• 63 000 euros de travaux, dont 17 000 pour un dressing… La coûteuse rénovation des appartements de Rugy

    Nouveau rebondissement dans l’affaire Rugy. Après avoir révélé l’organisation de luxueux dîners aux frais de l’Assemblée nationale par son ancien président sans « lien évident avec les fonctions d’alors » et l’occupation par sa directrice de cabinet d’un logement social pendant douze ans alors qu’elle travaillait hors de la capitale, Mediapart a publié jeudi 11 juillet une enquête faisant état de la coûteuse rénovation du logement de fonction du ministre de l’écologie.

     

    Selon le site d’information, entre fin 2018 et début 2019, le ministre a fait réaliser plus de 63 000 euros de travaux, payés par le contribuable – parmi lesquels l’installation d’un dressing pour 16 996 euros.

    « Caractère particulier des lieux »

    Sur Facebook, le ministre s’est défendu en déclarant que « les services en charge de la gestion des bâtiments du ministère ont fait le constat partagé de la nécessité d’effectuer des travaux de rénovation dans l’appartement de fonction du ministère, qualifié, je cite, de “vétuste” ». Le montant des travaux serait lié « au caractère très particulier des lieux », puisque « l’hôtel de Roquelaure, comme d’autres ministères, est un élément du patrimoine français, construit au début du XVIIIe siècle ».

    Dans l’entourage de Nicolas Hulot, précédent ministre de l’écologie, on a indiqué àMediapartque « l’appartement était nickel et surdimensionné, mais triste ». Même son de cloche du côté de l’une des sociétés recalées pour effectuer les travaux :

    « Ce n’est pas comme si les murs étaient lépreux et qu’il y avait des fissures partout, on aurait pu y habiter encore, avec confort. Les peintures n’étaient pas neuves, mais ce n’était pas à rougir. »

    Le Monde


    6 commentaires
  • Accusé de mener la «vie de château» aux frais de l’État, Rugy se défend

    Selon les informations de Mediapart, le ministre de l’Écologie aurait organisé une dizaine de dîners fastueux entre amis, sur fonds publics, alors qu’il était président de l’Assemblée. Il soutient qu’il n’a «rien à se reprocher».

     

    Des dîners fastueux entre amis, organisés grâce à de l’argent public. C’est ce dont est accusé le ministre de l’Écologie, par le site d’information en ligne Mediapart. Selon les informations du média d’investigation, François de Rugy aurait organisé, avec sa femme, Séverine de Rugy, entre octobre 2017 et juin 2018, une dizaine de dîners luxueux à l’hôtel de Lassay, alors qu’il était président de l’Assemblée nationale. Réunissant entre dix et trente convives, principalement des amis du couple, ces repas, composés de plats très onéreux, photos de homards à l’appui, et de vins luxueux directement extraits des caves de l’Assemblée nationale, auraient été financés avec l’argent de l’État.

    «J’assume totalement qu’un président de l’Assemblée nationale, comme un ministre, rencontre dans un cadre informel le soir dans des dîners, des responsables d’entreprises, des responsables de la culture, des responsables de l’université», a réagi François de Rugy, ce mercredi, au micro de France Inter. «Je n’accepte pas qu’on nous attaque ma femme et moi, nous n’avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi», a-t-il renchéri. Pour celui qui est aujourd’hui ministre d’État chargé de l’Écologie, les accusations selon lesquelles les dîners auraient été organisés par son épouse, et n’auraient réuni que des amis du couple, n’ont aucun sens. «Ce ne sont pas des amis, certains nous les connaissions, d’autres non», a-t-il renchéri. Cela faisait partie de mon travail de président de l’Assemblée nationale, de rencontrer, d’expliquer ce que nous faisions à l’Assemblée nationale auprès de gens de la société civile. On reproche souvent aux hommes et aux femmes politiques d’être coupés, j’ai toujours souhaité que l’Assemblée nationale soit ouverte».

    Il y a un an, en juillet 2018, François de Rugy avait déjà été épinglé pour certaines dépenses qu’il avait effectuées sur fonds publics, à l’Assemblée nationale. L’achat d’un vélo elliptique et le recrutement d’un troisième chauffeur lui avaient été reprochés, de même que l’acquisition de matériel à raclette, passé en notes de frais par son cabinet, pour une soirée. Comme ce mercredi matin, le locataire du perchoir de l’époque avait été contraint de se justifier point par point.

    Le Figaro.fr


    4 commentaires
  • Fonctionnaires sans affectation depuis 30 ans : Anticor saisit la justice

    Un rapport dénonçait fin juin la situation de fonctionnaires territoriaux du Var qui, sans affectation, continuaient de percevoir un salaire. Le 5 juillet, Anticor a décidé de monter au créneau.

    Des fonctionnaires sans affectation mais qui touchent tout de même un salaire ? La situation ne passe pas. Après ces révélations, fin juin, d'un rapport de la Chambre régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d'Azur selon lesquelles des agents territoriaux du Var étaient sans affectation parfois depuis 25 ans, l'association Anticor a décidé de se saisir du dossier et a adressé un signalement au procureur de la République de Toulon, le 5 juillet dernier, rapporte France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur.

    Dans son signalement, l'organisme cible notamment un ancien joueur du célèbre Rugby club toulonnais (RCT). Cet agent administratif à la ville de Toulon depuis 1990 a continué à percevoir son salaire alors qu'il apparaît qu'il était également, depuis 2009, gérant d'un commerce dans les Hautes-Alpes. Des faits qui correspondraient, selon Anticor, à un détournement de fonds publics de quelque 200.000 euros entre 2009 et 2017, année à partir de laquelle l'homme a été placé en disponibilité, selon France 3.

    Une situation tout à fait légale ?

    Anticor s'interroge aussi sur la façon dont le centre de gestion CDG 83 a justement géré l'affaire. "Un cas peut en cacher d'autres. Justement on demande au parquet de déterminer s'il s'agit ou pas d'un cas isolé", explique à France 3 le référent de l'association dans le Var. Le centre a répondu à l'organisme par voie de communiqué en expliquant que la situation de l'ancien joueur de rugby est légale, et a notamment évoqué le cas de certains fonctionnaires.

    Les Fonctionnaires momentanément privés d’emploi (FMPE) sont des agents de la Fonction Publique Territoriale dont l’emploi a été supprimé. (...) Les Centres de gestion sont contraints d’assurer la prise en charge de ces fonctionnaires", explique le CDG 83, géré par des élus locaux, dans son communiqué. Le centre indique par ailleurs ne pas avoir la possibilité d'"imposer à une autorité territoriale le recrutement d’un FMPE".

    Des fonctionnaires qui coûtent cher

    Des explications qui ne semblent pas satisfaire la Chambre des comptes de la région PACA qui a rappelé à l'ordre le CDG 83. La Chambre ne conteste pas nécessairement les salaires payés, mais la durée d'absence d'affectation des agents territoriaux en question. Un total de 30 fonctionnaires territoriaux dans le Var seraient sans affectation. Leur coût annuel pour les finances publiques : un million d'euros.

    Capital


    4 commentaires
  • Bruno Le Maire: le gouvernement veut "inciter les Français à partir plus tard à la retraite"

    Invité de BFMTV ce vendredi, le ministre de l'Économie estime que la seule raison du décrochage relatif de l'économie tricolore est le fait que les Français travaillent globalement moins que leurs voisins européens.

    Dans sa stratégie pour stimuler l'économie française, le gouvernement a déjà beaucoup réformé. Invité de BFMTV ce vendredi, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire estime que la France s'est "appauvrie" par rapport à ses partenaires européens "pour une seule raison" qui est que "globalement les Français ne travaillent pas assez".

    Le ministre ne fait pas allusion aux personnes en emploi, mais plutôt au système tricolore en général. "On rentre trop tard sur le marché du travail, on part trop tôt à la retraite et on a un niveau de chômage trop élevé", énumère-t-il depuis Les rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

    Pour répondre à ces enjeux, le gouvernement a réformé l'apprentissage, la formation professionnelle, le Code du travail et plus récemment l'assurance chômage. Au passage, Bruno Le Maire estime que cette dernière réforme "n'est pas dure" mais qu'elle "incite les Français à reprendre un travail plus vite".

    Enrichir la France en travaillant plus

    Après toutes ces mesures, il reste un dernier pilier à mettre en place selon le ministre de l'Économie: "inciter les Français à partir plus tard à la retraite, mais sous forme d'incitations". "Parce que c'est comme ça que globalement nous travaillerons davantage et nous serons plus prospères", insiste-t-il. 

    Le patron de Bercy a souligné que la réforme des retraites "ne touchera pas à l'âge légal" de départ, qui est fixé à 62 ans. En revanche, des dispositions seront donc bien prévues pour encourager les Français à partir plus tard. Certains évoquent un système de bonus après 64 ans. 

    Pour Bruno Le Maire, cette solution permet aussi de répondre aux exigences de pouvoir d'achat des Français. Le gouvernement a essayé d'augmenter le revenu des contribuables "par la baisse des impôts" et "augmentant la rémunération du travail". "L'autre façon d'y répondre est d'enrichir globalement la France, en faisant en sorte que tous ensemble nous travaillons plus", a-t-il conclut.

    BFM.TV

    En Suisse, l’âge légal de la retraite est de 65 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes.

    En 1999, quand j'ai quitté la Suisse, c'était 62 ans pour les femmes et 65 pour les hommes


    3 commentaires
  • Le patron d’Amazon, Jeff Bezos, finalise son divorce à 38 milliards

    MacKenzie Bezos compte donner une partie de sa fortune à des œuvres caritatives

    C’est l’équivalent du PIB annuel de pays comme le Cameroun ou la Lettonie. Le fondateur du géant américain Amazon, Jeff Bezos, a finalisé son divorce avec MacKenzie Bezos vendredi, via un accord d’environ 38 milliards de dollars, soit 34 milliards d’euros, a annoncé Bloomberg News. C’est un juge du comté de King, dans l’État de Washington, qui a finalisé la séparation.

    Jeff Bezos, 55 ans, va conserver 12 % d’Amazon, ce qui fera (toujours) de lui l’homme le plus riche du monde. MacKenzie Bezos, 49 ans, va quant à elle recevoir un peu moins de 20 millions d’actions Amazon.com, équivalant à 4 % des participations dans la compagnie. Elle a par ailleurs annoncé qu’elle céderait toute sa participation dans le Washington Post et la société d’exploration spatiale Blue Origin à son ex-mari.

    Des dons pour les œuvres de charité

    A la tête d’une immense fortune, MacKenzie Bezos a promis d’en donner la moitié à des œuvres de charité.

    Ce divorce hors normes, dont l’annonce avait été faite en janvier dernier, intervient après vingt-cinq ans de mariage. Selon le National Enquirer, Jeff Bezos, qui a fondé Amazon en 1994 à Seattle, aurait eu une liaison avec une ancienne présentatrice de télévision, Lauren Sanchez.

    20 Minutes

    Wikipédia : Très intéressant de voir comment il a commencé Amazon et le début de sa vie !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeff_Bezos


    4 commentaires
  • Le Canard enchaîné épingle l'extravagante fortune cachée de Raymond Barre en Suisse

    Une information judiciaire est ouverte depuis le 29 avril 2016 concernant des soupçons de blanchiment de fraude fiscale visant de l'argent caché en Suisse par l'ancien Premier ministre Raymond Barre, dont auraient hérité ses enfants, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

    Ces investigations ont démarré à la suite d'un signalement de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), a précisé cette source.

    Selon le Canard enchaîné, qui a révélé l'information, c'est l'ancien patron de la DGFiP, Bruno Bézard, qui a saisi le parquet national financier (PNF).

    Près de 7 millions d'euros

    L'hebdomadaire précise que l'affaire a débuté avec l'envoi au fisc, par un informateur en 2013, d'une copie d'écran du réseau interne de la banque Crédit Suisse. Y figurent notamment le nom de Raymond Barre et deux mentions manuscrites: un numéro de compte et un montant de 11 millions de francs suisses, "confirmé depuis par les enquêteurs", souligne le journal.

    Cette somme représentait l'équivalent de près de 7 millions d'euros, au moment du décès de Raymond Barre, en 2007.

    Le Canard enchaîné affirme que les fils de l'ex-maire de Lyon, et troisième homme de l'élection présidentielle de 1988, ont depuis payé près d'un million d'euros pour régulariser leur situation fiscale.

    Challenges


    3 commentaires
  • Démarchage abusif : la direction des fraudes perquisitionne treize entreprises du secteur de l'énergie

    Des contrats de fourniture d'électricité et de gaz ont été conclus sans un accord éclairé des consommateurs. En menant ces perquisitions, la DGCCRF veut vérifier s'il s'agit d'initiatives isolées de la part de certains démarcheurs ou d'une politique délibérée de certaines sociétés.

    Gare aux abus et aux signatures de contrats trop rapides. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a perquisitionné, jeudi 27 juin, les locaux de treize entreprises soupçonnées de démarchage abusif dans le secteur de l'énergie. Les noms de ces sociétés n'ont pas été communiqués.

    "Deux entreprises commercialisant des contrats de gaz et d'électricité et onze entreprises sous-traitantes réalisant pour leur compte des opérations de démarchage à domicile ont été visées dans le cadre de cette opération d'ampleur nationale", explique la Direction des fraudes dans son communiqué publié lundi 1er juillet. Quelque 73 agents sont intervenus au même moment, sur seize sites au total.

    "Des contrats conclus sans un accord éclairé"

    La DGCCRF et le médiateur de l'énergie reçoivent depuis plusieurs mois un nombre important de plaintes et de réclamations de la part de clients mécontents. "Les consommateurs font état d'un discours trompeur de la part de démarcheurs sur leurs attributions et sur l'objectif réel de leur visite", explique cette administration qui dépend du ministère de l'Economie et des Finances. "Des contrats de fourniture d'électricité et de gaz seraient ainsi conclus sans avoir obtenu un accord éclairé des consommateurs."

    L'opération menée jeudi avait pour but de déterminer s'il s'agit de pratiques isolées de certains démarcheurs ou d'une politique délibérée des énergéticiens. "Si elles étaient confirmées, les pratiques suspectées par la DGCCRF relèveraient du délit de pratique commerciale trompeuse, susceptible d'être sanctionné par le juge pénal d'une peine de deux ans de prison et d'une amende d'un montant maximal pouvant atteindre 10% du chiffre d'affaires de l'entreprise", lit-on encore dans le communiqué.

    La DGCCRF dit avoir reçu en 2018 1 832 plaintes dans le secteur de la fourniture d'électricité, un chiffre multiplié par quatre par rapport à 2016. Dans son rapport d'activité pour 2018, le médiateur de l'énergie faisait pour sa part état de 1 416 litiges portant sur la contestation de la signature d'un contrat ou sur les pratiques commerciales dans le cadre d'un démarchage à domicile.

    franceinfo


    4 commentaires
  • En 2019, les grandes fortunes françaises s'enrichissent bien plus vite que les autres

    Les 14 plus grandes fortunes françaises ont vu leur fortune cumulée augmenter de 78 milliards de dollars sur les six premiers mois de l'année. Cela place la France au premier rang mondial en la matière.

    Les plus grandes fortunes de France se sont enrichies, au premier semestre 2019, bien plus vite que celles des autres pays. Selon le Bloomberg Billionaires Index, qui classe les 500 plus grandes fortunes mondiales, les 14 ressortissants français du classement ont vu leur fortune cumulée augmenter de 35% sur les six premiers mois de l'année. Cela les place au premier rang mondial des plus fortes progressions, devant les grandes fortunes de Thaïlande (+33%) et de Singapour (+31%). Viennent ensuite les riches Japonais et Danois (+24%).

    Le média économique américain met en parallèle cette "performance" avec le mouvement des gilets jaunes, dont les revendications portaient en grande partie sur le pouvoir d'achat et la fiscalité. Les 14 "Bloomberg Billionaires" français n'ont pas ce genre de soucis, avec une hausse combinée de leur fortune estimée à 78 milliards de dollars par Bloomberg.

    +53 milliards de dollars pour 3 personnes

    Et 53 de ces 78 milliards de dollars ne sont l'oeuvre que de trois personnes : François Pinault, Françoise Bettencourt-Meyers et Bernard Arnault. Ce dernier, patron du groupe LVMH, est devenu en juin la troisième personne dont la fortune dépasse les 100 milliards de dollars, rejoignant ainsi Bill Gates et Jeff Bezos dans cette super élite.

    C'est la forte progression de l'action LVMH, +45% cette année, qui a permis à la fortune estimée de Bernard Arnault d'atteindre un tel niveau. Et ce cours de l'action LVMH s'explique par les bons résultats effectués par le groupe en 2018, avec des ventes en hausse de 10% dans le monde (à 46,8 milliards d'euros) ainsi que par sa capacité à séduire un clientèle de "millennials", qui représentent à eux-seuls entre 40 et 50% des ventes de Louis Vuitton.

    Avec 103 milliards de dollars, Bernard Arnault est donc la troisième fortune mondiale. Avec 56,9 milliards, Françoise Bettencourt Meyers se classe huitième alors que François Pinault est pour sa part 22ème avec 38,8 milliards d'euros.

    BFM.TV

     C'est Macron qui doit être content, lui qui aime tellement les riches !


    2 commentaires
  • La députée Agnès Thill exclue de La République en marche après ses propos sur la PMA

    La commission des conflits de la République en marche a décidé d'exclure la députée Agnès Thill, mercredi 26 juin.

    Elle reproche à l'élue de l'Oise d'avoir "tenu des propos polémiques sur les réseaux sociaux et également par voie de presse à propos du projet du gouvernement d'ouvrir la PMA à toutes les femmes. Son exclusion est effective à partir de ce jour.

    Selon cette commission, les propos d'Agnès Thill sur la procréation médicalement assistée "sont préjudiciables à la cohésion" de LREM et "vont à l'encontre de la Charte et des valeurs inclusives du mouvement". "La Commission relève également que la fréquence et le caractère pernicieux des propos de madame Agnès Thill génèrent et nourrissent une agressivité qui porte atteinte à la sérénité du débat".

    Contacté par franceinfo, Raphaël Gérard se réjouit de cette décision. "Elle a le mérite d'apporter une clarification attendue depuis longtemps, déclare le député LREM de Charente-Maritime. A présent, nous allons pouvoir débattre sur le fond et pas seulement sur la forme."

    franceinfo

    A LREM, tu marches droit ou tu dégages !

    La PMA pour toutes les femmes,, et qui va payer ? La sécu donc nous !

    Pas étonnant que sur mes relevés de la sécu, à chaque ligne il y a entre moins 0,50 et moins 4 euros, un forfait ? !


    3 commentaires
  •  

    Nice: La douane saisit des centaines de contrefaçons lors de la «foire outlet»

    142 T-shirts Marvel, 175 pantalons Adidas, 329 prêt-à-porter Givenchy, 414 coques d'Iphone et 935 écouteurs Airpod dès le premier jour

    Les autorités avaient déjà entendu parler de cette «foire outlet» cinq jours avant son ouverture. Dès lundi, les policiers municipaux de Nice ont interpellé une personne « pour apposition de publicité interdite sur du mobilier urbain installé sur le domaine public ». Cette fois, ce sont les douanes qui se sont emparées du dossier de la « foire outlet » qui se tient jusqu’à ce dimanche soir au palais Acropolis de Nice. Ses agents ont saisi, selon France Bleu Azur, des centaines de produits contrefaits.

     

    Ce devait être de bonnes affaires et des prix cassés. Les clients ont finalement à faire avec quelques faux et contrefaçons. D’après la radio locale, les douanes ont réquisitionné vendredi 142 T-shirts Marvel, 175 pantalons Adidas, 329 prêt-à-porter Givenchy, 414 coques d’Iphone et 935 écouteurs Airpod.

    « Un signalement »

    Sur Twitter, le maire LR de Nice Christian Estrosi a alors annoncé « déposer un signalement au titre de l’article 40 au procureur » et il « demande au service des douanes et au préfet d’intervenir ».

     

    Revenant le lendemain, samedi, les douanes ont à nouveau mis la main sur des contrefaçons. Cette fois-ci, 500 de paires de Nike et Adidas et une centaine d’articles de téléphone ont été saisies. De quoi décourager les clients friands de bonnes affaires. D’autant plus qu’il faut s’acquitter d’un droit d’entrée de 4 euros pour franchir les portes de cette « foire outlet ».

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Week-end de la Pentecôte : vous n’échapperez pas aux radars tourelles

    Le déploiement des radars fixes de nouvelle génération, capables de détecter de nombreuses infractions, a débuté. Ils flasheront pendant ce week-end de la Pentecôte et 400 doivent être mis en service d’ici à la fin de l’année.

    Ils sont encore peu nombreux, ont connu un léger retard au démarrage, mais se révèlent… re-dou-ta-bles ! Alors que ce vendredi est classé orange dans le sens des départs sur l’ensemble de l’Hexagone et rouge en Ile-de-France, à l’occasion à l’occasion du week-end prolongé de la Pentecôte, un nouveau type de radar particulièrement efficace commence à pousser le long des routes.

    Quelques dizaines de ces appareils baptisés radars tourelles fonctionnent déjà un peu partout en France mais, la délégation à la Sécurité Routière l’assure, 400 exemplaires seront mis en service d’ici à la fin de l’année. Une deuxième vague de déploiement est même programmée, avec 1200 radars installés d’ici à la fin 2020, répartis aléatoirement dans 6000 cabines… dont certaines feront donc office de leurres.

    Caméra très haute définition

    Perchés sur des mâts de 4 m de haut afin de balayer une large zone – jusqu’à 200 m –, mais aussi éviter d’éventuelles dégradations, ces radars tourelles sont de véritables shivas des PV automatiques. À l’intérieur de leur boîtier reconnaissable par sa forme bien plus longiligne que celle des cabines classiques, un radar de toute dernière génération, le Mesta Fusion 2, actuellement homologué pour deux types de contrôle : la vitesse, contrôlée potentiellement sur huit voies de circulation et jusqu’à 32 véhicules à la fois, et le franchissement de feu rouge.

    L’engin pourra également, dans les mois qui viennent, détecter une multitude d’autres infractions. Impossible d’échapper à sa vigilance, pilotée par une caméra à très haute définition, en cas d’oubli de ceinture de sécurité, d’utilisation d’un téléphone portable au volant ou de non-respect de la distance de sécurité.

    Le Mesta Fusion 2 sera également capable de déceler et de verbaliser un conducteur empruntant la bande d’arrêt d’urgence sur autoroute, celui qui dépassant un autre véhicule par la droite ou même, ce sera là encore une première, celui coupable de ne pas rouler assez vite, à moins de 80 km/h sur une autoroute limitée à 130 !

    Artillerie lourde

    Une telle efficacité fait déjà grincer des dents. « Ce déploiement donne le sentiment que les pouvoirs publics sortent l’artillerie lourde pour défendre coûte que coûte le passage de la limitation de 90 à 80 km/h, dénonce Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes. S’il n’y a pas de débat sur l’importance de contrôler le portable au volant ou le respect des distances de sécurité, nous émettons de sérieux doutes sur la fiabilité annoncée du contrôle de ce type d’infractions. »

    Par exemple ? « Les radars de vitesse se concentrent sur la plaque d’immatriculation et leur flash assombrit l’habitacle des véhicules, ce qui rendra difficile de distinguer le comportement du conducteur et pourra faire naître beaucoup de contestations. Même chose pour le respect des distances de sécurité. Nous craignons que beaucoup soient verbalisés à tort, car un radar enregistre une situation à un instant « T » et non un comportement qui se détecte sur un laps de temps d’au moins plusieurs minutes. »

    Le Parisien
    Bon, je vais faire attention de ne pas avoir une amende pour rouler trop doucement (rire)


    4 commentaires
  • Attention à l'arnaque de la "Movie money" !

    De nombreux faux billets de 20 et 50 euros en provenance de la Chine font leur apparition en France. Voici les astuces pour ne pas récupérer un faux billet.

     

    Ils ont tout de parfait sauf la valeur. En effet, ces faux billets de 50 et 20 euros ont la même couleur et la même apparence sauf que dans les détails, on s'aperçoit vite qu'il ne s'agit pas de vrais billets. Depuis plusieurs années, les enquêteurs tentent de lutter contre l'arrivée de cette "Movie money" envoyée par colis postal et produite en Chine. "La fausse monnaie est utilisée dans les films par exemple. Mais ces contrefaçons ne font en général pas la même taille que les véritables billets de banque. Dans le cas de la "Movie money", la ressemblance peut être trompeuse, la taille également, pour les personnes non averties", explique dans les colonnes du Populaire du Centre, un enquêteur de la Police judiciaire de Limoges.

    En Limousin et en Charente, de nombreuses personnes ont été arnaquées par cette monnaie ce qui a obligé les policiers à lancer un appel à la plus grande vigilance. Si jamais vous avez un doute sur un billet, il existe quatre astuces pour vérifier s'il s'agit d'un vrai ou d'un faux. Le premier concerne la signature des billets. Sur les vrais il y a celle de Mario Draghi (président de la Banque centrale européenne) alors que c'est la marque "Movie Money" qui y apparaît dans une typographie approximative. Deuxième élément alarmant : à la place de la traduction du mot "euro" en grec figure le mot anglais "PR?P" qui signifie "accessoire".

    Une peine très lourde

    Concernant la numérotation du billet, s'il s'agit d'un faux, elle aura la plupart du temps la même et sera composée de chiffres 6 et 8 du type "MB 66688880". Enfin dernière astuce et pas des moindres : sur la largeur du faux billet, il y a une inscription en Anglais très explicite : "This is not legal. It's to be used for motion props" qui signifie "Ceci n'est pas légal et ne peut être utilisé que comme accessoires".

    La mise en circulation de ces faux billets peut entraîner une lourde condamnation. Comme le rappelle Le Populaire du Centre, les faux monnayeurs encourent une peine de 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende et pourraient passer devant la Cour d'assises.

    Capital


    5 commentaires
  • Impôts : plus de la moitié du gouvernement a eu un redressement fiscal l'an dernier

    Au total, en 2018, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a transmis 30 dossiers de responsables publics à la justice, indique son rapport pour 2018.

    Mauvais effet de com' pour le gouvernement.

    À l'heure où les Français doivent boucler leur déclaration d'impôts pour l'année 2018, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique note dans son rapport concernant l'année écoulée que "21 dossiers" de déclaration d'impôts de membres du gouvernement sur 35 "ont donné lieu à des rectifications". Soit 60% du gouvernement, souligne Le Canard Enchaîné à paraître ce mercredi, qui a repéré l'information.

    Ces cas concernent "des membres du gouvernement nommés en 2017 et durant le premier semestre de 2018", précise la Haute autorité, qui "a pour mission de superviser la vérification fiscale des membres du Gouvernement, menée par la Direction générale des finances publiques (DGFiP) dès leur nomination" afin "d'assurer un contrôle impartial et indépendant".

    "À l'exception d'un cas, tous les contribuables concernés étaient de bonne foi", souligne néanmoins l'institution, qui précise que "le rappel moyen demandé par dossier a été de 10 788 euros et les pénalités moyennes (de retard notamment)ont été de 11 930 euros".

    Une ministre n'a pas respecté "ses obligations fiscales"

    Elle rappelle également qu'un membre du gouvernement n'a pas respecté "ses obligations fiscales" l'an dernier. En l'occurrence, il s'agit de l'ancienne ministre des Sports, Laura Flessel, qui a démissionné en septembre. Comme le prévoit la loi, elle en avait alors informé le président et le Premier ministre.

    L'institution note que cette situation, "qui s'est présentée une fois en 2018" était "le premier cas d'information pour non-respect, par un ministre, de ses obligations fiscales" depuis sa création en 2013, après l'affaire Cahuzac.

    La Haute autorité précise aussi que "trois dossiers" ont "donné lieu à des restitutions de la part de l'administration fiscale" pour un montant moyen net de 7740 euros. En clair : trois ministres avaient trop versé d'argent.

    Trente dossiers transmis à la justice

    Au total, en 2018, la HATVP a transmis 30 dossiers de responsables publics à la justice, dont en décembre ceux de 15 parlementaires de la précédente mandature pour usage abusif de l'indemnité de frais de mandat (virements vers un compte personnel d'épargne, paiement d'impôts, cotisation à un parti...).

    Dans une interview au Monde parue jeudi dernier, le président de la Haute Autorité, Jean-Louis Nadal, soulignait que ces 30 cas représentent "moins de 1% de la totalité des contrôles de l'année" et que "la prise de conscience est manifeste parmi les élus".

    Depuis 2014, six condamnations définitives ont été prononcées pour omission substantielle du patrimoine à la suite de transmissions de la Haute Autorité, souligne le rapport. D'autres procédures sont en cours dans lesquelles l'institution a joué un rôle, concernant notamment les Républicains Bernard Brochand et Patrick Balkany.

    L'Express

    Ils ont oublié macron dont les deux millions au moins gagnés à la banque Rothschild ont disparu de sa déclaration !

    L'enquête suite à une plainte n'a rien donné ! Cherchez l'erreur !


    2 commentaires
  • Les députés votent la fin en 2040 des ventes de véhicules à essence et diesel

    Objectif « décarbonation complète » d’ici à 2050, espère Jean-Luc Fugit, le co-rapporteur LREM de cet amendement.

    Les députés ont voté vendredi soir en commission la fin de la vente des véhicules à carburants fossiles (essence, diesel et gaz naturel) d’ici à 2040, lors de l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

    La commission du Développement durable a adopté un amendement du co-rapporteur Jean-Luc Fugit (LREM) en ce sens, avec l’aval de la ministre des Transports Elisabeth Borne.

    « Si plusieurs pays européens se sont positionnés en ce sens, la France serait le premier à inscrire dans la loi »

    cette interdiction d’ici à 2040, a notamment motivé le député.

    L’objectif est « ambitieux » mais « possible », les constructeurs envisageant « une fin de commercialisation des ventes de véhicules exclusivement diesel et essence au début des années 2030 », souligne-t-il.

    Objectif « décarbonation complète »

    Son amendement grave dans le projet de loi l’objectif pour le pays « d’atteindre, d’ici à 2050, la décarbonation complète du secteur des transports terrestres ». Pour cela, des « objectifs intermédiaires » sont fixés, avec la montée en puissance des véhicules à faibles et très faibles émissions à échéance 2030, dans la continuité des objectifs européens, ainsi que la fin de la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles, d’ici à 2040.

    Tous les cinq ans, un rapport d’évaluation devra être rendu par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Il donnera lieu à un débat à l’Assemblée nationale et au Sénat.

    La ministre a jugé « très important d’afficher l’objectif de la France de neutralité carbone en 2050, que porte le président de la République », et de « fixer cette trajectoire sur le moyen terme pour éclairer tous les acteurs ».

    Les véhicules utilisant de l’énergie fossile représentent aujourd’hui 93,6% des ventes, auxquelles s’ajoutent les 4,2% d’hybrides non rechargeables et les 0,7% d’hybrides rechargeables.

    Le projet de loi « mobilités » doit être examiné en commission jusqu’au 24 mai et en séance du 3 au 14 juin.

    L'OBS

    M'en fous, je ne serai plus là !


    3 commentaires
  • Fraude fiscale : 1,2 milliard d'euros d'amende pour Kering en Italie

    Fraude fiscale : 1,2 milliard d'euros d'amende pour Kering en Italie

    François-Henri Pinault, PDG du groupe Kering                                

     

    Accusé d’avoir facturé en Suisse des activités réalisées en Italie, le groupe présidé par François-Henri Pinault a conclu un accord avec le fisc italien pour s’accorder d’un "impôt supplémentaire"

    Le géant français du luxe Kering a annoncé avoir conclu jeudi un accord avec le fisc italien qui le conduira à payer un "montant d’impôts supplémentaire" de 1,25 milliard d’euros, pénalités et intérêts compris, dans le cadre d’une procédure pour fraude fiscale concernant sa marque Gucci.

    Cette somme est proche du 1,4 milliard d’euros évoqué en janvier, tiré d’une estimation des autorités fiscales de la Péninsule, dans le cadre d’une enquête du parquet de Milan entamée fin 2017 et portant sur des soupçons de déclaration en Suisse d’activités menées par le groupe en Italie.

     

    Aux termes de cet accord, précise un communiqué, Kering "reconnaît que les réclamations soulevées par l’audit fiscal concernaient d’une part l’existence d’un établissement stable en Italie sur la période 2011–2017, avec les profits associés, et d’autre part, les prix de transfert intra-groupe appliqués pour la même période entre Luxury Goods International (LGI)", l’une de ses filiales suisses, "et Guccio Gucci".

    Ainsi le groupe de luxe devra-t-il payer un redressement fiscal s’élevant à 897 millions d’euros d’impôts, auquel s’ajoutent des pénalités et intérêts, pour un montant total de 1,25 milliard, détaille-t-il.

    Le parquet de Milan estimait que Kering avait facturé pour le compte de LGI, sa plateforme logistique située en Suisse, des activités en fait réalisées en Italie, afin de bénéficier d’une fiscalité plus favorable

    En mars, le site d’information Mediapart avait affirmé que le géant français aurait soustrait environ 2,5 milliards d’euros d’impôts depuis 2002, "pour l’essentiel au préjudice du fisc italien, mais aussi de la France et du Royaume-Uni".

    Sud-Ouest

     

    Kering est un groupe du luxe basé en France et spécialisé dans l’habillement et les accessoires. Ses principales marques sont Gucci, Yves Saint Laurent, Boucheron, Bottega Veneta et Alexander McQueen. Il est le deuxième groupe mondial dans le secteur du luxe après LVMH et devant Richemont

    Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kering 


    3 commentaires
  • 4 personnes soupçonnées d'avoir détourné 1.7 millions d'euros d'aides sociales arrêtées en Roumanie

    Les quatre individus arrêtés en Roumanie en avril dernier géraient une bande organisée de malfaiteurs qui montaient des faux-dossiers à la CAF afin de percevoir des prestations sociales.

    Deux hommes et deux femmes ont été arrêtés à la mi-avril en Roumanie, soupçonnés d'être à l'initiative d'un détournement de 1.7 million d'euros à la Caisse des allocations familiales (CAF) et au régime social des indépendants du Nord, rapporte le Parisien ce mercredi.

     

    Ces quatre individus sont soupçonnés d'avoir été à la tête d'une bande organisée qui mettait sur pied de faux dossiers de jeunes femmes se déclarant auto-entrepreneuses dans le domaine de la récupération de ferraille. Elles prétendaient ensuite tomber enceinte de manière à toucher les indemnités de la CAF. En 2017, pas moins de 1.200 dossiers ont été créés auprès de la caisse d'allocations familiales et du régime social des indépendants du Nord. Un préjudice estimé à 1.7 millions d'euros.

    Neuf biens immobiliers saisis

    Au début de l''escroquerie, les malfaiteurs utilisaient de vraies identités, d'après le Parisien, avant de finalement créer de faux dossiers à l'aide de "fausses cartes d’identité roumaines et de faux certificats de naissance roumains montant des dossiers sur la base d’identités fictives", précise le journal francilien.

    Au terme de plus de deux ans d'enquête, et grâce à la coopération de la police locale, les enquêteurs de la police judiciaire de Lille et la police aux frontières de Valenciennes ont pu arrêter une partie de la bande dans le Bas-Rhin.

    Deux hommes et une femme de 27 ans avaient été interpellés en octobre dernier à leur domicile. Après avoir reconnu les faits, ils ont été mis en examen et incarcérés à Valenciennes pour escroquerie en bande organisée. La bande est soupçonnée d'avoir usé du même stratagème en Allemagne. Par ailleurs, l'un des quatre individus interpellé était déjà en prison pour des faits d'agression sexuelle sur un enfant, d'après le quotidien.

    Quant aux quatre "têtes pensantes" du réseau, deux hommes et leurs compagnes âgés de 32 ans à 40 ans, ils ont été arrêtés au mois d'avril à Murgeni dans l'est de la Roumanie. Neuf biens immobiliers ont été saisis par la justice en Roumanie, soupçonnés d'avoir été acquis grâce à l'argent de cette affaire. Tous les quatre ont désormais été écroués à la prison de Lasi en Roumanie, avant qu'ils ne soient transférés devant le juge français.

    BFM.TV


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique