• L'Union européenne pourrait sonner le glas de l'heure d'été

    L'Union européenne pourrait sonner le glas de l'heure d'été

    Serait-ce bientôt  la fin ?

    Le Parlement européen doit se prononcer ce jeudi sur une résolution visant à mettre fin au changement d'heure au sein des États membres. Si la mesure est validée, la Commission devra encore convaincre ces derniers.

     

    Le vote pourrait changer la vie de près de 510 millions d'Européens, et des 67 millions de Français. Les députés du Parlement européen doivent se prononcer ce jeudi midi sur une résolution visant à mettre fin au changement d'heure au sein des pays membres. Le texte, défendu par 70 députés «chronophiles», a été insufflé par des initiatives et des pétitions citoyennes. Ces organisations, comme l'Association contre l'heure d'été double (ACHED), dénoncent ces changements d'heure et leurs effets nocifs sur la santé et jugent également discutables les économies d'énergies ainsi réalisées.

    Si la mesure est validée, l'heure d'hiver deviendrait l'heure référence pendant les douze mois de l'année. Mais elle ne sera pas effective dans l'immédiat. La Commission européenne devrait encore convaincre les 28 États membres d'appliquer la résolution.

     

    La France convertie sous VGE

    Le changement d'heure a été adopté dans plusieurs pays au lendemain du choc pétrolier de 1973-1974. La France s'y est convertie en 1976, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. L'objectif du passage à l'heure d'été était de faire des économies d'éclairage, en faisant coïncider les horaires d'activité avec les horaires d'ensoleillement afin de limiter les besoins en éclairage. Depuis, Bruxelles a décidé d'harmoniser les dates de changement d'heure, pour faciliter les transports, les communications et les échanges au sein de l'Union. Ainsi, depuis 1998, pour l'ensemble des États membres, le passage à l'heure d'été intervient le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin et le passage à l'heure d'hiver intervient le dernier dimanche d'octobre à 3 heures du matin. Chaque pays est libre d'y renoncer à condition de prévenir les autres membres plusieurs années à l'avance.

    Les économies observées seraient minimes, inférieures à 0,1%. À la fin des années 2000, la France économisait seulement 440 GWh, soit la consommation pour éclairer sur une année une ville de 800.000 habitants comme Marseille. Avec l'optimisation de l'éclairage public, les gains sont tombés à 351 GWh ces dernières années. Les effets sur la santé, avancés par les détracteurs de l'heure d'été, ne sont pas clairs. En 2015, la Commission européenne a même reconnu «des problèmes possibles de santé». Le changement d'heure perturbe certes notre horloge interne, mais l'adaptation est en principe très rapide. 

    Reste que la Sécurité routière enregistre un pic d'accidentalité de 40% chez les piétons entre 17 heures et 19 heures dans les jours suivants le dernier dimanche de mars et celui d'octobre.

    Le Figaro


  • Commentaires

    1
    fripouille
    Jeudi 8 Février à 16:25

    J'aimerais bien qu'on arrête ces changements. A moi il faut au minimum une semaine pour que je m'y habitue ! Et quand on repasse en heure d'hiver, on allume plus tôt. Quant aux agriculteurs, ils ont déjà donné leur avis : les vaches ne sont pas disciplinées pour changer l'heure de la traite !

    2
    Jeudi 8 Février à 16:56
    IL est clair que ce changement d' heure ne fait pas faire d' économies ! Ce serait la seule chose intéressante que l' union européenne ferait
    3
    françoise
    Jeudi 8 Février à 19:17

    Ils nous emmerdent avec cela !Ras le bol et pour économiser quoi? je me le demande encore aujourd'hui!

    4
    Josiane
    Jeudi 8 Février à 20:37

     J'ai lu et je croise tous les doigts, même ceux des pieds !!!!!!

    5
    Rakia
    Vendredi 9 Février à 17:17

    Priant pour qu’ils nous débarrassent de ce foutu changement d’heure ,

    je ne l’apprécie guère ! Économie d’energis,une belle connerie !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :