• Les 10 enfants vivaient un enfer dans une nouvelle maison de l’horreur

    Les 10 enfants vivaient un enfer dans une nouvelle maison de l’horreur

    Les 10 enfants vivaient un enfer dans une nouvelle maison de l’horreur

    Les 10 enfants vivaient un enfer dans une nouvelle maison de l’horreur

    Pour la procureure Sharon Henry, cette affaire est «horrible» et les enfants «méritent que justice leur soit faite».

    Lundi, la police a annoncé avoir arrêté un couple habitant en Californie dans le cadre d’une enquête pour négligence et actes de torture sur leurs dix enfants. Tout a commencé le 31 mars dernier. Ce jour-là, l’un des jeunes garçons, âgé de 12 ans mais ayant un retard de développement, disparaît de chez lui. Toute la famille, ainsi que le voisinage de la ville de Fairfield, en Californie, se mettent à sa recherche. Les secours sont appelés en renfort.

    Là, naturellement, ils décident de fouiller la maison d’Ina Rogers, 30 ans, et Jonathan Michael Allen, 29 ans. Ils découvrent rapidement une habitation vétuste, sans aucune hygiène. Le lieutenant Greg Hurlbut se rappelle être tombé sur «un environnement dangereux et sale, où se trouvaient des poubelles empilées, de la nourriture périmée au sol, des excréments humains et d’animaux, des débris partout». Et au milieu de cette atroce maison, 9 enfants âgés de 4 mois à 11 ans. Le dixième, le petit garçon disparu, est retrouvé quelques instants plus tard endormi sous un buisson, indique CBS.

    Ils sont alors tous interrogés et peu à peu, les autorités découvrent qu’en plus de vivre dans ces déplorables conditions, les enfants sont également régulièrement maltraités. Huit d’entre eux racontent en effet aux psychologues qui les reçoivent avoir été brûlés, frappés et même avoir reçu des coups de balles de carabine à air comprimé. Pour Sharon Henry, il s’agit «d’une torture réalisée à des fins sadiques». Dès le départ, la mère de famille justifie le désordre de sa maison par le fait qu’en cherchant son fils disparu, elle a tout retourné chez elle. Elle raconte également avoir eu son premier enfant à 16 ans et être en tout mère de onze enfants, trois nés avant sa relation avec Jonathan Allen et huit nés après.

    Lors de son interrogatoire, Ina Rogers explique en outre que les enfants sont tous scolarisés à la maison et qu’elle travaille comme technicienne médicale. D’après elle c’est ce mode de vie particulier qui aurait poussé les gens à juger sa famille. «Je m'efforce d’être une bonne mère pour mes enfants, affirme-t-elle alors. Mon mari a beaucoup de tatouages. Il ressemble à un individu effrayant, et c'est pourquoi les gens sont si prompts à le juger. Mais mon mari est une personne incroyable. Je suis une mère incroyable». Arrêtée en mars, elle a été libérée sous caution. Son mari, lui, a été interpellé le 11 mai dernier. Sa caution a été fixée à plus de 5 millions de dollars. Quant aux enfants, ils ont été placés sous la protection des services sociaux.

    Paris Match


  • Commentaires

    1
    Françoise
    Mercredi 16 Mai à 18:00

    Cette Salope libérée sous caution ,je n'en crois pas mes yeux! En cabane à vie c'est une honte de constater cela!

    2
    Mercredi 16 Mai à 18:15

    il suffit de voir la tête de ces deux abrutis  pour comprendre le reste !

     Les animaux sont plus propres

    3
    Rakia
    Mercredi 16 Mai à 18:20

    Elle est incroyable et son mari est incroyable et la pagaille dans la 

    maison aussi,elle prend les enquêteurs pour dés billes !

    Elle a eu son diplôme de technicienne médicale ??? Les pauvres enfants,

    je leurs souhaite une vie meilleure et que justice soit faite !

    4
    fripouille
    Mercredi 16 Mai à 20:19

    Deux sadiques qui se sont rencontrés ! Avec l'enseignement à domicile, je m'étonne que personne n'ai été vérifier le niveau scolaire des enfants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :