• Réformes: Macron ne veut rien céder "ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes"

    Réformes: Macron ne veut rien céder "ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes"

    Le président de la République a, à nouveau, estimé que la France n'était pas "un pays qui se réforme".

    En déplacement à Athènes ce vendredi, Emmanuel Macron a assumé ses propos polémiques tenus fin août sur les difficultés à réformer la France. S'exprimant devant la communauté française à l'école française d'Athènes, le Président faisait référence à ses déclarations du 24 août à Bucarest. Il avait alors déclaré: "La France n'est pas réformable" et "les Français détestent les réformes."

    "Je l'ai souvent dit et je le disais il y a quelques semaines en Roumanie. D'aucuns faisaient semblant de découvrir cette forme de provocation que j'assume. La France n'est pas un pays qui se réforme", a-t-il déclaré au second jour de sa visite d'État en Grèce. "Il ne se réforme pas (...) parce qu'on se cabre, on résiste, on contourne. Nous sommes ainsi faits", a-t-il martelé.

    Fini les réformes, place aux "transformations" !

    Pour Emmanuel Macron, citant notamment sa politique en matière du droit du travail, l'heure n'est de toute façon plus aux réformes, "mais à une transformation profonde" de la France, "Nous allons le faire sans brutalité, avec calme, avec explication, avec sens", a-t-il ajouté.

    "Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. Et je vous demande d'avoir, chaque jour, la même détermination", a conclu le président français en s'adressant à ses concitoyens réunis dans le jardin de l'école française.

    Des déclarations qui sonnent comme un avertissement avant une série de manifestations contre la réforme du Code du travail. La CGT appelle à la mobilisation le 12 septembre et la France insoumise le 23. Ce vendredi, le syndicat dirigé par Philippe Martinez a annoncé qu'il prévoyait une journée de mobilisation supplémentaire entre ces deux dates, le 21 septembre.

    Emmanuel Macron, actuellement en baisse dans les sondages, devait terminer dans l'après-midi sa visite en Grèce, où il a plaidé pour une "refondation démocratique" de l'Europe et a appelé les groupes français à investir en Grèce en profitant du retour de la croissance.

    BFM.TV


  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Septembre à 18:56

    il y a longtemps que je dénonce les régimes spéciaux, et plus d' un président s' y est cassé les dents.

    Je lui reproche de n' avoir pas eu le courage de tenir ce discours en France !

     LE problème  c' est  que ces régimes spéciaux concernent  des gens capables de paralyser la France

    2
    fripouille
    Vendredi 8 Septembre à 20:33

    Pas capable de discuter sur le sujet...Mais avec Macron, on ne sait pas sur quel pied danser ! Est-il prêt à agir ou profite-t-il de l'occasion de se faire bien voir ?

    3
    françoise
    Samedi 9 Septembre à 17:50

    Il y a vraiment du pourri au royaume de Macron!Son mépris et son cynisme face à une catégorie de Français s’amplifie de jour en jour ,il insulte ceux qui s'opposent à sa politique !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :