• Prison ferme pour avoir tué son chien et jeté son corps à la poubelle

    En mars dernier, Carlos P. s'était acharné sur son chien en l'égorgeant et en lui assénant de nombreux autres coups de couteau. Il avait ensuite jeté son corps parmi les détritus, avant d'être interpellé par les gendarmes. L'homme est décrit comme "alcoolique, impulsif et instable".

    Il y a 4 mois, un homme de 47 ans tuait son chien après un déchaînement de violence inouï à Seraincourt dans le Val-d'Oise.

    L'autopsie de l'animal, un Berger Belge Malinois ou un Berger Allemand selon les sources, a en effet révélé qu'il avait été égorgé et reçu pas moins de 14 coups de couteau. Le corps avait ensuite été jeté dans le container à ordures des parties communes de la résidence située rue de la Montcient.

    Les voisins avaient prévenu les gendarmes après avoir entendu les pleurs du chien, puis remarqué des traces de sang dans les couloirs. Lorsque les militaires s'étaient présentés au domicile du prévenu, Carlos P., ce dernier avait encore le couteau sanguinolent à la main et avait résisté lors de son interpellation.

    Une expertise psychiatrique réalisée sur l'intéressé a permis d'en dresser un portrait peu reluisant. Il est effectivement question d'un individu "alcoolique, impulsif et instable".

    Comme le rapporte Le Parisien, il vient d'être reconnu coupable d'acte de cruauté envers un animal domestique par le tribunal correctionnel. À ce titre, il a été condamné à 6 mois de prison ferme, à verser 500 euros à chacune des associations parties civiles (la SPA, l'association Stéphane Lamart et la Fondation Assistance aux Animaux), ainsi qu'à l'interdiction définitive de détenir un animal domestique

    Chien.fr

    6 mois, ce n'est pas assez vu que moins de deux ans, pas de prison !!!

    Il méritait plusieurs années de prison, justice pourrie !


    4 commentaires
  • Islande: Des pêcheurs auraient tué une baleine bleue, une espèce protégée depuis 1986

    Islande: Des pêcheurs auraient tué une baleine bleue, une espèce protégée depuis 1986

    L’entreprise islandaise dément cette hypothèse et se défend en assurant que l’animal est un hybride entre une baleine bleue et un rorqual commun...

    La photographie a provoqué une vive émotion chez les défenseurs des animaux marins. En Islande, une entreprise islandaise a tué un mammifère dans la nuit du 7 au 8 juillet, selon la BBC. Il pourrait s’agir d’une baleine bleue, une espèce protégée très rare. Des analyses scientifiques vont être réalisées.

    Les photographies ont été prises par les défenseurs des animaux de l’association Sea Shepherd UK et diffusées sur les réseaux sociaux. Elles montrent des pêcheurs islandais en train de démembrer un animal, de la taille d’un bus, ressemblant fortement à une baleine. Les associations ont remarqué sur ces clichés que le mammifère présentait les caractéristiques d’une baleine bleue : un ventre plus sombre, des fanons noirs et une peau aux reflets bleutés.

     

    Assouplir l’interdiction de chasse à la baleine

    Des tests ADN vont être réalisés pour savoir s’il s’agit bien d’une baleine bleue ou d’un croisement avec un rorqual commun. Si la première hypothèse est confirmée, ce serait la première baleine à être tuée délibérément depuis 40 ans. L’espèce est en effet protégée depuis 1986. Cette pêche serait donc considérée comme illégale.

    L’entreprise Hvalur hf. dément cette hypothèse et se défend en assurant que l’animal est un hybride. En Islande, elle est la seule entreprise qui pratique la chasse au rorqual commun, autorisée dans le pays malgré les menaces sur l’espèce.

    Le sujet est d’autant plus d’actualité que le Japon va demander un assouplissement de l’interdiction de 1986. Le gouvernement va déposer une demande de reprise partielle de la chasse commerciale à la baleine lors d’une réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) prévue plus tard cette année.

    20 Minutes

    Honte à ceux qui ont tué cette baleine bleue

    Honte aux japonais qui veulent à nouveau chasser les baleines


    4 commentaires
  • Non aux massacres des chiens errants d'Agadir

    Il y a des tueries de chiens en ce moment à Agadir ! Nous sommes très nombreux à ne pas apprécier cela ! Nous pouvons tous faire quelque chose. 


    Il faut absolument que vous contactiez tous vos amis et connaissances pour signer cette pétition.

    "Candidat pour accueillir la Coupe du monde 2026, le Maroc s’apprête à recevoir, les 17 et 18 avril, une commission d’inspection de la Fédération internationale de football (FIFA). Mais depuis quelques jours, sur place, de nombreux témoins affirment que le gouvernement mène une campagne d’extermination des chiens errants. 

     

    Il ne faudrait pas que les chiens errants fassent tâche. Il ne faudrait pas qu’ils viennent ternir l’image du pays. Il ne faudrait pas qu’ils effraient ou véhiculent des maladies. Voilà quelles pourraient être les motivations du gouvernement marocain s’il s’avérait qu’une campagne d’abattage des chiens errants était en cours.

    Wamiz.com 

     

    LIEN pétition : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/aux-massacres-chiens-errants-agadir/42377


    4 commentaires
  • Pas-de-Calais: Condamnés à des peines de prison pour avoir torturé et tué un chien

    © Gerard Lacz / SIPA Illustration d'un chien de race cane corso.

    Les deux tortionnaires d’un chien cane corso ont écopé de peines de prison ferme, dans le Pas-de-Calais…

    Le cadavre du chien avait été retrouvé avec de nombreuses marques de torture. Accusés d’avoir pratiqué des actes de cruauté envers l’animal, deux hommes ont été condamnés à de la prison ferme, lundi, par le tribunal de Béthune, dans le Pas-de-Calais, rapporte La Voix du Nord.

    C’est un promeneur qui avait découvert le corps du chien, un cane corso, transpercé par un pieu, au pied d’un terril à Liévin. L’animal avait également subi des coups de couteau. Pas moins de sept associations de protection des animaux s’étaient portées parties civiles dans cette affaire.

     

    Alcool et cocaïne

    Le couple, propriétaire du chien, et deux de leurs amis comparaissaient pour s’expliquer. Selon les témoignages de chacun, tout a commencé par une soirée empreinte d’alcool et de cocaïne. L’un des amis nie être sorti avec le chien. L’autre assure pourtant avoir emmené le cane corso sur le terril en sa compagnie.

    Il assure s’être absenté un moment pour assouvir « un besoin naturel » avant de retrouver l’animal lardé de coups de couteau. Il n’a fait qu'« abréger ses souffrances » d’après ses dires !

     

    La femme en avait peur

    Les propriétaires étaient suspectés de complicité d’abandon d’animal. Ils avaient demandé à leurs amis de se débarrasser de leur chien baptisé Little Boy, car la femme en avait peur. Cette dernière affirme qu’elle ne pensait pas qu’ils le tueraient.

    Le propriétaire a finalement été relaxé. Sa compagne a écopé d’une peine de 4 mois de prison avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve de 24 mois. Les deux amis ont été condamnés, respectivement, à un an et neuf mois de prison ferme.

    Publicité

    Les associations de protection des animaux dénoncent des peines trop clémentes au vu des souffrances qu’a subies l’animal. Elles déplorent aussi la relaxe du propriétaire déjà accusé de maltraitance envers son chien avant cette soirée.

    20 Minutes

    Honte à la justice !  Quant aux petites peines de prison ferme, ils ne seront pas enfermés, vu que c'est moins de deux ans !


    5 commentaires
  • Wauquiez arrose de subventions les chasseurs de sa région

    La région Auvergne-Rhône-Alpes a accordé de nouvelles subventions aux chasseurs d'Auvergne-Rhône-Alpes. Certaines sont étonnantes.

    On connaissait la tendresse de Laurent Wauquiez pour les chasseurs. Tout juste installé dans son fauteuil de président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, il avait fait voter, en 2016, une subvention de 3 millions d'euros en leur faveur. Dans le même temps, les acteurs du monde écolo et bio, jugés trop militants, voyaient leurs subventions fondre.

    Il est comme ça, Laurent Wauquiez. Il "ne croit pas à l'écologie de gauche", comme il l'expliquait aux Jours en 2017. Et la tendance est loin de s'inverser : le président de Région a fait voter fin mars 377.891 euros de subventions pour les associations communales de chasse agréées de la région, nous apprend le site d'enquêtes locales Médiacités. Dans le détail, chacune de ces associations recevra 2.500 à 13.000 euros pour "l'amélioration des locaux".

    Fabienne Grébert, élue du Rassemblement citoyens écologistes solidaires (opposition), explique à Médiacités :

    "Lors de la présentation du plan en commission environnement [le 22 mars], nous avons demandé à Philippe Meunier [vice-président chargé de la chasse] en quoi consistaient ces 'améliorations'. Il nous a répondu que ce n’était pas à lui de vérifier les dossiers."

     

    Subventions étonnantes

    Or, en y regardant de plus près, il y a de quoi s'étonner. D'après le décompte de la conseillère régionale, plus de 10 associations de chasse ont reçu cette subvention visant à améliorer leurs locaux alors qu'elles disposent déjà de locaux flambant neufs ou... qu'elles n'ont pas de locaux ! Les chasseurs de Beaufort-sur-Doron, en Savoie, disposeront ainsi de 2.500 euros pour rénover un chalet inauguré il y a un an. Même chose à Saint-Jorioz, Haute-Savoie, où 7.662 euros de la région doivent servir à rénover un local que l'asso décrivait comme "flambant neuf" en mai 2017.

    Pour justifier son "plan chasse", le cabinet de Laurent Wauquiez explique que les subventions doivent servir à financer le "traitement de la venaison", c'est-à-dire les frigidaires servant à congeler les restes d'animaux. Un matériel dont disposait déjà l'asso de chasse de Saint-Jorioz, relève Médiacités...

    Cette belle histoire n'est pas prête de s'arrêter puisque Laurent Wauquiez a déjà annoncé, lors de l'assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs, qui s'est tenue dans l'hôtel de région à Lyon les 21 et 22 mars, le renouvellement en 2019  du partenariat qui a permis aux chasseurs de récolter 3 millions d'euros en 2016.

    L'OBS

    wauquiez comme macaron aime les chasseurs !


    3 commentaires
  • L’ivoire européen, plus blanc que blanc ?

    Malgré ses promesses, l'Union Européenne n'a pas mis fin au trafic d'ivoire sur son territoire. D'après l'enquête de l'ONG Avaaz, près de 75% des pièces achetées en Europe n'auraient jamais dû être autorisées à la vente.

    Le couperet est tombé. L’Europe n’a pas su endiguer le commerce illégal d’ivoire sur son sol. Pire, alertée à plusieurs reprises par les ONG sur une législation défaillante, l’Union n’a pas levé le petit doigt. Dans un rapport publié le 10 juillet, l’ONG Avaaz estime que 75 % des pièces d’ivoire achetées sur le marché européen seraient illégales. En cause, le blanchiment des pièces importées par des documents antidatant le prélèvement de l’ivoire sur l’animal. Les trafiquants profitent du fait que la loi européenne autorise le commerce de pièces sculptées datant d’avant 1947, considérées alors comme «antiques». Depuis l’interdiction mondiale en 1989 du commerce de cet or blanc, on n’a jamais vu autant de cet ivoire faussement ancien circuler en Europe.

    Fournir des preuves

    Dans les faits, «près des trois quarts (74,3%) [des 109 pièces d’ivoire achetées sur le marché légal européen par Avaaz, dans dix pays différents]ont été datés d’après 1947, rendant leur vente illégale en l’absence de certificats gouvernementaux», souligne l’ONG qui a financé l’étude et fait analysé les pièces par l’Université d’Oxford.

    «La Commission européenne et l’Union européenne ont continuellement déclaré que ce n’était pas le cas, qu’ils ne croyaient pas qu’il y ait de l’ivoire illégal commercialisé en Europe. Cette étude prouve que si. Pas seulement dans un ou deux pays, mais dans neuf des dix pays que nous avons testés, insiste Bert Wander, directeur de la campagne d’Avaaz. Et demain [mardi 10 juillet, ndlr], nous allons leur fournir les preuves qu’ils demandaient.»

    Les preuves ? Ce sont justement les quelque 109 échantillons achetés par l’association pour mener son enquête, exposés dès ce mardi 10 juillet à proximité de la Commission européenne, à Bruxelles. L’occasion, pour les militants, de remettre leur rapport en main propre aux fonctionnaires de Bruxelles. Avaaz ainsi que de nombreuses ONG réclament à l’UE de fermer complètement son commerce d’ivoire. «Le commerce légal, même s’il est régulé, offre au commerce illégal une vitrine pour braconner», rappelait déjà en mars Max Graham, directeur de la fondation Space for Giants. Une fois n’est pas coutume, les associations demandent à l’Europe de prendre exemple sur la Chine, Hongkong et le Royaume-Uni qui ont interdit récemment le commerce d’ivoire.

    Lutte contre les espèces menacées

    Toutefois l’enquête montre ses propres failles. Par exemple, l’Irlande semble avoir échappé à la règle et peut se targuer que toutes les pièces achetées chez elle soient véritablement estampillées «antiques». Mais voilà, le fameux 100 % équivaut à une seule et même sculpture d’ivoire prélevée sur son marché. «L’échantillonnage peut être disproportionné selon les pays, reconnaît Bert Wander. Il est difficile de réunir un assez grand nombre d’échantillons.»

    En attendant, le rapport d’Avaaz promet de semer le trouble dans les rangs de la Commission européenne. Le problème de la survie des espèces menacées s’est invité dernièrement sur le bureau de nombreux gouvernements. En France, Nicolas Hulot a présenté la semaine dernière son plan biodiversité. Annonce qu’il a accompagné d’une démonstration de force à l’égard des braconniers en détruisant une dizaine de cornes de rhinocéros saisies par les douanes françaises. Entre autres ambitions, le ministre de la Transition écologique qui rêve d’un leadership français en matière de lutte contre les espèces menacées, promet de soutenir «la fermeture des marchés intérieurs à l’ivoire d’éléphant» au niveau européen, comme international.

    Libération

    Cela ne m'étonne pas de l'UE, elle se moque autant des personnes (utilisation du glyphosate) que des animaux !

    Si on compte sur Hulot, on peut attendre longtemps

    Pauvres éléphants !


    5 commentaires
  •  

    La Fondation 30 Millions d’Amis intervient à Retiers (35) pour prendre en charge 4 fauves du cirque James Dumas, aussi appelé Cirque Bostok. Leur propriétaire, qui cesse son activité avec la faune sauvage, a préféré céder ses animaux à la Fondation plutôt que les revendre à un autre cirque.

    Sollicitée – pour son expertise et son savoir-faire en matière de sauvetage d’animaux sauvages – par James Dumas le dirigeant du Cirque Bostok, la Fondation 30 Millions d’Amis va prendre en charge 3 lionnes et un lion castré d’environ 10 ans (30/05/2018).

    J. Dumas cesse son activité avec la faune sauvage et souhaite se séparer rapidement de ses 4 fauves. Plutôt que de les revendre à un autre cirque, il fait le choix de les confier à une fondation de protection animale. Une initiative saluée par la Fondation 30 Millions d’Amis qui organise et finance entièrement le sauvetage de ces 4 fauves.

    Transfert à Tonga Terre d'Accueil

    Pour leur transfert vers le sanctuaire Tonga Terre d’Accueil (42), établissement partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, les animaux seront suivis par un vétérinaire spécialiste de la faune sauvage durant leur transport. Sur le site de Saint-Martin-la-Plaine, centre spécialisé dans l’accueil des animaux sauvages rescapés, après une période de quarantaine réglementaire, les animaux évolueront dans un bâtiment spécialement conçu pour les fauves, financé à hauteur de 100 000 euros par la Fondation 30 Millions d’Amis.

    La Fondation est très régulièrement sollicitée pour la prise en charge d’animaux détenus dans les cirques. En 2017, à la demande de l’ONCFS, la Fondation en a recueilli plus d’une trentaine.

    Cirques sans animaux : une transition inéluctable

    « Malheureusement, il devient de plus en plus difficile de placer ces animaux et de leur trouver une structure d’accueil : les partenaires avec lesquels nous collaborons, en France et à l’étranger, étant déjà saturés. C’est pourquoi, il est impératif que la France s’engage à son tour à interdire les animaux sauvages dans les cirques et prépare cette transition inéluctable », précise Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis.


    4 commentaires
  • En mars 2018, une courte vidéo postée sur Snapchat suscitait de nombreuses réactions... On y voyait un homme tirer son chien par l’oreille et le secouer violemment. Traîné sur quelques mètres par le harnais, l’american staffordshire terrier était battu puis projeté contre une voiture. Dans une autre vidéo, l’animal apparaissait enfermé dans un lave-linge.

    Prévenue, la Fondation 30 Millions d’Amis déposait immédiatement plainte pour « actes de cruauté » auprès du commissariat d’Aubervilliers (93). La Fondation 30 Millions d’Amis a pu secourir le chien accompagnée de la police d’Aubervilliers et de la pension Chez Jojo (03/07/2018).

    Le molosse serait âgé seulement de 11 mois, selon son identification I-CAD, qui ne semble pas correspondre à sa race. Ce pauvre chien n’a connu qu’une vie de douleur avant d’être placé au refuge 30 Millions d’Amis de la Tuilerie (77).

    « Ce type de chien est victime d’un phénomène en Ile-de-France et plus particulièrement en Seine-Saint-Denis. C’est un chien que l’on utilise pour se montrer en vidéo sur les réseaux sociaux. C’est à celui qui fera la vidéo qui buzz le plus ! Malheureusement, à chaque fois, ce sont les chiens qui trinquent… Ils sont victimes de la bêtise des réseaux sociaux et de la surenchère qu’on en fait. »  précise l’équipe Chez Jojo, intervenue avec les équipes de 30 Millions d’Amis.

    Appel aux familles d'accueil

    Il a rejoint le Refuge de la Tuilerie et se montre vraiment gentil malgré les mauvais traitements qu’il a subis. Secouru à temps et encore tout jeune,  il y a peu de risques qu’il devienne un jour agressif. Après une période d’adaptation et de surveillance au refuge, il pourra rejoindre une famille aimante.

    N’hésitez pas à lui ouvrir votre cœur en devenant famille d’accueil le temps de la procédure. Une fois le jugement passé, il pourra être adopté définitivement. Appelez-vite le refuge de la Tuilerie au 01 64 00 15 45.

    30 Millions d'amis

     


    4 commentaires
  • Hélas, ils n'ont pas tous survécu. Et la mère a dû être triste de perdre ses chiots.

    Vous pouvez aller voir sur youtube mais c'est tout en anglais


    4 commentaires
  • L'ancien dompteur André-Joseph Bouglione créé un écocirque sans animaux

    Son cirque à Paris

    André-Joseph Bouglione, ancien dompteur, a décidé troquer ses fauves contre un cirque écologique sans animaux. Strasbourg devrait accueillir son nouveau chapiteau au printemps prochain.

    Alors que de plus en plus de maires prennent des arrêtés pour interdire les cirques avec animaux dans leur commune, l'un des dompteurs de l'historique maison Bouglione a lui aussi décider d'y renoncer et de se lancer dans un nouveau concept de cirque plus respectueux de l'environnement.

    Dans une interview accordée au quotidien La Provence à la mi-juin, le circassien reconnaît que ce sont les spectateurs et les associations de défense des animaux qui l'ont poussé à repenser son métier: 

    "Je voulais être en phase avec le public. 67% de la population souhaite interdire la présence d'animaux dans les cirques. Les associations combattent ce genre de pratiques. (...) Je me suis demandé pourquoi mon métier était si mal perçu. Je n’ai jamais eu l’impression de maltraiter mes animaux, j’ai été conditionné dès mon enfance à dresser, mais il faut le dire, je ne pouvais pas leur promettre mieux qu’une prison à vie. À notre époque, chevaux, tigres et éléphants n’ont plus rien à faire dans les cirques."

     

    "Les cirques qui refusent d’ouvrir les yeux vont droit dans le mur"

    Pourtant, cette décision n'était pas simple à prendre pour celui qui a été baigné de cet environnement depuis son enfance. Sa famille, explique-t-il, lui a "interdit" de monter son projet. Dans le milieu du cirque, la nouvelle n'est pas passé non plus: "Quand nous avons annoncé officiellement la création de notre écocirque, nous avons reçu des cercueils, des poupées vaudous... de la part des gens de notre métier".

    Mais cela n'a fait que renforcer ses convictions. "Les cirques qui refusent d’ouvrir les yeux sur notre société vont droit dans le mur", prédit André-Joseph Bouglione, cité par 20minutes.

    "Le cirque s’adapte depuis 250 ans mais depuis les années 70, rien ne bouge. On a changé les lumières, mais rien sur le fond", regrette-t-il. 

     

    Strasbourg entend devenir un "laboratoire"

    Avec son écocirque, André-Joseph Bouglione espère donc renouveler le genre en proposant un divertissement "au service de la planète, engagé dans la protection animale, la préservation de la biodiversité, la nutrition".

    Selon les DNA, ce nouveau chapiteau devrait se poser à Strasbourg au printemps 2019. Le projet a en effet tapé dans l’œil des élus strasbourgeois, qui ont adopté à l’unanimité lors d'un Conseil municipal de Strasbourg en avril dernier une motion visant "à l’interdiction de l’exploitation des animaux sauvages dans les cirques et à l’accueil dans la ville d’arts circassiens respectueux de la condition animale."

    Avec cet écocirque, la Ville de Strasbourg entend donc devenir un "laboratoire" et un "exemple concret" en matière de cirque sans animaux dans le but de "donner un signal pour que la législation en France avance".

    BFM.TV

    Bravo à ce monsieur !

    L'ancien dompteur André-Joseph Bouglione créé un écocirque sans animaux

     


    4 commentaires
  • STOP au braconnage !

    Par Manon

     

    Pétition adressée à Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire

     

    Un groupe d'au moins trois braconniers, qui avaient pénétré dans la réserve de Sibuya, lundi matin, pour chasser des rhinocéros, ont été dévorés par des lions. Leurs cadavres démembrés ont été retrouvés le lendemain matin.

    Chaque année, il y a entre 500 et 600 millions de poissons tropicaux, 15 millions d’animaux à fourrure, 5 millions d’oiseaux, 2 millions de reptiles et 30.000 primates qui sont exposés au braconnage.

    Aujourd’hui, le braconnage occupe la 4e place dans le classement mondial des marchés criminels juste derrière la drogue, la cybercriminalité et la traite d’êtres humains.

    Je trouve INADMISSIBLE, en 2018, que l'on continue à tuer injustement des animaux, qui plus est, sont en train de mener leur petite vie tranquille, dans leurs milieux naturels. Que vous ont-ils fait ???

    En plus des captivités qu'on leur inflige pour la plupart, et pour lesquels ils n'ont RIEN demandé, ils sont maintenant (et depuis toujours) tués, et la plupart du temps pour un simple intérêt : l'argent

    À part l'argent, si tant est que ce motif soit "valable", quelles autres raisons motivent et poussent les braconniers à aller au bout de leurs actes ? 

    Parce que les animaux sont sans défense, contrairement aux humains, et que ça n'est pas passible d'emprisonnement, alors l'occasion est bien trop belle et facile. 

     

    AUCUNE RAISON n'est valable pour expliquer la cruauté de ces gens. 

    Les braconniers dévorés par les lions en ce début de semaine, n'ont que le revers de la médaille !!!


    Signez cette pétition pour mettre fin à ces pratiques bien trop faciles et bien trop inhumaines :

    https://www.mesopinions.com/petition/animaux/stop-braconnage/45493

     

     Trois braconniers bouffés par les lions, bien fait !


    4 commentaires
  • Pensez y quand vous mangerez ce jambon

    Pauvres animaux, quelle honte !


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique