• «Pressurés et maltraités », les retraités manifestent à Paris et en région

    Pour défendre leur pouvoir d'achat, les retraités descendent dans la rue ce mardi 18 décembre. CSG, pensions, Ehpad, les revendications sont nombreuses. Des appels ont été lancés à Paris et en région par neuf organisations syndicales.

    «Pressurés et maltraités », les retraités manifestent à Paris et en région

    © THOMAS SAMSON/AFP Le 18 octobre dernier, les retraités étaient déjà descendus dans la rue. 

    Colère et revendications persistent chez les retraités, conjointement au mouvement des «gilets jaunes». Malgré le geste d'Emmanuel Macron sur la CSG - finalement décalé de plusieurs mois -, pas moins de neuf organisations syndicales ont lancé un appel à manifester pour ce mardi 18 décembre. «Nous exigeons toujours la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et l'indexation de toutes les pensions sur l'évolution des salaires», explique l'intersyndicale (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble et solidaires) dans un communiqué. Les manifestants auront rendez-vous en région, comme en Charente-Maritime ou en Franche-Comté mais aussi à Paris, devant le ministère des Finances à 14h30.

    Quelles revendications?

    Les retraités ne sont donc pas satisfaits des mesures du président et ils le font savoir. Plutôt qu'un simple geste sur la CSG ils réclament la suppression de sa hausse dès le PLFSS 2019. «C'est difficile d'imaginer que les retraités puissent se satisfaire de cette mesure (annoncée par Emmanuel Macron sur la CSG)» après plusieurs années de quasi-gel des pensions et avec le «maintien» de leur «désindexation» par rapport à l'inflation, a justifié Pascal Santoni, membre de l'UCR-CGT, à l'AFP la semaine dernière.

    Les retraites réclament également la revalorisation de toutes les pensions, notamment par la fin du gel de ces dernières. Pour réaliser des économies, le gouvernement prévoit de sous-revaloriser les pensions de 0,3% en 2019 et en 2020, nettement en deçà de l'inflation qui tourne actuellement à 1,9%. Autres revendications: l'indexation des pensions sur les salaires, le maintien des pensions de réversion et la prise en charge intégrale par la Sécurité sociale de la perte d'autonomie. Enfin, ils réclament l'amélioration des moyens budgétaires, notamment dans les Ehpad ainsi que le développement et le renforcement des services publics de qualité. En dernier lieu, ils reprochent à Emmanuel Macron la suppression de l'ISF. «Ne nous laissons pas faire, revendiquons», martèle l'appel à manifester.

    Le Figaro.fr


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Mardi 18 Décembre 2018 à 14:13
    9 organisations pour défendre les intérêts des retraités, l’affaire est dans la poche ...! J’espère que Jupiter et ses étoiles brillent sur ces pauvres retraités qui ne demandent pas la lune , mais de ne pas subir le système et vivre dans la précarité ! Je suis bien solidaire avec eux et je leurs souhaite une vie meilleure !
    2
    Mardi 18 Décembre 2018 à 17:46

    il n' y aura pas de violence, pas de morts,  le gouvernement  ne  bougera pas

    3
    françoise
    Mardi 18 Décembre 2018 à 18:04

    Cette République de pacotille et toute sa clique pourrie de privilèges qui s'engraisse sur le dos des petites gens est bien loin d'être en marche mais  plutôt dans l'immobilisme avec son lot journalier  de déclarations les plus méprisantes ,les plus contestables les plus pauvres ,ceux qui luttent pour leur survie économique  macron n'a Aucune Compétence ,il faudrait quand même que toute cette clique Malfaisante se rende compte que lorsque les individus en ont mare d'être maltraité  qu'ils ne sont plus ces nantis merdeux au pays des Bisounours!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :