• Hautes-Pyrénées : la préfecture dit oui à Fipso pour son projet de ferme aux 6000 porcs près de Tarbes

      

    Hautes-Pyrénées : la préfecture dit oui à Fipso pour son projet de ferme aux 6000 porcs près de Tarbes

    L’entreprise béarnaise d’élevage porcin Fipso veut construire une porcherie industrielle capable d’accueillir 6000 cochons par an, à Ossun (Hautes-Pyrénées)

     

    La préfecture des Hautes-Pyrénées a accepté mercredi l’enregistrement d’un projet contesté de porcherie industrielle, entre Lourdes et Tarbes, pouvant accueillir jusqu’à 6420 porcs par an, provoquant la colère des opposants qui mettent en garde contre des "nuisances importantes".

    Porté par la société Sélec’Porc, filiale à 100% de l’entreprise Fipso, basée à Lahontan dans le Béarn, ce projet prévoit la construction d’un bâtiment de 2600 m2 sur le site d’une ancienne porcherie sur la commune d’Ossun. Cette exploitation pourrait recevoir 2928 porcs et porcelets de manière permanente dans le but d’y être engraissés, sur un modèle breton d’élevage intensif hors-sol.

     

    "No Porcharan"

    "L’instruction qui a été conduite pendant sept mois par les services de l’Etat, en toute impartialité et neutralité, a permis de conclure que le dossier était complet et conforme à la réglementation en vigueur. Il n’y a donc pas, en droit, d’éléments qui me permettent de dire 'je refuse d’enregistrer ce dossier’ ", a déclaré Brice Blondel, le préfet des Hautes-Pyrénées.

    La rédaction vous conseille

    Monsieur le Préfet cherche l’affrontement, il l’aura", a réagi de son côté Michel Hourné, membre de l’association "No Porcharan", qui s’est constituée en décembre contre le projet. "Ce dossier n’est pas complet et régulier et il le sait. On ne comprend pas. C’est la preuve que l’avis de la population ne compte pas. C’est la confrontation entre la société civile et l’administration", a-t-il ajouté.

    Cette décision est une deuxième victoire en quelques mois pour Fipso, qui avait obtenu un autre feu vert en août dernier, de la part de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques cette fois. L’entreprise avait reçu l’autorisation d’agrandir la porcherie d’Escoubès (64) pour faire passer la population porcine de 6000 à 20 000 têtes annuelles.

    Sud-Ouest

    Saloperies d'éleveurs, seul le pognon compte, le bien-être des animaux, ils s'en tapent.


  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Juillet à 18:40

    Une  preuve   de plus qu' on se fiche   bien  des citoyens !

     ça  n' apporte  même  pas  de main d' oeuvre   ce genre  d'élevage, par contre  les nappes phréatiques   vont  encore  être polluées

    2
    françoise
    Samedi 20 Juillet à 18:40

    C'est une honte !  Il faut souhaiter qu'ils aient des bâtons dans les roues  pour cet élevage ,et surtout pas en douceur ! ces animaux ne sont même pas respectés avant leur mort ,non seulement ils les torturent dans l'élevage ,mais ils sont torturés aussi dans les transports et dans le temps qu'ils leur reste à vivre avant d'être abattu où gazés dans des fosses spéciales ! Comment ces ordures de mecs peuvent dormir la nuit  ! Ils transportent ,exsudent  , puent la mort par leurs pores ! Une bonne épidémie sur ces pauvres cochons et que ces ordures soient rapidement contaminées  sans espoir de guérison !  La viande de ces pauvres animaux doit être excellente  après autant de souffrances ,d’absorptions de médicaments ,de stresse dans leur agonie , pas grave  nous sommes trop nombreux il faut bien crever d'une façon où d'une autre !

    3
    Rakia
    Samedi 20 Juillet à 19:03

    De 6000 à 20.000 têtes ,ils sont vraiment des salauds,ces éleveurs ,

    le profit passe avant le bien être des animaux ,honte à eux !

    4
    fripouille
    Dimanche 21 Juillet à 12:29

    Il n'y a pas d'endroits plus éloignés dans la campagne ? L'odeur d'une porcherie est pestilentielle, j'ai vécu deux ans à côté ! Cela signifie aussi que de plus en plus d'animaux vont souffrir ! Et pourtant une partie de la population n'y touchera pas pour raisons religieuses.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :