• Tirs mortels à Montgeron : le tapage dans la cité se termine en bain de sang

     

    Tirs mortels à Montgeron : le tapage dans la cité se termine en bain de sang

    Le tireur, qui était retranché chez lui dans l’appartement éclairé du 2e étage, s’est rendu avant l’assaut du Raid qui bouclait le quartier.

    Un silence glaçant succède au ballet des sirènes des pompiers, du Samu et des véhicules de police. Seuls les gyrophares troublent la quiétude de la nuit. Une cinquantaine de proches des victimes patientent nerveusement dehors, sur le parvis, derrière le cordon de sécurité, sans même se parler.

    A l’intérieur de la tour G de la place du Soleil à Montgeron (Essonne), il est 2h30, et les secours ont compris qu’ils ne sauveraient pas Ahmed, 31 ans. Son corps sans vie est transporté au commissariat voisin. Un autre homme est pris en charge dans un état critique, orienté vers un hôpital de la petite couronne parisienne. Une troisième victime est, elle, seulement touchée au bras.

    Un arsenal chez le tireur

    Une heure plus tôt, dans le quartier sensible de la Prairie de l’Oly, Hakim, 25 ans, a tiré avec un pistolet sur un groupe de jeunes montés au 2e étage pour frapper à sa porte. Il s’est ensuite retranché chez lui.

    Le Raid, troupe d’élite de la police, s’est rapidement déployé autour de son appartement pour le forcer à se rendre peu avant 6 heures du matin. Lors de la perquisition, les enquêteurs de la police judiciaire ont retrouvé une dizaine d’armes, dont plusieurs fusils-mitrailleurs.

    A l’origine de ce drame : un tapage nocturne. Un petit groupe parle en bas de l’immeuble. Hakim, dont les fenêtres donnent sur la place, interpelle les mineurs et les menace verbalement, tout en exhibant une arme.

    Le petit groupe se disperse et part chercher les « grands frères » de la cité. Ces derniers décident d’aller remettre en place le voisin en colère. Ils montent les escaliers et sont accueillis par plusieurs coups de feu. Deux victimes tombent au sol. Deux autres parviennent à fuir et crient. Des témoins appellent les secours. « Celui qui a tiré, c’est un mec qui vit là depuis peu, il s’est installé chez sa tante », indique un habitant sous le choc.

    «Un petit groupe pourrit la vie de tous les habitants»

    Quarante-huit heures plus tôt, dans la cité voisine de Montgeron, au centre commercial de La Forêt, deux hommes ont été blessés par balle dans un règlement de comptes devant un café. Les deux affaires ne sont pas liées, mais Sylvie Carillon, la maire (LR) de la commune, a tiré la sonnette d’alarme.

    « C’est une situation triste et malheureuse, soupire l’édile de Montgeron. Mais elle était prévisible. Nous souffrons d’une baisse d’effectifs dans la police nationale inacceptable sur notre secteur. ».

    Sylvie Carillon ajoute qu’elle a déjà alerté le préfet et le ministre à de multiples reprises, mais en vain. « Nous avons 12 policiers municipaux qui ne peuvent pas absorber tout le travail de la police nationale, reprend-elle. Un petit groupe de jeunes pourrit la vie de tous les habitants de nos quartiers sensibles. Et après on se retrouve avec des gens qui se font justice eux-mêmes. »

    Un policier pour 900 habitants

    La maire a relancé le ministre de l’Intérieur ce vendredi par courrier et formulé une demande expresse pour doter le commissariat de Montgeron (qui gère aussi les villes de Yerres et Crosne, notamment) de renforts. Une requête appuyée aussi par Nicolas Dupont-Aignan, député (DLF) du secteur.

    « Il y a un policier pour 900 habitants sur cette circonscription, détaille le syndicat de police Alliance 91. A Evry, l’un des endroits les mieux dotés de l’Essonne, c’est 1 pour 580 habitants, et quand on sait qu’à Paris on tourne aux alentours d’un policier pour 250 habitants… A cause de ce sous-effectif, nous ne pouvons agir en sécurité et répondre aux attentes de la population. » Selon ce syndicaliste, ce qui se passe à l’Oly peut se dérouler ailleurs. « On nous demande de mettre en place la police de proximité, mais sans nous donner les moyens », déplore-t-il.

    Le Parisien

    Donc, si j'ai bien compris, c'est Hakim qui a tué Ahmed !!!


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Samedi 14 Juillet à 13:40
    Un policier pour 900 habitants , il ne faut pas s’étonner que Hakim a tué Ahmed ! Il a débarrassé les habitants d’un emmerdeur qui pourri leur vie! Hakim aurait dû tuer tout le groupe au moins , il va en prison la tête haute !
    2
    Samedi 14 Juillet à 17:31

    Toutes ces armes ne sont  surement pas déclarées, et on se demande combien  circulent !

     Si le  gouvernement tenait son rôle, tous ces racailles n' oseraient plus se montrer !

     Un jour  on tirera aussi sur les émeutiers qui  cassent et brûlent

    3
    Samedi 14 Juillet à 17:31

    Bof, tant qu'ils s’entre tuent, ce n'est que demi-mal. Ils sont très nombreux et vite remplacés. Ils n'ont qu'à faire une petite marche blanche noire pour se détendre les pa-pattes.

    Stan

    4
    Françoise
    Samedi 14 Juillet à 18:15

    Quelle merdier en France maintenant avec cette Racaille !Il n'y a jamais eu autant d'armes en circulation dans ces banlieues de non-droits !La faute à qui? Il serait temps que les Français forment des milices pour rétablir l'ordre puisque les politiques ne sont pas capables de faire ce boulot ! Les flics n'en peuvent plus ,ils n'ont qu'à faire appel à l'armée pour faire du nettoyage ! France poubelle !

    5
    fripouille
    Dimanche 15 Juillet à 20:20

    Des jeunes qui font du bruit quand on veut dormir, c'est du pousse au crime, ce que je comprends parfaitement ! Il y a certainement moins de bruit à Neuilly que dans le 9-3 !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :