• Une mosquée «légitimant le jihad armé» fermée en Seine-et-Marne

    Une mosquée «légitimant le jihad armé» fermée en Seine-et-Marne

    Suspectée d’être un lieu de diffusion de l’islamisme radical, la mosquée de Torcy a été fermée mardi. Le domicile du sulfureux imam Abdelali Bouhnik a fait l’objet d’une perquisition administrative.

    La préfecture de Seine-et-Marne a fermé ce mardi la mosquée de Torcy. Gérée par l’association Rahma, et située dans des préfabriqués au 16, avenue de Lingenfeld, elle est suspectée depuis plusieurs années d’être un lieu de diffusion de l’islamisme radical. Les services spécialisés ont notamment recueilli en son sein des propos légitimant le «jihad armé» et «ouvertement hostiles aux institutions républicaines».

    Mardi matin, une perquisition administrative a également été menée au domicile de l’imam, Abdelali Bouhnik – qui préside l’association de gestion de la mosquée. Connu pour son discours sulfureux, ce professeur de mathématiques fait l’objet d’une surveillance depuis que des fidèles de son l’établissement sont apparus dans la cellule jihadiste dite de «Cannes-Torcy». Hasard du calendrier, 22 membres de ce groupuscule comparaîtront à partir du 20 avril devant les assises spéciales de Paris. Certains sont poursuivis pour avoir jeté une grenade dans une épicerie kascher de Sarcelles (Val-d’Oise) en 2012, une action qu’Abdelali Bouhnik n’a jamais pris soin de condamner. Il faut dire que plusieurs des accusés sont d’anciens élèves de Bouhnik, notamment Jérémy Bailly et Yassine Chebil – ce dernier est probablement mort en Syrie. Dans ses prêches, «cheikh Abdelali», comme le nomment ses affiliés, reproche régulièrement à l’Etat français de promulguer «des lois contre l’islam» en interdisant le port du niqab pour les femmes. Pour lui, l’épouse musulmane se doit d’être «une esclave croyante.»

    Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur, Matthias Fekl, a souligné que la mosquée Rahma était le troisième lieu de prière fermé depuis le début de l’année. A Torcy, certains des 500 fidèles ont qualifié la mesure «d’injuste». Pour prier, ils devront se rabattre sur la mosquée de Bussy-Saint-Georges, située à une dizaine de kilomètres.

    Libération


  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Avril à 06:33

    une de plus, cet imam devrait être déchu de la nationalité française et renvoyé dans son pays d' origine

    2
    fripouille
    Mercredi 12 Avril à 08:55

    Hier à c dans l'air un invité a bien précisé qu'il ne fallait pas légitimer les demandes des musulmans, qui doivent se rappeler qu'ils sont chez nous, et qu'il n'était pas question de banaliser leurs coutumes, car cela justifierait la rébellion des jeunes et les conforterait à continuer leurs actions.

    3
    françoise
    Mercredi 12 Avril à 20:35

    Non seulement la fermer mais il serai préférable de la raser! DE bons musulmans comme la France les aime , de quoi se plaint-on!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :