• Attentat de Manchester: la bourde de Gérard Collomb sur l'enquête britannique

    Attentat de Manchester: la bourde de Gérard Collomb sur l'enquête britannique

    Les services de sécurité britanniques se sont étranglés en découvrant, dès mardi, des éléments cruciaux de l'enquête sur l'attentat de Manchester -comme l'identité de l'assaillant- étalés dans les colonnes des quotidiens américains en quasi-temps réel. À tel point que la ministre de l'Intérieur Amber Rudd en personne, passablement "irritée" par ces fuites susceptibles de compromettre l'enquête, a tenu à faire une mise au point directement auprès de ses homologues américains.

    "La police britannique a été très claire sur le fait qu'elle veut contrôler le flux d'informations, afin de protéger l'intégrité opérationnelle [de l'enquête], et de conserver des éléments de surprise", a cinglé Amber Rudd ce mercredi matin au micro de la BBC. "Donc ça devient irritant que [ces informations] sortent via d'autres sources et j'ai été très claire auprès de nos amis sur le fait que cela ne doit pas se reproduire."

    Une gaffe "désespérante"

    Magie du direct, quelques minutes seulement après ce recadrage public, d'autres informations confidentielles étaient révélées cette fois-ci depuis la France... par le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb lui-même. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, le premier flic de France dévoilait tout naturellement que Salman Abedi, était "sans doute" passé par la Syrie et qu'il avait des liens "avérés" avec le groupe Etat islamique (EI), qui a revendiqué l'attentat. Des informations que le ministre reconnaissait tout de go avoir reçues auprès des enquêteurs britanniques, mais que ces derniers s'étaient bien gardés de divulguer.

    Car comme l'explique le Guardian, qui a qualifié la gaffe de Gérard Collomb de "désespérante", la police et les services de sécurité ont généralement de bonnes raisons de cacher certains éléments aux médias. À commencer par celles d'un risque évident d'alerter d'éventuels complices que l'étau se resserre autour d'eux. En outre, les enquêteurs n'ont pas intérêt à faire connaître à ceux qu'ils traquent l'étendue de leurs connaissances, ni même la nature des techniques qu'ils emploient afin d'obtenir ces informations.

    "Dans le passé, ces secrets étaient respectés"

    "Tout l'intérêt du partage de renseignements repose précisément sur cette condition: les partenaires ne doivent pas divulguer ces informations", écrit ce mercredi matin le Guardian. "Le problème, c'est que les agences de renseignements, en l'espèce celles des États-Unis et de la France, sont obligées de transmettre ces informations à leurs président, Premiers ministre et ministres respectifs. Dans le passé, ces secrets étaient généralement respectés", déplore le quotidien britannique de centre-gauche.

    Sollicité par L'Express, l'entourage de Gérard Collomb n'avait pas encore, ce mercredi en début d'après-midi, répondu à nos questions. Interrogé sur cette bourde lors du compte-rendu du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner s'est contenté de cette réponse lapidaire: "Je ne commenterai pas [cette question] qui relève des autorités britanniques".

    L'Express


  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Mai à 18:01

    tu parles d' un ministre de l' intérieur !

     ça commence bien, il parler autant aux médias que  grassouillet

    2
    françoise
    Mercredi 24 Mai à 19:14

    Nous verrons bien à l'usure ce que vaut "ce jeune premier ",lui qui a toujours été à l'aile droite du PS ,c'est un pragmatique  et en plus il a sut faire de sa bonne ville de Lyon la Capitale de la Macronie selon ce que j'ai pu lire! Une chose est certaine ,il pourra enfin claquer heureux  il a enfin obtenu les honneurs tant attendus ,tant espérés d'un gouvernement!

    3
    fripouille
    Vendredi 26 Mai à 08:56

    A son âge on aurait pu penser qu'il avait un peu plus de jugeotte ! Lui dans le gouvernement c'est pas gagné !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :