• Il tue le goéland qui lui a volé ses frites, un retraité écope de 874 € d’amende

    Il tue le goéland qui lui a volé ses frites, un retraité écope de 874 € d’amende

    Un retraité anglais de 65 ans vient d’écoper le 12 mars dernier d’une amende de 750 £, soit environ 874 €, pour avoir tué un goéland qui lui avait volé ses frites. Espèce en voie de disparition, ce volatile est protégé au Royaume-Uni par une loi de 1981.

     

    Le fait s’est produit à la station balnéaire de Weston-Super-Mare (sud-ouest de l’Angleterre), en juillet 2018, comme le rapporte le tabloïd anglais The Daily Mail. John L. Jones, natif de Cardiff, mangeait tranquillement son cornet de frites lorsqu’un goéland s’est approché pour lui voler son repas et a fait tomber le repas.

    Pris de rage, l’homme a attrapé le volatile par les pattes et l’a frappé contre le mur à plusieurs reprises, devant plusieurs témoins médusés. Selon le journal anglais, quelques enfants auraient fondu en larmes.

    « C’est de la vermine »

    Une femme, Rachael Beer, témoin de la scène et travaillant dans un magasin des environs, a dénoncé les faits, et fourni les photos de l’animal blessé à la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA), Société royale pour la prévention de la cruauté envers les animaux. Pendant ce temps, un autre témoin a transporté le goéland chez un vétérinaire pour qu’il soit euthanasié.

    « J’ai entendu une mère dire "Pourquoi avez-vous fait cela devant mon enfant " Et il [John Jones] a répondu "c’est de la vermine, vous devriez enseigner ce qu’est la vermine à vos enfants" » raconte Rachael Beer. Celle-ci a témoigné s’être approchée de l’animal pour prendre une photo avant de demander pourquoi l’agresseur a eu ce geste. « Il a juste haussé les épaules et s’en est allé ».

    Une espèce en voie de disparition

    Le 12 mars 2019, John L. Jones a été reconnu coupable et condamné par un juge de première instance du North Sommerset à un couvre-feu de 12 semaines et une amende de 750 £ soit environ 874 € pour cruauté envers les animaux. Il devra en outre verser 85 £ soit près de 100 € à un fonds destiné aux témoins de la scène.

    Le Wildlife and Countryside Act de 1981, législation utilisée au Royaume-Uni pour arriver à ce verdict, stipule que tuer un goéland est illégal, ces derniers étant en voie de disparition dans le pays.

     

     

    Pour Simon Evans, un inspecteur de la RSPCA : « C’est une façon de traiter un animal impensable et détestable, née du fait que cet homme s’inquiétait plus de ses frites que des conséquences de ses actions sur l’animal. »

    Ouest-France


  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Mars à 12:10

    Je  suis très surpris de lire  que  les goélands sont en voie de disparition !

    2
    françoise
    Vendredi 22 Mars à 13:47

    Bien fait pour la Gueule de ce vieux Con! Pour  deux malheureuses frite c'est lui qu'il faudrait tuer, une ordure de moins et Dieu si il y en a dans le domaine de la maltraitance animale!

    3
    Rakia
    Vendredi 22 Mars à 13:55

    Coucou chantou !

    C’est bien lui,la vermine,ce sale type sans scrupule ! Tuer un animal sans défense 

    pour quelques frites,ils mérite d’être étouffer avec ,ce vauriens !874€ ,est le prix de 

    874 paquets de frites,bien fait pour sa tronche ! J’ai bien voulu qu’il soit condamné

    à de la prison ferme ,c’est dommage !

    4
    fripouille
    Mardi 26 Mars à 18:25

    La punition était sans rapport avec la faute ! Encore un vieux c o n qui se sent supérieur aux animaux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :