• Dernières prises de position "Politique & Animaux"

     

    Ces députés ont voté pour le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 26 mai 2018,
    12 politiques ont agi pour les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 13% des Français sont végétariens ou envisagent de le devenir, selon un sondage OpinionWay de 2016 (source : Terra eco).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté pour le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté contre le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 26 mai 2018,
    72 politiques ont agi contre les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 13% des Français sont végétariens ou envisagent de le devenir, selon un sondage OpinionWay de 2016 (source : Terra eco).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté contre le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548) on Facebook
     

     

    Ces députés se sont abstenus lors du vote sur le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 26 mai 2018,
    3 politiques ont penché contre les animaux

    Laissent faire sans réagir

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 13% des Français sont végétariens ou envisagent de le devenir, selon un sondage OpinionWay de 2016 (source : Terra eco).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés se sont abstenus lors du vote sur le droit à un menu végétarien dans les cantines des crèches et des écoles maternelles (amendement 548) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté pour la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    13 politiques ont agi pour les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté pour la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté contre la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    52 politiques ont agi contre les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté contre la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227) on Facebook
     

     

    Ces députés se sont abstenus lors du vote sur la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    5 politiques ont penché contre les animaux

    laissent faire sans réagir

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés se sont abstenus lors du vote sur  la désignation d'un "responsable de protection des animaux" dans les transports maritimes d'animaux de plus de huit heures (amendement 227) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté contre l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    54 politiques ont agi contre les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 68% des Français se déclarent opposés à l’exportation d’animaux d’élevage vivants hors de l’Union Européenne, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté contre l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté pour l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    8 politiques ont agi pour les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 68% des Français se déclarent opposés à l’exportation d’animaux d’élevage vivants hors de l’Union Européenne, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté pour l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228) on Facebook
     

     

    Ces députés se sont abstenus lors du vote sur l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    4 politiques ont penché contre les animaux

    laissent faire sans réagir

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 68% des Français se déclarent opposés à l’exportation d’animaux d’élevage vivants hors de l’Union Européenne, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés se sont abstenus lors du vote sur l'exigence de garanties sur les conditions d'abattage des animaux exportés vivants (amendement 228) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté contre la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    56 politiques ont agi contre les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté contre la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224) on Facebook
     

     

    Ces députés se sont abstenus lors du vote sur la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    3 politiques ont penché contre les animaux

    laissent faire sans réagir

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés se sont abstenus lors du vote sur la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224) on Facebook
     

     

    Ces députés ont voté pour la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224)

    Soumis par Samuel L214
     

    Le 27 mai 2018,
    10 politiques ont agi pour les animaux

    Cet amendement a été rejeté par l'Assemblée nationale alors que 89% des Français sont favorables à une limitation de la durée de transports d’animaux vivants à un maximum de huit heures, selon un sondage IFOP de 2017 (source : CIWF).

    → Lire la suite

    lire la suite

    share on Twitter Like Ces députés ont voté pour la limitation de la durée des transports à 8H pour les mammifères et 4H pour les oiseaux et lapins (amendement 224) on Facebook
     
    Devenez vous-même lanceur d'alerte !
    L214 - Éthique & Animaux
     

    Politique & Animaux est animé par
    l'association de protection animale
    L214 - Éthique & Animaux ←

     
    Vous recevez ce courriel parce que vous vous êtes inscrit-e sur le site www.politique-animaux.fr afin d'être régulièrement informé-e sur son actualité.


    Se désinscrire de cette lettre d'information
    Mettre à jour vos informations



    L'adresse de notre lettre d'information :
    Politique & Animaux
    CS20317
    LYON 08 Cedex 69363
    France

    Add us to your address book

     

    Pour voir ces articles allez cliquer sur le lien dans le menu à gauche !  


    5 commentaires
  • Brest: Il lâche ses deux pitbulls dans un enclos de moutons

    Illustration

    L’écopâturage remporte un franc succès auprès des collectivités, désireuses de remplacer les tondeuses par des animaux. Problème, certaines personnes ne se montrent pas toujours tendres avec les bêtes et peuvent même se révéler très cruels. C’est le cas de cet homme qui n’a rien trouvé de mieux que de lâcher ses deux pitbulls dans un enclos où se trouvaient des moutons samedi soir dans un parc du quartier de Recouvrance à Brest, rapporte Ouest-France.

    Prise de panique, une brebis s’est échappée de l’enclos et reste toujours introuvable. Une autre bête a également été blessée. L’éleveur devait porter plainte ce mardi, précise le quotidien. Ces derniers jours, d’autres actes de malveillance ont été signalés à Brest où des enclos ont été volontairement abîmés ou ouverts dans les quartiers de Bellevue et de Saint-Pierre.

    20 Minutes

    Encore un abruti de mec !


    5 commentaires
  • Japon: 122 baleines enceintes tuées au cours d'une expédition dans l'Antarctique

    © HO / AUSTRALIAN CUSTOMS SERVICE / AFP Un bateau japonais pêchant la baleine

    122 baleines enceintes ont été capturées et tuées par cinq baleiniers japonais. Le pays assure qu'il s'agit d'une chasse à visée scientifique pourtant le Premier ministre a répété sa volonté de reprendre la chasse commerciale.

     

    Les pêcheurs japonais ont tué 122 baleines de Minke enceintes au cours d'une très controversée expédition annuelle dans l'Antarctique, dénoncée par les défenseurs des animaux comme "macabre et inutile".

     

    "Macabre et inutile"    

    Durant cette campagne de quatre mois terminée fin mars, au total 333 baleines ont été capturées, dont 122 se trouvaient en période de gestation tandis que des dizaines d'autres étaient immatures, selon un rapport soumis par les autorités à la Commission baleinière internationale (CBI) le mois dernier.

    L'organisation de protection des animaux Humane Society International a jugé ces chiffres "choquants", y voyant "un triste témoignage de la cruauté de la chasse à la baleine japonaise".

    "C'est une nouvelle preuve de la nature réellement macabre et inutile de la chasse à la baleine, alors qu'il est avéré que des recherches non létales sont suffisantes pour des visées scientifiques", a jugé une des responsables du groupe, Alexia Wellbelove.

     

    Ecoulée sur le marché  

    Le Japon est signataire du moratoire de la CBI sur la chasse aux baleines, qui date de 1986, mais il affirme la pratiquer pour effectuer des recherches, près de ses côtes dans le Pacifique ainsi que dans l'Antarctique, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.

    La Norvège et l'Islande sont les seuls pays au monde à pratiquer ouvertement la chasse commerciale. Tokyo, de son côté, tente de prouver que la population de baleines est assez importante pour supporter une reprise de la chasse commerciale.

    L'Agence japonaise des pêches a de nouveau défendu ce jeudi la position du pays, soulignant que les cétacés en gestation n'avaient pas été spécifiquement ciblés. "Nous capturons les baleines de manière totalement aléatoire", a affirmé Yuki Morita, chargé du sujet au sein de l'agence.

    "Le comité scientifique de la CBI atteste du fait que le nombre de baleines que nous chassons est conforme à ce qui est nécessaire pour effectuer des recherches, et non à un niveau susceptible de mettre en danger la conservation des stocks", a-t-il insisté. "Le ratio élevé de femelles enceintes est notable (...), suggérant que nous pouvons espérer une croissance des stocks", a ajouté le fonctionnaire.

     

    Reprise de la chasse commerciale    

    L'Agence des pêches avait indiqué plus tôt cette année étudier une rénovation de sa vieillissante flotte baleinière, et le Premier ministre Shinzo Abe a répété la volonté du Japon d'"explorer toutes les possibilités pour reprendre la chasse commerciale".

    La consommation de baleine a une longue histoire dans l'archipel nippon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles. L'industrie baleinière a connu son essor après la Seconde guerre mondiale, pour apporter des protéines animales aux habitants du pays.

    Cependant, la demande des consommateurs japonais pour la chair de baleine a considérablement diminué ces dernières années ce qui, hormis pour les professionnels du secteur, rend douteux le sens des missions baleinières.

    BFM.TV

    Le Japon, la Chine, le Vietnam, des asiatiques qui maltraitent les animaux !


    4 commentaires
  • L'ARGENT COLLOÏDAL POUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

    Étant donné les résultats positifs observés chez l'homme lors de l'utilisation d'argent colloïdal, de plus en plus de propriétaires d'animaux de compagnie utilisent l'argent colloïdal pour aider leurs chiens, chats, poissons ou chevaux à lutter contre les infections qu'ils pourraient contracter.

    En effet, il a été démontré que l'argent colloïdal est efficace sur plus de 650 pathogènes, qu'il détruit les microbes en moins de 6 minutes et qu'il est non-toxique*(1). Il faut savoir que l'argent est utilisé depuis des millénaires pour ses propriétés antiseptiques (antibactérien, antivirus et antifongique).

     

    Le journaliste santé Steve Barwick, utilise systématiquement l'argent colloïdal lorsque ses 4 chiens ou son chat montrent les premiers signes de maladie. Lorsqu'il remplit 2 bols d'eau, l'un avec et l'autre sans argent colloïdal, les animaux vont à chaque fois choisir l'eau contenant le métal noble*(2). Plusieurs autres internautes ont fait le même constat.

    Rapidement, ils vont montrer des signes de récupération. Un de ses labradors, qui fut abandonné par son propriétaire dans le désert, était mal en point: il souffrait de nombreuses tumeurs et d'arthrite. Lorsque Mr. Barwick administra de l'argent colloïdal de manière régulière, les symptômes diminuèrent significativement, au point que le chien pu courrir et faire de longues marches dans la nature sans montrer de signes d'essouflement ou de douleurs.

    A ce jour, encore trop peu de données scientifiques ont été publiées démontrant que l'argent colloïdal est efficace pour soigner les animaux. S'il a de nombreux impacts positifs sur l'homme (ce fut un produit de base de la pharmacopée du début XXème, il fut utilisé pour traiter la syphillis et la gonorrhée entre autres), il est légitime d'en déduire qu'il puisse avoir un effet antiseptique sur les animaux. Et c'est ce que constatent de nombreux propriétaires qui partagent leur expérience sur la toile.


    5 commentaires
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs: Bardot écrit à Macron "son écoeurement"

    L'Assemblée nationale a refusé d'imposer la vidéosurveillance aux abattoirs lors d'un vote dans la nuit de dimanche à lundi, provoquant la colère de Brigitte Bardot.

    Brigitte Bardot a écrit ce lundi au président Emmanuel Macron pour lui dire son "écoeurement", après le refus de l'Assemblée nationale d'imposer la vidéosurveillance aux abattoirs. 

     

    "Vous restez inactif face à la souffrance des animaux"

    Les députés ont voté dans la nuit de dimanche à lundi le principe d'une expérimentation de la vidéosurveillance dans des établissements volontaires.

    "Ce week-end, votre majorité a rejeté les attentes d'une majorité de Français, trahissant au passage vos engagements de campagne", écrit l'ancienne actrice, pour qui "l'Assemblée s'est transformée en un pitoyable théâtre de Guignol où le ministre Stéphane Travert (...) a balayé tous les amendements progressistes pour ne surtout rien modifier des scandaleuses conditions d'exploitation des animaux en France".

    "Monsieur le Président, tout cela est écoeurant, vous avez le pouvoir d'agir et vous restez inactif face à la souffrance des animaux", dit-elle dans sa lettre ouverte, ajoutant que "la société n'est nullement défendue ni même représentée par votre gouvernement aux ordres des chasseurs et de la FNSEA".

     

    "Ne prenez pas la marche "de Travert""    

    "Resterez-vous sourd encore longtemps aux attentes d'une majorité de Français et d'une souffrance animale intolérable ? (...) Ne prenez pas la marche de "Travert"!", demande-t-elle encore.

    Avant l'examen du projet de loi agriculture et alimentation, Brigitte Bardot avait produit une petite vidéo au côté de Rémi Gaillard pour réclamer une obligation de mise en place de caméras dans les abattoirs.

    BFM.TV

    Pourquoi travert avec un t ?  Ah, parce que le ministre s'appelle Travert !!!

     

    Vidéosurveillance dans les abattoirs: Bardot écrit à Macron "son écoeurement"

     Une promesse de plus non tenue !


    4 commentaires
  • Il existe un village dans l’Arkansas où l’on balance des dindes depuis un avion chaque année

    Dans l’Arkansas, au sud des États-Unis, on ne peut pas vraiment dire que le lancer de dinde soit un sport national. Excepté dans le village de Yellville, où la tradition – mais d’où vient-elle donc ? – veut que chaque année, depuis plus de cinquante ans, à l’automne, on balance des dindes depuis un avion en plein vol. Des dindes vivantes.

     

    Lors de ce festival, nommé Turkey Trot, un pilote anonyme (surnommé le Pilote Fantôme) s’élève avec son engin à des centaines de mètres au-dessus du sol, d'où il envoie plusieurs oiseaux valdinguer dans les airs. Il arrive que les dindes s'écrasent par terre mais, régulièrement, elles survivent à l'atterrissage. En 2016, une douzaine d'entre elles ont été lancées et deux sont mortes en touchant le sol. Une fois les dindes lâchées dans les airs, les festivaliers partent à la recherche de ces pauvres volailles dans une sorte de grande quête commune.

    Dans cette petite ville d'à peine plus d'un millier d'habitants où il y a peu d’animation, le festival est "la plus grande attraction" de l’année, comme le souligne une interviewée dans le reportage ci-dessus. La date et la source de ce document nous sont inconnues, mais on peut bien y sentir que ce festival, c'est le grand moment de folie annuelle de Yellville. La PETA, l'association internationale de défense des animaux, s'engage chaque année contre ce festival et sa cruauté envers les dindes. Ils ont également publié un reportage cette année.

    Mais cette année, le Turkey Trot, qui a eu lieu le 14 octobre, a été émaillé de débats et de polémiques un peu plus importantes qu'à l'habitude. En 2016, plusieurs groupes de défense des animaux se sont emparés du sujet, notamment sur les réseaux sociaux où la page Facebook du festival avait été envahie par des opposants. Puis un article de blog très critique envers le festival avait été publié sur le site de l'Arkansas Times et était devenu viral.

    Bref. En cette édition 2017, un climat terrible régnait donc sur la petite ville de Yellville où, rappelons-le encore une fois au cas où ce n'était pas clair, on a l’habitude de jeter gaiement des dindes depuis des avions. L'Associated Press, ainsi que la chaîne de télévision locale WREG-TV, ont même suivi l'affaire. De sorte que la FAA, l’administration chargée de l’aviation civile, saisie par un militant des droits des animaux peu avant le festival, a été forcée de réagir.

    Celle-ci vient tout juste de rendre son verdict, dans un entretien au HuffPost daté du samedi 18 novembre : "Notre régulation ne se préoccupe que des 'objets' et spécifie qu'ils peuvent être envoyés depuis un avion à partir du moment où il n'y pas de danger pour les personnes ou propriétés au sol", explique le porte-parole de l'administration. "Dans ce cas, les enquêteurs ont déterminé que le pilote ne violait pas les règles de prudence de la FAA parce que les dindes étaient lancées près d'un parc ou d'un ruisseau." !!!

    Bon, personnellement, je pense que c'est le communiqué, le statement, comme disent les anglophones, le plus lunaire que j'ai lu. C'est histoire va au-delà de mon entendement. J'espère toutefois qu'un jour viendra où les dindes prendront leur envol et ne mettront plus jamais les pieds dans le terrifiant village de Yellville, Arkansas.

    M

    Encore une bande de sauvages arriérés qui s'amusent en faisant souffrir des animaux. Ce sont eux qu'il faudrait jeter dans les airs ! !


    4 commentaires
  • Passez à 2mn si vous êtes impatient !

    Que serait devenue cette chienne avec  ses 8 bébés si ces personnes n'avaient pas insisté pour la retrouver ? Merci à eux.


    5 commentaires
  • Souffrance animale : entre les associations et la FNSEA, une longue guerre de communication

    Sur Europe 1, la présidente de la FNSEA a fermement répondu mardi aux vidéos de Sophie Marceau, Brigitte Bardot et Rémi Gaillard contre la maltraitance animale, alors que l'Assemblée examine le projet de loi agriculture et alimentation.

     

    Sophie Marceau, Brigitte Bardot, Rémi Gaillard… Alors que s’est ouvert mardi l’examen du projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, plusieurs personnalités ont décidé de donner de la voix contre la maltraitance des animaux, relayant les images chocs d'associations comme L214. La FNSEA, principal syndicat agricole, minimise quant à elle les pratiques décriées. Sur Europe 1 mardi, sa présidente Christiane Lambert n'a pas hésité à parler d'un "militantisme radicalisé" !

     

    Des images violentes pour secouer l'opinion

    À grands coups de vidéos clandestines tournées dans des élevages et des abattoirs, L214 a fini par s'imposer dans le débat public sur les animaux depuis plusieurs années. Poussins broyés vivants, poules couvertes de parasites, moutons écartelés, bovins saignés à vif, porcs asphyxiés : l'association fondée en 2008 par deux militants "végans" entend secouer l'opinion via des images choquantes.

    Lundi et jeudi dernier, deux vidéos épinglaient ainsi les pratiques d'élevages de poules en cages dans la Somme et la Manche. Dimanche, une autre montrait les gallinacés côtoyer des cadavres fossilisés de volatiles dans une usine des Côtes d’Armor, le tout commenté par Sophie Marceau.

     

    Des stars pour donner davantage de visibilité

    Les associations de défense et de protection des animaux peuvent en effet compter sur le soutien de plusieurs célébrités. Outre Sophie Marceau, Brigitte Bardot et Rémi Gaillard ont pris la parole lundi pour réclamer la vidéosurveillance dans les abattoirs, comme l'avait promis le candidat Emmanuel Macron.

    Le petit film diffusé sur les réseaux sociaux montre l'actrice dans son jardin de La Madrague, découvrant de nouvelles images de l'abattoir d'Alès, dans le Gard, tournées en caméra cachée en février 2018 selon Rémi Gaillard. Des vaches vivantes suspendues par la patte, un cochon frappé quand il tente de fuir... "Il y a un petit veau qui vomit le lait qu'il a tété de sa mère !", s'insurge "BB", effarée. "Les animaux doivent être étourdis avant la saignée !"

    Avec cette vidéo, l'ex-actrice a expliqué à l'AFP vouloir toucher "un maximum de gens, pour leur demander de faire attention à ce qu'ils mangent quand ils mangent un bifteck ou une côte de porc".

    "C'est facile de se servir d'égéries pour faire passer un message", a de son côté critiqué le vice-président de la FNSEA, Etienne Gangneron, lui aussi interrogé par l'AFP. "Je veux bien que Sophie Marceau se découvre une passion pour les poules, c'est bien que les gens se passionnent pour ce sujet-là, mais regardons quelques réalités d’éleveurs. J'ai envie de l'inviter à venir visiter un élevage", a aussi taclé la présidente du syndicat.

    Ces critiques ne semblent pas affecter Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de L214. "Le fait que des personnalités s’expriment légitime ce combat", souligne cette ancienne enseignante de physique appliquée dans Le Parisien.

    Rémi Gaillard s'était d'ailleurs déjà enfermé dans une cage pour dénoncer la condition d'un animal de la SPA. L'animateur Stéphane Bern, lui, avait aussi prêté sa voix à L214, tout comme les actrices Hélène de Fougerolles et Pamela Anderson, qui ont par le passé participé à des campagnes de sensibilisation. Vendredi dernier, à la veille de la feria de Pentecôte de Nîmes, dans le Gard, l'ancienne star de la série Alerte à Malibu a notamment dévoilé une pétition contre la corrida, ayant recueilli plus de 500.000 signatures.

     

    Un calendrier soigneusement choisi

    Les dates de ces opérations ne sont jamais liées au hasard. L'objectif est clair : peser directement dans le débat. "L214 sort ces vidéos non pas pour protéger les animaux mais dans un calendrier politique", dénonce ainsi le vice-président de la FNSEA, à propos de la vidéo relayée par Sophie Marceau, dont les images datent du mois de mars. "S'ils voulaient protéger les animaux, ils l'auraient publiée avant", argue-t-il à l'AFP.

    L'offensive en faveur de la cause animale se fait généralement de façon groupée. Greenpeace a par exemple dévoilé lundi une étude estimant que les enfants consomment trop de protéines animales à la cantine, sans véritable offre alternative végétarienne.  

    Les associations tentent ainsi de peser sur les députés, qui examinent mardi le projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation. Il faut dire que le texte discuté fait l'impasse sur plusieurs promesses du candidat Macron : l'amendement LREM visant à interdire à la vente les œufs pondus par des poules en cage a été retiré par le gouvernement le 20 avril, tout comme la proposition du député Oliver Falorni de rendre le contrôle vidéo obligatoire dans les abattoirs.

    Tribunes, pétitions, incitations à écrire à son député. Pour les associations, tous les moyens sont bons pour avoir voix au chapitre. En décembre dernier, 21 ONG parmi lesquelles L214 et la Fondation Brigitte Bardot, mais aussi 30 Millions d'Amis, PETA France ou la SPA avaient déjà adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander d'interdire l'élevage des poules pondeuses. Une requête visiblement pas suivie d'effets.

    Un "militantisme radicalisé" selon les syndicats agricoles

    Patronne de la FNSEA et éleveuse de porcs dans le Maine-et-Loire, Christiane Lambert a toujours reproché à l'association L214 son "prosélytisme" anti-viande et des "montages" vidéo qui "ne montrent que ce qui ne va pas". "Ces images existent, mais elles représentent une à deux minutes sur 60 minutes de films", a-t-elle répété mardi au micro de la matinale d'Europe 1. Pourtant, de plus en plus de témoignages mettent en lumière les méthodes choquantes de certains abattoirs. Parmi eux, celui de Mauricio Garcia Pereira. Salarié pendant sept ans dans l'abattoir de Limoges, l'homme de 49 ans a lancé l'alerte en filmant de près la maltraitance animale pour L214. Une maltraitance quotidienne, selon lui. "Vous n'avez vu que quelques images, moi j'en ai vu des milliers. J'ai des milliers de veaux dans ma tête", raconte-t-il sur Europe 1

    Si la FNSEA s'efforce de minimiser les faits, c'est aussi pour mieux isoler ces associations, coupables selon elle d'un "militantisme radicalisé". "Aujourd'hui, c'est l'anti-viande qui prend le pas sur le bien-être animal. Leur finalité, c'est l'arrêt de l'élevage, libérer les animaux et vider les abattoirs. C'est une autre société !", souligne-t-elle.

    Tout comme Laurent Pinatel, le porte-parole de la Confédération paysanne, dénonçait en octobre dernier une association "enfermée dans une idéologie complètement déconnectée de ce que peut être la réalité des éleveurs", Christiane Lambert s'évertue aussi à pointer du doigt l'attitude "stigmatisante" de ces associations vis-à-vis d'éleveurs déjà sous forte pression.

    "Il y a eu un appel lancé aux députés pour arrêter les poules en cages. Moi j'ai envie d'appeler les députés pour arrêter les faillites d'agriculteurs. Est-ce que ce n'est pas aussi important ?", a-t-elle encore lancé mardi, redirigeant le curseur sur la situation des agriculteurs. Et d'appuyer : "quand ils entendent ces sujets-là, ils se demandent si on vit tous dans le même pays."

    Face à la pluie d'amendements déposés par les députés, l'Assemblée nationale siègera finalement le week-end prochain sur le projet de loi concernant l'agriculture et l'alimentation. Le vote en première lecture se déroulera quant à lui le 30 mai.

    Europe 1

    FNSEA :  Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles

     A Christiane Lambert , présidente de la FNSEA : ces videos sont bien réelles; alors tu la fermes ! On en a marre de voir souffrir les animaux ! 

    Exigeons la video surveillance dans les abattoirs !

    Boycottons les œufs de poules élevées en batterie !


    4 commentaires
  • Savoie: Huit mois ferme pour avoir massacré son chiot à la hache

    Photo d'illustration

    Le père de famille de 37 ans ne voulait pas d'un chien avec une patte cassée...

    Il avait massacré la petite chienne sous les yeux terrorisés de ses enfants et de sa femme.

    Un père de famille de 37 ans a été condamné ce jeudi à huit mois de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) pour avoir abattu le chiot de trois mois à coups de hache, sous prétexte que l’animal avait la patte cassée.

    Une peine de 18 mois ferme avait été requise à son encontre le 16 avril dernier. Le jour du drame, l’homme était allé récupérer le chiot chez le vétérinaire et l’avait exécuté, une fois rentré chez lui.

     

    Violent avec sa femme et ses enfants

     

    Poursuivi pour sévices graves ou actes de cruauté sur animal domestique, le prévenu a également été reconnu coupable de violence sur conjoint et sur mineur de moins de 15 ans. Il a été maintenu en détention.

    L’audience du mois d’avril avait permis de révéler que l’homme imposait un climat de terreur dans sa famille. Sa femme et les 5 enfants étaient régulièrement frappés ou humiliés, certains étant même enfermés dans des placards en guise de punition.

    20 Minutes

    18 mois requis et seulement 8 mois fermes donc il ne fera rien !

    Honte à la justice, le geste de ce salaud est intolérable, l'horreur !


    4 commentaires
  • Souffrance animale : Gap, H&M et des géants du textile disent stop au mohair

    Vers la fin des pulls et vêtements en laine mohair dans les rayons d’H & M ou de Gap… À la suite d’une enquête menée par l’association Pour une éthique dans le traitement des animaux (PETA) sur le traitement des chèvres angora, plusieurs enseignes du textile ont annoncé la fin des achats de laine mohair pour leur ligne de vêtements.

     

    Alors que 50 % de la production de laine mohair est réalisée en Afrique du Sud, l’association a diffusé ce mercredi une enquête montrant des chèvres terrorisées et maltraitées pendant la tonte.

    Selon l’association, la tonte est une opération « extrêmement stressante pour les chèvres qui sont terrifiées lorsqu’elles sont projetées au sol pour être tondues », explique l’association. En outre, les enquêteurs de l’association qui ont visité 12 élevages ont répertorié de nombreuses pratiques traumatisantes : des animaux jetés dans des solutions nettoyantes, des tontes qui occasionnent des blessures en coupant des lambeaux de peau, des mutilations, des castrations sans antidouleur…

    Certaines chèvres meurent de froid

    De l’aveu même d’un éleveur, au moins 25 % des chèvres meurent avant leur première tonte qui a généralement lieu alors qu’elles ont 6 mois. Par ailleurs, après la tonte, certaines chèvres meurent tout simplement de froid. En principe, les chèvres sont exploitées pendant cinq ou six ans. 90 % des animaux sont alors vendus pour l’abattage.

    Face à ces faits, le groupe Arcadia a annoncé qu’il ne fournira plus en mohair ses huit marques dont Topshop et Topman, tout comme le groupe Gap Inc. Les sept marques d’Inditex, dont Zara, Bershka et Stradivarius, et le groupe H & M devraient suivre le mouvement en se défaisant complètement du mohair d’ici 2020, comme l’ont annoncé des porte-paroles du groupe.

    Le Parisien


    4 commentaires
  • La ville de Nîmes invite 400 écoliers du CP au CM2 à une exposition vantant la corrida

    Jean-Paul Fournier (LR)

    La ville de Nîmes invite 400 écoliers du CP au CM2 à une exposition vantant la corrida

    Des capes et des épées, des taureaux et des toreros. Mais aussi du sang et de la souffrance, de l’agonie et de la violence : voilà le menu de cette sortie culturelle proposée par la ville de Nîmes à 400 écoliers, du CP au CM2. Cette opération s’inscrit dans le cadre de Rendez-vous en terre d’Aficion, un week-end d’initiation à la tauromachie et de célébration de la culture taurine, entièrement gratuit, organisé jusqu’au 6 mai par la mairie nîmoise et les clubs taurins, et parrainé par un torero espagnol. Point d’orgue de ces festivités : une corrida, ce dimanche.
    (extrait de l'article de Sarah Finger, Libération)

     

    Politique et Animaux

    Merci d'aller voir Politique et Animaux dans mon menu à gauche !

    UN LIEN  :  https://www.politique-animaux.fr/corrida/ces-villes-accueillent-ou-organisent-des-corridas-en-2018


    5 commentaires
  • Avec des bouts de video avec Sophie Marceau, les promesses non tenues de macron, reportage attaque des vegans sur des boucheries, les gens mangent  moins de viande, reportage chez un éleveur dans le Nord où les porcs sont libres, etc.

     

    Ajoutée le 21 mai 2018

    "Nous devons agir car nous ne pouvons plus tolérer d'être complices de la maltraitance des animaux, contraire à nos valeurs, à notre éthique et au respect du vivant." Dans une nouvelle vidéo publiée dimanche par l'association L214, l’actrice Sophie Marceau se fait porte-parole du combat contre l’élevage de poules en cage. Dans la pénombre d’un établissement dans les Côtes-d'Armor, on peut voir des volatiles entassés dans des cages à perte de vue, forcés de cohabiter avec des cadavres en décomposition. Cette nouvelle vidéo choc intervient deux jours avant l’examen en séance publique de la loi agriculture et alimentation, qui comprend un volet sur la maltraitance animale. Pourtant promise par Emmanuel Macron, la mesure de contrôle vidéo dans les abattoirs a été abandonnée. Les amendements de défense animale déposés par les députés de la France Insoumise ont tous été rejetés. Le débat autour du projet de loi s’annonce donc houleux dans l’hémicycle, y compris au sein du parti LREM. Aujourd’hui, 7 poules pondeuses sur 10 sont élevées en cage : une pétition contre ce système a dépassé les 97 000 signatures.

    Vitres brisées, tags sur les murs : à Lille, des militants végans ont attaqué une boucherie et une poissonnerie la semaine dernière. Décrits comme un groupe de gens "aux allures de casseurs" par une gérante, ils se revendiquent comme "antispécistes", c’est-à-dire contre une hiérarchie entre les êtres humains et les animaux. Sur les réseaux sociaux, certains internautes dénoncent un "terrorisme végan". En France, la consommation de viande est en baisse depuis les années 90 et le véganisme fait de plus en plus d’adeptes aujourd’hui. Mais serons-nous tous végans demain ?

    Face aux élevages productivistes et au rythme industriel des abattoirs, certains agriculteurs veulent incarner un changement. Contre des établissements surpeuplés et multi-espèces, ils s’engagent pour plus d’éthique et de respect envers les animaux. Cette démarche interroge également le coût et la qualité des produits. Peut-on consommer éthique aujourd’hui ?

    A la veille de la consultation à l’Assemblée sur le projet de loi alimentation, les nouvelles vidéos de L214 auront-elles un impact ? Les abattoirs et les élevages en France sont-ils suffisamment contrôlés ? Comment peut-on modifier notre consommation pour plus de respect envers les animaux ?


    Invités :
    Eric FOTTORINO - Directeur de l’hebdomadaire "Le 1"
    Eric BIRLOUEZ - Ingénieur agronome et sociologue de l’agriculture et de l’alimentation
    Emmanuelle DUCROS - Journaliste économique à "L’Opinion", spécialiste des questions agricoles
    Catherine Helayel - Juriste et présidente de l’association "Animal, justice et droit"


    5 commentaires
  • Les adoptions dans les refuges de la SPA ne permettent plus de compenser l'afflux d'animaux abandonnés. A l'approche des grandes vacances, la Société protectrice des animaux lance un appel en France.

     

    Les adoptions sont en baisse à la SPA.

    Depuis le début de l'année 2018, la Société protectrice des animaux constate un recul de plus de 10% qui touche l'ensemble des refuges en France, quels que soient les départements. Invitée de franceinfo ce dimanche, la présidente bénévole de l'association, Natacha Harry, lance un appel à la mobilisation auprès des amis des chiens et des chats.

     

    "C'est vraiment un phénomène national qu'on n'arrive pas à s'expliquer", explique-t-elle, d'autant que les adoptions étaient en hausse régulièrement depuis ces cinq dernières années. Il y aurait actuellement entre 9 et 10 000 chiens et chats dans les refuges de la SPA et ils y restent plus longtemps. 

     

    A l'approche des grandes vacances, "une période très forte en matière d'abandons", la SPA se demande comment elle va faire pour accueillir tous les animaux dans des refuges "à saturation quasiment partout". Natacha Harry lance donc un appel aux Français pour qu'ils viennent prendre en charge un animal, tout en rappelant que l'adoption est "un acte engageant, raisonné". "Si nous ne sommes pas en capacité de les accueillir", s'inquiète la présidente de la SPA, chiens et chats "vont finir en fourrière".

    Refuges saturés, adoptions en baisse : la SPA lance un appelLes adoptions dans les refuges de la SPA ne permettent plus de compenser l'afflux d'animaux abandonnés. A l'approche des grandes vacances, l


    6 commentaires
  • Abattoirs : Bardot et Rémi Gaillard interpellent en duo le gouvernement

    On a en commun une révolte terrible contre la façon dont on tue les animaux dans les abattoirs».

    Brigitte Bardot et Rémi Gaillard demandent dans une vidéo, que la vidéosurveillance soit imposée aux abattoirs comme l’avait promis le candidat Emmanuel Macron.

    Incarnation de deux générations, l’actrice et l’humoriste, grands amis des bêtes, ont choisi de diffuser leur petit film sur les réseaux sociaux lundi, veille du début de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi agriculture et alimentation.

    Les images montrent BB dans son jardin de La Madrague découvrant de nouvelles images de l’abattoir d’Alès (Gard), déjà épinglé en 2015, tournées en caméra cachée en février 2018 selon Gaillard.

    Des vaches vivantes suspendues par la patte, un cochon frappé quand il tente de fuir... «Il y a un petit veau qui vomit le lait qu’il a tété de sa mère!», s’insurge l’ex-actrice effarée. «Les animaux doivent être étourdis avant la saignée!»

    Le bouffon et la reine

    Avec cette vidéo, Brigitte Bardot explique à l’AFP vouloir toucher «un maximum de gens, pour leur demander de faire attention à ce qu’ils mangent quand ils mangent un bifteck ou une côte de porc». L’idée de ce «duo explosif» est venue du comédien. «On est tous des enfants de Brigitte Bardot quand on aime les animaux! Je ne suis qu’un bouffon, c’est un peu la reine», a-t-il dit à l’AFP.

     

     

    Dans leur collimateur, le ministère de l’Agriculture qui a retiré du projet de loi le contrôle vidéo obligatoire en abattoir.

    «La vidéo (d’Alès) nous montre ce qui peut nous être caché», dit Rémi Gaillard. «Et je pense que si les abattoirs avaient des fenêtres, beaucoup de gens seraient végétariens». «Pour le moment Macron ne fait rien, et le peu qu’il fait est le contraire de ce qu’on demande: il fait ami-ami avec les chasseurs, rétablit les chasses présidentielles...», critique BB.

    Et le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui a promis une réflexion sur le bien-être animal? «Pour le moment il s’est aplati devant les désirs de Macron», cingle l’ex-actrice.

    À ses yeux, «les choses empirent, car il y a de plus en plus de gens donc plus d’animaux tués dans les abattoirs, plus de malades donc plus d’expérimentation animale, plus de mode donc plus de fourrure..» Pour autant, la prise de conscience de certains députés ou responsables «donne un petit espoir». BB constate aussi une évolution: «Les gens voient les images. Avant, ils ne savaient pas».

    Elle dit recevoir une centaine de lettres quotidiennement, notamment de jeunes. «La jeune génération est plus concernée par la protection animale, plus réceptive parce que les plus âgés sont pourris d’habitudes et de traditions.» Et puis «certains couturiers ont retiré les fourrures de leurs collections. Un grand merci à eux», ajoute-t-elle.

    Un peu de courage les carnivores, regardez cette video, une de plus !

    Libération


    5 commentaires
  •  

    Chien retrouvé massacré et empalé sur un arbre à Liévin : quatre personnes en garde à vue

    Quatre personnes ont été placées mercredi et jeudi en garde à vue au commissariat de Lens,  suite à la découverte début mai d'un chien "massacré" et empalé sur un arbre sur le terril de Calonne à Liévin. 

     

    Trois hommes et une femme âgés de 32 à 48 ans sont actuellement en garde à vue dans les locaux du commissariat de Lens, suite à la découverte d'un chien empalé sur une branche d'arbre, le 2 mai dernier sur le terril de Calonne à Liévin. Selon un témoin qui l'avait trouvé là, l'animal avait été "massacré". Il avait les viscères apparents et présentait plusieurs traces de perforation sur le corps.

    Actes de cruauté

    Selon nos informations, les propriétaires du chien font partie des gardés à vue, qui habitent tous Liévin. Trois ont été interpellés mercredi, une quatrième personne a été arrêtée ce jeudi. Tous sont déjà connus des services de police.

    Les principaux mis en cause contestent pour l'instant les faits qui leur sont reprochés, et qui relèvent des qualifications de "sévices à animal" et "actes de cruauté". Des faits passibles de deux ans d'emprisonnement


    Plusieurs plaintes

    Selon une source proche du dossier, les propriétaires du cane corso auraient confié l'animal à d'autres personnes, ne souhaitant plus s'en occuper. Puis ces dernières l'auraient tué "gratuitement" pour s'en débarrasser. 

    Le chien, qui avait déjà un oeil crevé avant les faits, avait été détenu par différentes familles, depuis sa naissance il y a 4 ans.

    La SPA et l'association de défense de droit des animaux Stéphane Lamart ont déposé plainte et se sont constituées parties civiles dans ce dossier.

    Les suspects pourraient être déférés et jugés en comparution immédiate vendredi après-midi. 

    Franceinfo -  Hauts de France 17 05 2017

    ************************

    Article 11 05 2018 :

    "Ça a été une vision d'horreur", raconte Dominique, qui a découvert mercredi 2 mai un chien mort empalé sur une branche d'arbre sur le terril de Calonne à Liévin, confirmant une information de l'Avenir de l'Artois.

    "Il était empalé sur un arbre, par l'estomac... on a cassé la branche pour le mettre au sol. Le chien avait été massacré", se souvient-il. Selon un rapport de police, l'animal, de race cane corso, avait "les viscères apparents et portait plusieurs traces de perforation". 

    "C'était un molosse, on ne peut pas être tout seul pour tuer un chien comme ça, surtout comme ça. Je ne comprends pas qu'on puisse faire ça", poursuit Dominique. 

    La SPA a déposé plainte auprès de la police de Lens avec constitution de partie civile. Le service de quart, en charge de l'enquête, cherche à identifier le propriétaire du chien et évidemment le ou les auteurs du massacre.

    Le cane corso, qui était semble-t-il âgé de 4 ans, aurait eu plusieurs propriétaires différents. Le chien avait déjà un oeil crevé avant d'avoir subi les actes de torture qui l'ont tué, et dont on ignore encore le mobile. 

    Franceinfo - Hauts de France

    Saloperies d'humains. Ils méritent de la prison ferme.


    4 commentaires
  • Un grand merci aux personnes qui l'ont sauvée


    5 commentaires
  • Mais pourquoi tant de sauvagerie ?


    8 commentaires
  • Une épidémie inquiète les milieux hippiques : de nombreux cas de rhinopneumonie ont été détectés dans de nombreux départements. Fièvre, toux, voire perte d'équilibre, ce virus peut s'avérer dangereux et même mortel pour les chevaux et se transmet facilement. 7

    Dans ce centre équestre du Bois de Boulogne, le directeur et son chef d'écurie font la tournée des boxes : ils doivent vérifier chaque jour la température des 60 chevaux du club : "On est entre 36.9 et 37.5, une température normale". Un suivi inhabituel en raison d'une épidémie de rhinopneumonie, la grippe du cheval, une maladie très contagieuse.

    Environ 200 chevaux malades

    Toute participation à un concours hippique est soumise à un contrôle strict. "12 chevaux devaient sortir, donc on a pris la température et l'examen clinique du cheval, et de ce fait, la clinique vétérinaire nous envoie une attestation comme quoi nos chevaux étaient sains, et c'est noté sur l'attestation", explique Frédéric Doret, directeur du Touring Club de France. Sur cette carte, la progression de l'épidémie : c'est le grand Ouest qui est le plus touché. Au total, 22 foyers d'infection, environ 200 chevaux malades. Plusieurs concours ont été annulés, comme ceux de Deauville (Calvados) et de Saumur (Maine-et-Loire). Lorsque les concours sont maintenus, les contrôles sanitaires doivent être renforcés. Un enjeu de taille pour la filière équine, qui emploie 60 000 personnes en France.

    Franceinfo


    4 commentaires
  • J'espère qu'après cela, vous regarderez les étiquettes et n'achèterez plus de mohair !


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique