serait "réfractaire au changement" à en croire Emmanuel Macron mais, a ajouté l'intéressé jeudi, il devrait également avoir le sens de l'humour. Le chef de l'Etat a réagi dans la matinée depuis la Finlande à la propre polémique qu'il avait suscitée la veille par ses propos tenus au Danemark. Alors que l'opposition y a vu une marque de mépris supplémentaire de sa part, lui comme les ministres invités jeudi dans les matinales ont fait valoir un "trait d'humour" tout en assumant une partie du propos.

    "Je n'ai pas le sentiment que ce soit un scoop que la France ait été composée de tribus gauloises et c'est pour moi une très grande fierté", a d'abord assuré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse commune avec le président finlandais. "Je le faisais par un trait d'humour dans un discours que j'incite à relire ou réentendre dans son intégralité", a-t-il ajouté, en réexpliquant son propos. "Je suis toujours étonné de voir que des gens qui pensent que c'est mépriser les Français de dire qu'ils ont été des tribus gauloises - les mêmes qui vous expliquent chaque matin qu'on devrait ne rester que Gaulois pour toute l'éternité", a-t-il poursuivi, dans une allusion sans doute à une partie de la droite et l'extrême droite. Et d'appeler à prendre de la "distance" par rapport aux "réseaux sociaux".

    Pas "du mépris que de dire la vérité", assume-t-il

    "Après moi j'aime la France et les Français, n'en déplaise, [...] je les aime ces tribus gauloises", a-t-il encore tenu à faire savoir. Et d'assurer quand même que "ce n'est pas du mépris que de dire les choses et la vérité". "Nous sommes un pays, moi le premier, qui n'aime pas les changements et les ajustements permanents", "si je pensais que nous n'étions que réfractaires, je ne serai pas devant vous et je n'aurais d'ailleurs sans doute pas été élu", a-t-il ajouté, en appelant au "goût de l'intelligence" et à "l"humour" des Français. "J'assume, j'aime notre pays, j'aime notre peuple."

    Au Danemark, Emmanuel Macron avait déclaré devant la communauté française du pays son admiration pour le modèle danois de "flexisécurité", et a admis que les différences culturelles entre Français et Danois ne permettaient pas de le répliquer à l'identique. "Il ne s'agit pas d'être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n'est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement! Encore que! Mais nous avons en commun cette part d'Européen qui nous unit", a-t-il plaisanté. 

     

    Cela "fait partie de notre identité", assure Bruno Le Maire

    Avant lui, le gouvernement avait déjà tenté de prendre la défense du chef de l'Etat. "Moi j'adore Astérix et je crois que les Français adorent ce personnage de BD. Si on ne peut plus manier l'ironie et la plaisanterie et si chaque fois un mot employé est décortiqué, instrumentalisé, on va tous faire de la langue de bois en chêne massif", a ainsi prévenu jeudi sur France 2 le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, en dénonçant "les cris d'orfraie" de "la classe politique".

    Même opinion de la part de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie. "Nous aimons bien la contestation, voilà, cela fait partie de notre identité nationale. Je crois que c'est un simple constat amusé qu'a fait le président de la République", a-t-il déclaré sur Radio Classique. Sa collègue à la Justice, Nicole Belloubet, a elle convenu que "le peuple gaulois n'existe plus depuis longtemps" : "Je n'aime pas les polémiques inutiles, il faut comprendre qu'il y a dans cette formule une forme d'ironie qui n'est pas du tout conforme à la réalité", a expliqué la garde des Sceaux sur France Info.

    Pour Griveaux, c'est la faute des "partis politiques"

    Benjamin Griveaux a même été plus loin en évoquant en fait derrière ces "Gaulois réfractaires" une critique... des opposants. "Les Gaulois réfractaires, ce sont les partis politiques qui depuis trente ans ne veulent rien changer, qui depuis quinze jours nous jouent la 'surviolence' dans les mots, qui veulent retrouver le confortable clivage gauche-droite parce qu'ils l'ont toujours connu", a déclaré le porte-parole du gouvernement. Et de citer par opposition "les Français [qui] ont démontré depuis un an qu'ils avaient fait le pari d'un changement profond en élisant un jeune président de la République". "Ils ont assumé une transformation et ils sont beaucoup moins réfractaires au changement que les partis politiques et les oppositions", a-t-il ajouté, dans une interprétation assez libre des propos d'Emmanuel Macron. 

    Les oppositions en question ont vu derrière cette sortie tout autre chose. "Il est inadmissible d'entendre un président critiquer et caricaturer les Français", a accusé sur Europe 1 le patron des Républicains, Laurent Wauquiez. "Ce n'est pas à la hauteur du rôle d'un président de la République", a-t-il jugé. "Comme d'habitude, il méprise les Français depuis l'étranger! Les 'Gaulois' vont se faire un plaisir de répondre à son arrogance et son mépris", avait de son côté réagi sur Twitter Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national. Les insoumis de Jean-Luc Mélenchon ont pour leur part parlé "d'humiliation" (Alexis Corbière) et de "sottise confondante" (Adrien Quatennens).

    le JDD.fr


    3 commentaires
  • Je donne vie à des pierres en peignant l’esprit que je ressens à l’intérieur de ces dernières 

    Je m’appelle Akie Nakata. À mes yeux, les pierres ne sont pas que de simples matériaux ou de simples toiles pour peindre des tableaux. Parmi toutes les nombreuses pierres trouvées sur la rive d’une rivière, il y a une pierre ressemblant à un animal qui attire mon attention. Quand je trouve une pierre, j’ai parfois l’impression que c’est la pierre qui m’a trouvée. Je crois que les pierres ont leur propre volonté et je me sers des indices qu’elles me donnent pour peindre ce que je vois en elles. 

