• Cruauté à l'abattoir de Ruisseau (Alger). القسوة في ذبح الماشية

    Images de Chourouk News TV - Février 2018


    Des images insoutenables des conditions d’abattage des bovins à l’abattoir de Ruisseau (Alger) ont été diffusées sur la chaine privée algérienne Chourouk News. Images qu’il faudrait éviter aux enfants.

    Une épouvantable cruauté envers ces animaux sans défense. Cruauté à toutes les étapes : acheminement à l’abattoir, conditions de transport, manutention, contention, et surtout leur abattage dans des conditions moyenâgeuses.

     

    En Avril 2017, j’avais déjà dans un billet « Cruauté sans frontières » décrit les conditions d’abattage en France en particulier pour les rites juif et musulman, et les cadences infernales d’abattage de pratiquement toutes les espèces. J’avais rappelé que « Les autorités religieuses des deux cultes juif et musulman insistent sur le respect de l'animal et son "bien-être" : il doit être transporté confortablement, bénéficier d'un repos avant l'abattage, ne doit jamais être tué à la vue d'un autre et le couteau doit être soustrait à son regard avant son sacrifice. En théorie... »
    En PS, j’avais rappelé « Lors de mon mémoire d'ingéniorat en agronomie (en 1980 !), j'ai été emmené à abattre des taurillons nourris avec un complément de fientes de volailles déshydratées que je ramenais de Sid Bel Abbes. L'abattage s'est effectué à l'abattoir de Ruisseau (Alger) en ma présence. J'ai raconté à ma mère - Allah Yerhamha- dans les menus détails les conditions d'abattage de mes taurillons. Après avoir essuyé une larme, elle s'est fendue d'un "Hasbouna Allâh wa Ni3ma al-Wakîl". ».



    Ce reportage de 26 mn m’a permis de reconnaitre ces lieux. Exactement les mêmes. Rien n’a changé. Ce que confirment les témoignages des vétérinaires et autres responsables dans ce douloureux reportage pour qui « 90 % de nos abattoirs méritent d’être fermés » compte tenu de leur vétusté.

    Au-delà des aspects liés au manque flagrant de formation des « ouvriers » de l’abattoir, la responsabilité de l’Etat, qui laisse faire, est manifeste dans ce drame, car il s’agit d’un drame, ce d’autant que l’Islam interdit formellement toute souffrance sur un animal sacrifié

    Il faut souhaiter que ce reportage puisse être l’occasion, pour nos responsables  de prendre conscience de cette cruauté en construisant des abattoirs dignes de ce nom et non des lieux de souffrance confinés.

     

    Encore pire qu'en France, j'ai bien pleuré.


  • Commentaires

    1
    Rakia
    Samedi 13 Octobre à 19:06
    Les abattoirs du monde entier sont un enfer aux pauvres animaux , c’est l’horreur ! La cruauté de certains humains est à vomir ! Ils méritent d’être traités comme ces pauvres bêtes sans défense !
    2
    Samedi 13 Octobre à 19:19

    juifs et  musulmans  me dégoutent  avec  leur halal et casher, ce sont des arriérés, et  celui qui est  capable d' égorger  un taureau  est  le même qui  au Gia éventrait des femmes enceintes

    3
    françoise
    Samedi 13 Octobre à 19:31

    Entièrement en accord avec le commentaire de Pierre ,ces deux là se valent ils ont les mêmes cruautés d'abattage pour des religions qui ne sont que des conneries inventées par l'homme !

    4
    fripouille
    Mardi 16 Octobre à 18:00

    Pourquoi mettent-ils autant de temps ? Une dizaine de types pour quatre animaux. Vraiment des hommes sans âme.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :