• 2 commentaires
  • Zemmour : “Trappes est désormais une ville musulmane qui n’est plus régie par les lois françaises”

    Deux jours après la sortie médiatique d’un professeur de Trappes qui dénonçait l’emprise islamiste sur les jeunes dans la ville de Trappes où il enseigne, l’essayiste souligne qu’il alerte sur la situation depuis 20 ans. 

    Son témoignage a ému et rappelé de mauvais souvenirs, quatre mois après la décapitation de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine dans le même département. Didier Lemaire dénonçait l’emprise islamiste dans la ville de Trappes (Yvelines) où il travaille, en particulier sur ses élèves. Une situation qui n’étonne guère Éric Zemmour, qui dans l’émission Face à l’info sur CNews, a rappelé qu’il alerte sur la situation dans cette ville depuis 20 ans maintenant malgré « les insultes et les quolibets ». L’essayiste va même plus loin en estimant que Trappes est devenue « une ville musulmane, régie par la loi musulmane, la loi islamique ». Selon lui, « il n’y a plus de loi française là-bas », et Trappes est devenu un terreau de l’islamisme. « C’est un territoire qui n’est plus français, qui n’est plus régie par la loi française, c’est ce que dit ce professeur », insiste-t-il déplorant que l’on fasse « semblant de s’étonner ». 

    Car quelques minutes auparavant, le journaliste de Radio Classique, Dimitri Pavlenko, avait dressé un portrait peu élogieux de Trappes. La ville des Yvelines qui était pourtant historiquement celle qui irriguait le Château de Versailles, a changé du tout au tout en quelques années. Longtemps communiste, ce sont les socialistes qui ont pris le pouvoir en 2001. Et à l’époque, l’ancien maire communiste avait dénoncé le fait que les socialistes aient « échangé la mairie contre une mosquée ». Selon Dimitri Pavlenko, Trappes serait la ville qui compterait le plus de fichés S pour radicalisation (400) et celle qui comptabiliserait le plus gros contingent d’homme partis en Syrie.

    Plus de mixité

    Pour rappel, dans le documentaire néerlandais auquel il a participé, le professeur Didier Lemaire déplorait que sa ville ait changé de visage en l’espace d’à peine deux ans. Sur CNews, il avait fait un constat : « Mes élèves, de façon générale, ne se sentent plus Français du tout […] Ils ont d’autres mœurs, une idéologie qui les sépare de la liberté, de l’égalité. Les filles sont soumises aux garçons. C’est un monde très différent du nôtre. » Il ajoutait encore : « A Trappes, il n’y a plus de lieux mixtes, de coiffeurs mixtes, les cafés ne sont plus ouverts aux femmes maghrébines. Elles ne peuvent plus y entrer sinon elles sont intimidées, menacées. » Face aux menaces qu’il a reçues, il a été placé sous protection policière et aurait décidé de quitter la ville. 

    Zemmour : “Trappes est désormais une ville musulmane qui n’est plus régie par les lois françaises”

    Valeurs Actuelles

    LIEN autre article :

    https://www.valeursactuelles.com/societe/trappes-lislamisme-vaincu-la-republique-60974


    2 commentaires
  • Pétain "sauveur" de Juifs français : Eric Zemmour relaxé

    Le polémiste Eric Zemmour, jugé à Paris pour "contestation de crime contre l'humanité" après avoir soutenu que le maréchal Pétain avait "sauvé" les Juifs français, a été relaxé jeudi.

    Eric Zemmour, déjà condamné pour incitation à la haine raciale fin septembre, avait tenu ces propos le 21 octobre 2019 face à Bernard-Henri Lévy sur la chaîne d'info CNews dont il est un des piliers.

    La 17e chambre du tribunal de Paris a expliqué la relaxe par des propos prononcés "à brûle-pourpoint lors d'un débat sur la guerre en Syrie".

    Tout en reconnaissant toutefois qu'ils contiennent "la négation de la participation (de Pétain) à la politique d'extermination des juifs menée par le régime nazi".

     

    Le parquet avait requis, en décembre, 10 000 euros d'amende à l'encontre du polémiste controversé.

    "C'est avec satisfaction que nous prenons acte de la décision du tribunal qui relaxe Eric Zemmour de l'ignominie de la procédure engagée à son encontre", a déclaré Olivier Pardo, qui défend le chroniqueur de CNews avec Laurence Dauxin-Nedelec. "Que ceux qui instrumentalisent la Shoah pour des bas règlements de comptes politiques osent se regarder en face", ont-ils ajouté.

    "Nous allons immédiatement faire appel"

    "Nous sommes extrêmement déçus par la décision du tribunal, nous considérons que le droit n'a pas été dit", a annoncé Stéphane Lilti, avocat de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui a prévu de faire appel.

    Ces derniers s'étaient constitués partie civile aux côtés de l'association "J'accuse", la Licra, SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

    "Nous allons immédiatement faire appel", a également affirmé Sabrina Goldman, avocate de la Licra, qui dénonce un jugement "qui reconnaît le caractère négationniste des propos" et qui se fonde sur le contexte "alors qu'il avait confirmé, voire aggravé, ses propos durant son audience".

    "Je tiens à répéter ce que j'ai dit, les chiffres parlent d'eux-mêmes : en France, 40% des Juifs étrangers qui ont été exterminés et 90% des Juifs français qui ont survécu", avait soutenu le polémiste à la barre.

    L'Express


    3 commentaires

  • 8 commentaires
  • Affaire Michel Zecler : Eric Zemmour défend les 3 policiers

    Ce lundi 30 novembre, Eric Zemmour a une nouvelle fois fait polémique. Sur le plateau de "Face à l'info" de CNews, le polémiste a donné son point de vue sur l'affaire Michel Zecler et a défendu les trois policiers.

    Eric Zemmour est une nouvelle fois au coeur d'un scandale sans précédent. Le polémiste n'a pas sa langue dans sa poche et dit haut et fort ce qu'il pense. Ce lundi 30 novembre, l'animateur de Cnews a donné son avis bien tranché sur l'affaire Michel Zecler, le producteur de musique qui a été roué de coups par trois policiers. Si cette histoire, et notamment les vidéos ont choqué tout le pays, ce n'est pas le cas d'Eric Zemmour. Dans "Face à l'info", il a soutenu et défendu les trois hommes policiers en précisant que Michel Zecler avait surement ses tords. Il a démarré : "Ce Michel Zecler n’est pas un perdreau de l'année. On découvre qu’il a plusieurs délits et années de prison à son actif..."

    "Je pense que les policiers ont eu peur"

    Eric Zemmour a poursuivi pour justifier l'acte des policiers : "Je pense que les policiers ont eu peur. Je vois mal des policiers se lever un matin et se dire 'tiens, je vais briser ma carrière et je vais taper un type, noir de surcroit, comme ça ça va faire une belle émotion, ça va être formidable.' Non ! Il y a eu un engrenage. Manifestement ils ont eu peur, manifestement, ils ont paniqué. Ça ne veut pas dire qu'ils ont eu raison. J'essaye de comprendre." Il a par ailleurs expliqué, en colère : "Je déteste ce lynchage de 3 pauvres garçons qui doivent être effondrés, qui vont perdre leur boulot et être condamnés. Ils ont été lynchés par tous les réseaux sociaux, la France entière et même le président de la République." Cette prise de position a suscité l'effroi de nombreux internautes.

    Non Stop People


    2 commentaires
  • « Si les Arabes, demain, et les immigrés et tous les gens qui sont venus ici se barrent, vous êtes dans la merde pour faire votre ménage. » Ainsi parlait Éric Dupond-Moretti alors qu’il débattait avec Éric Zemmour de la question migratoire. Sa déclaration de patrimoine publiée par la « Haute Autorité de la transparence de la vie publique » vient, aujourd’hui, faire toute la lumière sur son argumentation.

    Un appartement de 200 m² à Paris et puis un autre de 100 m² (détenu à 50 %), une maison de 300 m² à Nice et une autre, là-haut, dans le ch’Nord, et un appartement en  et un pied-à-terre en Italie détenu, lui aussi, à 50 % ? Qui va en nettoyer les carrelages et les planchers et les salles de bains – et vas-y que j’te frotte – et les peintures à refaire, et les haies à tailler et la pelouse… Et ce satané Zemmour qui propose de renvoyer tout ce personnel de maison en charge de l’entretien des propriétés de l’humaniste du barreau. Quel irresponsable !

    Et la Bentley qu’il faut astiquer ? Et les chromes de la Harley-Davidson ? Et le pont du bateau amarré dans le port de Saint-Jean-Cap-Ferrat ? À part des « plus ou moins » migrants, qui va faire le boulot ? Que devient Dupond-Moretti sans le petit personnel fourni par l’immigration ? Un nabab déchu, propriétaire de biens immobiliers non entretenus, livrés à la végétation, aux squatteurs, au délabrement. Un homme perdu. Un navigateur sur un rafiot prenant l’eau de toutes parts, un Cadet Rousselle aux maisons sans poutres ni chevrons. Ah ah ah ! Ah oui, vraiment ! Éric Zemmour est inconscient (selon la comptine bien connue) !

    Pour ne pas aggraver la situation, par égard à la fragilité psychologique du sujet, nous ne parlerons pas de la montre à 13.000 € et de celle à 25.000 € sans lesquelles le brave homme aurait raté l’heure de son rendez-vous avec les ouvriers agricoles (peut-être) embauchés pour entretenir ses 3,5 hectares de vigne de Collioure. Et les mauvaises herbes d’envahir la terre et le raisin de tourner vinaigre. Plus une seule bouteille, pas le moindre cépage. Zemmour sait-il ce qu’il faut de courage et de sueur à des immigrés peu regardants pour venir à bout de ce labeur rémunéré 10 euros de l’heure ? Que sait-il de l’effort et de la volonté qu’il faut pour tourner la tête, faire celui qui n’a rien vu et rentrer à Paris faire le philanthrope pro-migrant dans un luxueux appartement situé – comme il y a fort à parier – dans un quartier loin, loin de la porte de la Chapelle et de ses campements insalubres ?

    Décidément, Zemmour et ses affiliés n’ont pas de cœur. Insensibles à l’humanisme compassé du ministre de la Justice. Avec une souffrance enfin mise à jour par la Haute Autorité à la transparence, ses arguments sont enfin révélés tels qu’en eux-mêmes. Sans consistance et sans épaisseur. Le ménage est vite fait.

    Boulevard Voltaire


    4 commentaires
  •  !

    Pour ceux qui n'ont pas accès à Canal satellite 

    Je suis naturellement pour Zemmour !

    Cambadélis n'arrête pas de couper Zemmour !


    6 commentaires
  • Pour l'instant, on a rien vu ! Zemmour rêvait t-il ?


    7 commentaires
  • Interview de Zemmour en Suisse par  la chaine Léman bleu


    4 commentaires
  • Émission : Face à l'info du 19/10/20 "Tous ces gens,  j'ai des chiffres j'ai noté", "emmanuel.macron .a dit qu'il a fermé 15 mosquées. alors qu'il y a 152 msq.slf.et 170 msq.fr.mslm. 147 msq.tbn. 71 autres donc plus de 500 qu'on devrait fermer demain", "l'écart entre ce que fait l'état, il dit il ne passeront pas,  il est grotesque ils sont déjà passés". »


    3 commentaires
  • Je l'ai déjà mise ? Et bien je la remets !


    2 commentaires

  • 4 commentaires
  • Eric Zemmour bientôt écarté de CNews ? Le comité d'éthique de Canal+ s'exprime

    Les propos tenus par Eric Zemmour sur les mineurs étrangers isolés le 29 septembre 2020 , dans "Face à l'info" sur CNews, ont à nouveau provoqué un tollé. Face à cet énième écart du polémiste, le comité d'éthique du groupe Canal + à décider de se réunir pour s'interroger sur la place accordée à dernier dans une émission diffusée à une heure de grande écoute. Non Stop People vous en dit plus.

    Eric Zemmour est à nouveau au coeur d'une polémique. Le 29 septembre dernier, dans l'émission "Face à l'info" où il joue les chroniqueurs, le polémiste n'avait pas hésité à donner son point de vue bien tranché sur les mineurs étrangers isolés : "Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont. (…) Tous, tous, tous!" avait-il scandé face à une Christine Kelly à nouveau dépassée par les dires de son collègue.

    Face à cet énième dérapage et face à l'ampleur de la polémique, la présidence du groupe Canal + (le groupe détient la chaîne CNews), a décidé de saisir son propre comité éthique.

    Après s'être longuement entretenu avec la présentatrice de l'émission, Christine Kelly et avec Serge Nedjar, le patron de la rédaction de CNews, le comité composé de 5 membres a assuré que le programme "ne peut pas continuer à être diffusée sous sa forme actuelle". Le comité a également pointé du doigt "un manquement à l'honnêteté" de la part d'Eric Zemmour qui, a fait preuve "d'outrance" avec des propos "contraires à la charte déontologique du groupe".

    Eric Zemmour bientôt écarté de CNews ?

    Si la direction du groupe Canal+ est en pleine réflexion pour modifier l'émission "Face à l'info", la Société des Rédacteurs (SDR) de CNews préconise de faire appel à un contradicteur fort face à Eric Zemmour chaque soir.

    Pas suffisant pour le syndicat + Libre, également auditionné dans ce dossier, qui demande beaucoup plus de précautions : "Il n'y a aucun problème à ce qu'Eric Zemmour s'exprime sur l'antenne, en tant qu'invité parmi d'autres. Mais pas qu'une émission tourne autour de lui, même avec un contradicteur pendant une heure, alors qu'il a été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine. Personne ne songerait à faire débattre Dieudonné tous les jours…" a déclaré le syndicat. En parallèle, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "provocation à la haine raciale" et "injures publiques à caractère raciste". 

    Non Stop  People

    S'il n'y avait plus Zemmour sur C News, je ne regarderai plus cette chaine !

    Zemmour ose dire la vérité ! La décapitation de Samuel Paty en est un bel exemple !!!

    Autre article sur le Parisien :

    https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/affaire-zemmour-le-comite-d-ethique-de-canal-hausse-le-ton-22-10-2020-8404464.php


    2 commentaires
  • Eric Zemmour et ses propos sur les mineurs isolés : le comité d’éthique de Canal+ saisi

    Nouveau rebondissement après lé polémique autour des propos d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés. Selon "Le Parisien", le comité d’éthique de Canal+ a été saisi. Non Stop People vous donne plus de précisions.

    Mardi 29 septembre 2020, Eric Zemmour a tenu des propos chocs concernant les mineurs isolés dans l’émission "Face à l’info" sur CNews. Le polémiste, qui écopait d’une amende de 10 000 euros pour "injure et provocation à la haine" quatre jours plus tôt, a déclaré : "Il faut que ces jeunes ne viennent plus parce qu’ils n’ont rien à faire ici”. Eric Zemmour a ensuite ajouté que les mineurs isolés étaient "tous" des "voleurs, assassins, violeurs". Face à ces propos, l’animatrice Christine Kelly a tenu à se dédouaner expliquant qu'elle lui laissait la "responsabilité de ses propos". L’avis d’Eric Zemmour sur les mineurs isolés a engendré une plainte de l’association SOS Racisme et de multiples signalements au CSA.

    Eric Zemmour a-t-il encore sa place sur CNews ?

    Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "provocation à la haine raciale" et "injures publiques à caractère raciste". La rédaction de CNews, quant à elle, a publié un communiqué dans la foulée. "Nous, journalistes de Cnews, ne sommes pas Éric Zemmour. Nous sommes une rédaction. À ce titre, par l’intermédiaire de la société des rédacteurs, nous condamnons avec la plus grande fermeté les propos tenus par Éric Zemmour sur notre antenne", peut-on lire. Cette affaire est visiblement loin d’être terminée. Selon nos confrères du "Parisien", le comité d'éthique de Canal+ a été saisi et va auditionner l’animatrice Christine Kelly mais aussi le directeur de CNews Serge Nedjar, sans oublier la société des rédacteurs. Le but étant de déterminer si Eric Zemmour a encore sa place au sein de l’émission "Face à l’info", diffusée à une heure de grande écoute entre 19h et 20h.

    Non Stop People

    Cela m'étonnerait que C News se sépare d'Eric Zemmour, c'est lui qui amène le plus grand nombre de téléspectateurs !

    S'il n'y avait plus Zemmour, je ne regarderai plus C News !

    Et il faut bien reconnaître que Zemmour avait raison !


    4 commentaires
  • Symptomatique et suspecté de Covid-19, Eric Zemmour intervient à distance sur CNews et Paris Première

    Ce mercredi 7 octobre, Eric Zemmour a participé à l'émission "Face à l'info" sur CNews en visioconférence, alors qu'il est suspecté de Covid-19. Comme le rapporte Le Parisien, le journaliste a également tourné "Zemmour et Naulleau" pour Paris Première en étant isolé.

    Rendez-vous inhabituel pour les spectateurs de CNews. Ce mercredi, l'émission Face à l'info était de nouveau animée par Christine Kelly, en présence d'Eric Zemmour. Cependant, le journaliste n'était pas en plateau, mais en visioconférence. "Bonsoir à Eric Zemmour qui est exceptionnellement ce soir un peu loin et en même temps proche par FaceTime. Vous n'avez pas pu être là, mais vous êtes là quand même", lance Christine Kelly en début d'émission.

     

    Une fois les débats terminés et ce nouveau numéro arrivé à son terme, la journaliste donne d'autres éléments aux téléspectateurs. "Je voudrais annoncer à nos téléspectateurs et à vous aussi, qu'on a appris à l'instant une suspicion d'un cas de Covid au sein de l'équipe de Face à l'info. La direction générale vient de m'informer qu'en vertu des règles sanitaires, nous sommes tous les cinq mis en septaine. On vous tient au courant. Soyez prudent", conclut-elle. Il semblerait que ce cas suspecté de Covid-19 soit celui d'Eric Zemmour, comme le rapporte Le Parisien. Selon le quotidien, le polémiste est arrivé fiévreux dans les locaux de Paris Première, où il tourne Zemmour et Naulleau. La chaîne a décidé de lui faire passer un test, et de le mettre à l'isolement. C'est donc depuis sa loge qu'il a tourné le troisième numéro de la 10ème saison du programme. 

    télé 7 jours


    1 commentaire
  • Pour signer :

    https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

    Naturellement j'ai signé !


    4 commentaires
  • Eric Zemmour est actuellement au coeur d'une grosse polémique après ses propos concernant les mineurs isolés sur CNews. Face à l'ampleur de cette dernière, il a fait une mise au point ce jeudi 1er octobre dans Face à l'info.

    Il n'en est pas à sa première polémique, mais la dernière en date a particulièrement choqué. Ce mardi 29 septembre, Eric Zemmour a eu des propos pour le moins déplacés concernant les mineurs isolés dans l'émission Face à l'info. Il les a qualifiés de "voleurs", d'"assassins" et de "violeurs". "Il faut que tous ces jeunes, comme le reste de l’immigration, ne viennent plus, parce qu’ils n’ont rien à faire ici. Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont". Christine Kelly, la journaliste qui anime le débat avait alors tenté de modérer ses propos. Mais c'était sans compter sur la pugnacité d'Eric Zemmour : "Vous, vous pensez à ces enfants qui sont en souffrance. Moi, je pense aux femmes qui sont violées par ces gens-là, je pense aux hommes qui sont assassinés par ces gens-là, aux Français qui sont trop brutalisés et traumatisés par ces gamins-là. Il faut arrêter cela. Il faut penser aux Français avant les autres" avait renchéri le polémiste.

    "c'est moi qui suis honni" 

    Depuis cette sortie, les réactions se font nombreuses. L'association SOS Racisme a porté plainte et CNews s'est désolidarisée de ses propos, comme elle l'a annoncé dans un communiqué.

    Eric Zemmour a tenu à mettre les choses au clair ce jeudi 2 octobre dans Face à l'info sur CNews. "Je n'ai jamais prétendu incarner autre chose que mon point de vue. Mes propos n'engagent que moi. C'est moi qui suis honni, c'est moi qui suis critiqué, c'est moi qui suis attaqué en justice, ce n'est ni la rédaction de CNews, ni d'autres personnes. Je sais ce que c'est que la responsabilité". Il a ensuite ajouté : "Quand une féministe prétend que tous les hommes hétérosexuels sont violeurs, personne ne s'émeut", avant de conclure : "Je n'ai absolument rien changé de ce que j'ai dit mardi. Je le redirai aujourd'hui et demain".

    Non Stop People

    Propos polémiques d'Eric Zemmour : Eric Dupond-Moretti s'indigne dans C à vous, "C'est un déversoir de haine !"

    https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/propos-pol%C3%A9miques-d-eric-zemmour-eric-dupond-moretti-s-indigne-dans-c-%C3%A0-vous-c-est-un-d%C3%A9versoir-de-haine-video/ar-BB19ClRP?ocid=msedgntp


    3 commentaires
  • SOS Racisme porte plainte contre Éric Zemmour après ses propos sur les mineurs isolés

    Éric Zemmour va-t-il à nouveau se retrouver devant la justice pour ses propos ? Quatre jours après avoir été condamné à 10.000 euros d'amende pour injure et provocation à la haine, il a de nouveau créé la polémique mardi, sur le plateau de Face à l'info, sur CNews, en déclarant que les migrants mineurs isolés devaient tous être expulsés, et estimant que ces derniers étaient tous "des voleurs, des assassins, des violeurs".

    Lors d'un débat intitulé : "Mineurs isolés, une naïveté française", Eric Zemmour a plaidé pour "une politique de fermeté". Selon le polémiste, "il faut que ces jeunes, tous, ne viennent plus, parce qu'ils n'ont rien à faire ici". Et de marteler : "Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs. C'est tout ce qu'ils sont. Ils faut les renvoyer, il ne faut même pas qu'ils viennent".  Et pour arriver à cet objectif, Éric Zemmour estime que la France devrait être prête à quitter la Cour européenne des droits de l'homme, ainsi que la Convention des droits de l'enfant. 

     

    "Vous, vous pensez aux enfants", dit-il à la journaliste Christine Kelly. "Moi, je pense aux femmes qui sont violées par ces gens-là, aux hommes qui sont assassinés par ces gens-là, aux Français qui sont brutalisés et traumatisés par ces gamins-là. Il faut penser aux Français avant tout". 

    Zemmour "persiste dans la xénophobie"

    Ces propos ont évidemment suscité une vive polémique, y compris au sein de la majorité présidentielle. Christophe Castaner, l'ancien ministre de l'Intérieur et nouveau président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, a fustigé "des inepties et amalgames honteux", tandis qu'Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes de la Diversité, et de l'Égalité des chances, a demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) de saisir le procureur de la République.

    Mêmes condamnations unanimes du côté des associations antiracistes. La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) écrit qu'Éric Zemmour "persiste dans la xénophobie", et que la justice "devra passer sur ses appels à la haine". Enfin, Dominique Sopo, président de SOS Racisme, a annoncé que l'association avait saisi le CSA et déposé plainte "contre ce raciste récidiviste que nous avons fait condamner il y a cinq jours". Le journaliste du Figaro a en effet été condamné vendredi à 10.000 euros d'amende pour injure et provocation à la haine, après sa diatribe sur l'islam et l'immigration en septembre 2019 lors de la "convention de la droite" organisée par des proches de Marion Maréchal.  

    Europe 1

    Zemmour a raison mais il ne faut pas faire du tort à toutes ces nouvelles chances des banlieues !

    Pourtant chaque jour, il y a dans les banlieues, du trafic de drogue, des agressions, des vols, des viols, des meurtres. Que ces associations nous disent qui les commet ?

    Celui qui dit la vérité, il sera exécuté !


    7 commentaires
  • Convention de la droite : Zemmour, condamné à 10 000 euros d’amende, envisage de faire appel

    Le journaliste Eric Zemmour a été condamné, ce vendredi 25 septembre, à 10 000 euros d’amende pour injure publique et provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence en raison d’une religion. 
     
    Cette condamnation vient sanctionner les propos qu’il avait tenus le 28 septembre 2019 lors de son discours d’ouverture de la Convention de la droite, une réunion organisée par des proches de Marion Maréchal.
     
    Son discours avait, à l’époque, fait polémique. Ses propos anti-islam et anti-immigration avaient donné lieu à de nombreuses réactions. La dernière en date est donc celle du tribunal de Paris. Comme le souligne Le Figaro, ce dernier a estimé « qu'en distinguant parmi les Français l'ensemble des musulmans opposés aux '"Français de souche'' et en les désignant, ainsi que les immigrés musulmans vivant en France, non seulement comme des criminels auteurs des attentats de 2015 mais comme d'anciens colonisés devenus colonisateurs », les propos « constituent une exhortation, tantôt implicite tantôt explicite, à la discrimination et à la haine à l'égard de la communauté musulmane et à sa religion ». 
     
    Tout en reconnaissant que « les opinions, même choquantes, doivent pouvoir s'exprimer » la présidente de la 17ème chambre correctionnelle a estimé que « les faits reprochés vont plus loin et outrepassent les limites de la liberté d'expression puisqu'il s'agit de propos injurieux envers une communauté et sa religion ».
     
    Estimant que « que le tribunal n'a pas fait une application juste de la loi»  l’avocat d’Eric Zemmour, annoncé que son client envisageait de faire appel. 

    Valeurs Actuelles

    Zemmour n'avait pourtant dit que la vérité ! On le constate chaque jour en France !

    Autre article :

    https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2019/09/30/les-journalistes-du-figaro-interpellent-leur-direction-sur-le-cas-eric-zemmour_6013680_3236.html


    2 commentaires
  • Eric Zemmour mis en examen après ses propos contre Hapsatou Sy

    En septembre 2018, Eric Zemmour avait fait éclater une virulente polémique après ses propos envers Hapsatou Sy. Le polémiste est désormais mis en examen. Non Stop People vous en dit plus.

    Les passages devant la justice s’enchaînent pour Eric Zemmour. Que ce soit en tant que victime après la condamnation de son agresseur qui l'avait poursuivi dans les rues de Paris, ou en tant qu'accusé. Cette fois-ci, c'est la polémique qu'il avait déclenché en septembre 2018 dans Terriens du dimanche en qualifiant le prénom d'Hapsatou Sy comme "une insulte à la France", qui le poursuit devant les juges. Sur Twitter, le journaliste de Loopsider David Perrotin, a rapporté ce jeudi 17 septembre qu'Eric Zemmour a été mis en examen pour injure à caractère racial. 

    Hapsatou Sy avait décidé de porter plainte

    "Après les propos tenus par Éric Zemmour contre la chroniqueuse Hapsatou Sy qui aurait dû s'appeler 'Corinne', une plainte a été déposée. Zemmour a été convoqué par le juge cet été et a été mis en examen cette semaine pour injure à caractère racial. C'est Éric Dupond-Moretti qui représentait Hapsatou Sy. Étant devenu ministre, c'est Antoine Vey (son associé) qui défend l'animatrice", a indiqué le journaliste. Suite aux propos polémiques du polémiste envers son identité, Hapsatou Sy avait décidé de porter plainte près d'un mois après les faits. Après cette altercation, la chroniqueuse avait été victime de messages d’insultes et de haines. Mais Hapsatou Sy ne s'est jamais laissée faire, quitte à tacler Eric Zemmour après son agression en avril dernier. "Ce qui me choque et m’indigne, c’est cette indignation sélective qui consisterait à dire que l’agression d’Éric Zemmour est plus grave que celles des autres (…) Éric Zemmour est pour moi quelqu’un qui incite à la haine. Là, il a pour moi la définition et les conséquences de ce que c’est que l’incitation à la haine", avait-elle dénoncé en story sur Instagram. 

    David Perrotin
     @davidperrotin
     
    1/2 Après les propos tenus par Éric Zemmour contre la chroniqueuse @HapsatouSy qui aurait dû s'appeler "Corine", une plainte a été déposée. Zemmour a été convoqué par le juge cet été et a été mis en examen cette semaine pour injure à caractère racial.
     
    Non Stop People

    3 commentaires

  • 6 commentaires
  • Eric Zemmour : trois mois de prison avec sursis pour l’homme qui l'avait filmé et injurié dans la rue  Télé7Jours Il y a 3 heures

    Les menaces et insultes proférées par l'homme, qui avait lui-même partagé les vidéos sur les réseaux sociaux, lui ont valu trois mois de prison avec sursis.

    Le jeudi 30 avril dernier, un homme s'était fièrement filmer en train de suivre Eric Zemmour dans la rue pendant une vingtaine de secondes, tout en lui lançant des grossièretés. Quelques heures plus tard, il postait une nouvelle vidéo dans laquelle il affirmait avoir craché sur le chroniqueur controversé de CNews, en pleine période de confinement, mais était ensuite revenu sur ses déclarations face au tollé : "En le voyant, je me suis laissé emporter. Je n’avais ni l’intention, ni l’envie de l’agresser physiquement (…). Je ne lui ai pas craché dessus. On peut voir dans une vidéo publiée par la suite me vanter de lui avoir craché dessus, mais c’est complètement faux".

    Copieusement insulté et menacé en pleine rue par ce passant, Eric Zemmour avait obtenu de très nombreux soutiens de la part de personnalités médiatiques, avant que le parquet de Paris n'annonce deux jours plus tard l'ouverture d'une enquête pour "violences" et "menaces" menée par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). 

    Ce mercredi 9 septembre, l'auteur des vidéos s'est expliqué devant le tribunal. Originaire d'Orléans, il a 28 ans et travaille dans une association d’aide aux enfants en difficulté : "Je n’avais ni l’intention de nuire à son intégrité physique ni lui faire peur. Je ne pense pas lui avoir fait peur.  Je n’avais pas envisagé que la vidéo soit autant relayée. (...) Je ne cache pas m’être fait remonter les bretelles par toute la direction de l’association. Je n’ai pas montré le bon exemple". Jugé pour "menace réitérée de crime", le prévenu a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris, a interdiction d'être en contact avec Eric Zemmour et suivra un stage de citoyenneté pour "apprendre à réfléchir un peu sur ce qu'est la loi".

    Télé 7 jours


    4 commentaires