    Donc, les pierres sur lesquelles je décide de peindre n’ont pas été choisies au hasard. Elles sont mes opposées avec lesquelles j’ai établi un lien, ce qui m’incite à travailler avec ces dernières. Dans mes rencontres avec les pierres et dans mon art, je respecte mes opposées, donc je ne transforme jamais de pierre, et je ne couperais jamais un rebord pour en modifier sa forme. Les pierres ne sont peut-être pas des organismes vivants, mais quand je pense au temps qu’il faut à une pierre pour passer d’un gros rocher à la taille et à la forme qu’elle a, alors qu’elle repose dans ma paume, je sens toute l’histoire de la Terre que la pierre a silencieusement vue défiler au cours des millénaires. Je sens le souffle d’une vie à l’intérieur de chaque pierre, alors parfois, je parle à la pierre pendant que je la peins et la tiens dans ma main. 

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres

    Akie Nakata donne vie à des pierres


    5 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 24 08 2018


    7 commentaires
  • Dordogne: Elle oublie de mettre le frein à main et se fait écraser par sa voiture

    Une femme de 84 ans a été renversée par sa propre voiture, mardi à Saint-Astier (Dordogne), alors qu'elle avait oublié d'enclencher le frein à main du véhicule.

     

    Ce sont les gendarmes de la Dordogne qui rapportent l'histoire sur leur page facebook. Les faits se sont déroulés vers 16h30, au lieu-dit Le Roudier. La femme « stationne sa voiture à proximité du bureau de Poste et quitte son véhicule pour aller chercher son courrier. En contournant l’arrière de son automobile, elle se fait bousculer par celui-ci et chute au sol, derrière l’engin en mouvement. »

    C’est finalement le bras de l'octogénaire « qui arrêtera le mouvement de la roue ». La victime a été évacuée vers l'hôpital de Périgueux, « avec des arrachements musculaires aux deux bras, un traumatisme crânien et des contusions au bassin. »

    20 Minutes


    5 commentaires
  • En Espagne, il y a désormais plus de porcs que d’habitants

    Ceux-là ont la chance d'être dehors !!!

    En Espagne, il y a désormais plus de porcs que d’habitants

    50 millions de cochons pour 47 millions d'habitants, un chiffre insolite qui masque une réalité polémique.

    Le succès international du jambon ibérique est indiscutable. En 2017, 4,3 millions de tonnes de morceaux de porcs ont été préparées sur le territoire espagnol. Pour la première fois, le nombre de porcs est supérieur au nombre d'Espagnols. Les chiffres publiés par le ministère de l'Environnement espagnol s'expliquent par un élevage massif de porcs. Depuis 2013, la population porcine augmente plus vite que la population espagnole : + 9 millions en 5 ans. 

    Cette explosion démographique porcine n'est pas sans susciter des problèmes. Le modèle d'élevage est pointé du doigt, rapporte L'indépendant. Les animaux sont nourris de manière industrielle et peu sont élevés à l'air libre. Idem pour les conditions de travail et d'hygiène dans les abattoirs.

    4e vecteur d'émission de gaz à effet de serre

    Comme tout élevage animal, les conséquences sur l'environnement sont néfastes. La consommation des 50 millions de porcs en eau est supérieure à celle consommée par Séville, Saragosse et Alicante réunies, à raison de 15 litres d'eau par jour et par porc. Avec 23,48 millions de tonnes de CO2 produites, les porcs sont le quatrième vecteur d'émission de gaz à effet de serre derrière le transport (171,5), la production d'électricité (69,8) et l'industrie (63,5).

    Capital

    Faut vraiment que les gens soient cons pour aimer le jambon ibérique !

    Les porcs y sont maltraités comme partout !

    C'est vrai que quand on voit tous les français qui vont en vacances, voire qui passent leur retraite en Espagne faut croire qu'ils se moquent bien de la corrida et de la souffrance des lévriers galgos ! La souffrance animale est le dernier de leurs soucis !


    4 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - DIMANCHE 19 08 2018


    6 commentaires
  • «Mépris envers les Français»: Macron accueille la mère d’un terroriste présumé à Brégançon

    La mère de Thomas Gallay condamné au Maroc pour appartenance présumée à une cellule terroriste a eu une entrevue avec le Président français. De nombreux internautes estiment qu’il y a d’autres personnes qu’Emmanuel Macron aurait dû accueillir en premier lieu.

    Emmanuel Macron a accueilli samedi dans la résidence présidentielle de Brégançon Beatrice Gallay, la mère de Thomas Gallay, un Français condamné à quatre ans de prison au Maroc pour «soutien financier» à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes. Il est accusé d'avoir prêté environ 70 euros à un homme radicalisé.

    Pour Mme Gallay, il s'agissait d'une occasion de plaider la cause de son fils qui réfute ces accusations. Elle espère obtenir le transfert de ce dernier vers la France.

     

    «Je suis rassurée dans le sens où, à partir du moment où il [Emmanuel Macron, ndlr] m'a dit les yeux dans les yeux qu'il allait s'en occuper, j'ai vu qu'il connaissait le dossier de Thomas», a-t-elle déclaré au terme d'une entrevue d'une trentaine de minutes.

    Cette rencontre a provoqué une vive réaction sur la Toile. Certains internautes ont indiqué que le Président français aurait mieux fait de s'occuper d'autres problèmes.

    Une utilisatrice de Twitter s'est indignée que la mère d'un terroriste présumé soit plus considérée par le Président français que les parents des Français assassinés.

    Nombreux ont été ceux qui ont rappelé l'affaire d'Adrien Perez mortellement poignardé le 29 juillet à la sortie d'une boîte de nuit à Meylan, près de Grenoble. Emmanuel Macron n'avait pas réagi à cet assassinat. 

    SPUTNIK


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique