• En amont du salon de l’Agriculture, Macron vante les mérites de Lidl et tacle Leclerc…

    En amont du salon de l’Agriculture, Macron vante les mérites de Lidl et tacle Leclerc…

    Le président de la République a dénoncé les enseignes qui essayent de "contourner la loi avec leurs centrales d’achat en Belgique ou ailleurs". Il ciblait notamment le groupe Leclerc.

    "Ce ne sont pas des tendres, moi non plus, ça tombe bien". Emmanuel Macron a donné le ton alors que le salon de l’Agriculture doit ouvrir ses portes ce samedi 22 février au parc des Expositions de la porte de Versailles (Paris). Dans un entretien donné à la presse régionale, le président de la République n’a pas mâché ses mots vis-à-vis de certains acteurs de la grande distribution, alors qu’il estime que, si la loi Alimentation tarde à produire les effets escomptés, c’est à cause de la mauvaise volonté des distributeurs.

    "La clé de tout ça, c’est de bâtir des indicateurs, puis organiser le dialogue dans la filière", a détaillé Emmanuel Macron avant d’ajouter : "Cela suppose aussi que tous les acteurs de la chaîne soient responsables". Et d’identifier les bons et les mauvais élèves du secteur : "Je salue Lidl, par exemple, qui contractualise, donne du prix et de la visibilité", s’est félicité le président confirmant avoir "multiplié les contrôles". Il annonce ainsi que "quatre millions d’euros d’amendes ont été prononcés envers les distributeurs pour non-respect des règles".

    Trois acteurs sanctionnés

    Parmi ces acteurs qui ne jouent pas le jeu : Leclerc que le gouvernement a assigné. "La grande difficulté que nous rencontrons, ce sont ceux qui essayent de contourner la loi avec leurs centrales d’achats en Belgique ou ailleurs", a poursuivi Emmanuel Macron, qui donne le ton à la veille d’un rendez-vous incontournable pour la filière agricole. La loi Egalim, qui vise une meilleure rémunération des producteurs, commence toutefois à jouer son rôle d’accélérateur des bonnes pratiques.

    Plusieurs distributeurs ont ainsi signé des accords de filières pour une meilleure rémunération des agriculteurs. Par ailleurs, le gouvernement est particulièrement vigilant au respect de la loi. Au début du mois, l’État a mis un coup de pression aux acteurs de la grande distribution en infligeant des sanctions à Carrefour, Système U et Intermarché. Les trois distributeurs ont écopé, au total, de 4,25 millions d’euros d’amendes administratives pour ne pas avoir respecté la date butoir, en 2019, de rédaction des contrats annuels avec leurs fournisseurs.

    Capital


  • Commentaires

    1
    Jobi
    Samedi 22 Février à 12:51
    Zut ! Je croyais qu'il avait signé des accords avec des pays étrangers lesant ainsi nos agriculteurs !
    2
    Rakia
    Samedi 22 Février à 15:25

    Monsieur le donneur de leçons à toujours quelque chose à 

    reprocher ,les consommateurs ont besoin d’actes et non de 

    paroles et de reproches …

    3
    Samedi 22 Février à 17:21

    IL   joue   encore   à  l'homme   fort,  mais  c'  est   pour tenter   de rallier   les agriculteurs   qui  ne  devraient   pas   oublier   que Macron   est   un  libéraliste   assumé   qui   ouvre  la France   au  monde

    4
    Françoise
    Samedi 22 Février à 18:39

    Il est vrai que dans les magasins LDL les produits Français sont en tête de gondole ,fruits légumes ,viande ,le vin ,certains fromages etc...et quand même moins chers !Inter marché "Producteurs Commerçants ? ils se moquent vraiment de la tête des gens ! J'ai acheter des filets de Dinde pour ma petite chienne malade  soit disant de la Dinde  élevée en France  mais transformée en Allemagne "Maître Coq" tout est comme cela les viandes se baladent d'un pays à un autre avec cette UE de merde !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :