• Le plan choc de Bercy pour faire des économies

    Le plan choc de Bercy pour faire des économies

    Le ministre de l'Action et des Comptes publics va annoncer une restructuration inédite du fisc : jusqu'à 20 000 postes pourraient être supprimés.

    Chose promise, chose due. Des économies avaient été promises par Emmanuel Macron et s'avèrent désormais "imminentes", peut-on lire ce matin en Une des Echos. L'ensemble du gouvernement devrait être touché par ces économies cet été, mais c'est "Bercy qui va inaugurer la procédure", dévoile Les Echos. Le quotidien économique informe qu'"à l'issue du Conseil des ministres, ce mercredi, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, va réunir les principaux directeurs de son administration pour leur annoncer une restructuration d'une ampleur inédite".

    Numérisation et disparition de la taxe d'habitation ont eu raison de la suppression d'effectifs

    50 000 suppressions de postes sont prévues sur le quinquennat et le ministère de l'Economie et des Finances semble être en première ligne : "L'an dernier, nous avions estimé que la Direction générale des finances publiques (DGFiP) risquait de subir 18 000 à 20 000 suppressions d'emplois. La direction ne nous a jamais démentis", déplore Anne Guyot-Welke, porte-parole du syndicat Solidaires finances publiques, au journal.

    Ce sont en réalité toute une série de facteurs, comme la numérisation et la suppression de la taxe d'habitation qui entraînent ces suppressions de poste. Une baisse effrénée, puisque Les Echos constate que 2 000 emplois sont supprimés chaque année, "soit un taux de non-remplacement des départs à la retraite d'environ 60 %". Un chiffre qui devrait doubler, mais progressivement car "l'exécutif doit encore négocier avec les syndicats de fonctionnaires les conditions des "plans de départs volontaires" évoqués au printemps par Gérald Darmanin", ajoute le quotidien. Concernant les mesures pour Bercy, le comité Action publique 2022, propose notamment "le transfert d'une partie du recouvrement de la douane vers la DGFiP. Dans la même logique, il est question de n'avoir plus qu'un seul service des impôts des entreprises et un service pour les particuliers par département, d'après la CFDT", informe Les Echos. 

    Capital


  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Juillet 2018 à 17:10

    ce sont des fonctionnaires,  souvent des hauts fonctionnaires qu' on ne peut pas  licencier et qui  même alors  seraient payés !

     Non remplacer les départs en retraite c' est ce qu' avait fait  Sarko

    C' est vrai qu' il  y  trop de monde  à Bercy, le modernisme fait  des ravages là aussi

    2
    fripouille
    Lundi 9 Juillet 2018 à 17:51

    Moins d'emplois et plus de chômage...

    3
    Rakia
    Lundi 9 Juillet 2018 à 17:54
    C’est quoi ce plan métrique , supprimer des postes pour faire des économies , il est sérieux le petit tortionnaire ? Et les 20.000 futurs chômeurs qui va les nourrir , son plan contre la pauvreté qui passera après le foot?
    4
    Françoise
    Lundi 9 Juillet 2018 à 20:37

    La chasse aux fonctionnaires serait-elle ouverte ? Perso ça me fait bien rigoler La DGFIP est la deuxième  des grandes administration de l'état  103 000 agents et 8 milliards de budget  ,vu le nombre de payés à rien foutre sauf  que le fait qu'il soit assuré d'un emploi  et  qu'ils sont payé surtout pour être en arrêt maladie  d’ailleurs ils sont payé pour cela en partie ! il ne faut pas généraliser c'est évident  et puis la dedans il y aura des départs à la retraite ,alors perso je ne m"en fais pas pour eux ,il n'y a aucune raison que cela soit toujours le monde ouvrier qui fasse les frais d'une perte d'emploi!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :