• Une Française partie en Irak pour rejoindre le groupe Etat islamique et retenue par l'armée demande l'aide de la France

    Une Française partie en Irak pour rejoindre le groupe Etat islamique et retenue par l'armée demande l'aide de la France

    Une Française originaire de Seine-et-Marne, partie en Irak en 2015 avec son compagnon pour rejoindre l'État islamique, a été arrêtée samedi. Elle est retenue avec ses quatre enfants et demande l'intervention de l'État français.

     

    Une ressortissante française de 27 ans et ses quatre enfants, âgés de cinq mois à six ans, ont été arrêtés samedi 8 juillet à Mossoul. Ils sont depuis retenus par l'armée irakienne, selon maître William Bourdon, l'avocat de la Française. Cette mère de famille vivait depuis trois semaines dans un immeuble de Mossoul et ne pouvait pas fuir en raison de la bataille pour la libération de la ville entre l'armée et le groupe État islamique. "Elle a été interceptée par l'armée irakienne alors qu'elle avait trouvé un abri avec ses quatre enfants mineurs dans la vieille ville de Mossoul. Elle était vraiment au cœur de l'enfer le plus absolu", précise son avocat. Le père de famille serait décédé, même si cette information reste "à confirmer", d'après Me Bourdon.

    "Cette famille a vécu un enfer", selon son avocat

    Le couple, originaire de Seine-et-Marne, était parti rejoindre les rangs du groupe État islamique en 2015 mais la jeune femme a affirmé, il y a un an, ne plus vouloir soutenir les terroristes et vouloir rentrer en France. "Elle aurait été menacée par Daesh, elle aurait fait l'objet d'un ou deux mariages forcés, voilà ce que l'on sait", affirme William Bourdon. L'avocat de la ressortissante française estime qu'il y a une double exigence, morale et juridique : "Que ce dossier ne soit pas traité uniquement avec un regard judiciaire, ou en gestion de crise, mais avec le très haut niveau d'humanité qu'exigent à la fois la présence de quatre enfants mineurs et le fait que cette jeune famille a vécu un enfer lors du siège de Mossoul."

     

    Lorsque des enfants mineurs, surtout en bas âge, sont en danger, il y a une obligation morale et juridique de tout faire pour s'assurer de leur sécurité et pour que leur retour intervienne, de façon apaisée, vers la France

    Maître William Bourdon, avocat de la ressortissante française à franceinfo

     

    Interrogée sur la situation des Français arrêtés en Irak, jeudi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères affirme que les autorités françaises ne contestent pas aux autorités irakiennes "la possibilité de poursuivre en justice les ressortissants français impliqués dans des organisations terroristes présentes en Irak". D'après Me Bourdon, cette déclarationest une affirmation d'usage qui marque la volonté de la France de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Irak. "On peut le comprendre, ça n'est pas forcément un signe du fait qu'elle [la ressortissante française] risque elle-même de faire l'objet d'une procédure en Irak. On en saura plus sans doute dans les prochaines heures et les prochains jours", a réagi Me Bourdon. En Irak, les complices du groupe État islamique risquent la peine de mort.

    Franceinfo

    Personne ne l'a obligé à partir en Irak !


  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Juillet à 17:23

    moi je dis  que c' est bien fait pour elle, et qu' elle se démerde avec les islamistes qu' elle aimait tant

    2
    fripouille
    Dimanche 16 Juillet à 22:11

    On pourrait lui faire une petite place dans un hôpital psychiatrique ! Elle est vraiment "dérangée" ! Pauvres enfants...

    3
    Lundi 17 Juillet à 09:14

    Oui, en effet,elle n'avait qu'à rester en France,ils sont nombreux comme ça d'avoir profiter d'aller en pays étranger, j'estime que quand on quitte la France pour s'installer ailleurs, plus la peine de revenir. En plus, qui nous affirme qu'elle n'est pas une terroriste maintenant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :