• Un vétéran américain handicapé battu pour avoir défendu une tortue massacrée par t3 hommes

    Deux adultes et un adolescent ont été incarcérés en Floride après avoir attaqué un vétéran handicapé de l’armée américaine. Ce dernier avait tenté de sauver une tortue qui était maltraitée par les agresseurs selon Fox 35 qui cite la police.

    Gary Blough, vétéran de l’US Navy, a voulu, une fois de plus, faire son devoir et il l’a payé cher. Selon Fox 35, le 14 février, l’ex-militaire vivant à Daytona Beach est averti par sa femme que trois jeunes hommes s’en prennent violemment à une tortue.

    Déchaînement de violence

    Une fois le groupe aperçu, il se dirige vers lui pour mettre fin à cet acte barbare. Selon Gary Blough, les trois jeunes soulevaient le pauvre animal puis le cognaient «de toutes leurs forces» sur sa carapace. Il demande alors aux assaillants de s’éloigner de la tortue avant de tenter d’aider cette dernière à rejoindre l’eau. Mais c’était sans compter sur le niveau de violence des agresseurs.

    «Pendant que je leur tournais le dos, deux d’entre eux ont commencé à me frapper par derrière au niveau de la tête et à me lancer des coups de poings», a raconté Gary Blough à Fox 35. Avant d’ajouter : «Ensuite, je me retrouve à me battre contre trois individus tout en essayant de me défendre.» Selon ses dires, le groupe lui a lancé de nombreux coups qui l’ont laissé avec un sévère oeil au beurre noir et une bosse derrière la tête.

    Un vétéran américain handicapé battu pour avoir défendu une tortue massacrée par t3 hommes

    L’agitation a alors attiré des passants ce qui aurait fait fuir les suspects. La police les a appréhendé dans la foulée alors qu'ils se trouvaient encore dans le secteur. Les trois protagonistes ont été inculpés pour violences aggravées et cruauté envers un animal.

    La tortue sûrement décédée

    La description du martyr qu’a subi la tortue fait froid dans le dos. Dans un reportage diffusé par Fox 35, il montre un buisson situé près d’une habitation en lançant : «Une de ses pattes était là.» «Quand ils l’ont cogné, j’ai vu des parties de son corps gicler. Donc je suis certain que cette tortue est morte», a-t-il ajouté.

    Les deux suspects adultes ont été identifiés par la police comme étant Ryan Ponder, 23 ans, et Johnnie Beveritt, 18 ans. Le troisième est un adolescent âgé de 16 ans.

     

    Les autorités ont confié à Fox 35 qu’au moment de chercher l’animal, ce dernier n’a pu être trouvé. Elles pensent que la tortue est morte et s’est noyée.

    La femme de Gary Blough s’est montrée très choquée par ce qui est arrivé à son époux : «Mon mari, qui est handicapé, a essayé de sauver la vie d’un pauvre animal et a été molesté pour ça.»

    Selon les informations de Fox 35, Ryan Ponder et Johnnie Beveritt sont actuellement incarcérés à la prison du comté de Volusia. Leur caution a été fixée à 15 000 dollars. Quant à l’adolescent, il dort désormais dans un centre de détention pour mineurs.

    RT International


    4 commentaires
  • Ce que sont réellement les chasseurs

    Imaginons les animaux chassant les hommes !

    Je me suis retrouvé récemment sur un site FB dédié à la chasse...
    Aaaaaaaargh... une incursion dans un monde peuplé de vrais malades mentaux !!!
     
    Ces bons et braves  chasseurs qui ne cessent toujours officiellement de se proclamer "protecteurs de la nature" et "gestionnaires de l'environnement"...
    Quand ils sont entre eux révèlent leur vraie nature :
    Celle de monstres sanguinaires totalement inconscients de leur propre monstruosité perverse et criminelle !!!... Leur site n'était qu'un étalage de photos de cadavres animaux en tout genre - voir les quelques exemples ci-dessous - sur lesquelles nos braves et valeureux "gestionnaires de la nature plus écolos que les écolos" (!) se pâmaient dans une véritable ré-jouissance collective des plus morbides....

     Pas question ici de "gestion de l'environnement" ou de "prélèvement cynégétique"... que du plaisir à montrer de glorieux faits d'armes avec des étalages morbides de nombreux cadavres d'animaux sanguinolents !
    Un véritable MONDE ORWELIEN où "l'Amour de la Nature" se résume en fait à brandir le fusil sur tout ce qui bouge et à tuer un maximum d'animaux (pas étonnant d'ailleurs que l'on compte en moyenne chaque année entre trente et quarante êtres humains tués par des chasseurs (généralement d'autres chasseurs d'ailleurs, mais aussi malheureusement des innocents qui n'avaient rien à voir avec cette barbarie légalisée (!))...
    (Voir par exemple : 
    "http://www.roc.asso.fr/non-chasseur/accidents-chasse.html")
     
    ÉVIDEMMENT, voyant ces horreurs, mon sang n'a fait qu'un tour, et je n'ai pu m'empêcher de leur dire en face leur 4 vérités...
    (Voir ci-dessous !)
    Il est clair que je me suis fait expulser "manu-militari" de ce groupe de serial-killers pervers heureux et fiers de l'être, et mes commentaires bloqués ou effacés tout aussi manu-militari....
    ... mais sans avoir auparavant recueilli quelques perles qui démontrent le visage véritable des acteurs de la chasse, pour ceux qui en doutaient encore :
     
      - Quelle est immonde cette passion de tuer !!!
    Vous avez en fait la même passion pour le meurtre de masse que des Hitler, Staline, Mussolini et Pol Pot et compagnie....
    Votre pseudo conscience est une horreur absolue... Faut vraiment être des grands pervers pour aimer ce genre de photos morbides et se réjouir de ces étalages de cadavres !
    Bandes d'assassins criminels... Un jour, votre goût de sang et de la mort vous mènera droit à la prison... ou carrément l'asile psychiatrique !
     
    Un "serial killer" a cru bon de me répondre : "Je crois qu'entre nous deux, L'asile psychiatrique sa sera d'abord pour toi. Tes propos sont déplacés et montre que tu connait vraiment rien a la chasse."
     
    Ben voyons... y-a pas besoin de connaître "le plaisir de tuer" pour savoir ce qu'il en est réellement de cette passion de supprimer la vie d'autrui...
    Suffit de regarder ici-même les photos de cadavres que vous exposez avec tant de plaisir malsain et qui vous apportent tant de jouissance...
    Et tout individu sain d'esprit - et un tant soit peu "empathique" - ne peut que constater que vous êtes de grands malades mentaux !!!
    (Évidemment, comme tous ceux qui sont inscrits sur ce groupe de pervers criminels sont dans le même état de profond délabrement psychiatrique, je ne doute pas que c'est moi que vous prendrez pour un fou...
    N'empêche que contrairement à vous, je n'ai pas de morts sur la conscience...
    Ni de sang sur les mains... ni de sang dans la bouche !...)
     
    Sachez que vous êtes vraiment LA HONTE du genre humain, et j'espère seulement que parmi tous les abrutis qui vont évidemment s'en prendre à moi et "m'étriper" comme ils aiment tant le faire si courageusement avec leurs proies, il y aura au moins quelques-uns d'entre-vous qui comprendront l'extrême malfaisance de leur comportement, et s'en repentiront en cessant de chasser et en devenant végétarien !
    Depuis mon coup de gueule (pas vraiment "une communication non-violente" certes, mais quand on voit ces véritables "génocides" qu'ils commettent avec une telle joie et allègresse, on ne peut que difficilement rester zen... c'est un peu comme si on demandait à un juif de rester serein face à une bande de néo-nazi se délectant des photos de cadavres étalés des camps d'extermination (!!!))...
    Bref disais-je, depuis ce coup de gueule, j'ai remarqué que nos serial-killer ajoutaient plus de photos de la nature et d'animaux en liberté... avec notamment ce commentaire :
    "Chasser mais aussi photographier aimer la nature !!!! restons zen"
     
    Ma réponse (qui n'est évidemment pas passée) :
    "Si l'arme était remplacée par l'appareil photo, il n'y aurait rien à dire...
    Mais comment appeler autrement ceux qui jouissent de donner la mort ???
    Eh oui... des malades mentaux !..."
     
    Pas passé non plus bien-sûr ma réponse à un autre serial-killer qui prétendait que nous "manquions de respect" (!) :
    - Il est vrai que "Le respect et une chose qui se perd"... 
    Vous-mêmes ne respectez pas la vie et ne cessez de répandre la mort et faire couler le sang...
     
    Comme le disait Victor Hugo :
    "Est-ce pas Nature, que tu hais ces semeurs de trépas
    Qui dans l'air frappe l'aigle et sur l'eau la sarcelle
    Et font partout saigner la vie universelle !"
     
    (Et sur une belle image de sous-bois tout récemment ajoutée, j'avais alors commenté :
    "Voilà une belle image !... Aucun tueur en vue !!! :oD")
     
     
    En réponse à cette affirmation d'un serial-killer :
    "La Nature appartient a ceux qui l'utilisent !!!!!!"...
    J'avais bien évidemment rétorqué : "La nature appartient à ceux qui la respectent et ne massacrent pas tout ce qui bouge... Elle n'appartient donc pas aux chasseurs ; véritables "Serial-killer" fanatiques et psychopathes !!!"
     
     Réponses d'autres serial-killer : "Ta rien d' autre a faire guignol occupe toi donc de c que tu regarde Mtn si tu veut pas au lieu d' écrire sur ce mur va dire sa en face d' un chasseur comme moi et tu verra que sa sera toi le gibier on aime pas les con la nature on la respect mieu que toi sur ce fuck mi" (sic) / "ecolo de merdeee vien devant moi et tu sera mon gibierrrr mai tes impropre a la consomationnnn !!!!" (re-sic) / "Tte de façon quand y aura plus de gibier on chassera c connard" (re-re sic) / "sale ecolo de merde nous on la preserve la nature pas comme toi je sais pas si tu connais l'equilibre alimentaire du con" (re-re-resic)
    "Sa Vau rien cet sallopri vien au milieu des bois faire le bo au lieu de parler de loin tapette d'ecolo" (!)
    "tts des merde c gens la......."
     
    (Comme on le constate là, nos bons "gestionnaires cynégétiques" semblent maîtriser bien mieux le flingue que l'orthographe et la grammaire  :oD)
     
    Réponse de Daneel (évidemment) :
    - "va dire sa en face d' un chasseur comme moi et tu verra que sa sera toi le gibier" ???...
    Fascinant !
    Merci pour toutes ses édifiantes réponses... Qui démontrent que vous n'êtes bel et bien que des psychopathes meurtriers bon à enfermer à l'asile !

    (L'un de mes amis internautes à qui j'annonçais d'ailleurs que j'avais un prochain article "sur le feu" concernant la chasse m'avait répondu par une anecdote illustrant malheureusement avec pertinence la triste réalité de cette si ignoble "dictature des chasseurs" : "Le sujet est déjà brûlant en lui-même. Je connais une militante pour les animaux qui m'avait dit il y a quelques années que ce n'était pas possible de faire une manif contre la chasse là où on habitait, car on était pratiquement sûr de se faire massacrer...
     Il était toujours possible de manifester contre les élevages de poules en batterie ou contre la fourrure, mais il était considéré comme très périlleux de le faire contre la chasse !...")
     
     A noter l'intervention d'un prétendu "bon chasseur sympa" :
    "La nature appartient à tout le monde, et vous avez tort tous les deux, les insultes ne résolvent rien, ce qu'il faut c'est apprendre à vivre ensemble.
    Nous sommes tout "utilisateurs" de la nature, et il s'agit d'en prendre soin. Il y a des chasseurs irrespectueux, c'est sûr, mais ils ne veulent certainement pas tout tuer, car si ils tuent tout il n'y a plus de chasse. Cette vison des choses n'a aucun sens !!! je chasse depuis longtemps, et j'en suis un fervent défenseur, la seule façon de défendre la chasse est de ne pas donner d'arguments aux anti-chasse, il ne faut pas s'abaisser à répondre aux insultes !!!"
     
    Daneel (réponse qui n'est elle aussi pas passée) :
    Cela me rappelle la scène des Inconnus... avec les "bons chasseurs" et "les mauvais chasseurs" !
    MDR
    Les seuls "bons chasseurs" sont ceux qui jettent leur fusil pour le remplacer par un appareil photo !!!
     
    A noter encore que l'un des premiers "serial-killer" lui a alors répondu :
    "Comment sa j défend se que j aime le plus au monde Mtn m parole j les regrette pas je chasse dans le Rhone il a k venir" (!!!)
    Et le "gentil chasseur" de lui répondre alors :
    "Les menaces ne servent à rien, à part à faire dire que nous sommes des assassins... Réfléchis ! Alors que c'est lui le malade, mais il ne faut pas inverser les rôles !...."
     
    Première nouvelle : paraît que c'est moi le malade ! :oD
    (Bizarre, c'est peut-être vrai finalement, y-a aussi des vivsecteurs qui m'ont dit ça, et des afficionados, et des vaccinalistes aussi, ainsi que des nucléophiles et des promoteurs d'OGM et de pesticides... c'est donc probablement vrai - ;o) -... un esprit sain parmi une bande de cinglés passe forcément pour un fou !)
     
     
     Une réponse "privée" à l'un de ces chasseurs, profitant que l'on soit dorénavant systématiquement censuré pour affirmer leurs si affligeantes contre-vérités :
    "Comme on nous empêche de répondre (bravo la démocratie) sur votre groupe de "Serial Killer"... je vais donc répondre ici à l'une de vos si nombreuses conneries (votre groupe est intellectuellement vraiment pitoyable, une vraie bande de tarés ... pas étonnant que vous ne trouviez votre jouissance qu'avec un gros fusil dressé (!))...
    Enfin bref, désolé de vous dire aussi sincèrement ce que vous êtes réellement....
    En ce qui concerne vos propos suivants : "La plupart des anti-chasse parle de respect, d'amour de la nature et ne se privent pas de manger des viandes issues de l'élevage intensif et abattues à la chaine, où ces notions ne sont pas présentes (oui il faut nourrir la planète)...."
     
    Sachez que contrairement à vous qui vous réjouissez de la mort que vous semez autour de vous... "la plupart des anti-chasse" sont évidemment végétariens, et ne consomment pas la moindre viande !
    Vous seuls avez du sang sur les mains et dans la bouche !
     
    Sur le site ci-dessous, on a droit aussi à une série de commentaires de chasseurs presque aussi affligeants et pitoyables...
    Ces individus ont vraiment des consciences sous-évoluées !!!
     

    Chasse, un plaisir cruel

     Le temps de la préhistoire, et par conséquent de la chasse est révolu.
    On ne chasse plus pour nourrir sa famille, on ne tue plus pour ne pas mourir et protéger les siens.
    On ne massacre plus pour se faire des abris, des objets.
    Nous avons tout ce qu'il nous faut aujourd'hui, ce temps est fini.
    Alors pourquoi la chasse, elle, continue de nos jours ? 
     
     
    Réponse d'un "Honnête chasseur" à cette question : 
     
    C'est simple, on prend plaisir à tuer.
    La chasse c'est le sentiment de se sentir plus puissant que la nature quand on voit une bête que l'on a traqué pendant des heures, agonisant, là sous nos pieds.
    Nous ne la mangerons pas, nous la ramenerons comme trophée : Nous avons gagné !

    Ce que sont réellement les chasseurs

    Ce que sont réellement les chasseurs

    Ce que sont réellement les chasseurs

    Ce que sont réellement les chasseurs

    Ce que sont réellement les chasseurs


    8 commentaires
  • CHANTOU LA NORMANDE : Une chienne en gestation découverte dans une poubelle

    Grâce à l’intervention d’un policier, la chienne a été sauvée in extremis alors qu’elle s’apprêtait à mettre bas.

    Voici une autre de ces histoires qui montrent à la fois la cruauté de certains humains et la bonté d’autres.

     

    C’est celle de Mary, une chienne Pitbull qui a été purement et simplement enfermée dans une benne à ordures le 19 décembre dernier. Un acte des plus odieux, d’autant plus qu’elle était en gestation et que la mise bas était imminente.

    Fort heureusement, elle a été découverte à temps. En effet, quelqu’un dans cette rue de la ville de Richmond, en Virginie (Est des Etats-Unis), s’est rendu compte qu’un être vivant se trouvait dans la benne à ordures et a contacté la police. L’officier Muller a été dépêché sur les lieux et a constaté avec effroi qu’une chienne attendant des petits y avait été enfermée à clé. Le policier a dû passer par l’étroite ouverture permettant de faire passer les ordures pour pouvoir accéder à l’animal et le faire sortir de là.

    Mary a ensuite été conduite au centre d’Animal Care and Control de Richmond, où elle a donné naissance à 7 chiots 2 jours plus tard. Elle et sa progéniture sont en bonne santé et entre de bonnes mains. Mary et ses petits ont été confiés à une famille d’accueil jusqu’au sevrage. Ils seront ensuite proposés à l’adoption.

    Par ailleurs, une plainte a été déposée par l’Animal Care and Control de Richmond dans l’espoir de trouver le responsable de cette ignominie.

    Chien.fr

    CHANTOU LA NORMANDE : Une chienne en gestation découverte dans une poubelle


    4 commentaires
  • Un des cinq chiots était mort. On a réussi à lui faire vomir un objet dur qu'elle avait avalé.

    Merci à cette association pour tout ce qu'elle fait pour sauver des animaux abandonnés.


    4 commentaires
  • Abandonné sur le tarmac de l'aéroport par ses maîtres partis en vacances, un chien meurt de froid

     

    Un couple originaire de Russie s’est rendu coupable d’une cruauté sans nom vis-à-vis de son chien : parce qu’il ne pouvait pas le faire monter dans l’avion, il l’a abandonné dehors et est parti. L’animal a été retrouvé sans vie peu après leur départ…

     

    Ils avaient réservé leurs vacances en famille depuis longtemps. Tout était prévu pour que les Urusov s’envolent pour l’Allemagne avec leurs enfants et Tori, leur chien. Mais une fois arrivés à l’aéroport de Koltsovo, un imprévu s’est présenté à eux : leur animal de compagnie ne pouvait plus embarquer. La raison ? Une erreur commise dans les documents de vol, rapporte le Daily Mail. Bien décidé à partir quand même, ils ont alors opté pour la solution la plus cruelle qui soit : l’abandon aux portes de l’aéroport… sous -30°.

    Leurs enfants réclamaient leur chien

    Pris de remord et lassés des pleurs de leur progéniture, ils ont toutefois fini par appeler à l’aide trois jours après leur arrivée à Hambourg. «Nous sommes à la recherche de notre chien. Il est de couleur cannelle. Nos enfants n'arrêtent pas de pleurer. Aidez-nous, s'il vous plaît. Nous sommes prêts à donner de l'argent. Nous avons été obligés de l'abandonner à l'aéroport car ils ne l'ont pas autorisé à monter à bord»,  ont-ils écrit.

    Malheureusement, il était déjà trop tard…

    Les responsables de l’aéroport ont été choqués

    Le chien a été retrouvé mort de froid, pas loin de l’endroit où il avait été abandonné. Une sordide découverte qui n’a pas manqué de faire réagir Dmitry Tyukhtin, le porte-parole de l’aéroport de Koltsovo. Celui-ci s’est dit choqué et a ajouté que le couple n’avait cherché aucune solution pour mettre son animal en sécurité. «Si nous avions été mis au courant du problème, le chien serait toujours en vie. Il faisait terriblement froid dehors. Il a été abandonné dans une zone déserte de l'aéroport», a-t-il détaillé auprès du média britannique.

    Plusieurs sites

    Ils auraient pu demander à des employés de l'aéroport de le mettre à l'abri à l'intérieur

    Ils avaient bien eu l'intention de prendre leur chien avec eux en vacances mais leur comportement à la fin est scandaleux.


    5 commentaires
  • Bravo à ces hommes et ces femmes qui sauvent tous ces pauvres chiens


    3 commentaires
  • Le cirque Barnum, le plus vieux au monde, vient d'annoncer sa fermeture en mai prochain. La révélation d'actes de maltraitance sur leurs éléphants et le combat mené par des associations ont eu raison de la légende.

    Les éléphants de Barnum vous saluent pour la dernière fois et vous annoncent la fermeture du plus grand cirque du monde. Après 146  ans de spectacle, Barnum, c'est fini. Depuis des années, les associations pour le bien-être animal militaient pour l'interdiction des éléphants dans les cirques. À force de procès et de campagnes d'intimidation, Barnum a fini par jeter l'éponge et a annoncé au printemps dernier qu'il mettait ses pachydermes au chômage à la grande satisfaction des associations.

    Trop dépendant des éléphants

    Mais les éléphants de Barnum constituent depuis toujours le clou du spectacle. "Nous avons tout de suite constaté une baisse des spectateurs plus importante que prévu. Nous fermons le cirque parce que sans les éléphants la rentabilité n'est plus assurée", regrette Juliette Feld, sa dirigeante. Plus qu'un cirque, Barnum était aux États-Unis une institution qui faisait rêver depuis 1871. Le dernier spectacle aura lieu le 21 mai à New York.

    Franceinfo - France3

    En mai prochain ou en 2018 ? Peu importe, ce sera bien pour les éléphants !

     


    4 commentaires
  •  En Russie, un couple a sauvé un chat qui avait les pattes coincées dans la glace. Le couple, Sergey Baranov et Yelena, se souviennent que la température était de -35°C ce jour-là. Le sauvetage de l'animal a duré presque 10 minutes. Ce n'était pas gagné d'avance ... 

    Les pattes d'un chat piégées dans la glace par -35°C en Russie

    En Russie, les températures peuvent parfois descendre extrêmement bas, surtout en Hiver. Il y a quelques jours, un couple originaire de Zlatoust a fait une bien étrange découverte sous leur voiture. Et pour cause, un chat se trouvait là, mais il n'y avait aucun moyen de le faire bouger. Sergey Baranov et sa femme, Yelena, ont absolument tout essayé avant de réaliser pourquoi la boule de poils ne bougeait pas d'une griffe. Il était en fait coincé, plus précisément, ses pattes étaient prises au piège dans la glace. Le couple a déclaré qu'il faisait -35°C ce jour-là. Le minou avait dû vouloir se réchauffer en se réfugiant sous la voiture, mais il y est resté tellement longtemps que la glace a commencé à prendre sur ses coussinets, puis sur ses pattes…

    Le sauvetage du chat coincé dans la glace s'annonce compliqué

    Sergey a immédiatement déplacé son véhicule pour pouvoir venir en aide au félin. Quant à Yelena, elle était déjà partie remplir une bassine d'eau chaude. Pas d'autre moyen que celui-ci pour le libérer de la glace. Tous deux sont restés très calmes et au bout de quelques bassines, ont pu libérer les pattes avant. Ensuite, on peut voir Sergey attraper le chat par la peau du cou pour le maintenir surélevé et que ses pattes avant ne touchent pas le sol. Vous voyez la sensation douloureuse lorsque vos mains sont tellement froides qu'elles s'engourdissent ? Eh bien imaginez ce qu'a dû vivre ce pauvre chat sûrement coincé là depuis plusieurs heures. Et durant de longues minutes, Yelena va tenter de libérer l'animal, bassine après bassine. En tout, le sauvetage aura duré presque 10 minutes...

    Au bout de 10 minutes, le chat a enfin été libéré de son emprise

    Yelena n'a pas cessé les allers-retours pour aller chercher de l'eau chaude et le petit minou a enfin pu être libéré. Et ce n'était pourtant pas gagné d'avance. Il ne fallait surtout pas tirer le chat pour ne pas risquer de le blesser encore plus ! Mais il fallait aussi agir très vite, pour que l'eau chaude versée sur ses petites pattes ne gèle pas dans la foulée. Rappelons qu'il faisait tout de même -35°C et que ce ne sont pas les timides rayons de soleil qui allaient y changer grand-chose. Une fois sorti de son piège, ce pauvre loulou a vite été emballé dans une grosse couverture et rentré à l'intérieur. Il devait impérativement se réchauffer et reprendre des forces. Comme le dit Sergey dans la vidéo (en Russe) : "il faut toujours penser à regarder sous sa voiture avant de démarrer". Durant tout le sauvetage, le chat est resté particulièrement calme. Il ne bougeait pas et aucun son n'est sorti de sa bouche. C'est comme s'il sentait qu'on était en train de l'aider.

    Tout va pour le mieux pour ce chat aujourd'hui

    Voilà des anecdotes comme on n'en entend pas très souvent. Il semblerait que ce chat ait été adopté par la famille qui l'a sauvé. En effet, on peut voir Yelena dans une seconde vidéo pour expliquer que les pattes du chat vont mieux et que celui-ci se porte maintenant comme un charme. D'ailleurs, ça n'a pas trop l'air de le déranger d'être dans les bras de sa nouvelle maîtresse. Quoi qu'il en soit, merci à ce couple d'avoir sauvé la vie de ce chat coincé dans la glace. Sans eux, il ne serait peut-être plus là aujourd'hui.

    CHANTOUVIVELAVIE : Russie : un chat piégé dans la glace par -35°C a été sauvé  par un couple

    Actu Animaux


    6 commentaires
  • Samedi 26 novembre 2016, Thomas, spéléologue de l’Association Spéléologique du Doubs Central (ASDC), contrôle les gouffres d’un secteur de la commune de Laviron. Le département en compte plus de 5000 répertoriés. Dans l’un d’eux, il découvre une chevrette coincée. Le pauvre animal tente désespérément de s’extraire, mais en vain.

    Pensant qu’elle réussira à sortir seule, l’homme continue sa tournée d’inspection. Mais par acquit de conscience, il retourne sur les lieux un peu plus tard. Il ne voit plus l’animal et décide de descendre pour s’assurer qu’elle est bien partie. Il aperçoit alors l’animal reclus dans la pénombre : « C’est une cavité de 7 mètres de profondeur, puis il y a une sorte de tunnel sous la terre qui débouche sur une salle. C’est là qu’elle était ! » confie Pascal, spéléologue qui faisait partie de l’intervention.

    Le sauvetage

    Le spéléologue regroupe quatre de ses amis pour tout mettre en œuvre pour tenter sauver l’animal prisonnier. Ils font appel aux conseils avisés des agents spécialistes de la Faune Sauvage pour attraper et maîtriser le cervidé pendant le sauvetage : « Nous avions peur, peur de mal nous y prendre, peur de lui faire mal, peur qu’elle fasse une crise cardiaque... » explique Pascal. 

    Finalement, ils couvrent les yeux de « Bambi », comme ils la surnomment, l’attrapent, la ligotent par les pattes arrières. « Tout s’est très bien passé pendant l’opération, on l’a sortie sans difficultés ! » se satisfait le sauveteur.

    Aucune suite néfaste pour l’animal

     

    « Lorsqu’il se sent maintenu l’animal ne bouge pas, mais une fois ses liens retirés il s’enfuit. C’est à ce moment-là qu’il y a un léger coup de stress pour la chevrette, mais rien de néfaste! Elle est sur son territoire, elle va donc vite retrouver ses habitudes. C’est une très belle histoire ! » rassure Jean-François Courreau, vétérinaire créateur du CEDAF (Centre d’accueil de la Faune sauvage d’Alfort).

    Effectivement, dès que la chevrette a perçu la lumière du jour, elle a commencé à gigoter. Une fois libérée de ses entraves, le cervidé a repris sa route. Bravo aux sauveteurs, qui tous espèrent qu’après cet épisode la chevrette échappera aux tirs des chasseurs...

    30 M. d'amis


    4 commentaires
  • Doudounes : la souffrance des oies plumées pour leur duvet

    En hiver, nombreux sont ceux qui achètent des vêtements en duvet. Mais combien savent que pour obtenir ces plumes, arrachées à vif, les animaux endurent les pires souffrances ?

    Nombre de doudounes, vestes ou encore couettes… sont rembourrées avec de vraies plumes d’oies ou de canards. Réputées pour leur légèreté et leur chaleur, elles sont très recherchées par les marques.
    En 2014, la célèbre marque Moncler faisait scandale : un reportage de la chaîne publique italienne Rai 3 montrait les conditions de plumage des oies pour la confection de leurs doudounes en Hongrie. Un an plus tôt, en 2013, la marque Canada Goose se faisait épingler pour ses doudounes composées de plumes d’oies de Bernache du Canada et pour leurs cols en fourrure de coyote…

    Le plumage : une méthode terrible

    En dépit d’une loi européenne qui interdit le plumage des oies vivantes, cette pratique se perpétue sur le territoire de l’UE. Les volatiles sont élevés en batterie, dans de mauvaises conditions, en attendant d’être plumés jusqu’à 4 fois durant leur courte existence. Les plumes sont arrachées dans le cou, le dos et sur la poitrine. Ce plumage réalisé à vif occasionne régulièrement des blessures sur les animaux. Les plaies sont, dans le meilleur des cas, recousues immédiatement et sans anesthésie par les salariés. Les oies déplumées tiennent à peine debout, chancelantes après tant de souffrance.

    La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour faire respecter la loi européenne de 1999 contre le plumage des oies vivantes. Signez notre pétition !

    Les labels n’évitent pas la souffrance

    Pour éviter le scandale, The North Face et d’autres marques ont été à l’initiative de la certification  « normes de duvet responsable » (Responsible Down Standards ou Non Live-Plucked Products Guarantee). Ces labels sont censés garantir que les oiseaux sont plumés après leur mort et non vivants. Malheureusement, ces labels ne sont pas une garantie.
    Une enquête de l’organisation Peta réalisée entre 2012 à 2015 dans les élevages d’oies en Chine (d’où provient 80 % du duvet mondial) montrait que les fournisseurs de duvet mentent sur la provenance des plumes. « Le plumage est fait en secret, nous ne voulons pas arracher les plumes publiquement. Pour faire simple, nous déclarons que tout est déplumé après l'abattage. Si vous dites que c'est plumé à vif, alors personne n'ose en acheter » avoue un représentant de la société chinoise Jilin City Bailing Down Products, visée par l’enquête.

    Doudounes : la souffrance des oies plumées pour leur duvet

    Le duvet « responsable » n’existe pas

    Alors le plumage peut-il être éthique ? Comment être sûr du duvet que l’on achète ? « Il n'y a tout simplement aucune garantie que les plumes n'ont pas été arrachées à la peau d'une oie hurlante », explique Cyril Ernst, porte-parole de Peta France, dans une interview au Nouvel Obs.

    En l’absence de garantie tangible, les consommateurs ont donc tout intérêt à choisir des fibres synthétiques qui sont aussi performantes que les plumes d’oies !

    30 M. d'amis

    Certains humains ne savent que se servir des animaux en les faisant souffrir pour se faire plein de pognon !

    La race humaine est la pire !


    4 commentaires
  • Stop à l'élimination massive des ânes au Burkina Faso

    À l'attention : des autorités Burkinabé

    Les ânes décimés par un trafic organisé de leur peau vers la Chine.

    Les ânes sont, en Afrique et particulièrement au Burkina Faso, les premiers partenaires de travail des familles paysannes. Seul animal de trait ou de transport accessible aux plus pauvres, il est devenu indispensable dans toutes les activités quotidiennes à la campagne.

    Le rôle socio-économique de l’âne n’est plus à démontrer et, grâce à ses nombreux potentiels il contribue à la sécurité alimentaire des populations rurales (traction agricole) et aux économies locales (transports multiples).

    Sa disparition engendrerait des conséquences dramatiques pour l’agriculture familiale et pourtant on note d’ores et déjà une diminution  du cheptel asin alors qu'il était en croissance depuis des décennies.

    La cause : un trafic des peaux vers la Chine !

    Abattages clandestins, vols dans les villages, corruption, inflation, tous les ingrédients sont réunis pour déstabiliser et appauvrir les populations rurales qui vivent au quotidien avec leurs ânes. 

    Grâce, entre autres, à la confédération paysanne Burkinabé, qui a su alerter les autorités, un décret est paru en juillet 2016 qui règlemente les abattages et l’exportation  des peaux de ces animaux.

    Mais le trafic et le massacre continue !

    Le gouvernement du Burkina doit mettre en place tous les moyens pour que cette nouvelle réglementation soit enfin respectée.

    Les acteurs locaux engagés dans la défense des ânes constatent que les abattages clandestins ne faiblissent pas et ils demandent l’application sur le terrain des mesures décrétées en juillet 2016.

    Nous, signataires, ONG, individus, organisations paysannes, associations, syndicats demandons aux autorités Burkinabé de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour faire appliquer concrètement ses décisions et pour stopper définitivement ce trafic.


    Extraits de presse parus en 2015 et début 2016 :
    Saisies, le 6 août 2016, par la gendarmerie de Dakola, 3090 peaux d’âne ainsi que 600 peaux de dromadaire ont été incinérées, dans la ville de Pô dans la soirée du mercredi 28 septembre 2016. En effet, au vu de la disparition de l’espèce asine, le gouvernement burkinabè a adopté, le 7 septembre 2016, le décret n° 2016-857/PRESS/PM/MRAH/MCIA/MINEFID/MATDSI portant réglementation de l’abattage et de l’exportation des asins, des camelins, des équins et de leurs produits, au Burkina Faso. Néanmoins, des exportateurs véreux outrepassent cette mesure gouvernementale et procèdent à un trafic illicite de ces espèces désormais protégées. D’une valeur de plus de 100 millions de FCFA, ces 3690 peaux saisies, à en croire Zéphyrin Zoma, directeur provincial des Ressources animales et halieutiques du Nahouri, étaient la propriété d’un Chinois avec la complicité de certains Burkinabè qui avaient pour intention de l’exporter malgré cette interdiction. [Le Quotidien]

    Les Chinois veulent la peau des ânes du Burkina Faso

    La viande d’âne est très prisée en Chine

    En cause, la très forte demande venue de Chine. Si la viande est très prisée dans certaines provinces de Chine comme le Hunan ou le Henan – car elle est censée avoir des vertus aphrodisiaques –, la peau utilisée par la médecine traditionnelle chinoise est également très recherchée. À tel point que l’élevage chinois des ânes ne suffit plus à satisfaire la forte demande. Depuis quelques années, des réseaux commerciaux se sont mis en place dans plusieurs pays d’Afrique comme le Sénégal, le Mali et le Burkina Faso.

    Au Burkina Faso, les exportations, vers la Chine essentiellement, sont passées de 1 000 peaux au premier trimestre 2015 à plus de 18 000 au quatrième trimestre, selon Adama Maïga. Selon lui, l’exportation s’est intensifiée en 2016 avec 64 951 peaux d’ânes exportées seulement en six mois, ce qui a conduit à une « surexploitation de l’espèce ».

    « À ce rythme, l’âne pourrait disparaître dans cinq ans  » [La Croix]

    Une peau d’âne à prix d’or

    La ruée chinoise pour la peau d’âne a fait grimper les prix. Alors que l’année dernière, la peau d’âne se monnayait à 3 000 F CFA (environ 4,6 €), aujourd’hui, avec la ruée chinoise, elle atteint 40.000 F CFA (environ 61 €). L’âne lui-même ne s’achetait pas à ce prix-là avant l’arrivée des Chinois. Si cette situation persiste, elle peut engendrer deux conséquences : la disparition de l’espèce asine ou son inaccessibilité pour les petits paysans.

    LIEN :

    http://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-elimination-massive-anes-burkina-faso/26552


    9 commentaires
  • Déchirant : abandonné dans un refuge, un chien regarde ses maîtres en choisir un nouveau

    C’est une histoire à vous fendre le cœur. Zuzu, 2 ans, a été abandonnée dans un refuge californien parce qu’elle était « déprimée ». Impuissante, elle a assisté à une scène bouleversante : ses maîtres, en visite au refuge, ont choisi un nouveau chien… devant ses yeux.

     

    Zuzu est une jeune chienne qui vivait dans une maison, en Californie, avec ses maîtres et son père biologique. Mais lorsque celui-ci est décédé, Zuzu est tombée en dépression. Elle ne cessait de pleurer. Un jour, elle a sauté par-dessus la clôture de son jardin et s’est retrouvée chez des voisins… qui ont appelé la fourrière.

    Zuzu s’est alors retrouvée en refuge, sans que ses maîtres s’en soucient. Un jour, cependant, elle s’est mise à battre vivement de la queue. Elle qui était si triste devenait soudainement folle de joie à la vue d’un couple d’humains : c’étaient ses maîtres, et ils étaient revenus la chercher.

    Trop déprimée pour faire partie de la famille 

    Sauf qu’il n’en était rien. Les anciens maîtres de Zuzu étaient bien là, présents devant elle, séparés par un grillage. Mais ce n’était pas pour la ramener à la maison. « Ils m’ont dit qu’ils n’étaient pas là pour la récupérer, qu’ils voulaient un autre chien », a témoigné une employée du refuge. « Leur excuse, c’était qu’elle pleurait et qu’elle était triste depuis la mort de son père. Elle n’était pas un chien heureux. Leur solution, pour son malheur, c’était juste de la laisser ici… et d’aller chercher un nouveau chien », a-t-elle déploré sur les réseaux sociaux.

    La scène, filmée, a rapidement fait le tour du Web, suscitant l’indignation des internautes. Le personnel du refuge cherche désormais pour elle « une maison parfaite » où Zuzu pourra être vraiment aimée.

    Wamiz

    Encore des humains pas dignes de posséder un chien


    4 commentaires
  • L’association de protection des animaux s’est élevée contre les pratiques d’un laboratoire partenaire de l’AFM (Association française contre les myopathies), organisatrice du Téléthon depuis 1987. Une vidéo filmée en caméra cachée montre des chiens visiblement souffrants à cause des expérimentations effectuées sur eux.

    Chaque année, le Téléthon permet de récolter d’importantes sommes d’argent permettant de lutter contre les maladies génétiques neuromusculaires et d’autres maladies génétiques rares. Si le principe et l’initiative sont des plus louables, ils sont entachés par les pratiques en vigueur dans un laboratoire œuvrant en partenariat avec l’AFM, l’Association française contre les myopathies, qui organise le Téléthon en France depuis 1987.

    C’est PETA, l’association « Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux » (People for the Ethical Treatment of Animals) qui dénonce ces faits. Elle s’appuie, pour cela, sur des images tournées en cachette, en 2013, par l’organisation Animal Testing dans le laboratoire de neurobiologie de l'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort (Enva).

    La vidéo en question montre, en effet, des chiens, notamment des Golden Retrievers, visiblement malades et affaiblis.

    Et pour cause : c’est sur ces animaux que sont menées des expérimentations ayant « pour objectifs d’étudier des maladies neuromusculaires canines et félines et d’évaluer les bénéfices thérapeutiques apportés par de nouvelles stratégies de type pharmacologique, génique ou cellulaire ayant déjà fait leurs preuves in vitro ou sur des animaux de petite taille ». C’est le site du laboratoire lui-même qui le précise.

    Ces chiens sont spécifiquement utilisés pour des tests autour des dystrophies musculaires paralysantes. Voici la vidéo montrant les souffrances de ces chiens cobayes

    Chien.fr 


    2 commentaires
  • Belgique : Une chienne abandonnée et attachée avec un collier étrangleur

    L’association Animal Rescue & Cruelty Investigations a lancé une enquête dans le but d’identifier le propriétaire de la chienne pour qu’il réponde de ses actes face à la justice. Quant à la chienne, elle sera placée en famille d’accueil, en attendant son adoption définitive.

    Ce lundi à Hyon (section de la ville belge de Mons, en Région wallonne), près de la rue des Tourtelles, une personne a découvert une chienne attachée et livrée à elle-même. Parce qu’elle portait un collier étrangleur, elle risquait de mourir étranglée en 2 ou 3 jours si elle n’avait pas été retrouvée.

    C’est le triste pronostic livré par Nathalie Simon, bénévole pour l’association Animal Rescue & Cruelty Investigations (ARCI), au site DHNet : « C’est vraiment une chance qu’une personne soit passée par là. Elle a entendu la chienne et en passant par quelques jardins, elle l’a aperçue. La disposition des arbres était telle qu’elle n’était pas visible de tous ».

    Le site précise, par ailleurs, qu’un voisin avait entendu les plaintes de la chienne la veille, mais qu’il n’avait pas pu la voir, puisqu’elle était cachée sous les branchages.

    La chienne, qui semble être une croisée Labrador-Retriever / Dogue de Bordeaux, était attachée aux fils barbelés d’une clôture et n’a pu être libérée de son collier étrangleur qu’avec l’utilisation d’une pince.

    Prise en charge par le personnel de l’association ARCI, elle a été passée au détecteur de puce d’identification, mais il s’est avéré qu’elle n’en portait pas. Les bénévoles sont toutefois déterminés à identifier le propriétaire et l’amener à en répondre devant la justice.

    Pour sa part, la chienne devrait être confiée à une famille d’accueil en attendant d’être proposée à l’adoption.

    Chien.fr

    Celui qui a fait ça est un beau salaud, mais cela ne me surprend pas d'un humain !


    2 commentaires
  • Belgique : Faible et amaigrie, cette chienne n'était gardée que pour la reproduction

    La femelle American Staffordshire Terrier extrêmement négligée était utilisée comme reproductrice par sa propriétaire. La SPA de Charleroi a saisi l’animal et ses petits pour en prendre soin.

    Certains propriétaires de chiens peu scrupuleux ne les élèvent qu’en pensant aux gains financiers qu’ils pourraient en tirer. La santé et le bien-être de ces animaux sont loin de faire partie de leurs priorités.

    Ce genre de situation, la SPA de Charleroi, en Belgique, en rencontre malheureusement assez souvent. Dernièrement, c’est un cas de maltraitance animale découvert à Souvret, en Région wallonne, qu’elle a dû gérer.

    D’après le récit relayé par le journal en ligne belge La Dernière Heure, tout était parti de témoignages reçus par le refuge et faisant état de chiots encore très jeunes vendus sur Internet par un particulier. Le propriétaire en question était, en fait, une femme. Les enquêteurs de la SPA de Charleroi sont parvenus à trouver son adresse et se sont rendus à son domicile. Bien plus que l’accueil plein d’animosité que la locataire des lieux a réservé aux membres du refuge, c’est la vue de l’état de la chienne détenue par la dame et le sort réservé à ses petits qui les ont scandalisés.

    L’animal, une femelle American Staffordhire Terrier, était dans un état de maigreur alarmant, pesant 10 kg de moins que le poids normal pour cette race (entre 25 et 30 kg pour une femelle). Elle s’efforçait malgré tout d’allaiter ses chiots. Sa santé ne préoccupait vraisemblablement pas sa propriétaire, qui cherchait surtout à vendre sa progéniture.

    La SPA de Charleroi a finalement saisi la mère et ses petits. Pour lui permettre de retrouver du poids progressivement, sans bousculer son organisme mis à mal, les bénévoles lui donnent des croquettes destinées aux chiots, en attendant une amélioration de son état global. Grâce aux soins apportés au refuge et le suivi vétérinaire, la chienne a enfin une chance de s’en sortir. Tout comme ses chiots d’ailleurs…

    Chien.fr


    2 commentaires
  • Australie: Trois ouistitis volés dans un zoo près de Sydney

    Ces singes originaires du bassin amazonien mesurent une douzaine de centimètres. - MICK MARIC / SYMBIO WILDLIFE PARK

    Alerte au parc zoologique Symbio au sud de Sydney. Trois ouistitis pygmées, dont un bébé de quelques semaines, ont été enlevés ce samedi. Deux hommes soupçonnés du vol ont été arrêtés et deux des minuscules singes ont heureusement pu être récupérés.

    La police comme la direction du zoo avaient lancé un appel pressant au public pour retrouver les petits primates, un bébé de quatre semaines, son père Gomez, et une femelle de 10 mois, Sophia. Le zoo craignait en particulier la mort du bébé s’il ne retrouvait pas sa mère dans les 24 heures tandis que la survie de sa jumelle était également menacée, la mère étant trop stressée pour continuer à l’allaiter.

    Un ouistiti pygmée peut se vendre jusqu’à 3.500 euros

    Deux hommes de 23 et 26 ans ont été arrêtés par la police. Ils comparaîtront lundi devant un tribunal pour recel de vol. Les policiers ont retrouvé le bébé dans une voiture, la femelle à un autre endroit mais le père demeure introuvable.

    >> A lire aussi : Des trafiquants de ouistitis interpellés à Limoges

    Le bébé affamé a retrouvé sa mère et sa sœur, a déclaré le zoo sur sa page Facebook, expliquant que Sophia était toujours en observation. « La mère a immédiatement pris le petit dans ses bras et celui-ci a commencé à se nourrir ».

    Le mobile du vol pourrait être financier. D’après le Daily Telegraph de Sydney, un ouistiti pygmée peut se vendre jusqu’à 5.000 dollars australiens (3.500 euros) sur le marché noir.

    20 Minutes.fr

    J'espère qu'ils vont retrouver le père !

    Bande d'enfoirés, j'espère qu'ils vont faire de la prison


    5 commentaires
  • Pas-de-Calais: Un cas de grippe aviaire chez un canard de chasse

    Surveillance des canards au lac de Grand lieu (44) - MAISONNEUVE/SIPA

    La grippe aviaire, le retour. Un cas de virus hautement pathogène H5N8 a été officiellement détecté, puis confirmé samedi dans le Pas-de-Calais, parmi 20 canards retrouvés morts, a annoncé lundi le ministère de l’Agriculture.

    Les canards en question étaient « utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d’eau », dans la commune de Marck, précise le ministère. Les canards appelants sont des animaux vivants, souvent capturés à l’état sauvage, maintenus sur une zone de chasse pour attirer des animaux de même espèce.

    Pas d’influence sur les exportations avant Noël ?

    Le ministère assure que ce cas ne modifiera pas le statut international de la France vis-à-vis de la grippe aviaire, qui ne concerne que les « volailles ». Or, précise le ministère, « ces appelants ne faisaient pas partie d’un élevage d’oiseaux domestiques à vocation commerciale ».

    Pour la France, la précision est d’importance, car le pays espère retrouver, le 3 décembre, son statut « indemne » vis-à-vis de l’influenza aviaire, ce qui lui permettra de reprendre les exportations, notamment de foie gras, juste à temps pour Noël. Ce statut avait été perdu fin 2015, lors d’une autre épizootie qui s’était déclarée dans le Sud-Ouest.

    >> A lire aussi : Délivrée de la grippe aviaire, la filière foie gras est-elle prête pour les fêtes?

    Le dernier cas ayant été déclaré le 2 décembre, il faut ensuite douze mois de surveillance sans aucun cas, pour recouvrer officiellement un statut « indemne » auprès de l’organisation mondiale de la santé animale (OIE)

    Le virus n’est pas contagieux pour l’Homme

    « Aucun cas humain lié à ce virus n’a été signalé dans le monde à ce jour », rappelle, en outre, le ministère, dans son communiqué. Le virus H5N8, très infectieux pour les canards, n’a en effet jamais été transmis à l’Homme. Les spécialistes restent vigilants sur une possible mutation, d’où les mesures de surveillance mises en place.

    La Direction départementale de la protection des populations a procédé à l’abattage de l’ensemble des canards appelants du site concerné, et également des volatiles d’un autre site se trouvant à 4 km de Boulogne-sur-Mer, qui avaient été en contact.

    Deux secteurs de surveillance renforcée ont été mis en place dans les communes aux alentours : dans ces zones, des visites systématiques de vétérinaires vérifient l’application stricte des mesures de confinement et de biosécurité des élevages.

    >> A lire aussi : Grippe aviaire: Le risque devient «élevé» dans des zones humides françaises

    Le lieu de détention des vingt canards trouvés morts est situé dans une zone dont le niveau de risque avait été réévalué, considéré comme élevé par arrêté ministériel du 16 novembre, après la détection de nombreux cas en Europe, notamment au Royaume-Uni tout proche, tant au sein des populations d’oiseaux sauvages que d’élevages.

    « La période de migration de certaines espèces joue certainement un rôle majeur dans la diffusion de ce virus », selon le ministère.

    20 Minutes.fr

    Ils ont peur pour leur saloperie de foie gras pour les fêtes de fin d'année !

    Bien fait pour ceux qui chassent ces pauvres canards !

     


    3 commentaires
  • a agi contre les animaux

    sur les thèmes :

    Pictogramme Chasse Chasse

    Pictogramme Corrida Corrida

    Pictogramme Élevage Élevage

    CHANTOUVIVELAVIE : A bas Fillon, il n'aime pas les animaux !

    le 2 novembre 2016 - Dans la presse  

    Pour François Fillon il faut défendre toutes les formes de chasse, la corrida, le gavage, etc.

    Il faut protéger les chasses, toutes les chasses, et les chasseurs. Comme il faut protéger d’autres traditions françaises que l’on veut nous enlever : des traditions culinaires comme le foie gras, les fromages au lait cru, l’élevage des bœufs, des chapons, les traditions taurines auxquelles je tiens particulièrement…
    (extrait de l'interview de François Fillon par Beaudouin de Saint Leger, chassons.com)

     
     

    Ne manquez pas d'aller voir de temps en temps "Politiques Animaux", menu de gauche dans AIDONS LES ANIMAUX


    7 commentaires
  • Normandie: Un ado et un sexagénaire meurent dans des accidents de chasse

    Deux accidents de chasse ont endeuillé de Normandie, ce samedi.

    En fin de matinée, un adolescent de 16 ans a été tué accidentellement lors d’une partie de chasse organisée à Perriers-sur-Andelle (Eure), tandis qu’un sexagénaire a été touché mortellement au sud de Rouen (Seine-Maritime), a-t-on appris auprès de la police et de la gendarmerie.

    « Un jeune de 16 ans a été victime d’un tir de carabine, il s’agit d’une erreur de manipulation de l’arme. Le jeune homme a été atteint à la tête, il est décédé sur le coup », a indiqué à l’AFP le capitaine du groupement de gendarmerie de l’Eure.

    « Il n’y a pas de lien de parenté entre l’auteur du coup et la victime », a-t-il précisé. Une enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie des Andelys.

    Une balle tirée par un cousin

    A peu près au même moment, également en Normandie, un sexagénaire a été tué lors d’une partie de chasse en famille dans la forêt domaniale de La Londe, à la frontière entre l’Eure et la Seine-Maritime. Selon le parquet de Rouen, la victime était âgée de 68 ans.

    D’après la police, une balle tirée par un de ses cousins aurait ricoché et atteint la victime à la tête. D’après les premières constatations, il s’agit d’un accident. L’auteur du tir, très choqué, a été hospitalisé.

    20 Minutes.fr

    Fallait pas aller à la chasse pour tuer de pauvres animaux innocents ! C'est un juste retour des choses !


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique