•  

    Le drame s’est produit dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 août, dans la cité des Mondoux.

     

    Le corps d’un homme d’une cinquantaine d’années a été retrouvé dans la cité des Mondoux à Périgueux, dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 août, vers 4 heures du matin. Il s’agissait du locataire de cet appartement du bâtiment 10 de cet ensemble de logements sociaux. Son fils, qu’il hébergeait depuis peu, a été arrêté sur les lieux du drame et aurait reconnu les faits. 

    Ce jeune homme de 25 ans, connu de la justice pour deux condamnations anciennes, devait être présenté au parquet ce dimanche soir 11 août.

     

    Le corps de la victime, qui présente des traumatismes sur le thorax et sur le crâne, doit être autopsié lundi 12 août. Les circonstances, le mobile et l’arme éventuellement utilisée n’ont pas été révélés. 

    Sud-Ouest

    Fait divers banal, hélas !


    4 commentaires
  • Lyon: Quatre morts dans un accident de la route

     

     Dans la nuit de samedi à dimanche, un accident dramatique s'est produit à Vénissieux, dans l'Est lyonnais, au niveau du numéro 197 de l'avenue Francis-de-Pressensé.

    Le bilan, encore provisoire, est très lourd: quatre personnes sont mortes et une cinquième est dans un état dit d'urgence absolue.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, aux alentours de 3h55, au feu vert, le véhicule, un Renault Scenic, a accéléré pour doubler par la gauche une voiture qui le précédait.

    En se rabattant, il a heurté le terre-plein central, s’est retourné, avant de finir sa course dans le mur d’une société. Le conducteur, originaire de Vénissieux, et trois passagères sont morts sur le coup. Une quatrième jeune femme est dans un état dit d'urgence absolue.

    Si le conducteur a été identifié, ce n’est pas le cas des passagères. La police lance un appel à témoins et demande à toute personne pouvant détenir des informations sur l'accident ou les victimes d'appeler le 17.

    Les secours sont intervenus vers 4 heures du matin. D'après les premières constatations, une voiture, seule en cause, a percuté un mur.

    Selon nos informations, les victimes sont des jeunes, âgés d'une vingtaine d'années. Un homme et trois jeunes femmes ont péri dans l'accident.

    Le périmètre était encore bouclé ce dimanche matin. Cette portion de l'avenue a été rouverte vers 10 heures du matin.

    Le Progrès


    4 commentaires
  • Mort mystérieuse dans le Jura : «Nous sommes tous passés à côté sans le voir»

    Florian a fait partie des bénévoles qui ont mené des recherches pour retrouver Lucas Renoud, 20 ans, disparu dans le Jura au mois de juin.

    Le 18 juin, Lucas Renoud, 20 ans, partait avec des collègues en balade aux cascades du Hérisson, dans le Jura. Il n’en reviendra jamais. Malgré un appel au 112, durant lequel il explique s’être perdu, et d’importantes recherches, son corps n’est retrouvé que le 26 juin, à seulement 30 m de l’un des sentiers du site, très fréquenté à cette période de l’année. Des bénévoles s’étaient rassemblés, les jours précédents, pour partir à sa recherche. Touché par cette disparition, Florian, 19 ans, en a fait partie.

    Dès le 20 juin, cet étudiant, par ailleurs pompier volontaire, a arpenté le secteur des cascades, non loin de sa ville de Clairvaux-les-Lacs (Jura). « On se levait à 6 heures, pour ratisser la zone par groupe de trois et terminer vers 22 heures, se souvient-il. Nous savions tous que plus les jours passaient, et plus les chances de le retrouver en vie s’amenuisaient. »

    Sur place, Florian fait la connaissance du papa de Lucas et de son oncle, équipé d’un drone. Il leur propose de loger à son domicile, où seront accueillies jusqu’à 18 personnes. Dans la foulée, Florian et ses amis placardent 150 affichettes. Le jeune homme crée aussi la page Facebook Retrouver Lucas Renoud, qui sera visitée à près de 300 000 reprises.

    Après plusieurs jours de recherches infructueuses, les bénévoles élargissent leur champ d’action, jusqu’aux belvédères voisins de la Dame Blanche et du Pic de l’Aigle. Pour, au final, revenir aux cascades. « Nous étions persuadés que Lucas était encore là, confie Florian. Même si toutes les hypothèses tournaient dans nos têtes, comme celle d’une fugue ou d’un enlèvement. »

    Le 26 juin, la tragique découverte vient clore ces suppositions, et suscite toujours l’incrédulité des bénévoles : « Je ne comprends pas qu’il n’ait pas été retrouvé plus tôt, lâche Florian. Nous sommes tous passés à côté sans le voir. Moi-même, j’ai dû passer à 10 m. » Pour lui, la seule explication tient dans la configuration des lieux. « D’après ce que l’on m’en a dit, on pouvait passer à 2 m de lui sans le voir, tellement les arbres le dissimulaient. »

    Le Parisien

    Mais de quoi est-il mort ?

    A t-on fait une autopsie ?

    Le journaliste aurait pu en dire plus !


    4 commentaires
  • Un Français qui effectuait un périple dans le Grand Nord retrouvé mort au Canada

    Son aventure devait durer deux mois et demi. Elle s’est finalement arrêtée après 31 jours. Le corps de Thomas Destailleur a été retrouvé mercredi sur le Grand Lac des Esclaves, dans le nord du Canada.

    Alertée par sa famille, sans nouvelles, la Gendarmerie royale du Canada (GRC, la police fédérale) avait lancé des recherches le jour même. Son kayak renversé avait été repéré par un avion. La dépouille du jeune Français a été confiée au médecin légiste des Territoires du Nord-Ouest pour une autopsie. L’enquête sur les circonstances du décès se poursuit.

    La veille, dans sa dernière publication sur sa page Facebook, il évoquait le vent de plus en plus fort, les vagues de plus en plus hautes, le kayak qui se remplit d’eau : « Deux, trois vagues manquent de me retourner, et j’abandonne en surfant jusqu’à la plage, trempé et gelé. J’ai peur de l’hypothermie. » Tenace, le jeune homme retente sa chance le lendemain. En vain.

    Un aventurier écoresponsable

    D’abord à vélo puis en kayak, le kinésithérapeute était parti de Jasper, dans les Rocheuses canadiennes, pour « suivre les eaux du Glacier Athabasca sur 3700 km jusqu’à l’océan Arctique et le village de Tuktoyaktuk. » Un long parcours à travers le Nord canadien, qui devait le mener bien au-delà du cercle Arctique.

    Ce n’était pas la première expédition du jeune trentenaire, qui avait déjà voyagé en Tanzanie, Mongolie, en Indonésie, en Islande ou encore à Cuba. Des voyages qui avaient sacrément augmenté son empreinte carbone. Alors Thomas s’était résolu à « voyager différemment », comme il l’avait expliqué au site canadien L’Express avant d’entamer son périple.

    Avec son projet « Open Your Wild », il voulait promouvoir un mode de vie et de voyage respectueux de l’environnement. C’est son amour de la nature et des grands espaces qui l’avait poussé à quitter l’Hexagone, et Lille, dont il est originaire, pour s’installer au Canda. « J’aime bien bouger, je suis un peu nomade », confiait-il à L’Express.

    Il avait embarqué une caméra sur son kayak et espérait réaliser un film documentaire. À l’image des reportages de Nicolas Hulot et du Commandant Cousteau, qu’il regardait enfant.

    Le Parisien

    Il a voulu en faire trop, bien triste.


    3 commentaires
  • Le financier américain Jeffrey Epstein s'est suicidé en prison

    Le financier américain Jeffrey Epstein s’est suicidé dans la prison de New York où il attendait son procès pour agressions sexuelles sur des mineures, ont rapporté samedi plusieurs médias américains. Selon le New York Times, qui cite des responsables sous couvert d’anonymat, le financier déchu âgé de 66 ans s’est pendu dans sa cellule et son corps sans vie a été retrouvé samedi matin vers 7h30 (11h30 GMT).

    Jeffrey Esptein était accusé d’agressions sexuelles sur des mineures. Il aurait organisé, durant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles sous influence, certaines collégiennes, avec lesquelles il avait des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés. Inculpé le 8 juillet d’exploitation sexuelle de mineures et d’association de malfaiteurs en vue d’exploiter sexuellement des mineures, il était passible de 45 années d’emprisonnement. Le financier dont la fortune était estimée à plus de 500 millions de dollars avait été débouté, le 18 juillet, de sa demande de remise en liberté sous caution et devait rester en détention jusqu’à son procès.

    Libération


    7 commentaires
  • Le conducteur d'une trottinette électrique, qui s'était engagé sur l'autoroute A86, est mort percuté par un motard dans la nuit de vendredi à samedi à hauteur de Vélizy-Villacoublay (Yvelines), selon une information du Parisien confirmée par les pompiers.

    Le conducteur de la trottinette, âgé d'une trentaine d'années et qui ne portait pas de casque, a été percuté par l'arrière peu après minuit alors qu'il circulait sur cette autoroute dans le sens Paris-province, en direction de Créteil, a précisé un responsable des pompiers des Yvelines.

    "Il s'agit d'un choc frontal arrière. La moto a été retrouvée à 400 mètres des victimes, ayant probablement continué à rouler après le choc du fait de l'inertie", a indiqué ce pompier.

    Des accidents en hausse

    Aucune explication n'a été donnée sur les raisons qui ont amené cet homme à s'engager sur l'autoroute, où les trottinettes sont interdites.

     

    La victime, en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des secours, est décédée peu après. Le motard, polytraumatisé, était inconscient à l'arrivée des secours. Il a été hospitalisé.

    Avec l'essor des trottinettes en libre service, les accidents, parfois mortels, se multiplient. Le 10 juin, un homme de 25 ans circulant en trottinette électrique est décédé après avoir percuté un camion dans le 18e arrondissement de Paris, dans le premier accident mortel concernant cet engin dans la capitale. En avril, un piéton octogénaire avait également trouvé la mort, à la suite d'un choc par une trottinette à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine.

    BFM.TV


    5 commentaires
  • Aux États-Unis, durant le tour de l'Utah, un cycliste a raté son virage en pleine descente et s'est encastré dans une voiture de coureur. Par la suite, deux autres cyclistes se sont pris une moto ! Les trois hommes n'ont heureusement pas été gravement blessés.


    5 commentaires
  • USA : Il tue sa femme malade et se suicide faute de pouvoir payer ses frais médicaux

    Un geste ultime de désespoir.

    Un Américain s’est suicidé après avoir tué sa femme mercredi à Ferndale, dans le comté de Whatcom. La semaine précédant son acte, il avait expliqué être très inquiet face à son incapacité à payer les frais médicaux de sa femme malade, rapporte le site Internet du magazine «People». Brian S. Jones, 77 ans, et Patricia Whitney-Jones, 76 ans, ont été retrouvés morts tous les deux au petit matin mercredi, après que la police a reçu un appel du mari menaçant de mettre fin à ses jours.

    Au téléphone avec l’agent du 911, il avait assuré avoir «écrit une note à destination du shérif avec toutes les informations et instructions» concernant son crime et son suicide. Les secours n’ont rien pu faire pour le dissuader de passer à l’acte. Avant de raccrocher, il a lancé : «Nous serons dans la première chambre». Les deux cadavres se trouvaient l’un à côté de l’autre.

    Sur place, les autorités ont en effet bien trouvé la fameuse note du mari, «dans laquelle il parlait des problèmes médicaux de sa femme et où il s’inquiétait de ne pas avoir les ressources suffisantes pour payer les factures liées à ces frais médicaux». Dans un communiqué adressé à «People», le bureau du légiste du comté de Whatcom explique que Brian S. Jones a tiré sur sa femme, une fois à l’arrière de sa tête, avant de retourner l’arme contre lui et de se tirer dessus à trois reprises. «C’est tellement tragique que l’un de nos citoyens sénior se trouve dans une situation de désespoir tel qu’il puisse penser que tuer et se suicider soit sa seule option», a déploré le shérif.

    Paris Match


    5 commentaires
  • Elle les avait remplacés par… des bouillons cubes. Les bijoux dérobés chez un joaillier parisien, fin juillet, par une femme qui s’était fait passer pour une princesse des Émirats arabes unis ont été retrouvés en Seine-Saint-Denis, a-t-on appris vendredi.

    D’une valeur estimée à plus de 1,6 million, les bijoux ont été retrouvés « jeudi soir dans une chambre d’hôtel » par les enquêteurs de la brigade de répression du banditisme (BRB), indique une source policière. Pour l’heure, aucune interpellation n’avait eu lieu.

    Analyse vidéo

    C’est l’analyse de vidéocaméras, associée à un travail de renseignements, qui a permis cette découverte. Le 31 juillet, deux femmes, dont l’une se faisant passer pour une princesse des Émirats arabes unis, s’étaient fait présenter plusieurs pièces dans un écrin dans une bijouterie de luxe de la rue Saint-Honoré, dans le Ier arrondissement de Paris.

    Durant cette présentation, elles avaient reçu plusieurs appels téléphoniques, avant d’assurer qu’elles effectueraient un virement le lendemain afin d’acquérir ces pièces. En attendant, l’écrin avait été remis dans le coffre.

    Le lendemain, la joaillière, s’inquiétant de ne pas recevoir le virement promis, s’était rendu compte que les bijoux avaient été remplacés par ce qu’elle a d’abord pris pour des « chocolats ». Les enquêteurs avaient alors découvert qu’il s’agissait des fameux ingrédients

    Le Parisien

    En Seine-St-Denis, pas étonnant, c'est un repère de truands !

    Tant mieux pour  la joaillière !


    3 commentaires
  • Un meurtre entre amis.

    Vendredi, une femme de 26 ans a été mise en examen et incarcérée pour le meurtre d’un homme de 47 ans, un ami du couple, dont elle avait dissimulé le corps avec son compagnon à leur domicile à Sochaux, a indiqué le parquet de Montbéliard (Doubs).

     

    La femme a été mise en examen pour « homicide volontaire », a indiqué la procureure de la République à Montbéliard, Carine Greff, dans un communiqué. Son compagnon, un homme âgé de 36 ans, « a bénéficié du statut de témoin assisté pour l’homicide volontaire, mais a été mis en examen des chefs de recel de cadavre et modification de la scène de crime », a-t-elle ajouté. Tous deux ont été placés en détention provisoire.

    Le couple était connu pour des problèmes de stupéfiants

    La police a découvert le cadavre putréfié de la victime, mercredi, au domicile du couple à Sochaux, près de Montbéliard. Il était « enveloppé dans de nombreux draps et couvertures », a indiqué la magistrate. D’après l’autopsie, la victime a subi des « violences physiques ». Cet homme, « paisible et isolé », momentanément sans emploi et sans domicile, était inconnu des services de police.

    Le couple, connu de la police pour des infractions liées aux stupéfiants et vivant dans la marginalité, a reconnu « qu’il s’agissait du corps de leur ami de 47 ans, mort lors d’une rixe dont ils ne pouvaient expliquer le motif », a noté Mme Greff.

    Deux jours avant la découverte du cadavre, un individu s’était présenté au commissariat de Montbéliard pour révéler que des connaissances lui avaient demandé de les aider à déplacer un corps.

    Le Parisien


    4 commentaires
  • Pérou : un couple s’embrasse sur un pont, bascule dans le vide et se tue

    Au Pérou, un couple d’amoureux est décédé à Cusco, samedi matin, en basculant d’un pont alors qu’il échangeait de longs baisers, rapporte La Republica. La scène, captée par des caméras de surveillance, a été diffusée par le média espagnol TeleCinco.

    Sur ces images, on voit la jeune femme assise sur la rambarde, dos au vide. Alors qu’elle passe ses jambes autour de la taille de son compagnon, elle semble perdre l’équilibre et se raccroche au cou de l’homme, qui bascule avec elle.

    Le couple a atterri sur un boulevard quelques mètres plus bas. Selon La Republica, les deux amants sortaient d’une discothèque et étaient alcoolisés au moment des faits.

    Présentant de graves blessures au crâne, notamment, ils ont été transportés en urgence à l’hôpital. La femme, âgée de 34 ans, a été déclarée morte à son arrivée. Son compagnon, âgé lui de 34 ans, est décédé un peu plus tard.

    Le Parisien


    4 commentaires
  • Les deux personnes qui étaient encore recherchées par les services de police dans le cadre de l'enquête sur les cigarettes toxiques ont été interpellées, annonce France Bleu.

    Les deux hommes qui étaient encore recherchés dans l'affaire des cigarettes toxiques à Roanne, dans la Loire, ont été interpellés mercredi soir, révèle France Bleu Loire. Mercredi matin, trois personnes avaient déjà arrêtées et entendues par les services de police. 

    Les cinq jeunes sont suspectés d'avoir proposé des cigarettes toxiques à six personnes dans le but de les dépouiller. Les cigarettes seraient composées d'une "herbe chamanique", une substance cannabique qui avait entraîné l'intoxication des six victimes.

    Leurs domiciles perquisitionnés

    Les deux suspects récemment interpellés ont été rapatriés à Roanne par les enquêteurs, où ils ont été placés en garde à vue. L'un deux est le frère jumeau d'un des suspects précédemment interpellés, et il est âgé de 18 ans. Le second est un mineur de 17 ans, et pourrait être le fournisseur de la drogue ayant servi au trucage des cigarettes. 

    Des perquisitions ont été effectuées aux domiciles des suspects ce jeudi matin, afin de retrouver la drogue utilisée - qui proviendrait de Mayotte selon les premières déclarations des suspects - et le butin de leur vol. 

    Europe 1


    7 commentaires
  • Haute-Savoie: Arrêté pour excès de vitesse, il écrit une lettre de remerciement à la police

    Arrêté pour excès de vitesse la semaine dernière, un homme a tenu à remercier les policiers pour avoir « sauvé la vie de [sa] famille »

    C’est une lettre dont les forces de l’ordre savoyardes devraient se souvenir pendant un petit moment. Ce jeudi, la police nationale de la Haute-Savoie a publié un courrier en provenance d’un homme qui avait été arrêté la semaine passée pour excès de vitesse. « Je voulais simplement vous remercier de votre intervention » commence l’homme dans sa missive.

    « Vous avez été, quelque part, "l’électrochoc" qui m’a fait prendre conscience que le danger sur la route, ce n’était pas les autres, c’était bien moi. Cela fait pourtant 15 ans que mon entourage a peur de monter avec moi en voiture, j’aurais dû m’en douter mais je pensais qu’ils maximisaient les choses » continue-t-il, avant de préciser qu’il a présenté ses excuses à son entourage pour avoir mis leurs vies en danger pendant plusieurs années.

    L’homme écrit, pour finir, qu’il remercie les policiers « car vous avez sûrement sauvé la vie de ma famille et d’autres personnes sûrement ». Sur Twitter, les forces de l’ordre de la Haute-Savoie ont tenu à saluer ce geste. « Nous ne pouvons que nous féliciter que la leçon a porté pour le plus grand bénéfice de la sécurité routière ».

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Deux-Sèvres: une fillette de deux ans entre la vie et la mort après avoir été mordue par un chien

    Les faits se sont déroulés ce jeudi dans l'après-midi, sur la commune de Champdeniers (Deux-Sèvres). Une petite fille de deux ans a été mordue par un rottweiler, issu de l'élevage de sa mère, rapporte France Bleu Poitou.

    La fillette se trouve entre la vie et la mort. Elle a dû être évacuée en hélicoptère à Poitiers. La mère de l'enfant a aussi été mordue, mais ses blessures sont plus légères.

    Huit pompiers ont été mobilisés pour cette opération ainsi qu'une équipe médicale du Smur de Niort, détaille La Nouvelle République. Selon le maire de la commune poitevine, Jean-François Ferron, qui s'est exprimé auprès de nos confrères du quotidien régional, la mère de famille serait entrée dans l'enclos du chien avec sa fille.

    "Brutalement, le chien s'est tourné vers l'enfant et l'a attaquée. Sa mère a eu le réflexe adéquat: malgré sa propre douleur, elle a réussi à arracher sa fille de la gueule de l'animal. C'est un malheureux accident."

    BFM.TV

    Quelle abrutie cette mère d'emmener sa fille vers un chien dangereux !


    6 commentaires
  • Drôme: un septuagénaire mis en examen pour viol sur sa petite-fille

    Un septuagénaire a été mis en examen pour "viol et agressions sexuelles à caractère incestueux" ce jeudi à Valence (Drôme). Il est accusé d'avoir violé à plusieurs reprises sa petite-fille âgée de 11 ans, rapporte Le Dauphiné Libéré.

     

    Selon le quotidien, l'enfant a confié à ses parents être victime d'agressions sexuelles et de viols "depuis plusieurs années" par son grand-père. Ces derniers ont prévenu la police qui a demandé aux équipes du Raid de procéder à son interpellation mardi, dans un village entre Crest et Montélimar. L'homme de 71 ans avait été décrit comme potentiellement dangereux puisque possédant quatre fusils de chasse.

    En garde à vue, le mis en cause a fini par reconnaître "quelques caresses appuyées à l'endroit où il ne fallait pas" depuis cinq ans, précise Le Dauphiné Libéré. Les faits se seraient déroulés au domicile des grands-parents, lorsque son épouse était absente. Mis en examen, il a été placé sous contrôle judiciaire.

    BFM.TV


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique