• 6 commentaires

  • 6 commentaires
  • , Chris P. Bacon est un petit mais néanmoins gros cochon, doté d’un grand appétit. Len Lucero, vétérinaire à Tampa, en Floride, est le propriétaire de ce cochon depuis son premier jour. D’après lui, Chris est le plus gentil cochon qu’il n’ait jamais vu, d’autant plus que celui-ci dispose d’une autre caractéristique bien particulière…
    MON ANIMAL BIONIQUE est une émission diffusée sur la chaîne Nat Geo Wild. 


    4 commentaires
  • Naissance "exceptionnelle" d'un cerf cochon au parc animalier d'Auvergne

    L'animal est né en juin, mais le parc l'annonce seulement ce vendredi. Le bébé cerf cochon est désormais visible pour les visiteurs.

    Le parc animalier d'Auvergne dans le Puy-de-Dôme annonce vendredi 9 août la naissance le 24 juin dernier d'un cerf cochon. Il s'agit d'une "naissance exceptionnelle" car l'animal "figure parmi les espèces menacées d'extinction", selon le parc animalier. Le bébé cerf cochon est désormais visible dans le parc par les visiteurs, notamment lors des nourrissages.

     

    Une espèce menacée par la chasse

     

    Le cerf cochon est un mammifère de la famille des cervidés que l'on trouve principalement au Pakistan, au Nord de l'Inde, au Népal, au Bhoutan, au Bangladesh et à l'Ouest de Myanmar. Il se nourrit en majeure partie d'herbe, de feuilles, de fleurs et de fruits, préfère les habitats ouverts comme les hautes prairies et les roselières.

    Cet animal fait partie des espèces menacées d'extinction à cause de la destruction et de la dégradation de son habitat naturel. Le cerf cochon est aussi victime de la chasse car sa viande est connue pour être une des meilleures viandes de gibier.

    franceinfo


    4 commentaires
  • Etats-Unis : des pompiers libèrent un raton-laveur coincé dans une grille d'égouts

    Il a fallu deux heures et le concours de dix personnes pour libérer l'animal, après avoir tenté plusieurs méthodes infructueuses.

    Des pompiers de la ville de Newton, dans le Massachusetts, ont mis fin au calvaire d'un raton-laveur dont la tête était coincée dans une grille d'égouts, jeudi 1er août. L'opération a été racontée sur Twitter, où des internautes attendris par la petite tête poilue de l'animal se sont passionnés pour le travail de ses sauveteurs. "LIBEREZ-LE", a notamment twitté le Washington Post.

    C'est un passant qui a expliqué, sur ce même réseau social, avoir aperçu l'animal jeudi matin alors qu'il se rendait au travail. Il a posté des photos de l'opération, et notamment d'un pompier donnant de l'oxygène au petit animal.

    "C'était une sacré opération", ont commenté les pompiers de Newton, toujours sur Twitter. "Nous portons secours au citoyens petits et grands", se sont-ils félicités après avoir dégagé le raton-laveur, qui était prisonnier de cette grille d'égouts "depuis un bout de temps".

    "Nous avons envoyé un camion de pompiers et nous avons essayé de retirer sa tête de la grille d'égout avec de l'eau et du savon", sans succès, a déclaré le lieutenant de sapeurs-pompiers de la brigade de Newton, Michael Bianchi. Une autre technique, consistant à enserrer dans un bandage de gaze pour le faire passer dans le trou, s'est aussi avérée infructueuse, raconte le Washington Post.

     

    C'est finalement en faisant appel au service de contrôle des animaux d'une ville voisine, qui a dépéché un vétérinaire, qu'une solution a été trouvée, en administrant un calmant à l'animal qui, plus détendu, a pu être extrait de la grille, au bout de deux heures d'opération. Jusqu'à 10 personnes ont été mobilisées pour sortir l'animal, explique la chaîne NBC News.

    franceinfo

    Contente que l'on se soit donné autant de mal pour sauver ce petit raton-laveur ! Merci à tous les intervenants !


    5 commentaires
  • Coupez vite le son !

    Une vision aux allures bibliques, mais sans grande conséquence

    Une des plaies d’Égypte s’abat actuellement sur Las Vegas. Depuis vendredi, des nuées de sauterelles déferlent sur la ville, et les vidéos de ces millions d’insectes pullulent sur les réseaux sociaux.

    Une invasion aux allures biblique due non pas à la colère de Dieu à propos de la libération du peuple hébreu, mais simplement à un hiver et un printemps pluvieux dans la région selon les entomologistes interrogés. L’humidité de ces saisons contribue à déporter plus dans le sud des États-Unis les naissances chez ces insectes, qui envahissent ensuite la ville du jeu et du vice.

    Un phénomène sans danger

    Pas de colère divine donc, et pas de danger selon les spécialistes, qui assurent que les nuées de ces insectes n’ont rien d’anormal ni de dangereux. Ces sauterelles ne mordent pas, ne transportent pas de maladie et ne dévorent pas outre mesure les cultures.

    Si les habitants de la ville ne trouvent pas cette invasion super-agréable malgré tout, ils devront faire preuve de patience, puisque le phénomène devrait encore durer les deux prochaines semaines. Sauf si Moïse vient calmer le jeu avant, mais on y croit moins.

    20 Minutes


    5 commentaires
  • Loire : un soigneur de zoo gravement blessé à la main par un chimpanzé

    Un comportement inexplicable. Jeudi vers 14h50, au parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine dans la Loire, un soigneur de 30 ans s’est fait mordre la main par un chimpanzé devant des visiteurs alors qu’il lui tendait la main pour qu’il l’embrasse. Un geste en guise de soumission.

     

    Quatre doigts et une partie de la main arrachée

    L’homme a été héliporté à l’hôpital Edouard-Herriot de Lyon (Rhône). « Sa main est sérieusement endommagée par une blessure qui laissera de graves séquelles » ont précisé les pompiers. Selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, le soigneur a eu quatre doigts et une bonne partie de la main arrachée.

    Pourquoi Bambou, un singe d’une vingtaine d’années qui n’a « jamais eu de problèmes » a-t-il violemment mordu la main du soigneur « qu’il connaît très bien » ? C’est la question que se pose Pierre Thivillon, directeur du parc zoologique. Les visiteurs, sous le choc, ont été pris en charge par les secours.

    Le Parisien

    Peut-être la chaleur ou bien, il en avait assez d'être enfermé !

    Il s'est comporté comme beaucoup d'humains actuellement !


    4 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE : BONSOIR - 24 07               2019

    Il prie pour que la chaleur diminue !

     

    Bonne soirée


    5 commentaires
  • Angleterre :  Un goéland fond sur un chihuahua et l’emporte

    Gizmo, 4 ans, le chihuahua enlevé dimanche. Image: Facebook

    Selon le témoignage d’une jeune Anglaise, l’oiseau est reparti avec le chien dans son bec. Le chihuahua est depuis introuvable.

    «Je ne sais pas s’il l’a laissé tomber ni où il est», a expliqué Becca Hill à DevonLive. «Il», c’est Gizmo, son chihuahua. Qui a été emporté dimanche par un goéland. Depuis, la jeune femme de 24 ans de Paignton, dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, cherche son chien désespérément.

    L’attaque a eu lieu dans son propre jardin. «Mon compagnon était en train d'étendre le linge quand il a vu le goéland fondre sur mon chien. Il a emporté Gizmo jusqu’à ce qu’on ne puisse plus le voir.»

    Un chien de deux kilos

    Depuis, plus de nouvelle du chien, un petit chihuahua brun et blanc de 4 ans qui pèse deux kilos.

    Possible? Les goélands n’ont pas de serres mais peuvent emporter des proies avec leur bec. Interrogé par la BBC, l’ornithologue Peter Rock a confirmé que ces oiseaux étaient capables d’emporter de petits animaux. Même s’il est évidemment rarissime qu’ils s’en prennent à des chiens.

    De son côté, «The Independent» rappelle que d'autres animaux domestiques ont subi par le passé l’agressivité de ces oiseaux, qui peut être importante durant la nidification.

    En 2015, dans le village de St Columb Minor, en Cornouaille, des goélands argentés avaient attaqué à coups de bec un yorkshire nommé Roo. Il n'avait pas survécu. La même année, des goélands ou mouettes s’en étaient pris à une tortue prénommée Stieg à Liskeard, toujours en Cornouaille. Elle était également décédée.

    Le Matin.ch


    5 commentaires
  • Cette tombe était scellée depuis des années jusqu'à ce qu'on y entende du bruit...

    Plusieurs personnes ont du intervenir pour sauver quelqu'un ou quelque chose d'une tombe, scellée depuis plusieurs milliers d'années ! On vous en dit plus juste en-dessous.

     

    Un drôle de sauvetag

    À Sao Paulo, au Brésil, un petit chaton s'est retrouvé seul et apeuré. Ce qui lui est arrivé est terrifiant...

    Le petit félin s'était en effet coincé dans une tombe, qui était scellée depuis plusieurs milliers d'années, après avoir visité un cimetière ! Il appelait tant bien que mal à l'aide en miaulant aussi fort qu'il pouvait ...

    Heureusement pour lui, une équipe d'employés du cimetière ont entendu ses miaulements et se sont précipités pour l'aider. Ils ont appelé une association locale à la rescousse. Mais la tâche s'est avérée plus compliquée que prévue... 

    Les endroits préférés et insolites des chats. 

    C'est connu, les chats ont tendance à se mettre dans des situations périlleuses qui nécessitent obligatoirement un sauvetage de la part des humains. Souvent, leur goût du risque provient de leur instinct animal qui les titille. 

    Oh My Mag


    5 commentaires

  • 4 commentaires
  • CHANTOUVIVELAVIE  : BONSOIR - 15 07 2019


    7 commentaires
  • Une femme meurt après avoir été mordillée par son chiot

    Illustration

    Seulement deux jours après avoir été légèrement mordillée par le chiot qu’elle venait d’adopter, une Américaine de 58 ans est décédée.

    En cause ? La bactérie Capnocytophaga canimorsus que l’on peut trouver dans la salive de certains chiens. L’issue fatale de cette infection est supposée être rare. C’est pourtant la seconde mort liée à une telle contamination que Maxisciences relate cet été.

     

    L’été 2018 nous aura appris à tirer des leçons des expériences malheureusement dramatiques des autres. Et nous y réfléchirons désormais à deux fois avant de laisser notre chien ou celui de quelqu’un d’autre nous faire des léchouilles ou nous mordiller. En effet, la bactérie C. canimorsus a encore frappé.

    Des symptômes de grippe

    En juin dernier, dans le Wisconsin, Sharon Larson vient d’adopter un chiot. Elle joue avec lui. Bo, son nouveau compagnon à quatre pattes, la mordille et la pince accidentellement. L’Américaine de 58 ans se retrouve alors avec une légère coupure sur la peau et commence rapidement à ressentir des symptômes sévères qui ressemblent à ceux de la grippe.

    Après quelques jours et suite à l’aggravation de son état, elle est conduite aux urgences. Des antibiotiques ont administrés à la quinquagénaire mais ils sont inefficaces. Elle décèdera 48 heures plus tard. D’après les médecins et suite aux analyses, Sharon Larson a été contaminée par la bactérie Capnocytophaga canimorsus.

    Une infection supposée rare

    C’est très éprouvé par la disparition brutale de son épouse que Dan Larson est apparu lors de son interview sur WTMJ-TV, une chaîne locale de Milwaukee (Etats-Unis) : "On m’a dit qu’elle aurait pu être frappée 4 fois par la foudre et survivre ou qu’elle aurait pu gagner deux fois au loto. Voilà à quel point cette infection est supposée être rare", a-t-il confié.

    Pourtant, il y a quelques semaines une autre personne était victime aussi d’une septicémie liée à cette bactérie. Egalement originaire du Wisconsin, Greg Manteufel , avait dû être amputé de quatre membres après avoir été léché par un chien. Fréquemment présente dans la salive des chiens, mais aussi des chats et parfois des humains, la bactérie C. canimorsus est généralement sans danger.

    En effet et comme le rapporte le New York Post, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies "il est extrêmement rare pour les humains qui entrent en contact avec cette bactérie de développer cette maladie"

    Cela étant, il est précisé que certaines personnes pourraient être plus susceptibles que d’autres : les adultes de plus de 40 ans, les sujets souffrant d’alcoolisme et ceux qui auraient un système immunitaire affaibli.

    Gent  Side

    On ne dit pas ce que l'on a fait du chiot Bo ?

    C'est la première fois que j'entends parler de cette bactérie !


    5 commentaires
  • Depuis l’agression, elle va travailler la boule au ventre. Dimanche dernier, une vétérinaire de Pierre-Bénite, au sud de Lyon, a été violentée par une de ses clientes, dont le chien venait de mourir, rapporte Le Progrès.

     

    L’animal, un yorkshire souffrant d’une pancréatite, avait été amené à la clinique vétérinaire mi-juin. Mal en point, le chien avait été transféré à Saint-Etienne pour être opéré, transfusé et placé en soins intensifs. Malgré cette prise en charge, il n’a pas pu être sauvé.

    15 jours d’ITT

    Lorsque la propriétaire du chien apprend la nouvelle, elle demande à voir la dépouille de son yorkshire. Une requête habituelle. La vétérinaire de Pierre-Bénite ne se doute pas un instant de la violence dont elle va faire les frais. En voyant son animal mort, la cliente, âgée d’une trentaine d’années, serait entrée dans une rage folle, insultant la victime, l’accusant d’avoir euthanasié la bête, la menaçant de mort puis la giflant avec force, la faisant tomber au sol. La suspecte aurait alors frappé une nouvelle fois la vétérinaire de 56 ans avant de quitter le cabinet, son chien mort dans les bras.

    Sous le choc, la victime se réfugie dans la boulangerie voisine, où des témoins lui viennent en aide. La police est appelée. Mais avant même que les forces de l’ordre n’arrivent, la trentenaire serait revenue à la charge, n’hésitant pas à asséner une nouvelle gifle à la vétérinaire malgré la présence d’un témoin. La victime a subi 15 jours d’ITT.

    Interpellée par une patrouille de police d’Oullins, la cliente a été laissée libre à l’issue de son audition. Sans être calmée pour autant. Selon le quotidien régional, elle n’aurait pas hésité à retourner à la clinique vétérinaire dans la semaine pour proférer de nouvelles menaces de mort. La suspecte devrait être jugée dans les prochains mois devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « violences » et menaces de mort.

    20 Minutes


    4 commentaires
  • Floride: Un homme tué par une meute de chiens errants

    Un père de famille américain a été tué le 4 juillet dernier par une meute de chiens errants alors qu’il regagnait son domicile, rapporte CNN.

    Le drame s’est déroulé à Lake Placid, une ville située à environ 160 km d’Orlando, en Floride. L’attaque n’a laissé aucune chance à Melvin Olds Jr., 45 ans. Sur son corps, les policiers ont dénombré plus d’une centaine de morsures. Ce jour-là, l’homme avait exceptionnellement emprunté un raccourci par une zone boisée pour rentrer chez lui.

    Les autorités appellent à la prudence

    Les autorités ont disposé des pièges pour tenter d’attraper les chiens responsables du massacre. Six d’entre eux ont déjà été capturés. Leur mâchoire correspondrait aux blessures relevées sur le corps de la victime. « J’encourage les habitants de Highway Park et des environs à être attentifs à la présence de chiens errants, en particulier s’ils se montrent agressifs », a déclaré le shérif. « Nous ne voulons pas d’autre victime. »

    Les autorités ont confirmé que ce genre d’attaque ne survenait que très rarement. « Quand les chiens errants se regroupent en meute, leur comportement est imprévisible », selon un lieutenant de la police, interviewé par CNN. « Mais ce genre d’attaque demeure exceptionnel ».

    20 Miuutes

    Des chiens abandonnés il y a longtemps ?

    Je pense qu'ils vont les euthanasier.

    Triste histoire


    4 commentaires
  • Magnifique Video faite par mon amie Nath / mamynoha


    5 commentaires
  • L'oiseau exotique sauvé par des vétérinaires n'était qu'un simple goéland recouvert de curry

    Les vétérinaires de la clinique Tiggywinkles, à Haddeham, au Royaume-Uni, ne pensaient pas tomber face à un goéland. Au début du mois de juillet, ils ont reçu un appel d'habitants disant avoir découvert un oiseau aux plumes orange vifs en difficulté.

    "On ne savait pas à quoi s’attendre, et on n’aurait jamais pu deviner ça!", ont-ils écrit dans un post sur la page Facebook de la clinique le 1er juillet dernier, repéré par le Huffpost.

    Un autre goéland orange en 2016

    Loin d'être un oiseau exotique perdu, le volatile n'était qu'un goéland recouvert de curry ou de curcuma. "Il en avait plein les plumes et cela l’empêchait de voler correctement", ont expliqué les vétérinaires.

    Ils ont pris le temps de soigneusement nettoyer l'animal pour lui rendre sa couleur habituelle.

    "Nous avons aucune idée de comment il s’est mis dans cette situation, mais heureusement, à part cette couleur vibrante et cette odeur âcre, il était en bonne santé", précise le post Facebook.

    Aussi étrange que cela puisse paraître, ce n'est pas la première fois qu'un oiseau se retrouve dans une telle situation. En 2016, des vétérinaires du Royaume-Uni avaient découvert un autre goéland orange, selon le site Mashable. Le volatile était en réalité tombé dans un plat de poulet tikka masala dans une usine alimentaire.

    BFM.TV


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique