• Urgences du CHU de Rennes saturées : le décès d’une sexagénaire interroge

     

    La femme, âgée de 60 ans, avait été installée sur un brancard dans l’attente d’une auscultation par un médecin, lundi, aux urgences du CHU de Rennes. Des pompiers ont constaté le malaise et donné l’alerte. Mais il était trop tard.

    Les urgences du CHU Pontchaillou de Rennes ont connu une nouvelle saturation, lundi après-midi. Des dizaines de personnes se sont rendues, au même moment, dans le service pour recevoir des soins.

    Parmi les patients, une femme de 60 ans, admise suite à un appel au Samu, pour des douleurs abdominales, précise la direction du CHU. Elle était allongée sur un brancard dans un sas d’attente avant d’être examinée par un médecin.

    Soudain, « des pompiers qui étaient là, près du guichet, se sont inquiétés. Ils venaient de s’apercevoir que la dame ne respirait plus, raconte un témoin. Ils ont prévenu immédiatement le personnel de l’hôpital. Tout s’est passé très vite ensuite. » La patiente a été transportée dans une autre salle pour être prise en charge.

    Autopsie et réunion du CHSCT

    Mais il était déjà trop tard. La sexagénaire n’a malheureusement pas survécu. Le drame a provoqué des interrogations parmi le personnel.

    Une autopsie médicale sera pratiquée, comme le permet le Code de la santé publique, afin de comprendre les circonstances du décès, survenu seulement une heure après l’arrivée de la patiente. La famille de la défunte a été reçue par les responsables des urgences, hier. Le comité d’hygiène, de sécurité et dans des conditions de travail va se réunir d’urgence mercredi.

    100 patients présents dans le service

    Lundi, l’équipe médicale et soignante était au complet et devait assumer la prise en charge de « près de 100 patients présents dans le service dont 70 admis les cinq heures précédentes », précise la direction du CHU. Le personnel faisait également face « à la présence simultanée d’urgences avec mise en jeu du pronostic vital, nécessitant une prise en charge immédiate ».

     

    En clair, les urgences étaient saturées avec des cas graves. Les médecins et le personnel soignant constatent une augmentation permanente du nombre de patients dans le service.

    « Manque de moyens »

    « Le personnel est souvent dans une impasse et doit pallier le plus urgent, rappelle Fabrice Lerestif, du syndicat FO. Nous dénonçons depuis longtemps le manque de moyens pour une bonne prise en charge des patients, notamment aux urgences du CHU de Pontchaillou. »

    « On est très souvent sur le fil »

    « Le personnel s’épuise, avec les injures et les menaces par les familles mécontentes à cause de l’attente, poursuit Philippe Blin, responsable FO du CHU. Les gens passent des heures dans la salle d’attente, sur les brancards. On est très souvent sur le fil. Ces problèmes, on les connaît depuis longtemps. »

    OUEST-FRANCE


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Mercredi 14 Mars à 22:32

    Les urgences des hôpitaux ont fait parler d’elles ,ces jours-ci,

    elles accumulent les bourdes,malheureusement ! Même si les 

    familles des victimes portent plainte, elles n’obtiendront jamais 

    gain de cause,les patients sont soignés selon l’urgence et la 

    gravité de leurs cas !

    2
    Jeudi 15 Mars à 06:51

    Pas assez de personnel dans les hôpitaux !c'est la chaine  quand on y passe on le voit bien! <nath>

    3
    Jeudi 15 Mars à 07:34
    il y a le fait qu' on trouve de moins en moins facilement de médecin référent, que celui ci ne se déplace plus, ce qui fait qu' en cas de problème, tout le monde se retrouve aux urgences ! Mais, franchement, c' est comme ça depuis très longtemps
    4
    yvette
    Jeudi 15 Mars à 12:38
    et encore des lits supprimés par Macron .. J'ai la solution.... Piquer les vieux, à 70 ans.... *Ils auront profité, 4 ou 5 ans de la retraite, et c'est bien suffisant....
    5
    françoise
    Jeudi 15 Mars à 15:08

    Les Centres Hospitaliers se sont fort dégradés sous le règne de Marie Folle Touraine ,mais avec" la Buse"c'est encore pire ,actuellement les ordres sont donnés pour prendre en compte le chiffre et non les soins cela paraît plus qu'évident ,Les personnels sont épuisés  certains médecins et chirurgiens font des semaines de 60 à 70 heures ,le personnel ne peut prendre ses congés et ça devient insupportable on peut le comprendre   Beaucoup de jeunes  une fois terminé l'internat préfèrent aller en clinique  ,enfin dans le privé on peut aussi  comprendre pourquoi ! Ce ne sont pas des surhommes et ont aussi le droit à l'erreur ce que l'on accepte difficilement !D'un autre côté  la vocation n'existe plus dans ces métiers ,on fait médecine pour faire comme papa où maman ,pour le standing etc... Comme tout le reste dans ce pays  tout se dégrade!

    6
    fripouille
    Jeudi 15 Mars à 16:47

    Il y a aussi des gens qui vont aux urgences pour un simple bobo ! Il y a de plus en plus de "petites natures" ! Alors, ils sont obligés de dire qu'il y a plusieurs urgences vitales au même moment, c'est une parade contre laquelle personne ne peut rien dire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :