• Code du travail : la réforme pour la première fois devant les ministres mercredi

    Code du travail : la réforme pour la première fois devant les ministres mercredi

    La noire, c'est la gabonnaise qui Nique la France !

    La réforme du Code du travail passe à la vitesse supérieure. Le texte va faire un premier passage devant le Conseil des ministres, ce mercredi, avec l'examen du projet de loi d'habilitation à prendre des ordonnances.

    Au menu: la place de l'accord d'entreprise, le contrat de chantier ou encore le changement de modalités du licenciement. «Nous voulons aller vite», rappelait Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, dans les colonnes du JDD. Avant d'ajouter: «Les mesures adoptées feront l'objet d'une application immédiate».

    Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron, la réforme du Code du travail comprend plusieurs «points sensibles» aux yeux des syndicats: l'assouplissement des licenciements économiques, le plafonnement des indemnités prud'homales, la fusion des instances représentatives du personnel et l'inversion de la «hiérarchie des normes» avec une place centrale pour l'accord d'entreprise. En cause, la complexité et la rigidité du droit du travail sont des arguments mis en avant pour motiver la réforme en cours.

     

    Un véritable marathon jusqu'au 20 septembre

    Pour ménager les organisations patronales - et surtout syndicales - les concertations ayant débuté le 9 juin vont se poursuivre avec les partenaires sociaux. Le premier round portait sur l'articulation entre la convention de branche et l'accord d'entreprise. Depuis ce lundi et jusqu'au 7 juillet, les discussions vont porter sur la «simplification et le renforcement du dialogue social». Enfin, le troisième thème - sécurisation des relations au travail - sera abordé du 10 au 21 juillet.

    Mais d'ici là, la réforme va poursuivre son parcours parlementaire. Après l'examen en conseil des ministres du projet de loi d'habilitation à réformer par ordonnances, le texte sera examiné au Parlement du 24 au 28 juillet. Les ordonnances elles-mêmes doivent être envoyées d'ici fin août au Conseil d'Etat avant une adoption en Conseil des ministres d'ici le 20 septembre.

     

    Le Code du travail n'est pas le seul frein à l'embauche

    Dans une récente étude - menée sur les six derniers mois auprès de 10.000 entreprises - l'Insee a cherché à savoir quels étaient les principaux freins à l'embauche de salariés en CDI et en CDD de longue durée. Selon cette étude, près de 30% des entreprises ont des difficultés à recruter. Et surtout, près de la moitié d'entre elles (47%) disent être confrontées à des barrières qui les empêchent d'embaucher.

    Publicité

    Pour 28% des entreprises, c'est le manque de visibilité sur leur carnet de commande, sur l'évolution de leur activité dans les mois à venir, qui les rend réticentes à embaucher. Deuxième cause mise en avant: les problèmes de main d'œuvre. 27% des entreprises disent en effet avoir des difficultés à trouver du personnel qualifié. Un constat que font particulièrement les entreprises du BTP. La troisième cause est le coût du travail. Les cotisations sociales et le niveau des salaires sont notamment un frein à l'embauche pour 23% des entreprises. Quant au Code du travail et aux barrières liées à la règlementation, il arrive en quatrième position des freins à l'embauche: il est mentionné par 18% des entreprises qui évoquent notamment les risques juridiques autour du licenciement mais aussi les incertitudes liées aux changements de législation. Autant de pistes à explorer pour Emmanuel Macron, qui a promis de réduire le taux de chômage à 7% en 2022.

    Le Figaro


  • Commentaires

    1
    fripouille
    Mercredi 28 Juin à 10:57

    Bien sûr qu'il faut prendre des précautions, mais les entreprises doivent prendre des cours de droit du travail, c'est tellement compliqué pour ceux qui ne peuvent se payer les services d'un conseiller juridique !

    2
    Mercredi 28 Juin à 12:20

    cette loi qui faisait polémique sous  el connerie, devrait faire réagir plus encore, puisque maquinion en rajoute une louche

     Je suis curieux de voir ce que vont faire les syndicats

    3
    françoise
    Jeudi 29 Juin à 19:08

    Il fera mieux que El CONNERIE ! attendons  mais le résultat fera beaucoup d'heureux parmi ceux qui l'ont monté sur le trône de France!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :