• L'été 1911 en France : deux mois et demi de fournaise et 40 000 morts !

    2 mois et demi de fournaise et... 40 000 morts !!!

    8, impasse Mortagne, dans le onzième arrondissement, quarante à cinquante locataires sont obligés de passer leurs nuits sur le trottoir », photo parue dans le Journal le 14 août 1911 - source : RetroNews-BnF

     

    En 1911, les Français vivent deux mois et demi d’extrême sécheresse et de températures anormalement élevées. Une canicule parmi les plus longues de l'histoire qui fera quelque 40 000 morts, principalement des enfants en bas âge.

    On estime que 40 000 personnes périrent à cause de la chaleur au cours de l'été 1911, principalement des enfants en bas âge. Une catastrophe sanitaire largement documentée par les bulletins statistiques de l'époque mais qui fut passée sous silence par la presse, sans doute sous la pression des pouvoirs publics alors engagés depuis plusieurs années dans une lutte contre la mortalité infantile, dont cette crise menaçait de révéler les faiblesses. 

    Au total, ce sont deux mois et demi d’extrême sécheresse et de températures élevées que connurent les Français cet été-là. La canicule finira par cesser définitivement au milieu du mois de septembre, après quelque 70 jours de chaleur écrasante.

    Retro News


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Jeudi 27 Juin à 17:08

    70 jours de chaleur écrasante , c’est l’horreur !!! 

    40.000 morts , une cimetière à ciel ouvert ,les pauvres ,ils sont morts

    dans une atroce souffrance !  Une partie bien sombre de l’histoire de France 

    qui restera gravée dans les mémoires à jamais !

    2
    Jeudi 27 Juin à 17:31

    Comme  quoi  on se fout  de nous aujourd' hui avec la fameuse  canicule !

     Si  ça  continue   on  parlera  bientôt   de la fin du  monde

    3
    françoise
    Jeudi 27 Juin à 18:54

    Ce n'est pas une vraie canicule  puisque les nuits sont fraîches ! Nous qui dormons  fenêtres et volets ouverts ,sur le matin  il nous est arrivé de fermer un volet  ! Mon Beau-père né en 1911 ne nous a jamais relaté ces faits ,ses parents ne lui en ont jamais touché mot ,mais il est vrai qu'il n'avait que la rue à traverser   et c'était la Loire  qui amenait de la fraîcheur  la nuit  surtout !

    4
    fripouille
    Dimanche 7 Juillet à 18:31

    Mes grand-mères ne m'en ont jamais parlé ! A l'époque les médias étaient rares, beaucoup même ne savaient pas lire...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :