• Autisme, quand la secrétaire d'Etat déclare illégale la psychiatrie

    Les propos ahurissants et inquiétants à plus d’un égard de Sophie Cluzel semblent avant tout destinés à cacher les déceptions actuelles qui s’accumulent vis-à-vis des fortes promesses lancées par Emmanuel Macron en 2017.

    La phrase est passée presque inaperçue. Interrogée par Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, lundi, veille de la «journée mondiale de l’autisme», la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a eu ces mots qui se voulaient explicatifs sur la stratégie du gouvernement: «Avec notre plan, il s’agit de ne plus placer des enfants autistes devant des psychiatres.» Et encore: «Face à un spectre de l’autisme très large, il faut que l’on arrête de parler de psychiatrie.» Mettre «l’accent sur la détection et la prise en charge précoce des enfants autistes» et en finir avec «des prises en charge inadéquates dans des hôpitaux psychiatriques où ils n’ont rien à faire».

    Oui, vous avez bien lu… Il faut en finir avec la psychiatrie, et son corollaire : plus aucun enfant diagnostiqué autiste ne doit passer devant un psychiatre. Propos ahurissants et inquiétants à plus d’un égard. D’abord à quel titre un responsable politique s’immisce dans le choix d’une stratégie thérapeutique ? Ensuite, pouvoir affirmer cela sans provoquer de tollés montre à quel point dans la guerre qui a lieu depuis dix ans sur l’autisme, la psychiatrie a perdu les batailles. Des défaites successives depuis ce jour de 2005 où la Haute Autorité de santé a publié des recommandations pointant la non-pertinence des approches psychothérapeutiques.

    Certes un rééquilibrage était pour le moins nécessaire. Depuis une bonne trentaine d’années, la pédopsychiatrie avait montré des failles évidentes dans la prise en charge de ces enfants et encore plus dans le rapport avec les parents, laissant ces derniers dans une solitude et un désarroi profond. Reste qu’aujourd’hui seules les approches pluridisciplinaires permettent de soulager un peu, enfants comme parents. Sans remettre en cause la nécessité d’une approche plus inclusive de l’enfant dans la société, en particulier à l’école.

    Les déclarations laissent sans voix: exclure la psychiatrie de ce champ-là est aussi stupide que d’exclure le langage dans la prise en charge. «La psychiatrie n’est pas seulement la spécialité de la folie», a rappelé non sans bon sens le professeur Bernard Golse, qui dirige le service de pédopsychiatrie de l’hôpital Necker. «C’est aussi le soin du lien et notamment le lien entre le patient et son environnement.» Et mesuré, il ajoute : «Si nous rejoignons la secrétaire d’Etat dans sa volonté de dénoncer les clichés concernant les causes de l’autisme, le modèle le plus plausible quant à l’origine des troubles de l’autisme est un modèle polyfactoriel, incluant des facteurs biologiques, génétiques et environnementaux dans une perspective épigénétique.» De même, le Dr Michel David, psychiatre et vice-président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), a dénoncé «des propos excessifs».

    Comment ne pas croire dès lors que ces propos de la secrétaire d’Etat visent d’abord à cacher les déceptions actuelles qui s’accumulent vis-à-vis des fortes promesses lancées ? Souvenez-vous, Emmanuel Macron avait fait de l’intégration des autistes une priorité de son quinquennat. Deux ans plus tard, cela traîne pour le moins, même si l’objectif était louable. Et comme toujours ce sont les mêmes qui restent à l’abandon, enfants autistes devenus objets récurrents de propos définitifs et lénifiants.

    Libération


    5 commentaires
  • Yvelines : trois adolescents piégeaient des pédophiles et les dépouillaient

    L'histoire, racontée par Le Parisien, est pour le moins originale. Trois adolescents âgés de 15 à 17 ans ont été interpellés, hier, en région parisienne, après avoir dépouillé plusieurs hommes. Jusqu'ici, rien d'extraordinaire dans le monde des affaires crapouilleuses. Mais pour attirer leurs victimes, les jeunes gens s'étaient fait passer sur les réseaux sociaux... pour une fille de 12 ans.

     

    Sans se méfier, les hommes contactés se rendaient au lieu de rendez-vous fixé par "une personne contactée sur Internet", a raconté l'un d'entre eux sans donner plus de précision. Mais une fois sur place, ce dernier a été agressé par trois hommes cagoulés qui l'ont menacé avec une bombe lacrymogène et un pistolet pour qu'il cède portefeuille, carte bancaire, téléphone portable et casque et gants de moto. Alertée, la police municipale a d'abord retrouvé deux jeunes garçons de 15 et 16 ans correspondant à la description laissée par l'homme dépouillé. Quelques jours plus tard, un troisième a été arrêté à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine.

    Les ados se disent "justiciers", les enquêteurs doutent

    Les trois suspects ont alors livré leur mode opératoire particulièrement spécial. Le plus âgé se faisait en effet passer sur le réseau social Instagram pour une fille de 12 ans. Cela lui permettait de nouer des contacts avec des hommes pédophiles et de les attirer dans des guet-apens. Au total, les enquêteurs attribuent au trio trois agressions et une tentative.

    Reste à savoir quelles étaient les motivations exactes des adolescents. Eux ont expliqué devant les forces de l'ordre se sentir comme des "justiciers". Mais les enquêteurs émettent des doutes. Selon les informations recueillies par Le Parisien, l'auteur de l'entourloupe n'a "eu l'idée de répondre 12 ans" que lorsqu'on "lui a demandé son âge" sur Instagram. Et s'est dit surpris des réactions suscitées par cette annonce, et notamment de l'envoi de "vidéos sexuelles" par des hommes plus âgés. Ce qui sous-entend qu'il n'avait pas l'intention, au départ, de cibler spécifiquement des pédophiles. "Les intentions crapuleuses du jeune homme et de ses complices ne font pas de doute pour les policiers", précise le quotidien.

    Reste qu'il est compliqué de trouver d'autres victimes, celles-ci ayant probablement peu envie d'avoir maille à partir avec la police. L'adolescent de 17 ans, lui, a été mis en examen vendredi pour extorsion.

    Europe 1


    4 commentaires

  • 3 commentaires
  • Je ne trouve pas ces tatouages beaux ! Mais chacun son truc !


    4 commentaires
  • Les réactions aux violences sur les Champs-Elysées

    Après les violences en marge de la manifestation des gilets jaunes samedi, les responsables politiques pointent les insuffisances du gouvernement. Emmanuel Macron promet des décisions fortes.

    La journée de mobilisation des gilets jaunes du samedi 16 mars a connu des débordements à Paris sur les Champs-Elysées. Des boutiques et des banques ont été saccagées, le restaurant le Fouquet's a été incendié.

    La maire de Paris Anne Hidalgo a réagi dans la soirée après avoir remonté les Champs-Elysées. «Je suis extrêmement choquée par ces violences. J’ai assisté à des scènes incroyables, j’ai vu le nombre de boutiques dévastées... Ce qui s’est passé est d’une violence inouïe.» a-t-elle déclaré au Parisien

    «Je vais rencontrer très rapidement le Premier ministre. J’attends du gouvernement des explications, des réponses, qui n’excuseront en rien ces violences. Mais il faut sortir de ce cauchemar. Cette fois, ça suffit.»

    La tête de liste du parti Les Républicains aux élections européennes François-Xavier Bellamy a fustigé sur Twitter «l’impuissance de l’État devant ces violences répétées depuis des semaines (…) Le gouvernement est seul responsable de cette défaite de la force publique face à des bandes de casseurs.» 

    «Des décisions fortes»

    Le président de la République a interrompu son week-end au ski dans la station pyrénéenne de la Mongie pour se rendre à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur. «Je veux qu’on analyse les choses, et que, dans les meilleurs délais, on puisse prendre des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n’advienne plus»

    «Nous avons aujourd’hui des gens qui essayent par tous les moyens (...) d’abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer», a affirmé le chef de l’Etat. «Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre mais très clairement la journée d’aujourd’hui montre que sur ces sujet-là et ces cas-là, nous n’y sommes pas.»

    Le Premier ministre Edouard Philippe réunit dimanche à 17H30 à Matignon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’Etat Laurent Nuñez pour évoquer les «décisions fortes» demandées par Emmanuel Macron.

    Libération

    Des solutions fortes !!! Une belle promesse mais tellement vague !

    Je pense que macaron a laissé les casseurs agir pour faire du tort aux Gilets jaunes !


    6 commentaires
  • Elle s’invente un cancer en phase terminale pour arnaquer les gens

    Une Américaine encourt 10 ans de prison pour avoir menti sur son cancer dans le but d’arnaquer des gens.

     

    Entre 2013 et 2017, Jessica Marie Krecskay a raconté à tout le monde qu’elle était atteinte d’un cancer des ovaires en phase terminale. Aujourd’hui, la jeune femme de 25 ans, habitant dans le Kentucky, encourt jusqu’à dix ans de prison pour avoir récolté 10 000 dollars en arnaquant les gens. Le site Internet du magazine «People» rapporte que Jessica Marie Krecskay a réclamé de l’argent auprès de ses amis, de ses collègues mais également auprès d’étrangers, leur expliquant en avoir besoin pour surmonter son dernier combat. «Ces gens ont été là pour l’aider et ils ont été très charitables en commençant à lui donner de l’argent, à payer ses factures, à prendre ses tâches au travail afin qu’elle puisse se reposer. Tout ça lui a permis de gagner 10 000 dollars», a déclaré le procureur Rob Sanders à la chaîne WLTW.

     

    «Des filles au travail nettoyaient sa maison, lui apportaient à manger. Elles lui ont donné leurs propres jours de congés», a expliqué Jessica Lunsford une ancienne collègue. Jessica Marie Krecskay est allée si loin dans son mensonge qu’elle s’est même rasé la tête. D’après «People», la jeune femme a utilisé tout l’argent gagné pour voyager, notamment pour emmener sa famille à Disney World, expliquant qu’il s’agissait certainement de ses «dernières vacances».

    Les soupçons de ses collègues

    Ce sont ses collègues qui ont eu de premiers soupçons, notamment grâce à des images de vidéosurveillance, après qu’elle a soi-disant fait un malaise. «Sur les images, on voit qu’elle est allongée au sol, mais en même temps elle envoie des SMS sur son téléphone. Dès qu’elle entend l’ascenseur, elle jette son téléphone et fait comme si elle avait perdu connaissance», a encore raconté Jessica Lunsford, à WCSC.

    Dès lors, ses chefs lui ont demandé des preuves de sa maladie. Preuves que Jessica a toujours refusé de donner. Une enquête a alors été ouverte par la police qui a fini par découvrir que la jeune femme n’avait pas de cancer. Elle a été inculpée le 7 février dernier et devrait retourner devant le juge le 4 mars prochain. Elle a été libérée sous caution.

    Paris Match


    4 commentaires
  • Les jolis dessins e Peynet pour la St-Valentin

    Les jolis dessins e Peynet pour la St-Valentin

    Ce dessin ci-dessus n'est pas de Peynet, me signale t-on.

    Les jolis dessins e Peynet pour la St-Valentin

    Les jolis dessins e Peynet pour la St-Valentin

    Les jolis dessins e Peynet pour la St-Valentin

    Timbre de Peynet


    7 commentaires

  • 3 commentaires

  • 6 commentaires
  • Récit du braquage rocambolesque sur les Champs-Elysées

    Mardi quatre malfaiteurs ont fait irruption dans une agence de la banque Milleis (ex-Barclays) sur les Champs-Elysées et ont vidé plus d'une trentaine de coffres.

     

    Le coup avait été minutieusement préparé. Les quatre braqueurs qui ont fait irruption ce mardi 22 janvier dans une agence de la banque Milleis (ex-Barclays) sur les Champs-Elysées, n’ont rien laissé au hasard.

    L’irruption a eu lieu au matin, peu avant 9 heures. Une fois rentrés dans l’agence, les malfaiteurs, armés, ont pris en otage les clients et les agents sur place. Pour éviter d’attirer l’attention de la police, ils ont aussitôt baissé les rideaux de la banque et posé sur les deux portes un message :

    "Fermeture exceptionnelle. Suite à des problèmes techniques, nos locaux seront fermés ce mardi 22 janvier" (l’affiche portait même le logo de la banque).

    Plus d'une trentaine de coffres vidés

    Les intrus ont ainsi pu agir en toute tranquillité pendant 3 heures (l’alerte a été donnée quand les voleurs étaient déjà en fuite). Les caméras de sécurité et les alarmes ont été neutralisées, les braqueurs ont ligoté un employé et son responsable, auquel ils ont attaché une prétendue ceinture d’explosif, retrouvée ensuite sur un trottoir non loin de la banque, selon "Le Parisien".

    D’après une source policière, les malfaiteurs ont vidé plus d’une trentaine de coffres de particuliers. Puis, avant de prendre la fuite, ils ont aspergé l’agence et leurs otages d’eau de javel pour masquer leurs traces.

    Une fois la police arrivée sur place, toute la la zone autour de la banque a été bloquée et un périmètre de sécurité a été placé :

    "Dans un premier temps, les policiers se tenaient simplement autour de la banque. Mais rapidement, ils ont fermé l’avenue Franklin-Roosevelt à la circulation et ils nous ont ordonné de garder les clients à l’intérieur. Certains ont cru à un risque d’attentat", raconte le serveur du café qui fait face à la banque au "Parisien".

    Si ce braquage aux contours rocambolesques n’a fait ni victimes ni blessés, plusieurs otages se trouvent encore en état de choc et deux ont été emmenés aux urgences. Les malfaiteurs sont à présent toujours recherchés par la police et la somme de leur butin est encore à estimer. L’enquête a été confiée à la brigade de répression du banditisme de la PJ parisienne.

    L'OBS 


    3 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 22 01 2019


    8 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 12 01 2019

    Gravure achetée à Lausanne, est sur un mur de ma chambre !

     

    Je vous souhaite une bonne soirée et une douce nuit


    6 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 07 01 2019

    CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 07 01 2019


    5 commentaires
  • Un commentaire sur la video me ferait plaisir !


    6 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE: BONJOUR - VENDREDI 07 12 2018

     

    Bonne journée


    4 commentaires
  • Merci à Hope for paws. Hélas il a fallu lui couper la patte !


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique