• 3 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - MERCREDI 08 05 2019 Armistice 1945

    CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - MERCREDI 08 05 2019 Armistice 1945

    CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - MERCREDI 08 05 2019 Armistice 1945

     

    Je vous souhaite une bonne journée


    5 commentaires
  • Le mémorial d'Auschwitz appelle ses visiteurs à faire preuve de décence

    De nombreuses photos de visiteurs du camp d'extermination Auschwitz-Birkenau ont suscité l'indignation sur les réseaux sociaux. Le mémorial a appelé ses visiteurs à faire preuve de décence.

     

    «Rappelez-vous que vous vous tenez sur un site où 1 million de personnes ont été tuées». Le 20 mars dernier, le compte officiel du mémorial d’Auschwitz a appelé ses visiteurs sur Twitter à faire preuve d’un peu plus de décence lorsqu’ils se photographient et partagent leurs portraits sur les réseaux sociaux.

    Les photos se comptent par centaines. Sur Instagram, il suffit de rechercher via le hashtag «Auschwitz» pour tomber sur des clichés de visiteurs se mettant en scène dans le camp d’extermination nazi de manière inappropriée. Les hashtags «travel» [voyage], «lookslikefilm» [comme dans les films], «concentrationcamp» [camp de concentration] ou «photooftheday» [photo du jour] légendent les images, visiblement retouchées pour les rendre plus jolies.

    "Ces gens n’ont pas conscience du lieu où ils se trouvent"

    Les poses sont toutes plus originales les unes que les autres : debout en équilibre sur les rails, le regard rêveur entre deux baraquements ou encore le selfie devant la citation «Arbeit macht frei» [le travail rend libre] à l’entrée du camp… «Ils veulent faire la photo qui n’a encore jamais été faite», avance Tal Bruttmann, auteur du livre «Auschwitz».

    L’historien constate qu’à chacune de ses visites, il a pu observer «au moins une personne voulant faire une photo "fun" dans le camp». «Ces gens n’ont pas conscience du lieu où ils se trouvent». «À l’entrée, toutes les interdictions sont rappelées. Si elles sont formulées c’est qu’elles ont déjà été enfreintes. Il y a des choses hallucinantes, comme l’interdiction de jouer de la guitare ou de se balader en maillot de bain», souligne-t-il.

    "Une fascination de la morbidité et de la violence"

    Alya Aglan, professeure à la Sorbonne et historienne spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, observe qu’«il y a une dérive des réseaux sociaux» : «On veut se montrer là-bas comme si ce lieu était un produit marketing. C’est grave que les gens ne puissent pas se retenir de faire une mise en scène de soi totalement répugnante». Celle qui n’a jamais souhaité visiter un quelconque camp nazi constate qu’il y a «une fascination de la morbidité et de la violence» : «Ces gens qui se rendent à Auschwitz-Birkenau, ont-ils réellement compris le sens de leur visite ?» L’interrogation reste sans réponse.

    Sur Twitter, le mémorial a rappelé que «prendre des photos est important», tout en soulignant qu'«ils devraient savoir où ils se trouvent. [...] Heureusement que de telles images sont rares. Mais il vaudrait mieux ne pas en avoir du tout».

    En 2017, Shahak Shapira, un artiste israélien installé à Berlin, avait effectué de nombreux montages où il remplaçait les selfies trouvés sur les réseaux sociaux dans le contexte de l'horreur des camps de la mort. Sur la page du projet nommé «Yolocaust», l’artiste rappelle que «les touristes ont compris le message, ont présenté leurs excuses et ont décidé de supprimer les selfies de leurs comptes Facebook et Instagram».

    Paris Match


    3 commentaires
  •  

    Documentaire de Christine Le Goff et Gary Glassman (France, 2010, 1h21mn)

     

    Les cathédrales dévoilées : histoire de la construction des chefs-d’œuvre de l'art gothique dont Notre-Dame de Paris

    Véritable révolution architecturale, les cathédrales, nées au milieu du XIIe siècle, ont profondément transformé le paysage français, et permis aux bâtisseurs de satisfaire leur quête de lumière et de gigantisme. Scrutant la pierre, le vitrail et le fer, une nouvelle génération de chercheurs est sur le point de réécrire leur histoire.

    Véritable révolution architecturale, les cathédrales, nées au milieu du XIIe siècle, ont profondément transformé le paysage français, et permis aux bâtisseurs de satisfaire leur quête de lumière et de gigantisme. On les résume souvent à l'arc brisé, à la voûte d'ogives et à l'arc-boutant. Or, des découvertes récentes ont dévoilé une réalité plus complexe. Si les arcs-boutants de Noyon ne furent ajoutés qu'après coup, en revanche, à Paris, ils apparurent plus tôt qu'on ne l'affirmait, dès le XIIe siècle. Scrutant la pierre, le vitrail et le fer, une nouvelle génération de chercheurs est sur le point de réécrire l'histoire des cathédrales.

     

    ARTE : Vous pouvez retrouver la partie dédiée à Notre-Dame de Paris à partir de 24:03 mn

    Les cathédrales dévoilées | ARTE


    4 commentaires
  • On parle surtout de Notre Dame de Paris mais pas que ... Très intéressant !


    7 commentaires
  • Cette vidéo est un résumé de l'histoire des juifs retraçant les grandes étapes qui ont marqué les juifs à travers le monde

    Le conflit israélo-palestinien - Résumé depuis 1917  


    3 commentaires
  • Macron et Sarkozy ensemble sur le plateau des Glières dimanche

    Le moment sera solennel. Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy se rendront ensemble en Haute-Savoie, dimanche, sur le plateau des Glières, haut lieu de la Résistance à l'occupation allemande. Ils y commémoreront les 75 ans de la bataille durant laquelle une centaine de maquisards furent tués par des soldats allemands, en 1944. Les deux hommes, qui voyageront ensemble - comme l'a indiqué l'Élysée au Figaro confirmant une information de LCI - leur rendront hommage dimanche matin, lors d'une cérémonie à la nécropole nationale de Morette, à Thônes, sur ce petit bout de terre entre le lac d'Annecy et le lac Léman. Emmanuel Macron y prononcera un discours et déposera une gerbe pour saluer leur mémoire.

     

    La présence de Nicolas Sarkozy sur ce paisible plateau du massif des Bornes ne doit rien au hasard. Pendant la campagne présidentielle de 2007, le candidat UMP de l'époque avait promis de revenir tous les ans. Une fois à l'Élysée, le président avait fait du plateau des Glières son lieu de pèlerinage incontournable. Il y louait chaque année l'esprit de «résistance». La symbolique de ce haut lieu a essaimé dans toute la classe politique. Même Jean-Luc Mélenchon, pendant la campagne de 2012, avait évoqué le plateau des Glières comme lieu d'un éventuel premier déplacement présidentiel aux allures de «symbole».

    Dans les pas de Charles de Gaulle et François Mitterrand

    Emmanuel Macron se rendra ensuite au monument à la Résistance, érigé en 1973, avant de déjeuner avec des élus. En commémorant le 75e anniversaire des combats du plateau des Glières, il met ses pas dans ceux de Charles de Gaulle, venu rendre hommage aux maquisards en novembre 1944, quelques mois après la Libération. Et de François Mitterrand, qui avait salué leur mémoire en avril 1994.

    Invité aux commémorations du 70e anniversaire des combats, en mars 2014, le socialiste François Hollande avait décliné l'invitation, refroidi par la publication du Maquis des Glières: mythe et réalité. Un ouvrage de l'historien Claude Barbier, coédité par le ministère de la Défense, qui ne conteste pas le drame des Glières mais décrit une version moins héroïque que celle qui est présentée depuis la Libération.

    Le Figaro.fr


    3 commentaires
  • Israël salue la mort de l'espion qui avait capturé le nazi Adolf Eichman

     

    Un maître espion de l'histoire du Mossad est mort. Rafi Eitan s'est éteint à l'âge de 92 ans à Tel Aviv. Il avait dirigé la mission de capture à Buenos Aires du nazi Adolf Eichmann, l'exécuteur de la «solution finale», exfiltré en Israël pour y être jugé et pendu en 1962.

    Personnage hors norme, Rafi Eitan n'hésitait pas à reconnaître qu'il exerçait un métier de voyou dans lequel il faut mettre la morale de côté. «Tout travail de renseignement implique une collaboration avec le crime» disait-il. Petit et d'apparence négligée, Rafi Eitan voyait mal et était un peu sourd mais son efficacité était exceptionnelle. 

    Le rapt en Argentine du responsable de la mort de six millions de Juifs lui a valu d'être élevé au rang de légende. «Ce fut l'une des opérations les plus simples que j'ai menée» avait-il raconté. «Vous le frappez sur l'épaule droite, vous tournez l'épaule gauche vers vous, vous verrouillez la tête entre les deux mains et vous le traînez. J'ai commencé à sentir ses cicatrices et j'ai réalisé: c'est lui. J'ai chanté en silence la chanson des partisans: «Nous sommes ici.»

    Protégé par la petite communauté des nostalgiques du troisième Reich, Adolf Eichmann pensait couler des jours paisibles à Buenos Aires quand il fut enlevé en 1960 en pleine rue devant son domicile par un commando. Séquestré dans une cave, il fut transporté vers Tel Aviv à bord d'un avion d'El Al drogué et revêtu d'un uniforme de la compagnie aérienne israélienne.

    Rafi Eitan n'est pas parvenu en revanche à mettre la main sur le docteur Josef Mengele, le bourreau du camp de concentration d'Auschwitz. Le criminel de guerre avait été repéré et photographié lui aussi à Buenos Aires mais les agents secrets n'avaient pas voulu courir deux lièvres à la fois. Mengele avait échappé quelques semaines plus tard au maître espion en se réfugiant au Paraguay puis le Mossad qui s'attendait à une guerre avec les pays arabes avait eu «d'autres priorités».

    Rafi Eitan a participé à des centaines d'opérations durant sa carrière. Il a joué un rôle dans l' «Opération Damoclès», une campagne secrète conduite en 1962 par le Mossad pour contrer la mise au point par l'Egypte de Nasser de missiles contenant des déchets radioactifs. Les engins étaient élaborés avec l'aide de scientifiques allemands employés autrefois par les Nazis !

    L'espion a également conseillé les Marocains dans l'affaire Ben Barka, l'opposant du roi Hassan enlevé en 1965 à Paris. Selon son témoignage, il a suggéré au général Dlimi, le chef des services de sécurité marocains qui lui demandait comment se débarrasser du corps, de dissoudre le cadavre dans la soude caustique. Une technique utilisée à l'époque pour éliminer les charognes de chevaux dans les kibboutz.

    L'affaire Jonathan Pollard a sonné le glas de son parcours en 1985. Rafi Eitan était en effet l'agent traitant de ce juif américain, employé comme conseiller de la marine américaine, devenu un espion à la solde de l'Etat hébreu. Démasqué, Pollard fut arrêté et envoyé en prison pour 30 ans. Le scandale avait provoqué une grave crise diplomatique entre les Etats-Unis et son allié. Et, Rafi Eitan avait été accusé d'avoir ordonné à l'ambassade d'Israël à Washington de refuser de donner l'asile à Pollard lorsque celui-ci avait tenté de s'y réfugier. «Je l'ai jeté dehors» a reconnu plus tard Rafi Eitan ajoutant qu'il n'avait aucun regret. Dans une interview accordée à la veille de la libération de l'espion, voici quatre ans, il avait déclaré: «rétrospectivement, cette affaire a été une grosse erreur».

    Nommé conseiller antiterroriste du premier ministre Menachem Begin, il s'était un temps reconverti dans les affaires et s'adonnait à la sculpture. Il faut aussi ministre des Affaires des retraités dans le cabinet d'Ehud Olmert. Sa mort a suscité un rare éloge funèbre du service de sécurité intérieure israélien, le Shin Bet. «Rafi a mené une dizaine d'opérations historiques qui resteront secrètes encore pour de nombreuses années» a déclaré son chef Nadav Argaman.

    Le Figaro.fr - De notre correspondant à Jérusalem


    3 commentaires
  • Quand la firme Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz

    Le capitalisme pue la mort et son histoire est une rivière de sang. Voilà, par exemple, le vrai visage de la firme colossale Bayer qui vient de se payer Monsanto pour 59 milliards d’euros.

    Quand la firme Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz

    Sous le régime nazi, Bayer, alors filiale du consortium chimique IG Farben, procéda à de nombreuses expériences médicales sur des déportés qu’elle se procurait dans les camps de concentration. 

    Quand la firme Bayer achetait des lots de femmes à Auschwitz

    Voici des extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz, publiées dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant.

    Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943.

    Première lettre :
    » En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous. »

    Deuxième lettre :
    » Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. «

    Troisième lettre :
    » D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. «

    Quatrième lettre :
    » Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. «

    Cinquième lettre :
    » Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. «

    IG Farben, le consortium de Bayer, a également fournit aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz, et a massivement exploité la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines.

    Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique, malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

    Et maintenant, à quand le Nuremberg du capitalisme?

    Copyright Terre Promise © Elishean/2009-2015/Terre Promise


    4 commentaires
  • Coluche : Une lettre inédite explique son retrait de la présidentielle de 1981

    La présidentielle de 1981 a été marquée par le phénomène Coluche. Fort d'un score plus que correct dans les sondages, en mars il décide de quitter la course à l'Elysée et explique ses raisons à Romain Goupil à travers une lettre, dévoilée dans son intégralité.

    Beaucoup de parallèles pourraient être faits entre Coluche aux présidentielles de 1981 et les Gilets Jaunes. Le comédien marquait la surprise en obtenant un très bon score dans les sondages, ralliant derrière lui "tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques". Mais en mars 1981, Coluche annonçait son retrait de la campagne, décision très regrettée par ces Français qui ne se retrouvaient dans aucun candidat.

    Romain Goupil, le destinataire

    Laurent Telo, pour M Le magazine du Monde, a mené l'enquête sur cette campagne marquante du comédien préféré des Français. Cette enquête l'a mené jusqu'à Romain Goupil, l'ancien "Directeur de campagne" de Coluche. Ce dernier a alors dévoilé une lettre écrite par l'ancien candidat, expliquant son retrait. 

    Une lettre au contenu très actuel

    "J’arrête. Je ne suis plus candidat. Je suis interdit à la radio, à la télé, tous ceux qui ont essayé de me soutenir se sont fait virer, la grande presse fait le silence". L'humoriste explique qu'il voulait simplement "s'amuser et amuser les autres dans une période d’une grande tristesse et d’un grand sérieux." 

    Il continue ensuite avec des mots qui résonnent incroyablement aujourd'hui. "J’espère qu’un jour la France aura un gouvernement qui s’occupe des Français plus que des intérêts de sa famille et de ses copains. J’espère qu’un jour les jeunes pourront se promener dans les rues sans que la police ne les agresse., Qu'un jour les vieux auront une retraite décente et qu’ils pourront s’arrêter de travailler à un âge où l’on peut encore profiter de la vie." La lettre est à découvrir dans la vidéo lié à l'article.

    Alors qu'il était crédité de 16% d'intentions de vote, il mentionne l'énorme pression qu'il a dû subir ainsi que les menaces de mort dont il était victime. Il conclut alors sa lettre par un triste "Amusez-vous bien mais sans moi." 

    Cinq ans plus tard, en 1986, Coluche est mort dans un accident de moto, laissant les Resto du Cœur orphelin de son créateur.

    Oh My Mag


    6 commentaires
  • Au Mexique, quand des familles disparaissent en cherchant leurs disparus

    © Fournis par AFP Du personnel médico-légal travaille à l'exhumation de restes humains à Huitzuco de los Figueroa, le 21 janvier 2019

    LIEN de l'article :

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/au-mexique-quand-des-familles-disparaissent-en-cherchant-leurs-disparus/ar-BBUwdFE?ocid=PerDHP 

     

    Le Mexique, un pays où il ne fait pas bon vivre !


    4 commentaires
  • 0:07 Street Market in Paris 1:54 Outdoor beauty contest in Nice 2:36 Busy street scenes in Paris 4:49 Promenade and beach scenes in Deauville 7:27 Dog show and horse auction in Deauville 8:09 Banquet for elderly folks in Aquitaine 9:26 Ceremony at the University of Paris/Sorbonne (including Albert Einstein) 10:12 Spectators attending a horse race at the Auteuil Hippodrome in Paris 12:13 Water fountains in Versailles 12:37 Group in front of Paris parliament building, PM briefly speaks 13:12 Street processions in Paris 14:02 Restored church bells in Roubaix.


    4 commentaires