• La prison de Fleury-Mérogis connaît une vague noire de suicides

    La prison de Fleury-Mérogis connaît une vague noire de suicides

    Onze détenus se sont donnés la mort depuis le début de l'année à la prison de Fleury-Mérogis, en Essonne. L'administration pénitentiaire ne trouve pas d'explication à cette série noire.

    Mardi dernier, un homme de 48 ans, détenu à la prison de Fleury-Mérogis, s'est donné la mort. Il s'est pendu dans sa cellule avec ses draps entre deux rondes de surveillants. Un cas qui n'est pas isolé alors que ce suicide s'ajoute aux dix autres depuis le début de l'année. Ce décompte macabre des sept premiers mois de l'année est bien supérieur à celui enregistré en 2017 où trois personnes écrouées s'étaient suicidées. Une situation donc inédite à laquelle l'administration pénitentiaire est bien en mal d'apporter une explication.

    Surpopulation carcérale

    Plus grand centre pénitentiaire d'Europe avec une capacité de 2.956 places, la prison de Fleury-Mérogis accueille 4.238 détenus. Soit un taux d'occupation de 143,4% au mois de juillet. Et pourtant, cette surpopulation carcérale n'est pas la plus importante en Ile-de-France. A Bois d'Arcy, le nombre de détenus atteint 158% des capacités, à Nanterre 176,5%, à Meaux 186%. A Fresnes, où cette surpopulation explose (193%), à laquelle s'ajoute la vétusté de l'établissement, l'administration pénitentiaire recense moins de suicides. Deux personnes se sont données la mort dans cette prison du Val-de-Marne.

     

    "Un surveillant, c’est 90 détenus, reconnait Alexandre Caby", secrétaire local Ufap-Unsa Justice à Fleury-Mérogis. "C’est énorme. Discuter avec chaque détenu c’est impossible malheureusement. On se recentre donc sur nos missions régaliennes."

    Trop peu de prévention des suicides

     Choc de l'arrivée dans le milieu carcéral, durée de détention trop longue... les raisons qui pourraient expliquer cette série noire sont nombreuses. Et ce, même si la justice estime que chaque suicide est un cas individuel, comme le note Le Monde. Les exemples sont toutefois nombreux. Le 17 mars, un jeune homme de 25 ans, condamné à trois mois de rétention pour "voyage habituel sans titre de transport", s'est suicidé. Un mois plus tard, c'est un père de famille qui s'est donné la mort. Il devait purger une peine de deux mois pour "conduite sans assurance". Des infractions commises à chaque fois en récidive.

    En septembre, des co-détenus de soutien, formés par la Croix-Rouge, vont être déployés à la prison de Fleury-Mérogis. Un système d'entraide pour tenter d'améliorer la vie en milieu carcéral alors que la prévention des suicides n'est pas assez prise en charge.

    "Ce n’est vraiment pas dans les priorités de l’administration qui est contrainte déjà par le nombre élevé de détenu mais également par des injonctions de la hiérarchie de repérer les radicalisés, de repérer les détenus dangereux", estime François Bès, le coordinateur du pôle enquête de l’Observatoire international des prisons (OIP). "Finalement toujours d'œuvrer sur la sécurité et pas sur le bien-être ou le mieux-être de personnes qui vont mal."

    BFM.TV

    Se suicider pour 2 ou 3 mois de prison, je ne comprends pas !


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Août à 17:49

    j' ai dans l' idée qu' on va plus vite en prison  pour  des choses sans réelle gravité, et ceux qui sont punis  n' ont pas l' âme endurcie des racailles

    2
    Rakia
    Samedi 11 Août à 18:36

    Je suis entièrement d'accord avec toi, se suicider pour une peine de 2 à 3 

    est incompréhensible ! 11 suicides en un an,c'est pas normal,que nous cachent-ils ???

    3
    Françoise
    Samedi 11 Août à 19:02

    Certains ne supportent pas le fait d'être renfermés du jour au lendemain  et le moral en prend un coup ,ils n'ont qu'à réfléchir avant de faire une connerie !

    4
    fripouille
    Dimanche 12 Août à 08:36

    Je trouve la peine démesurée par rapport à la faute. On nous dit que les prisons sont pleines, alors pourquoi ne pas mettre une amende ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :