• Le clip de campagne FN tourné sans autorisation fâche en Bretagne

    Le clip de campagne FN tourné sans autorisation fâche en Bretagne

    Pour le tournage de son clip de campagne, les équipes de la présidente du FN n'ont pas demandé les autorisations necessaires ni payé la redevance qui peut s'appliquer dans ce genre de cas.

    Marine Le Pen n'a presque rien laissé au hasard dans son clip de campagne, rendu public au début du mois de février. Image léchée, décors idylliques, séquences aériennes et références exaltées à l'imaginaire de la culture française: l'équipe de campagne du FN n'a négligé presque aucun aspect de cette production. Enfin presque... Comme le rapporte ce mercredi Le Télégramme de Brest, les équipes de Marine Le Pen auraient tout de même omis l'essentiel en ne demandant pas l'autorisation pour le tournage d'une partie des images réalisées sur la côte morbihannaise.

    Les connaisseurs ne pouvaient pas s'y tromper: Marine Le Pen a choisi les décors magnifiques de la presqu'île de Quiberon pour promouvoir sa candidature. Une référence également aux racines de la famille implantées non loin de là, à La Trinité-sur-Mer, où Jean-Marie Le Pen a grandi. Une ascendance qui ne dispensait tout de même pas le Front National de prévenir le Conservatoire du littoral. «Il y a en effet des procédures à respecter. On ne peut pas tourner sur certains sites sans autorisation», assure le délégué adjoint de l'établissement, Gwenal Hervouët. Et de préciser dans le quotidien régional: «En général, on accorde l'autorisation si le tournage n'a pas d'impact sur l'environnement et n'est pas en opposition avec la fréquentation du public...»

     

    Et ce n'est pas qu'une question de principes pour l'organisme de protection du patrimoine du littoral. «Une redevance doit être versée pour chaque journée de tournage (qui peut s'élever à un millier d'euros par jour). Ce n'est pas de l'argent que nous allons garder, il est reversé au gestionnaire du site», souligne Gwenal Hervouët. Du côté de la commune de Saint-Pierre-Quiberon, l'édile Laurence Le Duvéhat a elle aussi découvert qu'une partie de terrains dépendant de sa commune ont été utilisés à des fins de propagande électorale. Signe de la grande discrétion qui a entouré la réalisation de la vidéo, même le FN local assure ne pas avoir été prévenu en amont: «Je n'étais pas au courant de ce tournage. Marine Le Pen n'a pas à me tenir informé de son passage», indique Bertrand Iragne, délégué départemental du FN.

    Le Figaro


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Mars à 16:19

    Encore un truc pour lui faire du tort !

    2
    Jeudi 23 Mars à 17:01

    on paye vraiment pour tout, quel pays !!!

    Franchement  pour filmer la côte !!

    3
    fripouille
    Jeudi 23 Mars à 19:26

    C'est curieux, parcer que filmer dans la rue est autorisé et gratuit...Je pense que c'est pour sauvegarder le métier des photographes qui font les cartes postales.

    4
    françoise
    Samedi 25 Mars à 20:27

    Son clip de campagne ne m’intéresse pas,  qu'elle se contente de tenir ses promesses si toute fois elle est élue !

      • Dimanche 26 Mars à 00:30

        Enervée ma Françoise ! (rire)

        Pourtant il est bien le clip, de jolies vues !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :