• Coupe du Monde - Des maillots de la Colombie imprégnés de cocaïne saisis à Bogota

    Quatorze maillots de l'équipe de Colombie lors du Mondial-2018, qui étaient imprégnés de cocaïne, ont été saisis jeudi par les autorités à l'aéroport de Bogota d'où ils devaient partir pour les Pays-Bas. 

     

    Quatorze maillots de l'équipe de Colombie lors du Mondial-2018, qui étaient imprégnés de cocaïne, ont été saisis jeudi par les autorités à l'aéroport de Bogota d'où ils devaient partir pour les Pays-Bas, a annoncé la police colombienne. "Profitant de la passion des supporteurs pour notre sélection, (les narcotrafiquants) ont décidé d'imprégner les vêtements de chlorhydrate de cocaïne", explique la police.

     

    Imprégnés de plus de 5 kg de cocaïne chacun

    Ces maillots, les mêmes que ceux utilisés par la sélection de José Pekerman en Russie, étaient imprégnés de plus de 5 kg de cocaïne chacun et emballés avec d'autres tenues traditionnelles colombiennes dans un chargement à destination de Groningue, aux Pays-Bas.

    En utilisant un processus chimique, les trafiquants dissolvent la drogue et l'étalent sur le tissus avant de la faire de nouveau extraire par un chimiste "sans perdre le moindre gramme", selon les policiers.

    "A première vue, un passionné de football ne remarque rien de nocif dans ces maillots, mais un doute apparaît lorsque l'on voit la destination de ce colis", a ajouté la police qui enquête sur l'expéditeur. La Colombie est le premier producteur mondial de feuilles de coca, matière première de la cocaïne, et le plus grand producteur de cette drogue, selon l'ONU.

    Paris Match


    6 commentaires
  • Russie: Il découvre les ossements de l'ex de sa compagne dans son potager

    La femme aurait tué son ex-compagnon à coups de hache après une dispute en 1997…

    Il voulait planter des pommes de terre mais a finalement déterré des ossements. Un Sibérien a découvert en s’activant dans son potager des restes humains qui se sont avérés être ceux de l’ex de sa compagne, tué il y a 21 ans, ont annoncé mardi les enquêteurs russes.

    La macabre découverte s’est produite dans le village de Luzino, à quelque 2.200 kilomètres à l’est de Moscou, a précisé le Comité régional d’enquête, qui n’a pas fourni l’identité du villageois. Une enquête pour meurtre a été ouverte.

     

    Elle avoue l’avoir frappé avec une hache en 1997

    Ce Russe, « alors qu’il remuait la terre de son potager pour y planter des pommes de terre a découvert des os humains et un crâne », a précisé la même source.

    La compagne du villageois, âgée de 60 ans, a reconnu avoir frappé son ex-compagnon « plusieurs fois à la tête à l’aide d’une hache » après une dispute, en 1997. Elle avait ensuite dépecé le corps de cet homme de 52 ans pour l’enterrer dans son potager.

    La femme avait alors expliqué à ses voisins que son compagnon était parti chercher du travail et personne ne s’est soucié de ce qu’il était devenu.

    Elle aurait demandé à son compagnon de la couvrir

    Le tabloïd Komsomolskaya Pravda avance qu’elle s’était ouvertement confiée à son compagnon en lui demandant de ne rien dire à la police. Mais il n’en a rien fait.

    Aucune prescription ne s’applique à ce crime, selon le journal. La meurtrière présumée est aujourd’hui interdite de déplacement.

    20 Minutes


    3 commentaires
  • Loiret : des enfants de 7 à 9 ans soupçonnés d’avoir vandalisé un cimetière

    « Je suis élu depuis 2001 et je n’ai jamais vu ça ! » s’étonne Eric Archenault, le maire de Marigny-les-Usages, une petite commune près d’Orléans (Loiret). Vendredi, ses administrés ont découvert trente tombes vandalisées dans leur cimetière. Aucun tag ou graffiti ne permet de parler de profanation...

    « Je suis élu depuis 2001 et je n’ai jamais vu ça ! » s’étonne Eric Archenault, le maire de Marigny-les-Usages, une petite commune près d’Orléans (Loiret). Vendredi, ses administrés ont découvert trente tombes vandalisées dans leur cimetière. Aucun tag ou graffiti ne permet de parler de profanation mais l’ampleur des dégâts agite les discussions au village.

    Plaques commémoratives endommagées, vases brisés, fleurs arrachées… Selon France Bleu Orléans, la détérioration est flagrante. Et le mystère a d’autant plus fait parler que le même genre de dégradations a été effectué dans le jardin pédagogique de la ville.

    Mais toujours selon les informations de la radio, ces détériorations seraient l’œuvre de quatre jeunes enfants âgés de 7 à 9 ans. Ils étaient entendus vendredi soir par la gendarmerie.

    Le Parisien

    Il n'y a plus d'enfants ! C'est la décadence en France !


    4 commentaires
  • Inde : des rats grignotent plus d'un million de roupies dans un distributeur

    Des rats qui se sont introduits dans un distributeur de billets de banque dans l'Etat de l'Assam, dans le nord-est de l'Inde, ont grignoté des billets d'une valeur totale de 1,2 million de roupies, soit 15.500 euros, a annoncé jeudi la police.

    Plaintes de clients.

    Ce casse inhabituel a été découvert après que des usagers se furent plaints que le distributeur était hors service et qu'il ne délivrait plus de billets, a indiqué la police du district de Tinkusia.

    "Billets de banque déchiquetés".

    Les employés de la banque "sont venus contrôler le distributeur de billets la semaine dernière et ont découvert un rat mort et des billets de banque déchiquetés lorsqu'ils l'ont ouvert", a déclaré le commissaire de police Mugdhajyoti Dev Mahanta.

    Pas de "complot".

    La police a procédé à des vérifications et n'a pas trouvé d'indices suggérant "un délit ou un complot". "Il semble que des rats se soient introduits dans l'appareil par une petite ouverture où passent des cables", a-t-il dit. Des images montraient un distributeur rempli de billets de 500 et 2.000 roupies déchiquetés.

    Europe 1


    5 commentaires
  • Paris : un enfant de 10 ans retrouvé en état de coma éthylique

    Mardi en début d'après-midi, un enfant de 10 ans a été retrouvé en pleine rue dans le 5ème arrondissement de Paris  en plein coma éthylique, a rapporté jeudi Le Parisien. Une enquête a été ouverte par l’Aide sociale à l’Enfance.

    Tête dans le caniveau. Cet enfant, sans pièce d'identité sur lui, a été retrouvé à 13h50, sur un trottoir, tête dans le caniveau et en train de gémir. Le passant qui l'a découvert a aussitôt appelé les secours. Quand les policiers sont arrivés sur place, le jeune garçon sentait fortement l'alcool, tremblait et vomissait, rapporte le quotidien.

    Encore hospitalisé jeudi. Au vu de son âge, le Samu a décidé de le transférer directement à l'hôpital Necker où le jeune garçon était encore jeudi, avec sa mère à son chevet. Souffrance personnelle ? Pari lancé par des copains ? L'enquête de l'Aide sociale à l'enfance, lancée suite à un signalement de la Brigade des mineurs de la police judiciaire, devrait le dire.

    Europe 1


    5 commentaires
  • Un adolescent se tue en chutant d'un mur d'escalade en Savoie

    Le jeune de 16 ans faisait partie d’un groupe de club alpin. Le moniteur, qui est aussi tombé, est hospitalisé dans un état grave

    Un adolescent de 16 ans, qui faisait partie d’un groupe du club alpin d’Albertville, s’est tué mercredi après-midi en chutant d’un mur d’escalade à Beaufort (Savoie), a-t-on appris auprès des gendarmes.

    Le moniteur encadrant ce groupe d’une vingtaine d’adolescents est également tombé de 20 mètres de haut. Gravement blessé, il a été hospitalisé à Grenoble dans un état critique, selon la même source. 

     

    D’importants moyens de secours ont été dépêchés sur place après l’accident, survenu à 15h45 lors d’une séance d’escalade. Le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Bourg-Saint-Maurice et la brigade de recherches d’Albertville sont chargés de l’enquête sur les circonstances de l’accident.

    Sud-Ouest

    Je croyais qu'ils étaient attachés en haut du rocher !


    4 commentaires
  • Valence : un homme profère des menaces dans le tribunal en invoquant Daech, avant de prendre la fuite

    L'homme a menacé, mardi 19 juin, des personnes dans la salle des pas-perdus du tribunal de grande instance de Valence. La police est à sa recherche.

    Un homme, qui a proféré mardi 19 juin 2018 des menaces dans le tribunal de grande instance de Valence (Drôme) en invoquant Daech, est recherché par la police, selon les informations du service police-justice de franceinfo. L'homme a menacé les personnes qui se trouvaient dans la salle des pas-perdus avant de prendre la fuite.

     

    Sécurité renforcée

    Un portrait-robot du suspect a été établi grâce aux descriptions des témoins. Les caméras de vidéosurveillance n'ont en revanche pas permis de l'identifier.

    Par précaution, la sécurité a été renforcée autour du palais de justice de Valence avec des policiers supplémentaires.

    La sécurité publique de Valence est chargée de l'enquête.

    France info

    Comment n'ont-ils pas pu l'attraper ?


    4 commentaires
  • Hérault : agression sexuelle entre élèves de 6ème

    Le rectorat confirme une "agression à caractère sexuel" sur un élève handicapé. La mère de ce dernier a déposé plainte. 

    Un élève de sixième du collège de Saint-Gervais-sur-Mare, dans l'Hérault a été exclu définitivement et un autre temporairement après une agression sexuelle contre un élève handicapé de leur classe, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Une plainte a été déposée à Bédarieux par la mère de la victime, a confirmé la gendarmerie.

    Le 4 juin dernier, un élève de 6ème du collège de cette commune située au nord de Béziers a été agressé sexuellement par un autre enfant âgé de 11 ans qui a été exclu définitivement tandis que celui qui a eu l'idée de ce geste a été exclu 10 jours, ont indiqué des parents d'élèves et un professeur.

    "Mon fils a été sali".

    Confirmant "une agression à caractère sexuel", le rectorat n'a pas souhaité détailler les sanctions prises à l'égard de deux élèves "identifiés comme étant les agresseurs", en raison de leur jeune âge.

    "Mon fils a été sali. Il a été la cible de brimades et de coups dès le début de l'année scolaire", a témoigné la mère de la victime. "Jamais le corps enseignant n'a réagi. Le jour des faits, ils ont enfoncé un bâton dans les fesses de mon fils alors que toute la classe se rendait à un cours de sport. Par chance, le professeur a tout de suite ramené tous les élèves dans l'établissement et en a avisé la direction. Cette dernière, en revanche, ne m'a absolument rien dit."

    Victime d'un jeu dangereux pratiqué entre élèves.

    En fin de matinée, la mère a retrouvé son fils, victime de ce que les élèves appellent "le jeu de l'olive", et qui ne parvenait plus à s'asseoir. En larmes, il a expliqué ce qui lui était arrivé. "J'ai tout de suite pris attache avec le proviseur. Il a pris des mesures d'exclusion", raconte-t-elle, affirmant qu'elle et son fils sont depuis "victimes d'insultes et de menace de la part d'élèves" proches de l'agresseur.

    Selon la mère, le rectorat a proposé d'envoyer la victime dans un autre collège situé à plus de 40 km ou de payer les frais de scolarité à domicile : "Je trouve que c'est honteux car, comme souvent, c'est la victime qui part et non ceux qui sont à l'origine des drames", a réagi la mère. "On est en contact avec cette famille depuis le début", a-t-on précisé au rectorat de Montpellier. "On est en discussion avec elle pour rechercher la meilleure solution" pour la rentrée, selon la même source.

    Europe 1

    Les jeunes ne sont donc plus éduqués ? Est-ce les parents qui baissent les bras ou l'école, ou bien les deux ?


    5 commentaires
  • Paris : le papy de 72 ans dépouillait des retraités avec une fausse carte de police

    C’est un délinquant au profil étonnant qui a été mis hors d’état de nuire par les fins limiers du 2e DPJ (District de police judiciaire).

    Depuis samedi, Y. dort en prison. Cet homme de 72 ans, « portant beau », souffle une source policière, dépouillait sans vergogne des retraités âgés de 74 à 90 ans, dans les XIe, XIIe, XIIIe et XVe arrondissements.

    Les faits ont eu lieu entre janvier 2017 et ce mois de juin. Le papy repérait dans la rue ces personnes vulnérables et les embobinait grâce à son bagout et à une fausse carte de… police.

    Le septuagénaire leur faisait croire qu’il était policier tout en mimant une conversation téléphonique sur des pseudos cambriolages dans le quartier avec au bout du fil… un commissaire de police tout aussi fictif que sa carte tricolore.

    Condamné à deux ans de prison

    Les retraités crédules tombaient dans le panneau, acceptant de le ramener à leur domicile sous prétexte de vérifier qu’ils n’étaient pas victimes eux-mêmes de voleurs. Et là, en un tour de passe-passe, le papy se servait de bijoux et d’argent liquide.

    Les policiers du 2e PJ, saisis de l’enquête après des plaintes et munis de son signalement, sont remontés, grâce à des témoignages, de la vidéo et de la documentation criminelle, à plusieurs faits. « En même temps, ironise une source proche du dossier, on n’a pas beaucoup de délinquant de cet âge-là ! »

    En fin de semaine dernière, le papy a été localisé et interpellé dans le XIIIe arrondissement où il réside. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits. Le préjudice de ses vols s’élève à plus de 3000 € en liquide et 4000 € en bijoux. Y. a été déféré. Samedi, il a été jugé pour vol par ruse sur personne vulnérable en comparution immédiate et condamné à deux ans de prison ferme.

    Le Parisien


    6 commentaires
  • Près de Vannes : Un homme tué à l’arme blanche chez Emmaüs

    Un homme est décédé à l’hôpital de Vannes, dans la nuit de ce mardi 19 juin 2018. Il a reçu un ou plusieurs coups de couteau. Le drame s'est déroulé sur le site de la communauté d’Emmaüs, rue de Lorraine à Séné (Morbihan). Un important dispositif a été déployé sur place. Pour l’heure, on ne connaît pas le mobile de l’agression

    LIEN article : https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/info-ouest-france-pres-de-vannes-un-homme-tue-l-arme-blanche-emmaus-5833438

     


    5 commentaires
  • Corps calciné dans une voiture: le compagnon de la danseuse nie le meurtre, mais avoue avoir brûlé la victime

    Le compagnon de la jeune femme, dont le corps calciné a été retrouvé dans une voiture à Taluyers (Rhône), a reconnu avoir brûlé le cadavre. Une révélation venue ce lundi d’une source proche du dossier, alors que ce trentenaire nie toujours le meurtre lors de sa garde à vue.

    Ce chanteur de profession avait signalé samedi matin la disparition de sa compagne, danseuse professionnelle, âgée de 35 ans. Selon ses premières déclarations, la jeune femme lui avait envoyé vendredi vers 21h45 un texto pour l’avertir qu’elle quittait leur domicile, situé à Taluyers, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Lyon, pour lui faire « une surprise ».

    Des griffures sur la joue de l’homme

    Les gendarmes avaient alors remarqué des griffures sur la joue de l’homme, qui expliquait s’être blessé lors du démontage d’un arbre à chat. La voiture du couple, entièrement calcinée, avec le corps de la danseuse à l’arrière, avait été découverte samedi en milieu de journée. Son compagnon avait alors été placé en garde à vue.

    Un expert a confirmé l’utilisation d’un « liquide accélérant », estimant que la mise à feu du véhicule s’était probablement produite à l’intérieur de l’habitacle, côté passager avant. Des témoins ont également assuré aux enquêteurs de la Section de recherches de Lyon, chargés des investigations, avoir vu le véhicule du couple après l’heure du départ de la victime indiquée par le suspect.

    Une information judiciaire ouverte pour « meurtre sur conjoint »

    En fin de garde à vue, l’intermittent du spectacle a déclaré que sa compagne était décédée « dans un accident domestique » et que, pris de panique, il avait brûlé le corps. Il a été déféré ce lundi en milieu de journée au parquet de Lyon, qui a ouvert une information judiciaire pour « meurtre sur conjoint ».

    Victime d’un accident de la route en juillet 2017, l’homme souffrait depuis de problèmes de santé et ne travaillait plus. « Ils donnaient l’apparence d’un couple harmonieux même s’ils ne l’étaient pas tant que ça », a ajouté la source proche du dossier.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Un bébé retrouvé mort dans la litière du chat

    Les parents d’un bébé de 6 mois retrouvé mort dans une poubelle remplie de litière pour chat en Pennsylvanie, sont poursuivis pour meurtre.

    Jusque-là, Shaun Oxenreider et Samantha Trump étaient accusés de dissimulation et conspiration, à présent, ils sont poursuivis pour meurtre. Le 20 mars dernier, la petite Harper a été retrouvée morte en Pennsylvanie. Son corps était caché dans un sac poubelle rempli de litière pour chat, jeté dans une benne à ordure cachée sous l'escalier, indique CBS.

    C’est une information transmise par un membre de la famille, inquiet pour la santé du bébé, qui a permis aux enquêteurs de remonter jusqu’aux parents. Si le cadavre du nourrisson de 6 mois n’a été découvert qu’en mars, l’autopsie a estimé la date du décès au premier janvier. La petite Harper a été victime d’un traumatisme crânien et de plusieurs fractures aux côtes. «Les blessures ont été causées par des épisodes répétés de maltraitance», a indiqué le docteur Neil Hoffman.

    Les autorités ont attendu les résultats de l’examen transmis la semaine dernière pour alourdir les charges retenues contre les parents. Tous deux sont aujourd’hui incarcérés. Leur caution a été fixée à 250 000 dollars chacun. Le «Journal News» indique en outre que Samantha Trump est à nouveau enceinte aujourd’hui et que le couple a un autre enfant de 21 mois placé sous la protection des services sociaux après la découverte d’Harper.

    Paris Match

    Purée, à nouveau enceinte, ces salauds ne connaissent pas la contraception !


    4 commentaires
  • Marseille : un homme tué par un légionnaire alcoolisé sur le Vieux-Port

    Un légionnaire est en garde à vue après qu'il a tué un homme dans la nuit de dimanche à lundi sur le Vieux-Port à Marseille. Il a blessé une autre personne d’un coup de couteau, a appris franceinfo de source judiciaire.

    Un légionnaire a tué un homme et en a blessé un autre dans la nuit du dimanche 18 juin sur le Vieux-Port, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le militaire a utilisé un couteau après une altercation, a appris franceinfo lundi de source judiciaire. Le pronostic vital du blessé n'est pas engagé.

    Les faits ont eu lieu vers 2h30 du matin, dans le quartie du Vieux-Port, à Marseille. Le légionnaire était alcoolisé. Il est à présent en garde à vue. L'enquête doit déterminer les circonstances exactes de l'altercation et les raisons pour lesquelles le militaire a utilisé une arme blanche.

    France info


    5 commentaires
  • Rhône : une fillette de 4 ans meurt écrasée par un camion conduit par son père

    C'est un accident dramatique. Samedi dernier, à Jarnioux, une fillette de 4 ans est morte écrasée par un petit camion de déménagement conduit par son père, peu avant midi précise Le Progrès

    Une marche arrière mortelle

    L'homme était, semble-t-il, en train de faire une marche arrière avec son véhicule lorsqu'il a écrasé sa fille, qui se trouvait à l'entrée du garage de la maison familiale. Les secours ne sont pas parvenus à ranimer la fillette, morte sur le coup. Le père de famille a été entendu par les services de gendarmerie et une enquête a été ouverte pour "homicide involontaire", même si la "thèse de l'accident reste privilégiée", précise le procureur de Villefranche, afin de comprendre les circonstances exactes du drame. Une autopsie doit être pratiquée lundi 18 juin. 

    Présents lors de l'accident, la mère de famille et les trois autres jeunes enfants du couple, ont été transportés à l'hôpital pour suivre un accompagnement psychologique.

    Europe 1

    Encore un manque de surveillance des enfants ! On ne manœuvre pas un véhicule sans s'assurer que ses enfants ne soient pas dehors !


    4 commentaires
  • Indonésie : un homme meurt écrasé par le cercueil de sa mère lors d'une cérémonie funéraire

    Le quadragénaire est mort au moment où les porteurs étaient en train de hisser le cercueil sur une échelle de bambou pour le placer sur une tour funéraire.

    Un Indonésien a été tué par le cercueil de sa mère, a annoncé la police dimanche 17 juin. L'accident s'est produit vendredi sur l'île des Célèbes. Samen Kondorura, 40 ans, est mort au moment où les porteurs étaient en train de hisser le cercueil sur une échelle de bambou pour le placer sur une tour funéraire. "L'échelle a bougé tout d'un coup, le cercueil est tombé et a touché la victime", a dit le commissaire Julianto Sirait.

    Sur une vidéo du drame, devenue virale sur internet, on voit l'échelle glisser au moment où les porteurs arrivent au sommet de la tour. Les hommes chutent de plusieurs mètres en contrebas, où la victime est écrasée par le cercueil. L'homme est décédé à l'hôpital. D'après le commissaire, l'échelle n'était pas suffisamment solide. La famille refuse toutefois de porter plainte. Samen Kondorura repose désormais au côté de sa mère Berta.

    France info

    En voilà deux qui ne mangeront plus de chiens !


    5 commentaires
  • Sélestat : A 13 ans, elle agresse avec un couteau un enfant dans la rue pour lui voler son cartable

    A tout juste onze ans, se faire menacer par une arme blanche dans la rue, peut marquer à vie. C’est malheureusement la mésaventure vécue par un enfant mercredi en début d’après-midi à Sélestat (Bas-Rhin). En pleine rue, (au niveau de la filature), le jeune garçon a été agressé par une fille âgée de 13 ans. Celle-ci, sous la menace d’une arme blanche, lui a réclamé son cartable, rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace.

     

    Connue de la police !

     

    Ce dernier le lui a donné au plus vite avant de s’en aller en courant se réfugier chez son père, sur son lieu de travail, précisent nos confrères. La description précise faite par le jeune garçon a permis à la police d’identifier et interpeller rapidement la jeune fille, déjà connue de leur service. Le cartable avec tout son contenu a pu être retrouvé et la jeune fille a tout avoué. Relâchée, elle sera convoquée devant le juge des enfants.

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Loire: un handicapé tire sur un voisin garé sur une place handicapé et se donne la mort

    Un homme handicapé âgé d'une cinquantaine d'années s'est donné la mort dans la nuit de vendredi à samedi dans la Loire après avoir blessé par arme à feu un voisin qui occupait une place de stationnement pour handicapé, a-t-on appris ce samedi auprès du parquet de Saint-Etienne.

    Le corps sans vie du quinquagénaire a été retrouvé samedi matin à son domicile de Firminy par les enquêteurs, qui étaient venus l'interpeller suite à un différent avec un voisin qu'il avait blessé en faisant usage d'une arme de petit calibre.

     

    Un conflit de voisinage 

    Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme se serait donné la mort en se tirant une balle dans la tête. Le quinquagénaire avait blessé au mollet un automobiliste d'une soixantaine d'années qui s'était garé sur une place pour personnes handicapées en le visant de quatre à cinq coups de feu en pleine rue, ce vendredi vers 23 heures.

    "L'hypothèse privilégiée est celle d'un suicide, notamment car l'arme de poing a été retrouvée à ses côtés. Une autopsie sera toutefois pratiquée lundi matin à l'Institut médico-légal de Saint-Etienne", a indiqué le parquet de Saint-Etienne, qui a confié l'affaire à la brigade de sûreté départementale de la Loire.

     

    Ce drame semble avoir pour origine un conflit de voisinage entre ces deux habitants d'un même immeuble de Firminy-Vert.  Les jours de l'automobiliste blessé ne sont pas en danger, a précisé le parquet.

    BFM.TV


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique