• Val-d'Oise : la main coincée dans l’escalator, un enfant est amputé de plusieurs doigts

    Val-d'Oise : la main coincée dans l’escalator, un enfant est amputé de plusieurs doigts

    Ce samedi 1er juillet 2017 restera à jamais gravé dans la mémoire de Fethia. Le jour où son fils haut comme trois pommes, âgé d’un an et demi à peine, s’est coincé la main gauche dans un escalator, sous ses yeux, impuissante. Ce mardi, le petit Yahya est sorti de l’hôpital Robert-Debré, spécialisé en chirurgie orthopédique de l’enfant et de l’adolescent, amputé de son annulaire et de son majeur ainsi que d’une partie de son petit doigt.

    Il est 20 h 30, samedi, au centre commercial des 3 Fontaines à Cergy. Fethia finit ses emplettes, profite des soldes pour acheter des vêtements en vue de la rentrée scolaire. Elle est avec sa fille, son fils et des amies. À la fin de la journée, elle laisse son fils jouer en attendant le prochain bus pour Saint-Ouen-l’Aumône. Il court autour des écrans à poissons situés au rez-de-chaussée juste derrière l’escalator, il essaye d’attraper les petites bestioles, il touche à tout, elle le reprend finalement voyant qu’il s’écarte un peu trop.

    «Je pensais qu’il était mort»

    Elle s’installe sur le fauteuil avec lui, une amie lui dit de le laisser jouer autour d’elles. Elle le relâche. «Et là, je le vois courir vers l’escalator, je le suis mais c’est trop tard, il se prend la main dedans, je parviens à lui retirer la main, il est blessé au petit doigt, je me dis encore ça va, ce n’est pas trop grave», raconte la maman dans un souffle, la voix tremblante et les larmes aux yeux. Mais l’escalator change soudainement de sens. La main du petit est happée à nouveau. «J’ai fait tout ce que j’ai pu pour le tirer vers moi, je l’ai pris par les pieds, j’entendais ses os craquer, le sang partout… Ça faisait tchik tchik tchik, je criais pour que la machine stoppe mais ça ne s’arrêtait pas». Et puis, c’est le trou noir. Fethia perd connaissance. Quand elle reprend ses esprits, sa fille est en pleurs à côté d’elle.

    Elle voit un drap blanc sur son fils : «Je pensais qu’il était mort», se souvient-elle. Et puis, un secouriste tente de la rassurer. Son fils est bien vivant mais il est toujours coincé. «La machine était arrêtée mais sa main était toujours dedans».

    Un témoin raconte la scène insupportable : «Le petit criait, il y avait tellement de gens autour de lui, je ne voyais que ses pieds, ça a duré tellement de temps que je suis parti tellement c’était difficile à entendre», raconte-t-il. Arrivés à 21 h 10, les pompiers ont fini par le sortir en un peu moins de trente minutes, une éternité pour l’entourage. Il est directement conduit à l’hôpital spécialisé. «On ne dort plus depuis même la petite est sous le choc et moi aussi», témoigne à son tour le papa.

    Une commission de sécurité était passée en juin LP/M.Len.

    Ce mardi matin, l’escalator où a eu lieu l’accident était déjà en cours de réparation. De quoi étonner un membre de la famille de Yahya venu constater sur place les circonstances du drame accompagné de Fouad Ben Ahmed. Ce membre du collectif «plus sans ascenseur» luttant contre les pannes et problèmes de sécurité s’étonne. «Ils interviennent sans faire venir d’abord un expert indépendant en laissant les choses en l’état pour constater si oui ou non il y avait une défaillance», remarque-t-il. «Car s’il manquait un peigne (stries des escaliers, NDLR) dans l’escalator, l’enfant peut facilement mettre les doigts dedans», poursuit-il.

    Mais la direction assure qu’aucun problème particulier de sécurité n’a été constaté. «De toute façon, une enquête est diligentée par la police, nous leur avons fourni tous les documents réglementaires, notamment le rapport annuel effectué par un organisme agréé n’attestant d’ailleurs pas d’une non-conformité», explique Karl Tailleux, directeur du centre commercial. Il ajoute qu’une commission de sécurité diligentée par la préfecture est passée en juin dernier comme elle le fait tous les trois ans.

    Publicité

    Le Paisien

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Juillet à 06:28

    j' imagine la panique de la mère et la douleur de l' enfant !

     Ce n' est pas le premier accident du genre, et  je me méfie toujours de ces escalators

    2
    fripouille
    Mercredi 5 Juillet à 08:30

    Les doigts des petits sont très souples et si cet accident est arrivé, c'est que personne n'y avait pensé. La mère a été trop confiante, ce n'est pas un endroit pour jouer. C'est fait pour mettre les pieds, pas les doigts. Les lames sont bien serrées, difficile de faire mieux !

    3
    françoise
    Jeudi 6 Juillet à 15:58

    J'ai été témoin de ce genre d'accident  dans un magasin Galeries Lafayette de province où je travaillais ,j'ai de suite arrêté l'escalator,l'enfant de 5 ans a été aussi amputé de deux doigts, La mère ayant porté plainte contre le magasin  j'ai été citée comme témoin ,sauf que celle-ci ne surveillait pas son gosse  trop occupée à choisir son maquillage,lorsqu'elle à pris conscience du drame il s'était déjà écoulé  10 bonnes minutes ,aussi  celle-ci a été déboutée  et a eu tous les torts pour elle ,on ne laisse pas un enfant jouer seul sur un escalator ! Impensable le nombre de personne que j'ai vu tomber sur  ce genre d'escalier ,j'ai même eu très peur une fois ,dans mes pensées en fixant l'escalator qui montait du sous sol où se trouvait l'espace bricolage j'ai soudain vu deux   chaussures  apparaître en haut des marches ,une dame âgée tombée en arrière est soudain apparue ,mais comme elle s'était retenue ,l'arrière de son crâne n'était que légèrement coupé ,mais le crâne sa saigne beaucoup! Direction hôpital! Je pourrais écrire un livre sur tout les comportements amusant où pas très drôles voir pas drôles du tout  qui se passent chaque jours dans ces grands magasins !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :