• Canada : deux polygames, dont l'un revendique 24 femmes et 146 enfants, devant les juges

    Canada : deux polygames, dont l'un revendique 24 femmes et 146 enfants, devant les juges

    © Capture d'écran YouTube Winston Blackmore, membre de l'Église mormone, est marié à 24 femmes et aurait 146 enfants selon l'acte d'accusation.

    Depuis deux décennies, deux membres d'une secte mormone radicale échappent à la loi interdisant la polygamie au Canada.

    Le procès de deux membres d'une secte mormone radicale qui cautionne la polygamie s'est ouvert mardi, à Cranbrook, en Colombie-Britannique, une province de la côte ouest du Canada. Un des deux membres de cette secte revendique, selon l'acte d'accusation, un nombre incroyable de 24 femmes et 146 enfants... 127 ans après l'interdiction de la polygamie au Canada.  

    Winston Blackmore et James Marion Oler, qui ont respectivement 24 et 4 épouses, selon l'acte d'accusation, ont plaidé non coupables à l'ouverture d'un procès prévu sur deux semaines. En réalité, Winston Blackmore serait marié à 27 femmes depuis juillet 2016 ! Les deux hommes, habitués des prétoires, dirigent des branches dissidentes de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, autre nom de l'Église mormone et dont le siège est à Salt Lake City (Utah). 

    La bataille judiciaire dure depuis deux décennies

    Les deux hommes suivent à la lettre les enseignements de Joseph Smith, le fondateur du mormonisme, selon lesquels la polygamie est assimilée au «principe de mariage céleste». La secte est installée depuis près de 60 ans dans le village de Bountiful, à 700 km à l'est de Vancouver (ouest) et à 20 km au nord de la frontière avec les Etats-Unis.

    Plusieurs experts sont attendus au tribunal afin de statuer sur des documents comme des certificats de mariage récupérés dans un coffre-fort lors d'un raid de la police américaine en 2008 dans un ranch du Texas. Au cours des deux dernières décennies, trois procureurs ont été en charge de cette affaire sans poursuivre les deux hommes au motif que la loi interdisant la polygamie enfreignait le droit constitutionnel des Canadiens à la liberté de religion. La Cour suprême de la Colombie-Britannique avait finalement statué en 2014 que cette interdiction de la polygamie était constitutionnelle, précise le site de Radio-Canada.

    Le Parisien


  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Mai à 17:15

    Ce qu' il faudrait savoir, c' est si ces femmes sont vraiment consentantes

    2
    fripouille
    Mercredi 17 Mai à 20:52

    Ces pauvres femmes subissent un lavage de cerveau depuis l'enfance. Elles déclarent elles-mêmes être malheureuses lors de la nuit de noces avec une nouvelle femme, mais, curieusement, l'aident pour choisir cette nouvelle épouse ! Une sorte de religion dont je ne vois pas le bienfait qu'elles peuvent en retirer...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :