• Egypte: un présentateur TV en détention pour avoir parlé des conditions sociales des policiers

    Egypte: un présentateur TV en détention pour avoir parlé des conditions sociales des policiers

    Le présentateur d'une émission de télévision égyptienne a été placé en détention pour quatre jours après avoir évoqué les conditions sociales difficiles des policiers. Le président a mis en garde les médias contre la publication d'informations jugées "diffamatoires".

    Un présentateur de télévision a été placé en détention dimanche pour quatre jours pour "outrage à la police", après avoir évoqué dans son émission les conditions sociales difficiles d'un policier, a-t-on appris ce lundi de source judiciaire.

    Cette décision intervient quelques jours après que le parquet général a promis de poursuivre les médias en cas de diffusion de "fausses informations".

     

    Conditions sociales difficiles

     Le présentateur, Khairy Ramadan, s'était présenté au parquet en fin de semaine dernière, selon la presse locale. Il avait rapporté dans son émission "L'Egypte Aujourd'hui", diffusée sur la chaîne gouvernementale Al-Oula, le témoignage de la femme d'un officier de police dont les revenus ne suffisent pas à subvenir au besoin du foyer.

    A trois semaines de l'élection présidentielle, que le président Abdel Fattah al-Sissi devrait remporter faute d'adversaire sérieux, les autorités resserrent l'étau autour des journalistes égyptiens et étrangers.

     

    Haute trahison   

     Alors qu'une vaste opération antijihadiste est en cours dans le Sinaï, toute parole sur les forces de sécurité est particulièrement scrutée. Abdel Fattah al- Sissi a mis en garde jeudi les médias contre la publication d'informations jugées diffamatoires vis-à-vis de l'armée, en les qualifiant de "haute trahison".

    Les autorités ont été particulièrement échaudées par un récent reportage de la BBC qu'elles jugent mensonger sur la répression en Egypte.

    BFM.TV


  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Mars 2018 à 19:50
    une dictature qui ne dit pas son nom, un peu comme en France
    2
    Rakia
    Lundi 5 Mars 2018 à 19:57

    La liberté d’expression est quasis inexistante ,dans l’Egypte et 

    d’autres pays arabes,malheureusement ! Avec l’arrivé du général El Sissi 

    parler et dire la vérité est synonyme de trahison !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    françoise
    Lundi 5 Mars 2018 à 20:20

    Lorsque j’étais là bas les policiers portaient des pantalons dont l'ourlet tenait avec des épingles à nourrice ,des uniformes miteux et pour l"armée cela n'étais guère mieux !   Dans ce pays maintenant il ne fait pas bon rigoler avec le système!

    4
    fripouille
    Lundi 5 Mars 2018 à 20:28

    La liberté de la presse n'existe pas dans ces pays. Et la BBC a "cafté" !

    5
    Sanka7279
    Lundi 5 Mars 2018 à 22:27

    Je ne sais pas pourquoi il y a de telles différences entre les pays où l'on a un minimum de liberté d'expression et ceux qui n'en ont pas du tout !!!

    Les extrémismes, qu'ils soient religieux ou autres, vont dans le sens contraire de ce que devrait être la normalité !!! Ils font subir de telles pressions, puis on ne sait quelles tortures et sévices, que de pauvres honnêtes gens qui n'ont rien fait de bien méchant, se retrouvent à la place de grands criminels !!!

    Triste monde ...

    PS : je ne retente pas ma tentative pour changer ma police, et la mettre en gras par exemple, car avant le seul résultat que j'ai eu, c'est de perdre la première version de mon com. !!! Donc bien sûr celui-ci n'est pas exactement comme le précédent, cela m'énerve déjà bien assez comme ça !!! Ah c't'informatique, j'te jure que des fois je casserai bien tout ça

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :