• Italie : 51 collégiens sauvés d'une prise d'otages, un "carnage" évité de justesse

    Italie : 51 collégiens sauvés d'une prise d'otages, un "carnage" évité de justesse

    La police italienne a sauvé mercredi de justesse 51 collégiens pris en otage et menacés dans un bus par leur chauffeur à Crema, près de Milan. L'homme, un Italien d'origine sénégalaise, a invoqué le sort des migrants africains morts en mer Méditerranée avant d'incendier le véhicule.

    "C'est un miracle, cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont été exceptionnels pour bloquer le bus et faire sortir tous les enfants", a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco. Le chauffeur a été interpellé sous les chefs de "prise d'otage, massacre et incendie" avec la circonstance aggravante de "terrorisme".

    Selon son avocat, l'homme a expliqué durant son interrogatoire qu'il "voulait faire un geste éclatant pour attirer l'attention sur les conséquences des politiques migratoires". "J'ai perdu trois enfants en mer", a affirmé le chauffeur lors de la prise d'otage, selon le témoignage d'un adolescent diffusé sur les sites internet des médias italiens.

    Un acte prémédité

    Ousseynou Sy, âgé de 47 ans, Italien depuis 2004, chauffeur scolaire sans histoire, "a agi comme un loup solitaire" sans liens avec l'islamisme radical, a estimé au cours d'une conférence de presse le chef de la cellule anti-terrorisme de Milan, Alberto Nobili. Ousseynou Sy est divorcé de son épouse italienne et a deux enfants adolescents.

    Ses actes étaient "prémédités" depuis plusieurs jours, "il voulait que le monde entier puisse parler de son histoire", a-t-il expliqué. L'homme a en effet posté sur Youtube une vidéo pour expliquer son action et "dire Afrique soulève-toi", à l'intention de proches à Crema mais aussi au Sénégal.

    Le ministère de l'Intérieur a évoqué dans un communiqué des antécédents de conduite en état d'ivresse et d'agression sexuelle sur mineur.

    "Personne ne sortira d'ici vivant"

    Les 51 élèves du collège de Crema voyageaient dans le cadre d'une sortie sportive avec trois accompagnateurs, quand le chauffeur a subitement changé de chemin prenant la direction de l'aéroport de Linate. La prise d'otage a duré une quarantaine de minutes.

    "Personne ne sortira d'ici vivant", a-t-il lancé, selon les témoignages de plusieurs enfants. Armé de bidons d'essence et d'un briquet, il leur a pris leur téléphone portable et a demandé aux accompagnateurs de les ligoter avec du fil électrique.

    "Il nous menaçait, disait que si nous bougions il verserait l'essence et allumerait le feu. Il n'arrêtait pas de dire qu'il y avait tant de personnes en Afrique qui continuaient à mourir et que c'était la faute de [Luigi] Di Maio et [Matteo] Salvini" [les deux vice-Premiers ministres italiens et hommes forts du pays, NDLR], a raconté une jeune fille. Elle précise que le chauffeur "se retournait et versait de l'essence par terre" et qu'il a aussi brandi "un pistolet et un couteau". "Puis les carabiniers sont arrivés et nous ont sauvés".

    Un garçon de 13 ans donne l'alerte

    C'est grâce à un adolescent de 13 ans que l'alerte a été donnée. Ce héros du jour a pu récupérer le téléphone tombé à terre d'un camarade et donner l'alerte à 11h50. "Je me suis un peu fait mal aux mains pour le récupérer et j'ai pu prévenir les carabiniers et la police. Nous étions tous effrayés", a-t-il raconté, très calmement, devant une caméra.

    Le chauffeur a forcé un premier barrage de deux véhicules de police, avant d'être bloqué contre un parapet par trois autres voitures. Faisant face à deux carabiniers, l'homme a ensuite mis le feu au bus, tandis que d'autres carabiniers brisaient des vitres à l'arrière du bus pour faire descendre les enfants, hurlant et pleurant. Une douzaine d'enfants et deux des adultes ont été conduits à l'hôpital après avoir été légèrement intoxiqués par la fumée.

    Vers une déchéance de nationalité ?

    "Le ministère est à l'oeuvre pour vérifier la possibilité de retirer la citoyenneté italienne au Sénégalais", ont indiqué des sources ministérielles, en brandissant le décret-loi du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini sur la sécurité et l'immigration adopté à l'automne.

    Dans la matinée devant les sénateurs, Matteo Salvini avait assuré que sa politique de fermeté, qui a quasiment stoppé les arrivées de migrants déjà en très forte baisse avant son arrivée au pouvoir, avait sauvé "des milliers de vies" : "Moins de départs, moins d'arrivées, moins de morts", avait-il martelé.

    L'Express

    On (les européens)  n'a pas demandé aux africains de venir en Europe !


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Jeudi 21 Mars à 15:02

    51 miraculés ,ils ont échappé à une mort certaine,ils ont eu une sacrée chance !

    Encore un taré à enfermer dans une psychiatrie ,un pourri qui mérite d’être brûlé 

    dans son bus !

    2
    Jeudi 21 Mars à 17:12

    les  noirs  ont  viré  les  blancs, et  comme  ils sont  incapables de gérer leur pays  ils  voudraient   venir en  Europe !

     Et  quand  on  les accepte, et accorde  la nationalité   voilà  le remerciement !

     On  a du souci  à se faire

    3
    françoise
    Jeudi 21 Mars à 17:44

    Si ils étaient restés chez eux ils ne se seraient pas noyés ! On ne va pas pleurer sur toute la misère du monde! Ces jeunes ont vraiment eut "chaud" pour leur vie ! Ce noirot devrait être abattu illico !

    4
    fripouille
    Vendredi 22 Mars à 09:38

    Je réponds à la place de Françoise. Les africains  qui migraient dans des barques surpeuplées ont souvent vu celles-ci se retourner, d'où la précision de noyer.

    Cette affaire est encore pire que ce que l'on peut imaginer dans les films d'horreur ! Une telle méchanceté sur des enfants innocents est très choquante, d'autant plus qu'elle a été préméditée ! Il faut l'enfermer définitivement à défaut de la peine de mort, qui aurait parfaitement été justifiée dans ce cas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :