• Condamné mardi 15 mai à quatre ans de prison dont deux avec sursis pour fraude fiscale, Jérome Cahuzac ne devrait pas être incarcéré. On en parle avec Fabrice Arfi, journaliste à l'origine de cette révélation. - Mediapart

     


    4 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 02 07 2018

     

    Passez une bonne soirée


    8 commentaires
  • Commencez par la 1 !


    3 commentaires

  • 4 commentaires

  • 3 commentaires
  •  

    Après son discours à Quimper, Macron agacé par les questions sur la piscine à Brégançon

    Emmanuel Macron s'est adressé aux journalistes sur un ton agacé ce jeudi à Quimper, après avoir été interrogé sur sa volonté de disposer d'une piscine au fort de Brégançon. Le chef de l'Etat reproche aux médias de ne pas s'intéresser assez à l'objet de son déplacement en Bretagne. 

    Ces jours-ci, chaque déplacement du président de la République se conclut par un recadrage de sa part. Alors qu'il s'exprimait devant 700 personnes ce jeudi à Quimper, sous un chapiteau monté près de la cathédrale Saint-Corentin, Emmanuel Macron a notamment déclaré qu'il comptait faire de la Bretagne, qui l'a accueilli le temps d'un déplacement de deux jours, "un laboratoire de projets". 

     

    "Je ne suis pas une agence de réactions"

    Le contenu de ses propos a changé à sa descente de l'estrade, quand des journalistes ont interrogé le chef de l'Etat sur la volonté du couple présidentiel d'installer dans l'enceinte du fort de Brégançon une piscine hors-sol. La coupe était apparemment pleine pour Emmanuel Macron, qui a aussitôt reproché aux reporters de ne pas prêter assez d'intérêt à ses voyages. "Je ne vais pas réagir à tout ce qu’il se passe dans le reste du monde, quand je suis sur un déplacement. J’ai accepté de réagir à une question parce que c’était sur un sujet connexe. Mais je le dis collectivement: pour les déplacements il faut qu’on se discipline", a-t-il commencé. 

    "Je ne suis pas une agence de réaction à tout ce qu’il se passe dans le pays ou dans le reste du monde", a-t-il ajouté. Cette remarque s'est attirée une objection d'un journaliste: "Là, c'est chez vous!" Emmanuel Macron a répondu: "On est en Bretagne. Vous venez avec moi, je fais 1h40 de discours, deux jours de déplacement… Essayez de vous intéresser aux sujets qu’on traite". "Vous pouvez me poser des questions sur le sujet, la vie des gens…", a-t-il encore suggéré. La phrase n'a pas plu à son auditoire. "A un moment, on peut poser les questions qu'on veut poser!" a lancé un journaliste.  Emmanuel Macron a rétorqué:

    "Non mais d'accord, mais du coup, vous ne me posez jamais de questions sur les sujets qui font l’objet… Ne prenez pas l’habitude de poser des questions qui n’ont rien a voir avec le schmilblick… Je n’enlève rien à l’intérêt de chacune de ces questions, mais il faut avoir du respect, on est en Bretagne. On a un discours, on est avec des gens, il faut parler d’eux!"

    BFM.TV


    3 commentaires

  • 4 commentaires
  • Les additifs cancérigènes contenus dans vos bonbons

    Les confiseurs français se sont engagés officiellement à retirer de leurs bonbons le dioxyde de titane, un pigment cancérigène. Cependant, l’E171 n’est pas le seul colorant mutagène contenu dans les sucreries. Découvrez dans le tableau ci-dessous les additifs problématiques et les marques qui les utilisent.

    Les confiseurs français vont bannir définitivement le dioxyde de titane de leurs bonbons, un pigment blanc incorporé sous forme de nanoparticules. Le colorant est classé "peut-être cancérigène pour l'homme" par le Centre international de recherches sur le cancer (CIRC). Une "charte de déontologie et d'engagement" a été signée ce mardi par l’ensemble de la profession. "90% l’ont déjà supprimé à date", précise dans un communiqué le Syndicat national de la confiserie. Le gouvernement avait annoncé l'arrêt du E171 avant la fin de cette année.

    Cependant, cette mesure est loin d’être suffisante pour protéger les consommateurs. Les plus grands utilisateurs du dioxyde de titane sont des confiseurs américains: 46,6% des produits de la marque Hollywood Chewing-Gum recensés sur le site participatif Open Food Facts contiennent le colorant cancérigène et 44,8% chez M&M’s.  

    Sept additifs cancérigènes trouvés dans les bonbons 

    L’E171 est loin d’être le seul additif problématique utilisé dans les sucreries. Nous avons trouvé sept additifs alimentaires potentiellement cancérigènes dans les listes d’ingrédients des 3855 produits de la catégorie "confiseries" d’Open Food Facts (voir le tableau ci-dessous).???  Parmi eux, plusieurs colorants sont commercialisés sous forme de laque d’aluminium. Or, l’accumulation d’aluminium dans le corps, même à faible dose, a potentiellement des effets neurotoxiques.

    Par ailleurs, la majorité des colorants pétrochimiques sont suspectés de causer de l'hyperactivité chez l'enfant. Pour le pigment jaune Tartrazine, ce risque est avéré, les emballages doivent obligatoirement le mentionner. Les M&M’s sont de loin les plus gros utilisateurs du E102, puisqu’il est cité dans un paquet sur dix. Par ailleurs, ces sucreries chocolatées obtiennent les moins bons résultats de notre classement, six produit sur dix contenant du bleu brillant FCF, un pigment cancérigène et combiné à de l’aluminium.

    BFM.TV

    (pas de tableau au bas de l'article !)


    4 commentaires
  • L'Appel du 18 Juin 1940 : pourquoi ? comment ?


    3 commentaires
  • Pollution liée aux mégots : le grand oral des industriels du tabac

    Les industriels sont convoqués, jeudi 14 juin, au ministère de la Transition écologique pour faire part de leurs engagements afin de lutter contre la pollution causée par les mégots.

    Après le plastique, le ministère de la Transition écologique s’attaque aux mégots. Jeudi 14 juin, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, a convoqué les industriels du tabac afin qu’ils fassent individuellement des «propositions claires d’engagements volontaires pour lutter contre ces nuisances». On estime en effet que 30 milliards de mégots seraient jetés chaque année en France. Ils jonchent le sol à l’entrée des hôpitaux, des gares ou des immeubles de bureaux, mais aussi les parcs et plages. En effet, 40 % des mégots seraient laissés dans la nature. Et pour les collectivités, le ramassage représente un coût conséquent.

    Une question «urgente»

    Contenant arômes, métaux lourds, composés toxiques (comme la nicotine) et polluants issus de la combustion, les mégots ont du mal à être dégradés par la nature. En moyenne, deux années sont nécessaires pour que disparaisse un mégot laissé par terre, jusqu’à une dizaine dans certains cas. Pendant ce temps, les eaux de ruissellement, comme les pluies, favorisent le transport des polluants dans les cours d’eau et les sols ; un seul mégot suffisant à polluer 500 litres d’eau. Pour la secrétaire d'Etat, il était donc devenu «urgent que les pouvoirs publics se saisissent de la question», intégrant cette consultation aux 50 mesures pour une économie 100 % circulaire, publiées en avril dernier.

    Dans un entretien au Parisien, Brune Poirson a pointé la «responsabilité élargie du producteur» qui oblige les industriels à prendre en compte la pollution induite par leurs produits, ce qui se fait déjà pour d’autres industries. «Aujourd’hui, c’est l’environnement qui trinque et ce sont d’abord les contribuables qui paient pour le balayage des mégots à travers leurs impôts locaux.»

    Trouver le responsable

    Les négociations risquent cependant d’être compliquées, les fabricants n’étant pas tous prêts à endosser l’entière responsabilité. Le cigarettier British American Tobacco a ainsi fait savoir qu’il refusait «le principe pollueur-payeur [qui] déresponsabilise les consommateurs inciviques sans régler le problème à sa source», penchant plutôt pour une meilleure sanction des fumeurs jetant leurs mégots dans la nature. Pour l’heure, les contraventions (68 euros, tarif de base) demeurent appliquées de façon variable en fonction des communes.

    Quoi qu’il en soit, le ministère fera un point sur les actions envisagées au mois de septembre, en convoquant à nouveau les industriels. D’ici là, les mégots continueront de polluer sols et eaux.

    Libération

    Je ne savais pas que les mégots polluaient autant !


    5 commentaires
  • A 12 ans, ce basketteur mesure déjà… 2,13 m !

    Malheureusement, ce jeune basketteur n'est pas français..

    Son nom ne vous dit rien, mais retenez-le bien. Olivier Rioux pourrait bien devenir, dans quelques années, un phénomène des parquets. Ce jeune basketteur canadien entre à peine dans la puberté mais fait déjà sensation. Son truc en plus ? Sa taille ! À 12 ans, l’adolescent est plus grand que des stars de la NBA comme LeBron James et Kevin Durant. Du haut de ses 2,13 m, il tutoie presque le pivot français Rudy Gobert (2,16 m).

    Dans un sport où de telles mensurations sont évidemment un atout pour percer, le gamin fait aussi preuve d’une dextérité étonnante. Dribbler, shooter, prendre des rebonds et dunker… sans sauter: rien n’est véritablement un problème pour lui, surtout dans cette catégorie d’âge. Une vidéo de ses exploits, devenue virale sur les réseaux sociaux, le montre ainsi en train de martyriser ses adversaires, qu’il domine de deux ou trois têtes.

    Son rêve d’intégrer un jour la NBA, Olivier Rioux le partage avec son frère Emile, trois ans plus vieux que lui et à peine plus petit. Et selon leur coach aux Tornades de Longueuil, interrogé en septembre dernier sur TVA Sports, ils ont tout pour y parvenir. "Je ne serais pas surpris de les voir d’ici quelques années performer en NBA, assure-t-il. La taille, ils l’ont. Mais ils ont aussi la détermination et l’éthique de travail. Et puis académiquement, c’est excellent. 

    Sports.fr

    .


    3 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - JEUDI 14 06 2018


    4 commentaires
  •  

    Joumana Haddad, née Salloum le 6 décembre 1970 à Beyrouth[1, est une écrivaine, oratrice et journaliste libanaise

     

    Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joumana_Haddad


    6 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONJOUR - MERCREDI 06 06 2018

     

    Je vous souhaite une bonne journée


    6 commentaires
  • Maroc : accusée d’avoir eu un rapport sexuel en plein ramadan, une femme rouée de coups

    Une jeune femme a été agressée au Maroc car elle aurait eu un rapport sexuel avec un chauffeur de taxi clandestin. L’agression, qui se serait produite le 30 mai selon les médias marocains, a fait le tour des réseaux sociaux.

    La toile marocaine est en ébullition depuis la publication d’une vidéo sur les réseaux sociaux où l’on aperçoit à l’intérieur d’une fourgonnette une jeune femme en sang après avoir été rouée de coups par plusieurs hommes cagoulés. Ces derniers l’accusent d'avoir eu des rapports sexuels avec un chauffeur clandestin en pleine période de Ramadan. 

    La jeune fille, qui supplie ses agresseurs de ne plus s’en prendre à elle, assure que le chauffeur était en train de la conduire vers la destination où elle souhaitait se rendre. «Tu n'as pas honte, c'est le Ramadan !», lui assène l'un des hommes cagoulés qui refuse d'entendre ses explications. 

    Selon le site marocain Le360, l’agression aurait eu lieu le 30 mai dans la région de Safi, à l'ouest du Maroc. 

    RT France


    7 commentaires
  • Quel noc ce Morandini !

    C'est une histoire macronienne ce sauvetage !

     

    Enfant sauvé : Face à face très tendu entre André Bercoff et Jean-Marc Morandini:

    Cliquez sur l'image pour lire


    6 commentaires