• Certains usagers du compteur Linky à Verfeil (Haute-Garonne) déplorent l’augmentation de leur facture d’électricité, cet hiver. Ils accusent les compteurs, nouvellement installés, d’être à l’origine de ce phénomène, ce que réfute cependant la société Enedis.

    Certains particuliers de Verfeil (Haute-Garonne) s’insurgent actuellement d’une augmentation du prix de leur consommation en électricité et suspectent l’installation du compteur Linky d’être à l’origine ce phénomène, relate Actu Toulouse. Certains de ces boîtiers ont été installés depuis cet automne.

    Une utilisatrice déplore notamment que sa « facture a doublé » sur les mois de novembre et décembre, quand une autre estime qu’elle a subi « plus de 800 € d’écart entre 2019 et 2020 », relate le média local. Un habitant de la commune explique également n’avoir changé « rien changé dans [s] on quotidien » et avoir reçu « une régularisation de 1 300 € » à régler.

    Enedis réfute tout rapport avec l’installation du compteur Linky

    La société Enedis réfute cependant tout rapport entre l’installation du compteur et l’augmentation du prix sur la consommation d’électricité. « La facturation continue d’être établie sur la base de l’énergie active consommée (en kWh) par le client, comme elle l’était avec les compteurs anciennes générations », explique-t-elle.

    L’entreprise explique qu’une telle hausse pourrait être liée au confinement. Elle ajoute que le mois de janvier a été particulièrement froid au niveau des températures. Une autre explication serait le passage d’une consommation estimée à une consommation réelle en énergie, relate Actu Toulouse.

    Ouest-France


    4 commentaires

  • 5 commentaires
  • Cette séquence de Capital avec cette famille française qui fraude l'État et touche illégalement plus de 2000 euros par mois choque totalement les téléspectateurs de M6.

    2,8 millions de téléspectateurs étaient devant M6 dimanche 17 janvier pour regarder un nouveau numéro de “Capital”. Et c'est peu dire qu'ils ont halluciné devant ce qu'ils ont vu. Pendant près de deux heures, les équipes du magazine de l'économie ont dévoilé comment certains Français fraudaient l'État, comment l'État laissaient tomber certaines personnes, et ont également donné quelques clés pour ne plus passer à côté des aides sociales ou de leur retraite. Une émission riche en informations et en désillusions car rien ne semble simple en France, pays du monde qui offre le plus d'aides à sa population.

     

    “Aides sociales, retraites, révélations sur un énorme gaspillage” était le thème de “Capital”.

    Après avoir conté l'histoire d'un homme qui a escroqué les allocations familiales de plus de 48.000 euros pendant huit ans en se déclarant au RSA en France alors qu'il vivait en Afrique et ne sera pénalisé que sur trois ans pour une somme d'un peu plus de 14.000 euros, c'est celle d'une famille avec un couple et quatre enfants qui a été abordée. Dans le reportage de “Capital”, un contrôleur se concentre sur le dossier de cette famille car il a un doute. En cumulé, elle touche 2.150 euros d'aides sociales de la part de l'état Français. Mais le contrôleur pense que ces personnes ne vivent pas en France, à Marseille, et touchent donc illégalement ces aides. En vérifiant les comptes liés à l'électricité et au téléphone ou encore le listing des écoles des quatre enfants, il se rend compte qu'il n'y a rien. Aucune trace de cette famille en France alors qu'elle perçoit chaque mois plus de 2.000 euros d'aides sociales. Le contrôleur les soupçonnent de vivre à l'étranger, en Israël plus exactement, se fiant aux informations récoltées sur le compte Facebook de l'un des enfants. Pour en avoir le cœur net, il fait une chose qui n'arrive que dans 1% des cas précise M6 : se déplacer à l'adresse indiquée dans le dossier pour aller voir cette famille. Sans surprise, il ne trouve pas la famille en question au rdv fixé mais la maman de l'un des parents. Qui explique que sa fille est partie depuis un mois à l'étranger et qu'elle-même vit aussi à l'étranger mais est venu faire un peu de ménage. Or, le contrôleur sait que depuis 2015, cette femme qui lui parle vit dans cet appartement comme en atteste le paiement des loyers et le nom sur la boîte aux lettres.  

    Pendant cinq ans, la famille visée par le contrôleur a donc touché plus de 2.000 euros par mois, soit une fraude de plus de 100.000 euros comme cela est précisé dans “Capital” par les contrôleurs. Cette incroyable situation a totalement choqué les téléspectateurs de M6 qui se demandent comme cela a pu arriver. C'est vrai que c'est incroyable. 

    GQ


    5 commentaires

  • 2 commentaires
  • Augmentation du prix des timbres

    Timbres

    Les tarifs du courrier vont augmenter de 4,7% en moyenne au 1er janvier et tous les timbres ordinaires coûteront désormais plus d'un euro.

    Le prix du timbre vert - pour un pli distribué en 48 heures en France métropolitaine - pour les particuliers va passer de 97 centimes à 1,08 euro (+11,3%) et celui du timbre rouge - pour une lettre prioritaire théoriquement distribuée le lendemain - de 1,16 à 1,28 euro (+10,3%). Quant à l'"Ecopli" - formule la moins chère pour un envoi en quatre jours en moyenne, avec un timbre gris -, il va augmenter de 95 centimes à 1,06 euro (+11,6%).


    3 commentaires
  • Simple loi des séries ou inexorable mouvement ?

    Le défilé de hausses annoncées des tarifs régulés de vente (TRV) de l'électricité continue. Après les calculs du fournisseur alternatif Planète OUI montrant un renchérissement d'une trentaine d'euros par ménage et par an dès la mi-janvier, nouveau coup de bambou avec l'annonce par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d'une nouvelle hausse. Elle prendra effet à partir du 1er août prochain, pour monter progressivement en puissance et atteindre une quinzaine d'euros par ménage et par an dès 2024.

    En cause, le renchérissement de la taxe de transport de l'électricité, le TURPE (tarif d'utilisation du réseau public d'électricité), dans le cadre de sa sixième version. Or le transport de l'électricité à travers le réseau — qu'il s'agisse des 106 000 km de lignes haute tension de RTE, ou des 1,4 million de km de lignes moyenne et basse tension d'Enedis — rentre pour un tiers dans la composition des TRV. Un autre tiers est lié directement à la production ou l'achat, ainsi qu'aux coûts commerciaux. Le troisième tiers dépend directement de la fiscalité.

     

    « Le TURPE 6 prend en compte la maintenance mais aussi la modernisation des réseaux, ainsi que les orientations françaises et européennes pour réussir la transition énergétique, explique-t-on à la CRE. Dans ce contexte, Enedis prévoit 69 milliards d'euros d'investissements et RTE 33 milliards d'euros sur les quinze prochaines années. » Des investissements qu'il faut bien financer. En partie grâce aux factures payées par les ménages. Rappelons néanmoins que les tarifs de l'électricité ont bondi de plus de 50 % au cours de ces dix dernières années.

    Le Parisien


    4 commentaires
  • Le salaire minimum en France va être augmenté de 0,99% au 1er janvier, a annoncé mercredi 16 décembre la ministre du Travail. Au micro de LCI, elle a également précisé que cela ferait passer le Smic horaire brut de 10,15 à 10,25 euros, soit une augmentation d'environ 15 euros par mois.

    "Ça peut paraître peu", a admis Elisabeth Borne, qui devait soumettre cette proposition dans la matinée de mercredi au conseil des ministres. "Il faut aussi avoir en tête qu'on a une inflation qui est proche de zéro et donc c'est la plus forte hausse de pouvoir d'achat depuis les 10 dernières années."

    Jean Castex avait déjà prévenu en début de mois qu'il n'y aurait "vraisemblablement pas" de coup de pouce au Smic, conformément aux préconisations des conseillers économiques du gouvernement. Le Premier ministre avait alors estimé que l'augmentation du salaire minimum en 2021 serait en conséquence de 1% à 1,2%.

    franceinfo

    Quelle énorme hausse de salaire !


    3 commentaires
  • Les arnaques sont nombreuses et variées, méfiez-vous : arnaque au "virement immédiat"faux SMS... Cette fois-ci, la gendarmerie du Tarn-et-Garonne a alerté contre un nouveau phénomène apparu cette année : l'arnaque au "billet avalé". Dans un message de prévention partagé sur Facebook, les internautes peuvent prendre connaissance du mode opératoire de cette escroquerie d'un nouveau genre, visant à dérober les cartes bancaires des victimes.

    Une arnaque bien rodée

    "Alors que la victime effectue un retrait dans un distributeur de billets, l'auteur (homme ou femme) positionné derrière elle, lui fait remarquer qu'elle a oublié de récupérer un billet et qu'il a été avalé par la machine. Il lui demande de réintroduire sa carte bancaire dans le lecteur et de retaper le code. L'auteur en profite pour mémoriser le code", explique la gendarmerie dans son post Facebook, en date du mercredi 2 septembre.

    "Comme il ne se passe rien, l'auteur propose de débloquer la machine en introduisant sa propre carte. Discrètement il en profite pour récupérer celle de victime et lui fait croire que les deux cartes ont été avalées", poursuit le message. Après avoir récupéré la carte bancaire de leur victime, les malfaiteurs procèdent à des retraits d'argent ainsi que des paiements dans des commerces.

    Pendant les heures de fermeture

    La gendarmerie précise bien que les faits se déroulent pendant les heures de fermeture des banques"Soyez vigilants ! Si vous assistez à ce type de fait, faites le 17, nous interviendrons", conclut le message diffusé sur le réseau social, que vous pouvez découvrir ci-dessous :

    Gentside


    3 commentaires

  • 3 commentaires
  • Eric Dupond-Moretti : découvrez son colossal patrimoine, rendu public

    Ce mardi 24 novembre, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a dévoilé le patrimoine des ministres du gouvernement. Eric Dupond-Moretti fait indéniablement partie de plus riches.

    Quand il a été nommé à la tête du ministère de la Justice, Eric Dupond-Moretti savait qu'il allait devoir se plier à un exercice qui ne lui plait pas, mais alors, pas du tout : rendre publique sa déclaration de patrimoine. Questionné sur le sujet par Apolline de Malherbe, sur BFM TV, en juillet dernier, Éric Dupond-Moretti a expliqué pourquoi il souhaitait garder pour lui certaines choses : "Mes enfants ne savent pas ce que j’ai gagné, pour une raison simple, c’est que j’avais envie de leur donner le goût de l'effort et le goût du travail [...] Et voilà que tout cela va être dévoilé à la France entière et une partie de ceux qui vont aller là vont y aller avec gourmandise. J’estime que c’est du ressort de ma vie privée". Puis il a ajouté cette phrase qui avait choqué de nombreux internautes, à l'époque : "Je n’aime pas la transparence, je n’aime pas la transperscance". Le jour tant craint par le garde des Sceaux est arrivé : ce mardi 24 novembre, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a dévoilé les déclarations d’intérêts et de patrimoine des membres du gouvernement de Jean Castex, dont celui d'Eric Dupond-Moretti.

    A l'abri

    Les médisants pourront dire qu'ils comprennent, maintenant, pourquoi l'avocat n'était pas farouchement emballé à l'idée de dévoiler son patrimoine : celui-ci est tout simplement faramineuxCapital, qui a épluché la déclaration, en dévoile les informations importantes. D'abord, Eric Dupond-Moretti est multi-propriétaire : une maison de 300 mètres carrés à Nice, une autre dans les Hauts-de-France, et un appartement de 200 m2 à Paris. Ça ne s'arrête pas là, parce que le ministre a aussi la moitié d'un autre appartement dans la capitale, ainsi que 50% des parts d'un bien en Italie.

    Des biens acquis grâce à des revenus colossaux obtenus par pléthore d'activités. En tant qu'avocat, Eric Dupond-Moretti déclare une rémunération de 600 000 euros sur l'année 2019. Ensuite, c'est en tant qu'acteur, comédien, ou auteur qu'EDM met du beurre dans les épinards. Son spectacle Eric Dupond-Moretti, à la barre, lui a permis de toucher 88 983 euros en 2019, payés par la société de production, et peu ou prou la même somme (89 277 euros) par le théâtre de la Madeleine. De bien belles sommes, aujourd'hui publiques.

    Voici


    4 commentaires
  • Le gouvernement de Jean Castex serait le plus cher de la Ve République. C'est en tout cas ce que révèle Le Canard enchaîné. Le chiffre avancé de 185 millions d’euros fait grincer des dents.

    À peine quatre mois qu'il est arrivé à Matignon et Jean Castex est déjà dans la tourmente. Alors que la France est confrontée à une deuxième vague du coronavirus très importante, ce n'est pas sa gestion de la crise sanitaire qui est remise en question, mais plutôt le salaire de ses ministres. En effet, dans le nouveau numéro du Canard Enchaîné, on apprend que le total des salaires des membres de son gouvernement s'élève à 185 millions d'euros. Un montant astronomique qui peut en partie s'expliquer par une nette augmentation des effectifs. En effet, alors que le gouvernement d'Edouard Philippe comptait 34 ministres et secrétaires d'État, dans celui de Jean Castex, on en compte 43. D'après l'hebdomadaire, "le montant total des rémunérations des ministres, des secrétaires d’État, des conseillers et des personnels de type chauffeurs ou huissiers a augmenté de 47% depuis le dernier gouvernement Philippe". Un constat qui place l'actuel gouvernement à la première place des gouvernements les plus chers sous la Ve République.

    Le salaire moyen d'un membre du gouvernement a diminué en un an

    D'après les calculs réalisés par Le Canard enchaîné, le salaire moyen d’un membre de cabinet ministériel s’élèverait à "8.737 euros, contre 7.624 en 2016". En revanche, en un an, l'ancien député et spécialiste des dépenses de l'Etat, René Dosière, actuellement président de l'Observatoire de l'éthique publique, a rappelé que la rémunération moyenne avait baissé puisqu'elle était de 9.160 euros en 2019. Il estime également qu'il n'est pas normal qu'en raison de certaines primes qui peuvent être données à certains acteurs de la vie de l'Etat, des fonctionnaires, exerçant en cabinets ministériels, perçoivent une rémunération supérieure à celle de leur ministre. D'après René Dosière, ce serait notamment le cas aux ministères de la Santé, des Armées, de l'Enseignement supérieur, de l'Économie ou de la Transition écologique.

    Femme actuelle


    3 commentaires
  • Depuis mars, les Français ont mis environ 100 milliards d'euros de côté

    Le confinement a conduit les Français à fortement épargner, au détriment de la consommation qui peine à repartir d'un bon pied, malgré les messages d'optimisme du gouvernement. Cette frilosité à dépenser, alors que les revenus ont été préservés par les mesures de chômage partiel, se mesure au gonflement de l'épargne, dont le taux a augmenté de 12 points pour s'établir à 27,4% au deuxième trimestre. Depuis mars, les Français ont ainsi mis de côté une somme colossale : environ 100 milliards d'euros, selon les chiffres de l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee) vendredi.

    LIEN de l'article :

    https://www.msn.com/fr-fr/finance/economie/depuis-mars-les-fran%c3%a7ais-ont-mis-environ-100-milliards-deuros-de-c%c3%b4t%c3%a9/ar-BB18sIxL?ocid=msedgntp#image=1


    9 commentaires
  • Visionner la vidéo puis ... Après avoir vu cela, n'oubliez pas de vérifier le poids lors de votre achat !... enfin AVANT.  

    On est vraiment pris pour des pigeons ... voire des cons ! Excellente arnaque que j'étais loin d'imaginer !  

    Dorénavant, faisons peser directement nos sachets dans le rayon fruits et légumes et demandons une explication à la direction, en alertant au passage quelques clients ... Ça devrait bien marcher !  

    Faites le test de la pesée la prochaine fois que vous achèterez les fruits ou légumes déjà emballés dans votre supermarché !

    Faites Tourner ... à diffuser LARGEMENT ...  

    Le pire c'est le BIO ... Et quelle que soit l'Enseigne !  

    Je n’avais jamais pensé à repeser ... Dommage !  

     


    5 commentaires
  • Le prix du timbre augmentera de 4,7% au 1er janvier 2021

    Alors qu'une hausse de 4,7% a déjà eu lieu au début de l'année, La Poste a indiqué jeudi qu'elle procédera de nouveau à des ajustements tarifaires au 1er janvier 2021. Les tarifs du courrier augmenteront ainsi du même pourcentage en moyenne l'an prochain. Ils seront tous à plus d'un euro...

     

    Dans le détail, le prix de la Lettre verte, actuellement de 0,97 euro, s'élèvera à 1,08 euro (+11,3%), tandis que le timbre prioritaire passera de 1,16 euro à 1,28 euro (+10,3%). "Ainsi l'avantage tarifaire entre la Lettre verte, économique et écologique, et la Lettre prioritaire est renforcé et est porté à 20 centimes, contre 19 centimes actuellement", a indiqué La Poste dans un communiqué.

    Validée par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), cette évolution des tarifs "permet d'assurer la pérennité du service universel avec une qualité élevée dans un contexte d'accélération de la baisse des volumes du courrier, et de continuer à moderniser les offres pour répondre aux usages et aux besoins de ses clients", justifie le groupe public.

    Une ristourne de 3% pour ceux qui achètent en ligne

    Pour "simplifier la vie de ses clients", La Poste rappelle également qu'elle propose son service de vente en ligne de timbres à imprimer chez soi. Les clients pourront alors bénéficier, sur cette gamme, d'une remise de 3% par rapport au tarif public classique, pour les timbres rouges comme pour les timbres verts.

    Pour l'"Ecopli", l'affranchissement le moins cher proposé par La Poste pour un envoi effectué en quatre jours, avec un timbre gris, il augmentera de 95 centimes à 1,06 euro (+11,6%). Par ailleurs, l'autocollant de "suivi" qui permet de disposer d'informations sur l'acheminement et la distribution des envois, prioritaires ou pas, passera de 45 à 48 centimes.

    En 2020, les ménages ont dépensé 39 euros en produits postaux

    Les tarifs des colis postaux classiques envoyés en France (Colissimo) augmenteront de 1,6% au 1er janvier, mais le paquet de moins de 250 grammes restera au même prix, soit 4,95 euros. "Ce tarif est stable depuis 2018, pour rendre accessible l'envoi de petits objets", précise La Poste. Par ailleurs, pour les entreprises, les tarifs du courrier industriel de gestion grimperont de 3,9% et ceux du marketing direct de 0,7%.

    Cette année, les ménages français devraient dépenser en moyenne environ 39 euros en produits postaux. Selon le groupe public, "compte tenu de la hausse des tarifs et de la baisse de la consommation de courrier et de colis", la dépense moyenne des ménages en produits postaux devrait se limiter à 37 euros en 2021...

    Microsoft actualités - Boursier.com


    2 commentaires
  • L'Autorité des marchés financiers avait ouvert une enquête en 2016, année où EDF a pris la décision finale d'investir dans le projet Hinkley Point qui consiste à édifier deux réacteurs à eau pressurisée de type EPR dans le Somerset (sud-ouest de l'Angleterre).*

     

    "Le 21 octobre 2013, EDF a annoncé avoir conclu avec le gouvernement britannique un accord sur les principaux termes commerciaux des contrats relatifs au projet HPC, parmi lesquels figurait la confirmation que le projet HPC bénéficierait d'une garantie de financement du gouvernement britannique, selon des conditions et termes à définir", rappelle l'AMF.

    "Puis, dans un communiqué du 8 octobre 2014, faisant état de l'approbation par la Commission européenne des accords relatifs au projet HPC au regard de la réglementation sur les aides d'Etat, EDF informait le marché que suite à la décision de la Commission, +les principaux éléments des accords d'octobre 2013 restent inchangés [...] ".

    50.000 euros d'amende pour Henri Proglio

    Le régulateur boursier a estimé qu'en employant le terme "inchangé" dans son communiqué, EDF a "diffusé une information fausse, susceptible de fixer le cours du titre à un niveau anormal ou artificiel" puisque "des changements significatifs étaient intervenus sur le schéma de financement par dette garantie".

        

    L'AMF considère que ce "manquement était également caractérisé à l'encontre de M. Proglio, président-directeur général d'EDF à la date du communiqué litigieux, responsable de l'information financière de la société et qui en avait revu le contenu avant publication".

    L'ex-PDG a également écopé d'"une sanction pécuniaire de 50.000 euros" qui était en fonction "à la date du communiqué litigieux", selon un communiqué de l'AMF.

    Interrogé par l'AFP, EDF n'a pas souhaité faire de commentaire.

    BFM business


    3 commentaires
  • C'est une aide attendue tous les ans par plus de trois millions de familles, coup de pouce pour l'achat de fournitures ou matériels pour les enfants à l'école, au collège ou au lycée. L'allocation de rentrée scolaire sera versée le 4 août à la Réunion et Mayotte, puis le 18 août en métropole et dans les autres DOM (Martinique, Guadeloupe, Guyane), a annoncé mercredi le ministère des Solidarités.

    Le Premier ministre Jean Castex l'avait annoncé le 15 juillet lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale : cette année, l'allocation sera augmentée exceptionnellement de 100 euros, en raison des « conséquences sociales de la crise épidémique ».

    L'allocation de rentrée scolaire (ARS) passe donc cette année à 469,97 euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans (après 368,84 euros en 2019), à 490,39 euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans (389,19 euros l'an dernier) et à 503,91 euros pour un enfant âgé de 15 à 18 ans (402,67 euros en 2019), a précisé le ministère.

    Elle est versée pour « chaque enfant scolarisé né entre le 16 septembre 2002 et le 31 décembre 2014 inclus », ainsi que « chaque enfant né après cette date et déjà inscrit en CP », selon le communiqué. Elle concerne aussi les apprentis, indique la Caisse d'allocations familiales (CAF) sur son site.

    Attribuée sous conditions de ressources

    L'ARS sera versée aux parents dont les revenus annuels de 2018 étaient inférieurs à 25 093 euros pour un enfant à charge au 31 juillet de cette année, 30 884 euros pour deux enfants à charge ou 36 675 euros pour trois enfants à charge. A Mayotte, d'autres plafonds de ressources s'appliquent.

    C'est « une mesure de solidarité pour nos enfants, afin qu'ils puissent reprendre l'école avec tout ce qu'il leur faut dans la trousse et dans le cartable pour bien apprendre », a relevé le ministre des Solidarités, Olivier Véran, cité mercredi par ses services.

    Le Parisien

    Certains pourront s'acheter une nouvelle télé !


    4 commentaires
  • Un médecin du Cher a été mis en examen pour « escroquerie aggravée » au préjudice de la Sécurité sociale. L’enquête menée par la police judiciaire fait état d’un détournement de plus d’un million d’euros.

    Un pédiatre de 65 ans, dont des patients font l’éloge notamment sur des avis publiés sur internet, est poursuivi pour une fraude de très grande ampleur. Cet homme, installé à Bourges et à Vierzon (Cher), a été mis en examen ce mercredi pour « escroquerie aggravée », rapporte Le Parisien. Il est soupçonné d’avoir détourné près d’1,2 million d’euro d’argent public en usant d’un stratagème aussi simple qu’efficace, durant des années.

    En analysant les chiffres qui lui sont remontés, l’Assurance maladie a remarqué que le pédiatre facturait beaucoup plus d’actes que ses confrères. Près de la moitié des consultations pédiatriques du département lui étaient remboursées.

     

    Une anomalie conséquente, qui a poussé la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) à déposer plainte en début d’année, provoquant l’ouverture d’une enquête menée par la police judiciaire d’Orléans (Loiret). Durant leurs investigations, les policiers ont découvert que le médecin gonflait ses honoraires très facilement.

    « Lorsqu’il réalisait un test de surdité, il ne facturait pas seulement le patient qu’il avait examiné, mais passait la carte vitale de toute une fratrie. Cela lui permettait d’être remboursé pour plusieurs actes médicaux au lieu d’un seul », a confié une source judiciaire au quotidien francilien.

    Des actes facturés indûment

    D’autres fois, le pédiatre facturait un test de vue à certains patients presque toutes les semaines. L’acte étant plus rémunérateur qu’une simple consultation, l’opération était très rentable. Les policiers ont déterminé qu’il facturait aussi l’Assurance maladie pour des actes qu’il n’avait pas pratiqués. La plupart des patients, bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU), ne payaient pas la consultation et ne se rendaient ainsi compte de rien.

    Ce mardi matin, les limiers de la police judiciaire sont venus interpeller le médecin à son domicile. Il a été placé en garde à vue. Les policiers ont alors pu apprécier le niveau de vie du sexagénaire. Leurs investigations leur ont permis d’apprendre qu’il détenait un important patrimoine immobilier au Liban, d’où il est originaire, mais aussi en France, a indiqué le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue.

    Des bénéficiaires de la CMU facturés par le praticien ?

    Par ailleurs, les enquêteurs ont constaté que ses comptes bancaires abritaient plus de 300 000 euros. Lors des perquisitions menées dans la foulée, ils ont découvert des lettres de patients plutôt compromettantes. Certains d’entre eux lui reprochaient d’avoir payé la consultation mais être dans l’impossibilité de se faire rembourser par la Sécurité sociale.

    Le juge d’instruction en charge de l’information judiciaire en cours devra également déterminer si le pédiatre faisait aussi payer les consultations aux bénéficiaires de la CMU, qui en sont normalement exempts. Malgré sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire, le médecin peut continuer d’exercer !

    ACTU 17


    2 commentaires
  • De riches membres haut placés de la mafia calabraise ont indûment perçu des aides sociales destinées aux Italiens les plus pauvres. Le détournement d’argent est important, et les mis en cause vont devoir rembourser.

    Plus d’une centaine de mafieux de la ‘Ndrangheta, la puissante mafia calabraise, ont demandé à bénéficier, et perçu, le « revenu de citoyenneté » de la part de l’Etat, relate La Repubblica. Il s’agit d’une aide sociale destinée aux Italiens vivant sous le seuil de pauvreté.

    L’enquête menée par la Guardia di Finanza (la police douanière et financière italienne, ndlr) a mis au jour un vaste détournement de cet argent, qui s’adresse au cinq millions d’Italiens les plus pauvres, pour favoriser leur réinsertion et la relance de la croissance économique par la demande. À titre indicatif, le montant du revenu de citoyenneté est de 780 euros par mois pour une personne seule.

    Des membres haut placés de la mafia calabraise

    L’enquête visait plus de 500 personnes, mais au final seule une centaine d’entre elles devront rembourser les sommes indûment perçues. Au total, l’Etat devrait ainsi récupérer 516 000 euros détournés par les suspects durant des mois.

    101 mafieux sont dans le collimateur de la justice italienne, dont des personnages richissimes, proches de « boss » de la ‘Ndrangheta ou ayant un « rôle hiérarchique » au sein de cette organisation criminelle, indique la police de Calabre dans un communiqué.

    Au tableau des mis en cause figurent notamment des enfants de Roberto Pannunzi, surnommé le « Pablo Escobar » italien. Ce mafieux en cavale depuis des années après une évasion « est unanimement considéré par les enquêteurs italiens et américains comme un des plus importants [trafiquants] mondiaux de cocaïne, et qui se vantait de ne pas compter l’argent mais de le peser », selon les autorités italiennes.

    Le beau-fils d’un producteur de cocaïne de Medellín

    Son fils Alessandro Pannunzi, mis en cause dans cette affaire, est le mari « de la fille de l’un des principaux producteurs colombiens de cocaïne, installé à Medellín », précise la police. Tout comme son père, Alessandro a fait ses armes dans le milieu du trafic international de cocaïne.

    Il avait été interpellé en 2018, avant de ressortir de prison un an plus tard. C’est à ce moment-là qu’il avait fait une demande pour percevoir le revenu de citoyenneté. Une aide sociale obtenue malgré qu’il n’ait pas fourni d’information sur sa domiciliation. Des saisies seront certainement nécessaires aux autorités du pays pour récupérer l’argent.

    ACTU 178

    Les services sociaux italiens aussi stupides qu'en France !


    2 commentaires
  • En plus de l’attestation dérogatoire de déplacement, il est nécessaire de remplir un justificatif de déplacement professionnel pour les personnes qui se rendent à leur travail durant la période de confinement.

    Un second formulaire a été mis en ligne par le gouvernement ce mardi matin, en plus de l’attestation dérogatoire de déplacement à remplir à chaque sortie.

    Il s’agit d’un « justificatif de déplacement professionnel » pour tout ceux qui vont au travail, à faire remplir par son employeur. Le document reste valable pour toute la période de confinement et doit être présenté avec l’attestation dérogatoire de déplacement, qui est à remplir pour chaque sortie.

    En cas de non-présentation de ce second formulaire lors d’un contrôle par les forces de l’ordre, la contravention sera là aussi d’un montant allant jusqu’à 135 euros !

    ACTU 17

    Macron a encore trouvé une combine pour piquer le pognon des français !


    10 commentaires
  • 1 500 euros. C’est le montant que devra verser l’Etat à un détenu à la suite d’un vice de forme dans une procédure disciplinaire initiée à son encontre et pour laquelle il a saisi le tribunal administratif.

    Un détenu du centre pénitentiaire de Nantes (Loire-Atlantique) avait réussi à se procurer des DVD pornographiques pendant sa détention. Alors qu’il était incarcéré depuis 4 ans, cet homme originaire de La Bosse-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) avait été sanctionné après la découverte de 81 DVD pornographiques dans sa cellule.

    La direction de l’établissement pénitentiaire lui avait délivré un avertissement pour cette « infraction au règlement intérieur ».

    Une absence de motivation

    Le 30 août 2017, le détenu avait émis une demande de communication des motifs de cet avertissement en bonne et due forme. Mais il n’avait jamais obtenu de réponse, rapporte le quotidien L’Éclaireur de Chateaubriand.

    Problème : le code des relations entre le public et l’administration prévoit que « les motifs de toute décision implicite de rejet [doivent] être communiqués dans le mois suivant la demande ». L’homme, âgé aujourd’hui de 43 ans, a donc attaqué cette sanction au tribunal administratif et a eu gain de cause.

    1 500 € de frais d’avocat

    L’administration pénitentiaire n’a pas indiqué « les dispositions précises du règlement intérieur de l’établissement […] qu’il n’aurait pas respectées. La ministre [de la Justice] n’apporte pas davantage de précision sur ce point dans son mémoire en défense », a déclaré l’autorité.

    Dans ses conclusions, le tribunal administratif de Nantes a jugé que le plaignant était « fondé à soutenir que la décision attaquée est entachée d’un défaut de motivation ». En conséquence, il a condamné l’Etat à verser 1 500 euros au requérant pour ses frais d’avocat.

    ACTU 17

    On marche sur la tête !


    5 commentaires
  • Interrogé en commission d'enquête parlementaire, le magistrat a évoqué de nouveaux documents et s'est montré plus alarmiste que jamais.

    «L'administration fait-elle la politique de l'autruche ?» C'est la question que se posait à haute voix le député Patrick Hetzel (LR), président de la commission d'enquête parlementaire sur la fraude aux prestations sociales, après l'audition de Charles Prats, mardi dernier. En cause, de nouveaux documents officiels à partir desquels le magistrat, qui a fait de l'estimation de la fraude sociale un cheval de bataille, calcule une perte potentielle de l'ordre de 30 milliards d'euros, bien loin des estimations de la Sécurité sociale, qui chiffre la fraude à quelques centaines de millions d'euros au maximum.

    À l'appui de cette nouvelle démonstration, un document publié le 7 novembre dernier : la réponse des pouvoirs publics à une question posée par une précédente commission d'enquête parlementaire. À la rentrée, la députée Carole Grandjean (LREM ) et la sénatrice UDI Nathalie Goulet (UDI) avaient demandé au ministère des Solidarités et de la Santé le nombre de «NIR actifs», c’est-à-dire le nombre de comptes au format spécifique aux personnes nées à l'étranger, et capables de recevoir des prestations sociales (excluant donc les cartes désactivées).

    Dans les pages du Journal Officiel de la République Française, l'administration concernée disait recenser 12.392.865 personnes nés à l'étranger «disposant d'un droit ouvert à recevoir au moins une prestation sociale». Et c'est sur la base de ce nouveau groupe d'assurés que Charles Prats relève une première incohérence : selon l'Insee, il existe 8,2 millions de personnes, immigrées ou non, nés à l'étranger en France. Pourquoi un tel écart?

    En retranchant les retraités vivant à l'étranger (1,1 million) et les régimes spécifiques à la Polynésie et à la Nouvelle-Calédonie, le magistrat aboutit au chiffre de 2,4 millions de personnes nées à l'étranger actives en surnombre dans le système de la Sécurité sociale française. C'est en se basant sur une dépense moyenne nationale de 11.800 euros par NIR que le magistrat déclare que la fraude potentielle pourrait atteindre «30 milliards d'euros par an».

    42% des bénéficiaires d'allocations familiales «nés à l'étranger»?

    Dans le détail, d'autres incohérences surgissent, qui font douter le magistrat : sur les plus de 12 millions d'assurés nés à l'étranger selon le ministère, 86% auraient un droit ouvert aux prestations maladie, 43% seraient en situation de recevoir des prestations familiales et 33% auraient des droits à la retraite. En confrontant ces pourcentages aux statistiques sur les bénéficiaires d'aides sociales en France, cela ferait par exemple 42% des bénéficiaires d'allocations familiales qui seraient nés à l'étranger, ou encore un cinquième des retraités en France qui seraient nés à l'étranger... Des chiffres incohérents, selon le magistrat, sauf à imaginer des compte de sécu surnuméraires, support d'une fraude de grande échelle.

    Contactée par Le Figaro, la direction de la Sécurité sociale renvoie à son communiqué du 13 février faisant état de 609.000 cartes Vitale en surnombre, et souligne que «cela ne signifie pas qu’il y a des fraudes ou de la consommation de soins avec ces cartes Vitale». En commission, le magistrat évoquait pourtant ce point : «quand on est dans la branche famille, c'est qu'on touche tous les mois... Même chose pour la branche vieillesse avec le versement d'une retraite». Affaire à suivre.

    Le Figaro


    3 commentaires
  • Strasbourg : Attention, une « arnaque au petit chiot » de race sévit sur Internet

    La police nationale du Bas-Rhin a reçu plusieurs plaintes concernant l’achat de chiot de race sur Internet et alerte les consommateurs

     

    Vous vous êtes peut-être dit en consultant une petite annonce sur Internet qu’il « a une bonne bouille ce petit chiot et que c’est une bonne affaire. Presque irrésistible. » Attention, c’est peut-être une arnaque… La police nationale du Bas-Rhin alerte en effet sur une escroquerie qui sévit sur le net et dont plusieurs personnes ont fait les frais.

    « Les plaintes se multiplient », précise le Service accueil et plaintes du commissariat central de Strasbourg. « Plus de deux à trois par semaine », précise la police auxquelles s’ajoutent d’autres plaintes pour différents animaux, exotiques et en tout genre. « Les victimes ont perdu plusieurs centaines d’euros, parfois beaucoup plus. »

    Classiques mais récurrentes, les plaintes des arnaques à l’emploi avec l’encaissement d’un chèque (volé) ou bien encore sur les sites de rencontres augmentent assure le commissariat. Mieux vaut donc rester sur ses gardes car il semble très « rare de se faire rembourser la somme dépensée, reconnaît la police, car ces réseaux sont souvent basés à l’étranger et difficilement accessibles. »

    Simple et redoutable

    Le principe est simple et donc redoutable : la petite annonce propose des chiots de race, gratuitement. Une personne peut prétendre par exemple en avoir plusieurs et ne pas pouvoir s’en occuper… Objectif du malfaiteur ? Mettre en confiance sa future victime. Seule contrepartie pour obtenir l’animal, payer des frais de transport… Et pour les payer, rien de plus simple que de le faire avec une recharge PCS, une carte prépayée, achetée simplement au bureau de tabac assure l’escroc.

    Problème, le chiot n’arrive jamais. Puis il est évoqué un problème de frais de vétérinaire, de douanes… Au final, l’arnaqueur fait acheter plusieurs cartes PCS à sa victime, qui ne verra jamais, bien évidemment, l’animal.

    Si les cartes prépayées (PCS) présentent de nombreux avantages, elles sont aussi souvent utilisées par les escrocs qui « appâtent habilement les victimes en jouant sur leurs faiblesses », détaille la police. Le mieux ajoute cette dernière, est de se méfier lorsqu’une « une trop bonne affaire se présente à vous » et que l’on vous demande dans le même temps de payer via des tickets PCS rechargeables.

    20 Minutes

    Quelle idée d'acheter un chiot sur internet, faut être con !

    Quand on veut acheter un chiot, on se donne la peine de se déplacer pour le voir !


    3 commentaires
  • D'après le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), sur 250 produits achetés en ligne, les deux tiers ne respectaient pas la législation européenne en matière de sécurité.

    Des chargeurs USB qui provoquent des chocs électriques, des détecteurs de fumée inefficaces ou encore des vêtements pour enfants pouvant mener à la suffocation ... Le Bureau européen de consommateurs (BEUC) a alerté ce lundi sur la dangerosité des produits achetés en ligne, sur des sites comme Amazon, eBay, AliExpress ou encore Wish.

    Le BEUC regroupe 45 organisations nationales de consommateurs indépendantes, présentes dans 32 pays. Parmi elles, six associations ont testé 250 produits de janvier 2019 à janvier 2020. Chargeurs USB, jouets pour enfants, détecteurs de fumée, cosmétiques ... 18 types de produits ont été contrôlés. Résultats: les deux tiers ne respectent pas la législation européenne en termes de sécurité.

    Des achats en ligne peu «sécurisés»

    Plusieurs problèmes ont été relevés. Sur les sept détecteurs de fumée ou de monoxyde de carbone testés, la totalité n'était pas capable de détecter un niveau mortel de gaz, par exemple. Autres anomalies repérées: des jouets contenant des substances chimiques deux fois supérieures à la réglementation, des chargeurs USB provoquant des chocs électriques, des bijoux dont la teneur en nickel était trop élevée ou encore des vêtements pour enfants aux cordons trop longs et pouvant provoquer des suffocations.

    Les produits contrôlés ont d'abord été soumis à un examen visuel, parfois suffisant. D'autres produits comme les poupées en plastiques, les alarmes incendies, les bijoux ou encore des guirlandes de Noël, ont été étudiées dans un laboratoire. Ces tests montrent «que les achats en ligne ne sont pas aussi sécurisés que dans le monde hors-ligne, a commenté Monique Goyens, la directrice générale du Beuc, dans le communiquéLa raison est simple: les marchés ne parviennent pas à empêcher l'apparition de produits dangereux sur leurs sites».

    «Les groupes de consommateurs ont signalé à plusieurs reprises les produits dangereux, après quoi les marchés ont supprimé la liste. Mais cela ne peut pas devenir un modus operandi pour assurer la sécurité des consommateurs, car des produits similaires réapparaissent», a-t-elle ajouté. L'association britannique Which?, l'un des six groupes à avoir mené cette enquête, a ainsi précisé dans son propre communiqué avoir alerté à plusieurs reprises sur la dangerosité de sièges auto pour enfants vendus sur eBay, entre autres. Which? assure avoir prévenu eBay en 2017 que ces sièges ne respectaient pas les normes européennes, après quoi ils avaient été retirés de la vente. Mais, en 2019, ils étaient de nouveau réapparus sur eBay.

    Le Beuc appelle l'UE à réglementer les marchés en ligne

    En août 2019, des journalistes du Wall Street Journal ont également révélé que plus de 4000 produits présents sur la plateforme d'Amazon pouvaient être considérés comme dangereux ou non conformes. En réalité, ce sont les vendeurs tiers qui sont mis en cause car Amazon n'est pas responsable des produits vendus. Le site de e-commerce est toutefois en charge de la sélection des vendeurs qui doivent, eux, satisfaire à des critères de qualité. Le Wall Street Journal avait ainsi pris en exemple la mort d'un client du Missouri dans un accident de la route, alors qu'il portait un casque acheté sur Amazon. Casque qui était non conforme à la réglementation du ministère des transports des États-Unis. La cour de Philadelphie avait alors estimé que l'entreprise avait la «pleine capacité, à sa seule discrétion, de supprimer tous les produits dangereux de son site».

    Pratiquement un an plus tôt, en décembre 2018, c'était la Direction générale de la concurrence (DGCCRF) qui avait publié une enquête sur les produits de Noël vendus en ligne. Sur 46 objets testés par la DGCCRF et vendus sur des plateformes en ligne comme Amazon, Cdiscount, eBay, Fnac.com ou encore Aliexpress, 75% étaient «non conformes» et 39 % représentaient un «danger pour les consommateurs». Les entreprises de e-commerce avaient alors été contactées par l'organisme afin qu'elles retirent ces produits dangereux.

    «Il est temps que l'Union européenne rende les marchés en ligne responsables des produits dangereux vendus sur leurs sites, et que les autorités les placent sous un examen approfondi», a souligné Monique Goyens, la directrice générale du Beuc. D'après elle, il s'agirait du «moyen le plus efficace» pour «empêcher les consommateurs d'être exposés à des produits dangereux».

    Le Figaro


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique