• Oise: condamné à se séparer de son coq jugé trop bruyant, il lance une pétition pour le garder

     

    Oise: condamné à se séparer de son coq jugé trop bruyant, il lance une pétition pour le garder

    Dans l’Oise, un homme a fait appel d’une décision de justice après avoir été condamné par le tribunal de Compiègne pour le chant de son coq qui dérange sa voisine. Il a également lancé une pétition pour pouvoir garder son animal chez lui.

     

    La France entière a pu suivre les mésaventures du coq Maurice, jugé trop bruyant par ses voisins sur l’île d’Oléron. Mais Maurice n’est pas le seul à importuner les riverains. Le chant du coq Coco n’est pas apprécié de tous non plus. À Margny-lès-Compiègne, dans l’Oise, son propriétaire, Nicolas Boucher, a lancé une pétition début juillet pour pouvoir garder chez lui son animal, jugé trop bruyant par une de ses voisines. Plus de 68.000 signatures ont déjà été recueillies. Sur la page Facebook «Sauvez Coco le coq Margnotin» dédiée à l’animal, Nicolas Boucher invite ses abonnés à partager la pétition pour obtenir le plus de signatures possible.

    Le même jour, il a fait appel du jugement, après avoir été condamné par le tribunal de Compiègne le 24 mai dernier à devoir se séparer de son coq, au risque d’encourir 50 euros d’amende par jour. Il a également dû verser plus de 600 euros d’indemnités de frais de justice à sa voisine.

    La voisine se plaignait de Coco depuis plusieurs années

    Coco le coq est âgé de plus de six ans et est entré dans la famille de son propriétaire depuis plusieurs années. À l’origine, il appartenait à sa grand-mère, décédée en juillet 2017. En mars 2018, Nicolas Boucher rachète la maison de celle-ci et décide de garder Coco, dont sa mère s’occupait depuis le décès. «J’ai retrouvé des lettres de la voisine adressées à ma grand-mère qui datent d’il y a au moins cinq ans. Elle l’appelait plusieurs fois par jour pour se plaindre et téléphonait à la police», raconte au Figaro Nicolas Boucher.

    Pour déranger le moins possible le voisinage, le nouveau propriétaire de Coco décide d’instaurer un rituel: «Je le sors à 7h30 de sa boîte de nuit (où il dort, au sous-sol de la maison). Pour la journée, il reste dans son poulailler (éloigné à plus de 25 mètres du seul plaignant qui n’est pas souvent là car en déplacement pour son travail) et je le rentre vers plus ou moins 20h», écrit-il sur la description de sa pétition.

    Mais la voisine, qui habite en face de chez Nicolas Boucher depuis une dizaine d’années, est hôtesse de l’air. Elle a parfois besoin de se reposer en plein jour. Quand Coco pousse son «cocorico», il lui est impossible de trouver le sommeil. Dans le cadre du procès, la police municipale, un juge et une greffière se sont rendus chez Nicolas Boucher puis chez sa voisine pour observer le comportement du coq, fin avril dernier. Depuis la maison de la plaignante, ils ont compté que Coco avait chanté 23 fois en l’espace de 26 minutes.

    «C’est un combat que je mène pour ma grand-mère»

    Pour autant, Nicolas Boucher assure qu’il n’y a qu’une personne qui se plaint du bruit. «J’ai des voisins beaucoup plus proches de ma maison qui m’ont fait des attestations disant que le chant de Coco ne les gênait pas. Mais la justice ne les a pas pris en compte», explique-t-il.

    Nicolas Boucher a du mal à comprendre sa condamnation. «Coco est un animal. Et c’est un coq, c’est l’emblème de la France!», se désole-t-il. «Aujourd’hui, c’est un combat que je mène pour ma grand-mère. C’était son coq, j’avais promis de le garder. Il est gentil, apprivoisé. Il veut toujours être auprès des gens», confie-t-il. Malgré ces péripéties, Coco va bien. Depuis le 21 juin dernier, il réside chez une amie de son propriétaire, qui lui rend visite régulièrement, à deux rues de sa maison.

    Le Figaro

    Les abruti(e)s qui ne supportent pas le chant du coq à la campagne, n'ont qu'à habiter en ville ! C'est une absurdité si les coqs ne peuvent plus chanter à la campagne !  Les tribunaux n'ont vraiment rien à foutre !


  • Commentaires

    1
    fripouille
    Dimanche 21 Juillet à 12:19

    Un coq ne vit pas très longtemps !

    2
    Rakia
    Dimanche 21 Juillet à 15:05

    Coucous Chantou ! 

    Certains abrutis de citadins croyaient trouver le calme absolu en achetant 

    des maisons secondaires en campagne ,ils ont complètement oublié les animaux ,c’est ridicule ! 

    On pouvait pas empêcher un chien d’aboyer ,un chat de miauler ou un coq de chanter ,

    une justice aveugle qui applique la loi sans réfléchir ,c’est lamentable ! 

    Espérons que la pétition apporte ses fruits ! 

    3
    FRANCOISE
    Dimanche 21 Juillet à 17:03

    Il faut choper ce plaignant et lui foutre la tête dans un seau rempli de fientes de Poules ! Que ces merdes là restent dans leurs clapier en ville et ne  viennent pas faire chier les ruraux !

    4
    Dimanche 21 Juillet à 17:47

    Notre  justice  est  vraiment  curieuse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :